aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/09/16 | Prolongement de l'exposition « Gérard Fromanger annoncez la couleur ! » à Agen

    Lire

    Prolongement jusqu'au dimanche 16 octobre à l'église des Jacobins à Agen. L’artiste sera également présent à Agen les vendredi 14 octobre et samedi matin 15 octobre. Au programme notamment le vendredi 14, à 18h30, la projection du film "En suivant la piste Fromanger", au Studio Ferry. Et le samedi matin 15 octobre, ouverture exceptionnelle des Jacobins de 10h à 12h, car Gérard Fromanger sera présent aux Jacobins pour vous rencontrer et dédicacer les catalogues.

  • 23/09/16 | Solex de compétition à Saint-Léon

    Lire

    Dimanche 25 septembre, un rendez-vous atypique est organisé à Saint-Léon,dans l'Entre-deux-Mers: une course de Solex. Mais attention, ici on ne fait pas vraiment dans le «vintage», la performance doit être au rendez-vous. Le départ est donné à 11 h pour une épreuve d'endurance de 6 h (!!) sur le circuit de 3km concocté par le Saint-Léon Solex Club sur les petites routes de campagne. Les 25 Solex en lice s'affronteront par catégorie : Solex Origine, Origine Améliorée, Prototype et Super Prototype. S'il est parfois difficile de reconnaître «la bicyclette qui roule toute seule», le moteur à l'avant reste un impératif. A découvrir!

  • 22/09/16 | Ligne ferroviaire Pau-Canfranc : l'aide de l'Europe sollicitée

    Lire

    La région Nouvelle Aquitaine et le gouvernement d'Aragon vont déposer le 18 octobre à Bruxelles un dossier de candidature pour un appel à projet européen MIE (mécanisme pour l'interconnexion en Europe). Cela, afin d'amener l'Union européenne à financer en partie la réouverture de la ligne ferroviaire Pau-Canfranc. Le coût de ce chantier est estimé entre 350 et 450 millions d'euros. Selon Alain Rousset, l'Europe pourrait apporter jusqu'à 40% de cette somme. Un courrier a aussi été adressé aux ministres des transports français et espagnols pour souligner l'importance de ce dossier.

  • 16/09/16 | L'Aragon et la Nouvelle Aquitaine réunis sur la liaison Pau-Canfranc-Saragosse

    Lire

    Alain Rousset, le président du Conseil régional, et Javier Lambán Montañés, le président du gouvernement d'Aragon, se rencontreront le 21 septembre à Pau pour travailler à la réouverture de la liaison ferroviaire Pau-Canfranc-Saragosse. Dossier dont ils iront souligner l'urgence le 18 octobre à Bruxelles. Un groupe de travail réunissant l'Aragon et la Nouvelle Aquitaine sera constitué et dédié au dossier transeuropéen de transport RTE-T tandis qu'une structure permanente de coopération sera mise en place sur le sujet.

  • 15/09/16 | Eric Morvan nouveau préfet des Pyrénées Atlantiques

    Lire

    L'histoire se répète au Pays Basque: Eric Morvan, directeur de cabinet adjoint auprès du ministre de l'Intérieur va succèder à Pierre-André Durand à la préfecture des Pyrénées Atlantiques. En effet, les deux hommes ont tous deux été sous préfet de Bayonne, le second entre 2008 et 2010. Ce dernier va hériter du dossier d'intercommunalité unique Pays basque (EPCI) mis en place par son prédécesseur. Avec sur son bureau un recours -a priori suspensif- déposé par des maires opposants de l'intercommunalité Côte-Basque Adour.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Marie Bruffaerts organise le travail en milieu carcéral

22/11/2013 | Marie Bruffaerts est responsable du pôle emploi et travail pénitentiaire au sein de la direction interrégionale des services pénitentiaires située à Bordeaux.

Marie Bruffaerts (à droite), responsable du pole emploi au sein de la Disp, au coté de Barbara Leroux chef d'entreprise

Le travail en prison jouit d'une mauvaise image. Une des missions de Marie Bruffaerts, responsable du pôle emploi au sein de la DISP est de convaincre des entreprises, qui ont besoin d'une production ponctuelle ou qui enregistrent un surcroît d'activité, de développer avec l'administration pénitentiaire des partenariats. Depuis plus vingt ans, l'entreprise périgourdine Sunset Création située à Lalinde a ses ateliers au sein du centre de détention de Mauzac. Les meubles cette PME de 7 salariés sont fabriqués par des détenus avec la même exigence de qualité.

En région Aquitaine, les maisons d'arrêt et centres de détention totalisent 2 908 détenus. On estime qu'entre 38 et 40 % d'entre eux ont eu activité rémunérée en prison, cela représente 309 emplois équivalent temps plein. "Le travail en prison jouit d'une très mauvaise image. Les réticences sont nombreuses. Pourtant, notre mission de service public pénitentiaire est de favoriser l'insertion de ces personnes dans la vie active au terme de leur détention. Pour répondre à cet objectif, nous avons deux outils principaux la formation professionnelle et le travail pénitentiaire," explique Marie Bruffaerts, responsable du pôle emploi et travail pénitentiaire au sein de la direction interrégionale des services pénitentiaires. Ce service couvre les régions de Poitou-Charentes, du Limousin et de l'Aquitaine et gère 20 établissements. La grande majorité des détenus souhaitent travailler pendant la durée de leur peine car cela améliore leurs conditions de vie à l'intérieur de la prison, cela garantit de meilleures chances de réinsertion à la sortie et les rémunérations perçues contribuent aussi à l'indemnisation des victimes. Le travail en prison est fondé sur la base du volontariat et soumis à la décision d'une commission qui regroupe des juges, des surveillants, des représentants des services de santé et de la Directe. 

Commande ponctuelle ou surcroît d'activitéLe travail pénitentiaire peut s'avérer utile pour une entreprise qui a une commande ponctuelle à réaliser dans des délais très courts ou qui souhaite développer une nouvelle activité. Dans chaque établissement existent des équipes capables de gérer et de développer des productions dans le respect des délais et des critères de qualité voulus par le chef d'entreprise. "Les compétences développées au sein de nos établissements sont très variées : menuiserie, mécanique, mise sous pli, conditionnement, confection de vêtements, étiquetage, maraîchage," poursuit Marie Bruffaerts. En Dordogne, les centre de détention de Neuvic, qui enregistre ces derniers mois une baisse d'activité, et surtout celui de Mauzac ont développé des activités de travaux à façon de petite imprimerie, de conditionnement de parfum,  d'articles chaussants, de fabrication de boîtiers électriques, de maraîchage bio (à Mauzac, dans le cadre de procédures de semi-liberté). "Actuellement, nous cherchons à développer des partenariats avec des entreprises de Périgueux pour la maison d'arrêt."

Exemple en Dordogne - "On peut avoir une belle qualité de travail en prison"Barbara Leroux est la responsable de l'entreprise de création de meubles Sunset Création. "Nous travaillons en prison depuis 24 ans. Le démarrage de ce partenariat s'est fait un peu par hasard. Notre atelier est situé dans les locaux du centre de détention. Les détenus travaillent avec notre parc de matériels et de machines. Dans l'univers très concurrentiel qu'est le nôtre, nous avons une exigence de qualité importante vis-à-vis de nos clients. Chaque jour, trois de mes collaborateurs, des contremaîtres hautement qualifiés en menuiserie, se rendent à la prison. Ils encadrent la production réalisée par les détenus. C'est une forme de sous traitance," témoigne Barbara Leroux. Pour cette responsable d'entreprise, les principaux avantages sont de ne pas avoir de locaux à financer, et elle n'a pas à gérer les flux. "Par contre, Pour garantir un travail de qualité, chaque poste est doublé. En moyenne, 22 détenus travaillent pour l'entreprise, mais il y a un turn-over assez important".
Chaque détenu perçoit entre 45 et 50 % du Smic, environ 4,21 euros de l'heure. Étant détenu, il n'a pas de contrat de travail.  L'entreprise assure les 17 % de charges. "Si nous étions dans un schéma classique,  nous aurions deux fois moins de personnes à la production. L'intérêt ne se situe pas au niveau des charges de personnel. Et il existe une dimension sociale indéniable." Barbara Leroux compte d'ailleurs d'anciens détenus dans son effectif.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
476
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !