Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/21 : Après avoir été retenue pour devenir centre de préparation aux Jeux Olympiques dans 17 disciplines, la ville de Pau vient également d'être adoubée pour 3 nouvelles disciplines : le skateboard, le basketball 3*3 et le breakdance.

20/10/21 : Après un arrêt forcé en mars 2020 en raison de la crise sanitaire, Chalair annonce la reprise de la ligne Bordeaux-Montpellier à partir du lundi 15 novembre 2021, à raison de 4 fréquences hebdomadaires

19/10/21 : Pau Béarn Pyrénées Mobilités et ses Partenaires Engagés lancent la 3ème campagne d’Aide à l’achat Vélos, dont l'offre est doublée cette année. Cette 3ème session d’instruction des demandes aura lieu du lundi 1er novembre au mardi 30 novembre 2021.

15/10/21 : Saint-Médard en Jalles poursuit sa concertation sur son futur "Plan vélo et autres mobilités actives" pour déterminer les actions à prévoir en terme d'aménagement, d'éducation, de prévention ou de promotion. Rdv le 18 octobre et le 3 novembre+ d'info

15/10/21 : Rencontres, animations, spectacle, exposition, ciné-débats, atelier, handisport... Du 2 au 16 novembre, la 8ème édition de la Quinzaine de l'Egalité et la Diversité débarque à Bordeaux et dans la métropole. Une fois encore le programme sera riche !+ d'info

15/10/21 : Talence organise samedi 16 octobre de 10h à 19h, une journée consacrée aux sports, mis à l’honneur avec une "Journée olympique" et la "course des 5 et 10 km" : un grand rendez-vous sportif afin de préparer les JO de Paris 2024 et soutenir nos athlètes+ d'info

07/10/21 : À partir du 17 décembre, Volotea proposera une nouvelle ligne au départ de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à destination de l’aéroport de Lille 2 fois par semaine en décembre et en janvier puis 6 fois par semaine à partir d’avril 2022.

07/10/21 : Dans le cadre des travaux de la déviation du Taillan-Médoc, la section à 2x2 voies de la RD 1215E1, route à grand trafic, sera réduite à 1 voie dans le sens Bordeaux-Le Verdon, du 11/10 au 11/11 et dans le sens Le Verdon-Bordeaux, du 18 au 19 octobre

05/10/21 : L'Etat et la Région ont sélectionné 17 nouveaux lauréats au fonds d’accélération des investissements industriels dans le cadre du plan France Relance. Ces 17 projets représentent 6 M€ de subventions sur un total pour l'heure de 63 M€ et 126 lauréats.+ d'info

05/10/21 : Au 31 juillet 2021, l’État a investi au titre de son plan France Relance 2,75 Mds € en Nouvelle-Aquitaine dont 770 M€ pour le volet transition écologique, 924 M€ pour le volet compétitivité et plus d’1Md pour le volet cohésion sociale et territoriale

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/10/21 | Mont-de-Marsan : Une enquête pour accélérer transition écologique

    Lire

    Afin d'associer tous les acteurs du territoire à la transition écologique et de pouvoir mettre en œuvre les actions les plus efficaces, Mont-de-Marsan Agglo a lancé 2 enquêtes publiques. Les habitants et les entreprises ont jusqu'au 15 novembre pour y répondre. Début décembre, après avoir récolter les avis de tous sur les projets et les idées d'actions, plusieurs ateliers de concertation seront organisés afin de co-construire la stratégie de transition écologique. Les enquêtes sont disponibles sur le site de l'agglomération.

  • 25/10/21 | Une ressourcerie à Uzerche

    Lire

    L'association « Aux Pas Perdus » à Uzerche en Corrèze a pour objectif de contribuer à la mise en place d'actions de gestion des déchets en intégrant le réemploi depuis 2017. Les membres de l'association ont décidé de créer une ressourcerie afin de réduire les déchets et leurs coûts de traitement et ainsi développer les filières locales de valorisation. Cette nouvelle activité va permettre de créer 4 emplois. Pour les aider dans cette démarche, la Région a décidé de les soutenir à hauteur de 43 450 €.

  • 25/10/21 | Challenge Positif 2021 c'est parti !

    Lire

    Eurekatech et Grand Angoulême ont lancé le 7 octobre la 2ème édition du Challenge Positif. Ce concours, à la fois local et programme d'apprentissage des techniques de l'entrepreneuriat innovant, ambitionne de détecter et de développer des projets à vertue positive pour le territoire et les habitants. Tout le monde peut déposer jusqu'au 10 novembre un projet innovant sur le site d'Eurekatech. A partir de décembre, les lauréats bénéficieront d'un programme pour apprendre les techniques de l'entrepreneuriat innovant.

  • 22/10/21 | GPSO: pas de concomitance pour Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, mais presque

    Lire

    Guy Kauffman récemment nommé directeur de projet des LGV nouvelles était invité à la session plénière du Département des Landes ce vendredi. Face à la question du phasage des travaux des lignes Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, au sein du GPSO, il a esquissé une réponse: "Le préambule du plan de financement va sans doute proposer que l'on enchaîne les travaux sans poser la pioche entre les 2 lignes. Le préfet coordonnateur a bien compris cette demande unanime des collectivités".

  • 22/10/21 | Bus à haut niveau de service à Périgueux : une expérimentation dès le 25 octobre

    Lire

    Le Grand Périgueux va réaliser des aménagements rue du Président Wilson, place Bugeaud et place Francheville, à Périgueux, pour permettre la circulation de Bus à Haut Niveau de Service (BHNS). Ils feront l’objet d’une expérimentation grandeur nature du 25 octobre au 26 novembre pour en valider la faisabilité avant de les engager. Le dispositif s’appuiera sur une trentaine de postes d’enquête, captant l’origine et la destination des véhicules et 24 points de comptage automatique. Il permettra d’évaluer la répercussion des aménagements envisagés.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Mal logement : les associations alertent

29/03/2019 | Ce jeudi 28 mars, plusieurs tentes et couvertures de survie ont été déployées devant le Grand théâtre de Bordeaux pour alerter sur la situation du mal logement.

1

Ce jeudi 28 mars, le collectif "Un toit sans trève" (composé notamment de Médecins du Monde ou du Secours Populaire) ont souhaité, par une manifestation organisée devant le Grand Théâtre de Bordeaux, alerter sur la situation des personnes confrontées au mal logement, quelques jours avant la fin de la trêve hivernale le 31 mars prochain. Elles ont alerté les pouvoirs publics, par une lettre ouverte plutôt parlante, des problématiques rencontrées par les populations précaires, souvent obligées d'intégrer des squats quand ces derniers ne sont pas expulsés par les pouvoirs publics. Cet appel sonnait comme un avertissement.

Signal d'alerte

"Sensibiliser le grand public, interpeller les décideurs". Ce jeudi 28 mars, de nombreux représentants d'association se sont réunis devant le Grand Théâtre de Bordeaux pour interpeller autour du problème du mal-logement des personnes précaires. Le rassemblement, effectué à l'appel du collectif "Un toit sans trêve", fait suite à une lettre ouverte équivoque adressée à la préfecture de Gironde en prévision de la fin de la trêve hivernale qui se termine le 31 mars. "Le ratio d’équipement en hébergement d’urgence et d’insertion de la Gironde est historiquement inférieur à la moyenne nationale (1,59 places pour 1000 habitants contre 2,75 au niveau national). Aussi, chaque jour, en moyenne entre 80 et 100 personnes isolées et 30 à 40 familles avec enfants représentant 150 personnes, ont sollicité un hébergement auprès du 115 et ne l’ont pas obtenu", peut-on notamment lire dans cette "lettre ouverte".  "Durant la période hivernale, sont ouvertes 150 places en foyers d’urgence pour les isolés et 50 places en hôtel à destination des familles. Ce nombre de place reste inférieur à la demande et la fermeture des places hivernales au 31/03 va donc jeter dans nos rues potentiellement 200 personnes supplémentaires. Cette gestion au thermomètre, que les associations dénoncent depuis des années, entraîne une dégradation inquiétante de la situation sociale et de l’état de santé physique et psychique des personnes en situation de précarité". 

Le collectif dénonce également le "sort des personnes vivant en bidonville" sur le territoire. Ce dernier a été chiffré par le dernier recensement de la DIHAL, réalisé en juillet 2018, à 1125 personnes réparties sur 103 sites, "faisant de la Gironde le quatrième département le plus concerné au niveau national et celui dans lequel l’augmentation est la plus forte". "Plusieurs de ces bidonvilles seront expulsables à compter du 31/03 et, à ce jour, les pouvoirs publics n’ont présenté aucune solution pour reloger les familles concernées. Notons également toutes les personnes qui dorment dehors et qui n’appellent plus le 115, découragées face à l’absence de réponses ou de solutions dignes", poursuit le collectif, qui recense quasiment 500 personnes mises à l'abri dans des "lieux de vie alternatifs/réquisitions citoyennes/squats solidaires". Les demandes des associations, là encore, sont assez claires : la pérennisation des places d'hébergement en dehors des places supplémentaires accordées par la préfecture dans le cadre de la trêve hivernale, la fin des expulsions des squats et des bidonvilles et la réquisition potentielle des logements vacants (22 473 sur la seule métropole en 2015 selon l'INSEE), problématique dernièrement mise en évidence dans le cadre des débats citoyens faisant suite aux mouvements sociaux des gilets jaunes.

Réalité et discours

Face à ces chiffres alarmants, la réalité des faits est parfois dure à envisager. C'est là que Rémi, 51 ans, intervient. Ce dernier, à l'issue d'une mauvaise expérience de colocation, s'est retrouvé le 17 novembre dernier dans un gymnase du foyer Palmer, à Cenon (ce dernier appartenant à la mairie). Il y a environ trois semaines, lui et la cinquantaine de personnes qui occupent encore le lieu, géré par l'antenne locale d'Emmaüs, se sont vus informer de la fermeture du lieu d'hébergement (fermé de 8h à 18h) ce vendredi 29 mars. "On a été jusqu'à 90, de toutes les nationalités. Je me disais au début que c'était un bien pour un mal, mais quand j'ai vu que 80% des personnes étaient des alcooliques et que je n'étais pas à l'abri des bagarres, j'ai déchanté. Aujourd'hui, il me reste environ 200 euros pour vivre, je serai employé en tant qu'ouvrier au Château Smith Haut Laffite dans quinze jours. En attendant, demain, je suis quand même à la rue".

Suite à des problèmes de santé qui lui ont notamment coûté un talon, Rémi, arrivé à Bordeaux en novembre, à dès le début fait partie des mouvements sociaux des gilets jaunes. Il leur a d'ailleurs demandé, par le biais des réseaux sociaux, de lui trouver une solution d'hébergement provisoire. Le message n'avait, au moment de l'écriture de ces lignes, reçu aucune réponse. Ce premier dialogue a été l'occasion pour la préfecture de rappeler les efforts faits en matière d'hébergement d'urgence (1700 places occupées à 95% contre 1400 "avant l'ouverture du dispositif de veille hivernal", sans compter les maraudes à l'oeuvre pour envisager une mise à l'abri. L'ouverture prochaine d'une structure d'accueil près de la gare Saint-Jean, gérée par SOS Solidarités, a aussi été évoquée, cette dernière devant servir de "référence" aux pouvoirs publics. Il a également été rappelé que sur 1800 demandes de recours aux forces publiques, 350 ont donné lieu à l'accord des autorités sur le territoire. Au final aucune avancée significative n'a été obtenue de cette réunion, et la fin de la trêve hivernale le 31 mars prochain ne signe pas, au contraire, la fin des expulsions. Selon le dernier rapport de la fondation Abbé Pierre sur le mal logement, douze millions de personnes seraient confrontées à des problèmes de logement en France.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3062
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !