Devenez actionnaire d'aqui.fr

17/01/22 : Le 22 mars, c'est à Cognac en Charente que se tiendra la première cérémonie des nouveaux étoilés du Guide Michelin en région. L'occasion, selon le guide rouge, de mettre en lumière “une ville et un territoire qui témoignent de l’excellence française”.

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

06/01/22 : Pyrénées-Atlantiques - Céline Dumerc, manager générale et ancienne capitaine de l’équipe de France féminine de basket vient d'être nommée Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur au titre de la promotion civile du 1er janvier 2022.

02/01/22 : Coupe de France : Bergerac est en huitièmes de finales de Coupe de France de football. Les Bergeracois ont remporté leur match face à Créteil aux tirs au but (5 à 4). Au tour précédent, ils avaient battu Metz pensionnaire de ligue 1 aux tirs au but.

20/12/21 : En concertation avec les Maires, la préfète de Gironde rend obligatoire le port du masque dans les centres-villes des communes touristiques d’Arcachon et de Saint-Emilion durant les vacances scolaires de Noël, tous les jours de 12H00 à 19H00.

16/12/21 : Suite aux intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques et les Landes, Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine, se rend ce jeudi à Laruns, puis à Peyrehorade et Hastingues pour rencontrer les acteurs locaux, exprimer le soutien de la Région.

10/12/21 : Alors que l'alerte ROUGE vigilance crues et inondations est en cours à Bayonne, l’autoroute A63 est coupée entre les sorties 6 de Bayonne Nord et 5 de Bayonne Sud vers Espagne, et entre les sorties 5 Bayonne Sud et 7 d’Ondres, dans l'autre sens.

09/12/21 : Le département des Pyrénées-Atlantiques est placé en vigilance météo ORANGE pluie-inondation, à compter de ce jeudi 9 décembre 2021 à 15h00 jusqu’au vendredi 10 décembre 2021 à 10h00 au moins. La préfecture appelle à la vigilance.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/01/22 | Pfizer choisit Mourenx pour produire le principe actif d'un traitement contre la Covid-19

    Lire

    Le groupe américain Pfizer a choisi le laboratoire Novasep à Mourenx, en Béarn, pour la fabrication du principe actif de son médicament contre le Covid-19, le Paxlovid. La production devrait débuter au second trimestre 2022, avec notamment le recrutement de 40 employés supplémentaires pour ce nouveau projet. Ce traitement oral contre la Covid-19 « réduirait de 89% le risque d’hospitalisation ou de décès dans les 3 jours suivant l’apparition de symptômes » selon les résultats de phase 2/3, indique le labo américain.

  • 17/01/22 | Le Festival de la Bande dessinée d'Angoulême reportée en mars

    Lire

    Au regard de la situation sanitaire, le Festival de la BD d’Angoulême a décidé de reporter son édition 2022 qui était initialement prévue à la fin du mois. Les nouvelles dates ont été communiquées : ce sera du 17 au 20 mars. "L’ambition reste par conséquent totalement intacte de proposer à tous les amateurs de bande dessinée une édition comparable, par sa richesse et la diversité de son offre culturelle, à celles qui ont précédé la pandémie", ont précisé les organisateurs du Festival.

  • 17/01/22 | Brive lit la nuit !

    Lire

    Le 22 janvier de 17h à 22h, la médiathèque de Brive participe aux Nuits de la lecture sur le thème « Aimons toujours ! Aimons encore ! ». Au cours de cette nuit, les enfants dès 3 ans pourront participer à un atelier autour de la découverte des émotions, des quizz, un blind test musical mais aussi assister au spectacle « La potion de Pétram ». Ce conte médiéval-fantastique mêle théâtre et magie.

  • 17/01/22 | Marquage routier photoluminescent : le Département des Landes demande l’avis des usagers

    Lire

    Depuis le 13 octobre 2021, un dispositif de marquage routier photoluminescent est installé sur la route départementale 29, entre Dax et Saint-Pandelon, afin d’être expérimenté. Pour évaluer au mieux ce marquage à la fois sécuritaire et éco-durable, le Département des Landes a publié un questionnaire à l’attention des usagers, disponible du 10 janvier au 4 février sur landes.fr.

  • 15/01/22 | H5N1 : L'épizootie se poursuit dans les Landes

    Lire

    L’influenza aviaire hautement pathogène de type H5N1 continue de progresser à partir de foyers apparus dans la commune de Malaussanne (64) puis Mant (40). Au 14 janvier, 110 foyers ont été confirmés H5N1 et 33 suspicions d’influenza aviaire sont en attente de confirmation de leur caractère hautement pathogène par le Laboratoire National de Référence. À ce jour, près de 170 000 volailles et 115 000 palmipèdes ont été abattus au sein des exploitations, auxquels il faut ajouter 260 000 palmipèdes et 60 000 volailles euthanasiés au titre du dépeuplement préventif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Mathilde Puges, l'infectiologue bordelaise contaminée par la BD

13/11/2020 | Mathilde Puges, médecin infectiologue à l’Hôpital Pellegrin au CHU de Bordeaux a écrit une BD sur la Covid-19. Humour et pédagogie sont au rendez-vous.

1

Mathilde Puges, médecin infectiologue dans le service des maladies infectieuses de l’Hôpital Pellegrin au CHU de Bordeaux, a écrit une BD sur le coronavirus. Avec l’aide de Maud Begon, autrice illustratrice qui a dessiné les idées de Mathilde. Intitulée « Coronaaah c'est quoi ? », cette bande dessinée est disponible gratuitement sur Internet. Mathilde Puges nous raconte cette formidable aventure, qui ne fait que commencer.

« Les gens devenaient des spécialistes de choses qu’ils ne connaissaient pas ». Voilà le constat à partir duquel Mathilde Puges, médecin infectiologue, est partie pour écrire « Coronaaah c'est quoi ? ». Pendant la première vague de la Covid-19, la jeune médecin se retrouve sur la plateforme « VilleHop » et répondait à toutes les questions que les soignants de ville se posaient sur le virus. C’est vrai qu’au début… les choses étaient loin d’être claires. Tout le monde s’est très vite retrouvé noyer par toutes ces informations, aussi contradictoires les unes que les autres. « Je me suis dit qu’il fallait quelque chose d’assez ludique qui puisse expliquer simplement, ne serait-ce que la base », explique Mathilde Puges. L’objectif c’était donc s’appuyer sur des données scientifiques, pour expliquer et rassurer. 

Rester humble sur ce virus 

S’il y a bien une chose que la pétillante infectiologue a tenu à éviter ce sont les polémiques. « Si vous prenez l’épisode sur les traitements par exemple, je suis restée très factuelle en mettant les différentes pistes de recherche », explique-t-elle. Une chose dont elle est sûre, c’est que « pendant plusieurs mois on va rester très humble par rapport à cette infection ». Pour ne pas s’emmêler les pinceaux, Mathilde Puges s’est concentrée sur des choses qu’elle savait déjà. Par exemple, la différence entre un virus et une bactérie, certains éléments qui sont semblables à d’autres infections etc. En ce qui concerne la Covid, elle s’est appuyée sur des articles scientifiques qui avaient une valeur sûre. « Je ne voulais surtout pas dire des choses fausses, ou dire des choses qui n’étaient pas encore certaines », raconte-t-elle. C’est pourquoi chaque épisode était relu par une série de relecteurs qui apportaient des corrections. Ces relecteurs, ce sont des professeurs et médecins issus de différentes spécialités du CHU de Bordeaux. 

Un travail d’équipe

 Ce projet a débuté en avril, et les épisodes sortaient au fur et à mesure. « L’idée ce n’était pas de faire un bouquin qui sort dix mois après et qui ne sert pas à grand-chose », explique-t-elle. Réagir au plus vite, pour mettre à disposition les informations au grand public, le plus rapidement possible. « On a sorti le premier épisode fin du premier confinement quand il était prêt, et après on essayait de faire au plus vite entre chaque épisode ». Un travail de longue haleine pour l’autrice illustratrice qui devait mettre en scène les scénarii de Mathilde Puges.


« On n'entendait parler que du Covid et moi j’avais pas du tout envie de faire un truc très sérieux. Alors c’était très sérieux sur le plan scientifique et tout ce qu’on disait était hyper vérifié. Mais pour autant, j’avais besoin que ce soit vulgariser, avec de l’humour », explique l’infectiologue. La vulgarisation scientifique et médicale est quelque chose qui a toujours plu à Mathilde Puges, c’était plutôt naturel. Au niveau de l’humour, la plupart des blagues sortent du chapeau de Maud Begon : « pour ça elle a du génie, elle a trouvé des choses assez incroyables », reconnaît Mathilde. « Je trouve que Maud a fait un boulot vraiment incroyable, et je pense que sans elle ça n’aurait pas du tout existé. Je suis vraiment très fière d’avoir travaillé avec elle ».

Un projet financé par le Collège Santé dirigé par l’ancien doyen de la fac de médecine, Jean-Luc Pellegrin, sans quoi, cela n’aurait pas été possible. « Mon papa a fait le mécène pour financer le site internet que ma petite soeur a fait, c’est très familial ! », s’amuse la médecin en infectiologie. 

 D’autres projets se dessinent

 La machine est lancée. Si la question de la publication ne s’est pas encore posée pour « Coronaaah c'est quoi ? », d’autres projets publiés commencent à voir le jour. « Avec Maud on aimerait bien faire d’autres BD sur d’autres virus, ou des bactéries, mais là pour le coup avoir un contact avec un éditeur ». La réalisation d’une série de vulgarisation sur la rougeole, le VIH, les Infections Sexuellement Transmissibles est envisagée pour 2021. « Ça intéresse beaucoup les gens et ça pourrait vraiment aider à comprendre au mieux », conclut Mathilde Puges.

Un autre projet est déjà en route. « Au moment de la plate-forme, on a vécu quelque chose d’assez incroyable. C’est-à-dire qu’on avait énormément de volontaires sur place, des internes, des externes, des médecins retraités, qui étaient tous mobilisés pour répondre aux soignants. Il ne s’était jamais passé ça à l’hôpital », s’étonne encore Mathilde. C’est de là qu’a muri cette idée. L’envie de faire une BD sur ce qui s’est passé à ce moment-là à l’hôpital, parler du vécu des soignants.


« On se faisait applaudir tous les soirs à 20h mais je pense que les gens ne savent pas trop ce qui se passe vraiment dans l’hôpital public ». Un projet d’une plus grande envergure cette fois. Après avoir contacté plusieurs auteurs de BD, un lui a répondu : « l’auteur Boulet. Il ne pouvait pas mais il m’a mis en relation avec une association de BD qui s’appelle ink link ». C’est une association qui soutient les associations et institutions par le dessin. Sur ce nouveau projet, c’est 11 artistes réputés qui s’investissent : Wilfrid Lupano, François Duprat, Gaëlle Hersent, Miss Prickly, Sess, Mayana Itoïz, Ohazar, Mathilde Domecq, Laure Garancher, Weldohnson et Yannick Corboz. « Un bouquin génial qui sortira début 2021 parce qu’on est en campagne de crowdfunding », exprime fièrement Mathilde Puges. Ce projet a reçu la moitié de son financement par le Mécénat du CHU de Bordeaux. Le financement participatif servira à l’impression. « Je suis hyper fière de ce projet-là qui est génial, c’est un projet collectif, tout le monde y a participé ». Une année 2021 qui s’annonce riche pour Mathilde Puges.

Mélanie Philips
Par Mélanie Philips

Crédit Photo : Maud Begon

Partager sur Facebook
Vu par vous
9744
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !