Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Marie Bruffaerts organise le travail en milieu carcéral

22/11/2013 | Marie Bruffaerts est responsable du pôle emploi et travail pénitentiaire au sein de la direction interrégionale des services pénitentiaires située à Bordeaux.

Marie Bruffaerts (à droite), responsable du pole emploi au sein de la Disp, au coté de Barbara Leroux chef d'entreprise

Le travail en prison jouit d'une mauvaise image. Une des missions de Marie Bruffaerts, responsable du pôle emploi au sein de la DISP est de convaincre des entreprises, qui ont besoin d'une production ponctuelle ou qui enregistrent un surcroît d'activité, de développer avec l'administration pénitentiaire des partenariats. Depuis plus vingt ans, l'entreprise périgourdine Sunset Création située à Lalinde a ses ateliers au sein du centre de détention de Mauzac. Les meubles cette PME de 7 salariés sont fabriqués par des détenus avec la même exigence de qualité.

En région Aquitaine, les maisons d'arrêt et centres de détention totalisent 2 908 détenus. On estime qu'entre 38 et 40 % d'entre eux ont eu activité rémunérée en prison, cela représente 309 emplois équivalent temps plein. "Le travail en prison jouit d'une très mauvaise image. Les réticences sont nombreuses. Pourtant, notre mission de service public pénitentiaire est de favoriser l'insertion de ces personnes dans la vie active au terme de leur détention. Pour répondre à cet objectif, nous avons deux outils principaux la formation professionnelle et le travail pénitentiaire," explique Marie Bruffaerts, responsable du pôle emploi et travail pénitentiaire au sein de la direction interrégionale des services pénitentiaires. Ce service couvre les régions de Poitou-Charentes, du Limousin et de l'Aquitaine et gère 20 établissements. La grande majorité des détenus souhaitent travailler pendant la durée de leur peine car cela améliore leurs conditions de vie à l'intérieur de la prison, cela garantit de meilleures chances de réinsertion à la sortie et les rémunérations perçues contribuent aussi à l'indemnisation des victimes. Le travail en prison est fondé sur la base du volontariat et soumis à la décision d'une commission qui regroupe des juges, des surveillants, des représentants des services de santé et de la Directe. 

Commande ponctuelle ou surcroît d'activitéLe travail pénitentiaire peut s'avérer utile pour une entreprise qui a une commande ponctuelle à réaliser dans des délais très courts ou qui souhaite développer une nouvelle activité. Dans chaque établissement existent des équipes capables de gérer et de développer des productions dans le respect des délais et des critères de qualité voulus par le chef d'entreprise. "Les compétences développées au sein de nos établissements sont très variées : menuiserie, mécanique, mise sous pli, conditionnement, confection de vêtements, étiquetage, maraîchage," poursuit Marie Bruffaerts. En Dordogne, les centre de détention de Neuvic, qui enregistre ces derniers mois une baisse d'activité, et surtout celui de Mauzac ont développé des activités de travaux à façon de petite imprimerie, de conditionnement de parfum,  d'articles chaussants, de fabrication de boîtiers électriques, de maraîchage bio (à Mauzac, dans le cadre de procédures de semi-liberté). "Actuellement, nous cherchons à développer des partenariats avec des entreprises de Périgueux pour la maison d'arrêt."

Exemple en Dordogne - "On peut avoir une belle qualité de travail en prison"Barbara Leroux est la responsable de l'entreprise de création de meubles Sunset Création. "Nous travaillons en prison depuis 24 ans. Le démarrage de ce partenariat s'est fait un peu par hasard. Notre atelier est situé dans les locaux du centre de détention. Les détenus travaillent avec notre parc de matériels et de machines. Dans l'univers très concurrentiel qu'est le nôtre, nous avons une exigence de qualité importante vis-à-vis de nos clients. Chaque jour, trois de mes collaborateurs, des contremaîtres hautement qualifiés en menuiserie, se rendent à la prison. Ils encadrent la production réalisée par les détenus. C'est une forme de sous traitance," témoigne Barbara Leroux. Pour cette responsable d'entreprise, les principaux avantages sont de ne pas avoir de locaux à financer, et elle n'a pas à gérer les flux. "Par contre, Pour garantir un travail de qualité, chaque poste est doublé. En moyenne, 22 détenus travaillent pour l'entreprise, mais il y a un turn-over assez important".
Chaque détenu perçoit entre 45 et 50 % du Smic, environ 4,21 euros de l'heure. Étant détenu, il n'a pas de contrat de travail.  L'entreprise assure les 17 % de charges. "Si nous étions dans un schéma classique,  nous aurions deux fois moins de personnes à la production. L'intérêt ne se situe pas au niveau des charges de personnel. Et il existe une dimension sociale indéniable." Barbara Leroux compte d'ailleurs d'anciens détenus dans son effectif.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
1231
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !