24/10/17 : Charente-Maritime : les élus du Département ont voté une motion contre les dernières mesures envisagées par l'Etat concernant la baisse des APL, hier lors de la session d'automne.

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Maryse Jean-Jacques, partenaire haïtienne du Secours catholique Caritas France, en visite en Aquitaine

06/06/2013 | Maryse Jean-Jacques est la directrice générale du Centre d'Éducation Spéciale de Port-au-Prince. Elle se rend en Aquitaine pour témoigner de son action.

Maryse Jean-Jacques partenaire du Secours catholique Caritas France

Après la Gironde et la Dordogne, c'est au tour du Lot-et-Garonne de recevoir toute cette semaine Maryse Jean-Jacques, la directrice générale du Centre d'Éducation Spéciale, le CES, de Port-au-Prince et aussi partenaire du Secours catholique Caritas France dans le cadre de la campagne internationale annuelle de l'association. Le CES, qui intervient auprès des enfants vivant avec une déficience intellectuelle, a été partiellement détruit par le séisme du 12 janvier 2010. C'est le Secours catholique Caritas France qui aide à la reconstruction du bâtiment aux normes parasismiques et anticycloniques.

Volontaire et déterminée Maryse Jean-Jacques est la directrice générale du Centre d'Éducation Spéciale de Port-au-Prince. Autant dire qu'elle passe ses journées et ses nuits au travail ! Mais cela ne lui enlève pas son large sourire lorsqu'elle nous parle de son action. « Le Centre d'Éducation Spéciale est une institution haïtienne à but non lucratif qui intervient auprès des enfants ayant une déficience intellectuelle. Il a été créé en 1976. Encore aujourd’hui, c'est la seule institution nationale à se pencher sur la problématique de la déficience intellectuelle. »
Dans les années 80, ce centre a développé de nombreux services « car quand on répond à un besoin d'autres se font ressentir ». Du coup, une école est née, un centre de jour médical a été construit et des ateliers protégés pour adultes ont été créés. En plus de la maison mère située à Port-au-Prince, trois antennes régionales ont été montées. « Nous avons développé des services à domicile et tout spécialement des services de prévention, » précise Maryse Jean-Jacques. Et d'ajouter, « c'était à nous de parler de la déficience intellectuelle car rien n'était fait ! » Il fallait aussi aller là où habitaient les enfants. « Nous avons donc développé des programmes scolaires. En fait nous répondions à des besoins au fur et à mesure que nous avancions. »
Le séisme de 2010 et le manque de financement ont eu raison de ces actions de solidarité
Mais aujourd'hui, faute de financement, il n'existe plus que l'école et la clinique, les deux activités de base du Centre. « Avant nous pouvions donner des médicaments. Mais ce n'est plus possible. Toutefois, nous ne voulons pas laisser les enfants sans soin. Donc, nous incitons les familles à les acheter. » Aussi, à cause du tremblement de terre de 2010, les bâtiments ne sont plus ce qu'ils étaient. L'école ne peut accueillir qu'une soixantaine d’élèves. Avec l'aide du Secours catholique Caritas France, le bâtiment va être reconstruit aux normes parasismiques et anticycloniques. Une école de six classes, une clinique, des bureaux et une grande salle polyvalente vont voir le jour.
Partenaire et témoin du Secours catholique
Pour témoigner de son action, Maryse Jean-Jacques fait le tour de l'Aquitaine pendant quelques semaines. De ce fait, elle participe à la campagne internationale du Secours Catholique-Caritas France. Une trentaine de partenaires comme elle du réseau mondial Caritas venus d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et du Moyen Orient sont présents en ce moment en France pour informer et sensibiliser le public sur toutes ces actions de terrain. Et sa route continue donc vers les Landes et les Pyrénées-Atlantiques les jours prochains.
Pour plus d'informations : http://www.secours-catholique.org/

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
979
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
frantz | 23/08/2013

Bonjour,
le sujet et l’objet de mon message est en direction de la : création de ce centre avec prise en charge psychologique. j’aimerais tout naturellement proposer mon aide envers cette population qui je crois a vraiment besoin de voir un vrai changement s’amorcer à tout les niveaux.
Je suis moi-même chef d’entreprise, et actuellement je me forme sur le secteur : Traumatologie et dissociations des personnes, et symptômes divers.
j’aimerais rentrer en contacts avec un responsable avec qui je pourrais échanger proposer mon aide concernant ce centre et biensur au niveau économique.
cordialement

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !