18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Mal logement en Aquitaine, l'inquiétude reste de mise pour la Fondation Abbé Pierre

17/04/2015 | Début février la Fondation Abbé Pierre présentait son rapport, le 20ème, sur l'état du mal logement en France. Une déclinaison régionale a été présentée ce 15 avril à Artigues-près-Bordeaux.

Pascal Paoli, Directeur régional Aquitaine Fondation Abbé Pierre

Malgré un effort de production de logement social important, l'Aquitaine est au 20ème rang sur 22, en nombre de logements sociaux. Un retard qui pèse : dans la région, 180 000 personnes sont estimées souffrir du mal logement. Des chiffres issus de la déclinaison régionale du Rapport national de la Fondation Abbé Pierre sur le mal logement, présentée à la Maison de la promotion sociale, en présence d'acteurs du champ social, de représentants de bailleurs sociaux, des services de l'Etat et des collectivités locales, d'élus, et d'associations. A cette occasion, Pascal Paoli, Directeur régional Aquitaine de la Fondation, trace les grandes lignes de ce rapport, mettant également en exergue quelques problématiques spécifiques à notre région.

Pascal Paoli plante le décor du mal logement en région: « A l'échelle de l'Aquitaine, dans le parc privé, 100 000 logements sont considérés comme habitats indignes et 17 000 sont sans confort (manque ou délabrement des équipements sanitaires). On estime que ces logements concernent environ 180 000 personnes dans la région ». Pour souligner une tension toujours plus réelles entre l'offre et la demande de logements, le responsable régional de la Fondation Abbé Pierre cite plusieurs indicateurs pour le moins alarmants dont celui du taux des demandes de logement via le 115 en augmentation de 60% pour un taux d'attribution durant l'hiver de 59%.

L'Aquitaine "très mal placée"« Ce qui nous inquiète c'est que 84% des réponses négatives révèlent un manque de places disponibles et surtout pas adaptées aux nouveaux visages de la pauvreté ». C'est à dire des familles, des personnes vieillissantes ou encore des jeunes de moins de 25 ans, « qui représentent le quart des usagers du 115 », précise Pascal Paoli, particulièrement inquiet de ce constat. Autre indicateur, « au 31 décembre 2014, 73 297 ménages sont en attente d'un logement social sur l'ensemble de l'Aquitaine ».

Et pour cause, l'Aquitaine reste en la matière « très mal placée (20ème sur 22) malgré le fait qu'elle enregistre une des plus fortes progressions de production de logements sociaux (2ème sur 22) ». La dynamique pourtant réelle en la matière, ne parvient donc pas à combler ce retard historique, d'autant que le nombre de demandeurs ne diminue pas... Un volume important doublé du caractère « très social » des demandes, souligne Pascal Paoli, qui pointe deux territoires en particulier, la Dordogne et le Lot-et-Garonne, ainsi que les sept zones intégrées aux politiques de la ville, dont Bergerac, le Val de Garonne, le Villeneuvois, le Grand Dax ou encore Libourne.

Promoteurs privés et logements sociaux, un risque ?Dans ce contexte de pénurie, les nouvelles offres de logement sont le fruit pour 78% d'entre elles de la rotation des logements. Un constat qui inquiète le responsable « Les personnes étant plus pauvres, elles ont moins de possibilités de sortir d'un logement social... Il y a donc un vrai risque de gripper le système des rotations, et donc le principal moteur de l'offre nouvelle.» Autre chiffre qui fonde cette inquiétude : pour une offre nouvelle en T1, ce sont 70 demandes qui sont en face.

Sur cette offre nouvelle justement, Pascal Paoli, s'arrête un instant sur la place des promoteurs privés dans la production des logements sociaux, avant qu'il ne les vendent aux bailleurs sociaux. En Aquitaine, ces ventes en Etat Futur d'Achèvement (VEFA), représentent 20% de la production régionale. Sur des zones foncièrement tendues, comme le Pays Basque, le sud des Landes ou encore le Bassin d'Arcachon, les VEFA peuvent représenter jusqu'à 60% de la production. Si Pascal Paoli reconnaît volontiers que « tout est bon à prendre, compte tenu de la crise », il n'approuve cependant pas la tendance à laisser développer ce type de montage, là où il faudrait davantage selon lui « mettre le paquet sur l'aide à la pierre », d'autant qu'une fois produits par les promoteurs, ces logements vont être entretenus et gérés par les bailleurs sociaux. Autrement dit l'intérêt patrimonial des uns et des autres est pour le coup assez divergeant, pointe Pascal Paoli...
Enfin, troisième raison de garder selon lui, un œil critique, sur ces VEFA : « elles n'encouragent pas les territoires à entrer dans des stratégies de réserves foncières qui permettraient, via notamment des Etablisseent Publics Fonciers, de ne pas laisser les prix devenir inaccessibles.»

Plus de transparence dans les stratégies d'attributionOutre cette alerte sur la politique de production de logement, la Fondation Abbé Pierre en Aquitaine, attire également l'attention des responsables politiques et opérationnels sur trois questions à ne pas négliger sur le territoire. D'abord, les jeunes et l'accès au logement, sur lequel l'effort doit être constant, la stratégie de l'attribution des logements ensuite, « qui doit être rendue transparente pour les demandeurs et davantage mutualisée et partagée entre bailleurs sociaux eux-même », et enfin la mixité sociale et les solidarités territoriales notamment en portant davantage attention sur le secteur rural, « plein d'atouts et qui peut être un appui des grands centres urbains » relève Pascal Paoli.
Et pour conclure, tout en soulignant l'état d'esprit de cette journée, il cite celui qu'il appelle "le patron" : « Si demain on nous décarait la guerre au sens militaire du terme, on n'aurait aucune difficulté pour trouver l'argent pour la faire. Or la situation du logement en France, c'est la guerre ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
11452
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !