Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/19 : Compte-tenu des conditions climatiques le Conseil Régional a suspendu les transports scolaires ce mardi soir dans le secteur de Thiviers (Dordogne). Les parents doivent venir chercher leurs enfants dans les établissements scolaires.

22/01/19 : La Dordogne est en alerte jaune neige et verglas ce mardi jusqu'à 18 h. Des chutes de neige sont possibles dès le début de matinée à l'est de l'axe Nontron et Sarlat. Suivez les évolutions météorologiques sur les sites de Météo France, Info route.

22/01/19 : La Rochelle : une réunion publique de présentation du projet de protection contre les submersions marines du quartier de Port-Neuf se tient mardi 22 janvier à 18h30 à la Maison de quartier de Port Neuf, Place de l’île-de-France.

21/01/19 : Dans un propos à France 3 Vincent Feltesse, ancien président de la Communauté urbaine de Bordeaux et membre de la minorité municipale, indique qu'il a signifié à Olivier Faure son départ du PS :J'ai besoin de continuer à produire, le PS empêche ça." 

21/01/19 : Construction de la retenue d'eau de Caussade. La préfète du 47 a fait apposer des scellés sur les engins de chantier. Par arrêté du 14 décembre 2018, les travaux de construction de cette retenue d’eau est suspendue et se poursuivent illégalement.

21/01/19 : Pour éviter les débordements des manifestations des gilets jaunes à Bordeaux, l'association des commerçants à décidé de décaler la braderie, organisée traditionnellement du jeudi au samedi. Elle se tiendra donc du mercredi 6 au vendredi 8 février.

21/01/19 : Ce mercredi 23 janvier, le service V3 (vélos en libre-service) de Bordeaux Métropole change de système d’exploitation pour un plus moderne. Une coupure totale du service aura donc lieu de 8h00 à 9h00 avec une réouverture progressive des stations.

20/01/19 : Pour la première fois depuis le début du mouvement, les gilets jaunes de Dordogne ont organisé samedi à l’occasion de l’acte X, un rassemblement départemental à Bergerac. Environ 1400 personnes ont défilé dans les rues de la sous préfecture.

19/01/19 : Nouvelles violences et affrontements avec incendies de véhicules en fin d'après-midi à Bordeaux: la manifestation GJ a dégénéré, les casseurs sont entrés en action et les forces de l'ordre ont dû recourir aux véhicules blindés

18/01/19 : Bordeaux: l'opération de parking gratuit place des Quinconces reconduite ce dimanche et étendue à demain samedi et jusqu’à la fin des soldes : environ 400 places de stationnement libre de 9h30 à 20h chaque samedi et dimanche jusqu'aux 16 et 17 février

18/01/19 : Le nouveau service de location de vélos de l'agglomération du Grand Périgueux s'appellera "Périvélo". 400 deux-roues (à assistance électrique, pliants, vélos classiques) seront progressivement mis à disposition pour les usagers à partir du printemps.

17/01/19 : Rochefort (17) : la tête d'affiche de la programmation du festival Stéréoparc vient de tomber. Il s'agit du groupe Offenbach, qui jouera le 20 juillet.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/01/19 | Une délégation Régionale pour l'UNICEM

    Lire

    La plus grande région de la filière a enfin son syndicat! L'Union Nationale des Industries de Carrières et Matériaux de Construction (UNICEM) Nouvelle-Aquitaine vient de naître de la fusion des trois syndicats des anciennes régions. Patrice Gazzarin, ex-président de l'UNICEM Aquitaine, a été élu à la tête du syndicat. En 2017, l'UNICEM représentait sur le territoire néo-aquitain, plus de 4 300 emplois directs, pour 345 entreprises et plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires.

  • 22/01/19 | Le Crédit Agricole engagé pour l'artisanat

    Lire

    Faciliter la préparation et la réalisation des travaux des clients Girondins. Tel est le but du partenariat qui vient de naître entre le Crédit Agricole d'Aquitaine et One Artisan. Créé en 2014, One Artisan est un service d'apporteur d'affaires pour les professionnels du bâtiment mais aussi de recommandation d'artisan pour les particuliers. Grâce à ce partenariat, les clients du Crédit Agricole pourront bénéficier, s'ils le souhaitent, d'une solution de financement pour leurs travaux.

  • 22/01/19 | Limoges a du cœur !

    Lire

    La préfecture limousine vient d'être récompensée pour sa lutte contre l'arrêt cardiaque. En effet, la Fondation AJILA a remis le Label 2019 "Ma Commune a du Cœur" à la Ville de Limoges pour saluer sa politique de lutte et de formation face à l'arrêt cardiaque. Depuis 2011, la Ville s'est engagée dans une campagne de déploiement de défibrillateurs automatisés sur son territoire. Les limougeauds ont ainsi 37 défibrillateurs mis à leur disposition dans plusieurs lieux public.

  • 22/01/19 | Région : quatre appels à projets (re)lancés

    Lire

    2019 sous le signe de la coopération européenne et internationale ! Le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine lance, ou relance, des appels à projets sur ce thème. Ainsi, le lien avec la Communauté autonome d'Aragon (Espagne) sur l'éducation et la formation est renouvelé. La Région soutient également le développement solidaire et Éducation à la Citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) à travers deux projets. Le dernier projet concerne le renforcement des échanges avec le Québec.

  • 22/01/19 | Poursuite de sa croissance à l'export pour le Cognac

    Lire

    Le cognac confirme son développement sur ses marchés en 2018, avec des expéditions en croissance de plus de 3% en volume et près de 2% en valeur. Au total, 204,2 millions de bouteilles ont été expédiées, pour un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros. Les Etats-Unis restent les plus gros consommateurs (87,4 millions de bouteilles), tandis que le développement d'un nouveau marché vers le Moyen-Orient se confirme, avec 5,6% de croissance et 60 millions de bouteilles exportées.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Malgré les oppositions, le chantier de la déviation de Beynac avance

17/10/2018 | Le Département de la Dordogne a organisé mardi matin, une visite de presse du chantier du contournement de Beynac, perturbée par une quinzaine d'opposants.

Le projet d'ensemble du contournement de Beynac évalué à 32 million d'euros

Des opposants au projet de déviation de Beynac ont manifesté mardi matin à Vézac, alors qu'une visite de presse était organisée par le conseil départemental. Ils étaient une quinzaine dès 9h30 sur place et déployaient des banderoles hostiles à la construction de cette route de 3,2 kilomètres qui, selon eux, va "défigurer" la vallée de la Dordogne. Avec retard, la visite du chantier a pu avoir lieu : l'occasion de se rendre compte que les travaux avancent selon le calendrier prévu. Les deux ponts qui franchissent la Dordogne commencent à sortir de terre, tout comme le pont-rail des Milandes.

Germinal Peiro, le président du Conseil départemental de la Dordogne en fait la promesse : "il y aura d'autres visites de chantier de la déviation de Beynac, pour les scolaires, les professionnels du bâtiment, les élus." Pourtant, la première visite organisée mardi matin  par le Département à l'intention de la presse a été mouvementée. Pendant près d'une heure et demie, une quinzaine d'opposants historiques au projet, dont des élus ont bloqué les véhicules qui devaient se rendre sur le chantier avec des banderoles sur lesquelles étaient inscrit "fiasco garanti", "contribuables pris en otage". Certains se sont couchés devant les véhicules. Germinal Peiro est resté enfermé dans sa voiture, refusant d'aller discuter avec eux. La tension est montée d'un cran, lorsque Philippe d'Eaubonne, un opposant historique au président du Département, s'est avancé pour lui parler. Germinal Peiro a claqué la portière. Sur place, le climat entre personnes favorables au projet et opposants est de plus en plus tendu.
Un manifestant a même fabriqué une pancarte "Ceausescu dehors", en référence aux propos de Stéphane Bern. Lundi soir sur France 5, le Monsieur Patrimoine d'Emmanuel Macron, opposé au projet de contournement de Beynac, a qualifié Germinal Peiro de "Ceausescu de la Dordogne", le comparant à l'ex dictateur de Roumanie. Les opposants se présentent comme des contribuables en colère considérant ce chantier comme un scandale. Jean Altmann, élu de Beynac, juge ce projet inutile et conteste les chiffres des flux de véhicules dans la traversée de Beynac annoncés par les services du Conseil départemental. "Au pire, il est dangereux, ce projet onéreux va occasionner un risque en terme de sécurité routière, alors qu'il n'y a jamais eu d'accident grave." Arrivés rapidement sur les lieux, les gendarmes, sur ordre de la préfecture, ont ouvert la route dans le calme. La visite de chantier a pu débuter, avec près d'une heure et demie de retard sur le programme prévu. La bataille est loin d'être terminée, car le Conseil d'Etat a accepté d'examiner deux recours et doit se prononcer sur l'examen d'un troisième dans les prochains jours.

Une quinzaine d'opposants ont pertubé la première visite de chantier mardi matin

Les travaux avancent sans retard
Après ce début de visite mouvementé, Germinal Peiro et les services du Département ont présenté l'avancée du chantier de la déviation de Beynac, un projet vieux de trente ans, dont l'objectif est de réduire le flux de véhicules, notamment en période estivale dans la traversée du bourg. Autour de ces chiffes, c'est la bataille entre ceux qui soutiennent le projet et les opposants. 

Sur le terrain, chacun peut se rendre compte que le chantier avance et selon le calendrier prévu. Le projet consiste à réaliser un contournement routier de 3,2 kilomètres du village de Beynac dont la mise en service est annoncée pour juillet 2020. Trois communes sont concernées par le tracé : Saint Vincent de Cosse, Castelnaud la Chapelle et Vézac.  Après une phase préparatoire débutée en février dernier , les travaux ont été véritablement lancés en septembre. Actuellement, entre 60 et 70 personnes sont en permanence sur le chantier : la moitié s'active à la réalisation des deux ponts qui enjamberont la Dordogne, le pont du Pech à Saint-Vincent-de Cosse et le pont de Fayrac à Vézac. "On a profité de l'opportunité de ce contournement routier pour y associer une voie réservée aux mobilités douces, qui est en réalité un tronçon de la vélo route voie verte, la V91 de la vallée de Dordogne, précise Jacques Forest, directeur adjoint du service des routes du Département. Cette voie devrait faire 3,5 km.

 

es deux ponts seront parfaitement alignés avec les ponts SNCF déjà existants, pour que la voie ferrée franchisse la rivière.

A Vézac, les travaux conduits par Bouygues et Maeg sous la maîtrise de Setec en sont à la réalisation des piles du pont. Les piles doivent être achevées avant fin février, comme le stipulent les contraintes environnementales. A Saint Vincent de Cosse, le pont est plus avancé : une pile est déjà réalisée sur les sept que comptera l'ouvrage. "Les ouvrages ont été pensés pour s'intégrer dans le paysage de la vallée de la Dordogne. "Ce sont des ponts assez effilés, en acier qui a une patine ressemblant un peu à la rouille", explique Olivier Bruant, de la Setec.  "Les piliers sont en forme de Y, avec une grande branche qui soutiendra la route, et une branche qui soutiendra la voie verte". Ces deux ponts seront parfaitement alignés avec les ponts SNCF déjà existants, pour que la voie ferrée franchisse la rivière. C'est une façon de les intégrer dans le paysage. "Il y a une vraie transparence. Quand on sera sur la Dordogne, on devinera les ouvrages, mais on aura une continuité dans les portées des deux ponts", ajoute-t-il.

A Castelnaud, les ouvriers ont coulé une dalle de pré fabrication et de rippage pour le pont ferroviaire des Milandes

Sur la commune de Castelnaud la Chapelle, l'impact du chantier est plus visible : le déboisement est réalisé, les engins sont à l'oeuvre pour le terrassement. La future route sera au plus près de la voie ferrée : le projet prévoit que les voies remontent d'une dizaine de mètres avant de passer sous la voie ferrée au pont rail des Milandes. Sur cette partie du chantier, c'est la SNCF qui assure la maîtrise d'oeuvre par convention avec le Département. Une dalle de préfabrication et de rippage a été coulée à quelques mètres de la voie ferrée. La pose du pont rail des Milandes est prévue le week-end des 8 et 9 mai 2019 et devrait entraîner une interruption de la circulation des trains pendant 72 heures. Pour réaliser cette opération, une brèche sera réalisée sous les rails. 

Accompagnement paysager
"L'architecture particulière des ouvrages s'accompagne d'un aménagement paysager par des plantations. Il est prévu de planter plus de 27 000 arbres et arbustes, précise Jacques Forest. Près du château du Fayrac, il est prévu un modelé paysager, sorte de tas de terre qui doit protéger visuellement et phoniquement l'édifice. Un des objectifs est de rendre le projet, une fois achevé quasi invisible. On cachera également la voie ferrée. Une partie des arbres existe déjà.  Dans un an et demi, personne ne verra que c'est une route neuve, car nous allons ensemencer et planter 27.000 arbres et végétaux à mesure que les travaux avancent pour que tout puisse se fondre dans le paysage", ajoute Germinal Peiro.  Le président du Département s'est voulu rassurant sur le budget : "Nous sommes toujours à 32 millions d'euros : certains marchés se sont révélés inférieurs aux prévisions mais nous avons enregistré quelques surcoûts, notamment ceux liés à la couleur du béton des piles de Saint Vincent de Cosse. L'ensemble du chantier doit être achevé pour le début de l'été 2020, à moins que les aléas climatiques ou des manifestations d'opposants viennent gêner le déroulé des travaux. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude -Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
3705
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !