12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

09/08/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi. Les maximales attendues pourront atteindre 21° la nuit et 36 à 38° en journée.

09/08/22 : Le département du Lot-et-Garonne passe en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi, avec des températures maximales prévues de 36 à 38 °C, puis mercredi et jeudi, jusqu'à 40 °C. Fin de l'épisode attendue pour vendredi.

09/08/22 : Un décret au journal officiel du 4 août acte la création effective de la Chambre d'agriculture interdépartementale de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres au 1er octobre prochain. Un travail de rapprochement mené depuis plus de sept ans.

08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/08/22 | marchesdegironde.com : le nouveau répertoire des marchés girondins

    Lire

    La CCI Bordeaux-Gironde met en ligne le site internet marchesdegironde.com. Objectif : permettre aux internautes de trouver le marché girondin (permanent ou saisonnier) à proximité de leur domicile ou lieu de vacances. Près de 79 marchés, permanents ou saisonniers, de plein-air ou couverts, y sont déjà référencés. Pour les commerçants non sédentaires, actuels et à venir, les informations réglementaires et les contacts des gestionnaires des marchés sont également indiqués.

  • 12/08/22 | Reverredire sensibilise au réemploi du verre

    Lire

    A Bergerac, l'association Reverredire Nouvelle-Aquitaine regroupe trois acteurs associatifs du réemploi du verre du territoire régional : L'Attache Rapide à Bergerac (24), La Consigne Bordelaise à Bordeaux (33) et Les Retournées à Anglet (40 et 64). Elles proposent un modèle régional de réemploi du verre, en lien avec les filières productives et les acteurs de la chaîne qui s'appuiera sur des activités d'économie sociale et solidaire porteuses d'emplois de proximité. Des actions de sensibilisation sont déjà engagées pour 2022.

  • 11/08/22 | Les Mondiaux de boomerang à Gradignan dès le 16 août

    Lire

    Gradignan (Gironde)accueille les mondiaux de boomerang du 16 au 26 août. Une centaine de lanceurs issus de 14 nations s'affronteront au Domaine de Moulerens sur différentes épreuves spectaculaires en individuel et en équipe. 25 athlètes français participeront et les têtes d'affiche remettront leur titre en jeu à l'image de Marie Appriou, 23 ans, championne du Monde en titre et Matéo Guerrero, 15 ans, vice-champion du Monde Junior. Renseignements sur l'appli https://wbc2022.glideapp.io/dl/d0a5f4

  • 11/08/22 | La préfecture de la Haute-Vienne labellisée

    Lire

    Suite à un audit externe réalisé par SOCOTEC, la préfecture de la Haute-Vienne vient de se voir attribuer le label « Qual-e-pref ». Ce label témoigne de la volonté de répondre au quotidien aux attentes des usagers ainsi que la communication d'urgence en cas d'évènement majeur. La préfecture a obtenu cette labellisation pour trois ans.

  • 11/08/22 | Des maraîchers à Limoges Métropole

    Lire

    La Ceinture verte terroir de Limoges veut relocaliser l'agriculture au travers l'aide à l'installation de maraîchers en agriculture biologique ou Haute Valeur Environnementale. Elle propose pour cela un service d'installation clé en main sur des terres équipées, avec un accompagnement technico-économique et une aide à la recherche de logement sur site ou à proximité. L’ensemble des équipements seront mis à disposition de 5 maraîchers sur le territoire de Limoges Métropole.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Mathilde Puges, l'infectiologue bordelaise contaminée par la BD

13/11/2020 | Mathilde Puges, médecin infectiologue à l’Hôpital Pellegrin au CHU de Bordeaux a écrit une BD sur la Covid-19. Humour et pédagogie sont au rendez-vous.

1

Mathilde Puges, médecin infectiologue dans le service des maladies infectieuses de l’Hôpital Pellegrin au CHU de Bordeaux, a écrit une BD sur le coronavirus. Avec l’aide de Maud Begon, autrice illustratrice qui a dessiné les idées de Mathilde. Intitulée « Coronaaah c'est quoi ? », cette bande dessinée est disponible gratuitement sur Internet. Mathilde Puges nous raconte cette formidable aventure, qui ne fait que commencer.

« Les gens devenaient des spécialistes de choses qu’ils ne connaissaient pas ». Voilà le constat à partir duquel Mathilde Puges, médecin infectiologue, est partie pour écrire « Coronaaah c'est quoi ? ». Pendant la première vague de la Covid-19, la jeune médecin se retrouve sur la plateforme « VilleHop » et répondait à toutes les questions que les soignants de ville se posaient sur le virus. C’est vrai qu’au début… les choses étaient loin d’être claires. Tout le monde s’est très vite retrouvé noyer par toutes ces informations, aussi contradictoires les unes que les autres. « Je me suis dit qu’il fallait quelque chose d’assez ludique qui puisse expliquer simplement, ne serait-ce que la base », explique Mathilde Puges. L’objectif c’était donc s’appuyer sur des données scientifiques, pour expliquer et rassurer. 

Rester humble sur ce virus 

S’il y a bien une chose que la pétillante infectiologue a tenu à éviter ce sont les polémiques. « Si vous prenez l’épisode sur les traitements par exemple, je suis restée très factuelle en mettant les différentes pistes de recherche », explique-t-elle. Une chose dont elle est sûre, c’est que « pendant plusieurs mois on va rester très humble par rapport à cette infection ». Pour ne pas s’emmêler les pinceaux, Mathilde Puges s’est concentrée sur des choses qu’elle savait déjà. Par exemple, la différence entre un virus et une bactérie, certains éléments qui sont semblables à d’autres infections etc. En ce qui concerne la Covid, elle s’est appuyée sur des articles scientifiques qui avaient une valeur sûre. « Je ne voulais surtout pas dire des choses fausses, ou dire des choses qui n’étaient pas encore certaines », raconte-t-elle. C’est pourquoi chaque épisode était relu par une série de relecteurs qui apportaient des corrections. Ces relecteurs, ce sont des professeurs et médecins issus de différentes spécialités du CHU de Bordeaux. 

Un travail d’équipe

 Ce projet a débuté en avril, et les épisodes sortaient au fur et à mesure. « L’idée ce n’était pas de faire un bouquin qui sort dix mois après et qui ne sert pas à grand-chose », explique-t-elle. Réagir au plus vite, pour mettre à disposition les informations au grand public, le plus rapidement possible. « On a sorti le premier épisode fin du premier confinement quand il était prêt, et après on essayait de faire au plus vite entre chaque épisode ». Un travail de longue haleine pour l’autrice illustratrice qui devait mettre en scène les scénarii de Mathilde Puges.


« On n'entendait parler que du Covid et moi j’avais pas du tout envie de faire un truc très sérieux. Alors c’était très sérieux sur le plan scientifique et tout ce qu’on disait était hyper vérifié. Mais pour autant, j’avais besoin que ce soit vulgariser, avec de l’humour », explique l’infectiologue. La vulgarisation scientifique et médicale est quelque chose qui a toujours plu à Mathilde Puges, c’était plutôt naturel. Au niveau de l’humour, la plupart des blagues sortent du chapeau de Maud Begon : « pour ça elle a du génie, elle a trouvé des choses assez incroyables », reconnaît Mathilde. « Je trouve que Maud a fait un boulot vraiment incroyable, et je pense que sans elle ça n’aurait pas du tout existé. Je suis vraiment très fière d’avoir travaillé avec elle ».

Un projet financé par le Collège Santé dirigé par l’ancien doyen de la fac de médecine, Jean-Luc Pellegrin, sans quoi, cela n’aurait pas été possible. « Mon papa a fait le mécène pour financer le site internet que ma petite soeur a fait, c’est très familial ! », s’amuse la médecin en infectiologie. 

 D’autres projets se dessinent

 La machine est lancée. Si la question de la publication ne s’est pas encore posée pour « Coronaaah c'est quoi ? », d’autres projets publiés commencent à voir le jour. « Avec Maud on aimerait bien faire d’autres BD sur d’autres virus, ou des bactéries, mais là pour le coup avoir un contact avec un éditeur ». La réalisation d’une série de vulgarisation sur la rougeole, le VIH, les Infections Sexuellement Transmissibles est envisagée pour 2021. « Ça intéresse beaucoup les gens et ça pourrait vraiment aider à comprendre au mieux », conclut Mathilde Puges.

Un autre projet est déjà en route. « Au moment de la plate-forme, on a vécu quelque chose d’assez incroyable. C’est-à-dire qu’on avait énormément de volontaires sur place, des internes, des externes, des médecins retraités, qui étaient tous mobilisés pour répondre aux soignants. Il ne s’était jamais passé ça à l’hôpital », s’étonne encore Mathilde. C’est de là qu’a muri cette idée. L’envie de faire une BD sur ce qui s’est passé à ce moment-là à l’hôpital, parler du vécu des soignants.


« On se faisait applaudir tous les soirs à 20h mais je pense que les gens ne savent pas trop ce qui se passe vraiment dans l’hôpital public ». Un projet d’une plus grande envergure cette fois. Après avoir contacté plusieurs auteurs de BD, un lui a répondu : « l’auteur Boulet. Il ne pouvait pas mais il m’a mis en relation avec une association de BD qui s’appelle ink link ». C’est une association qui soutient les associations et institutions par le dessin. Sur ce nouveau projet, c’est 11 artistes réputés qui s’investissent : Wilfrid Lupano, François Duprat, Gaëlle Hersent, Miss Prickly, Sess, Mayana Itoïz, Ohazar, Mathilde Domecq, Laure Garancher, Weldohnson et Yannick Corboz. « Un bouquin génial qui sortira début 2021 parce qu’on est en campagne de crowdfunding », exprime fièrement Mathilde Puges. Ce projet a reçu la moitié de son financement par le Mécénat du CHU de Bordeaux. Le financement participatif servira à l’impression. « Je suis hyper fière de ce projet-là qui est génial, c’est un projet collectif, tout le monde y a participé ». Une année 2021 qui s’annonce riche pour Mathilde Puges.

Mélanie Philips
Par Mélanie Philips

Crédit Photo : Maud Begon

Partager sur Facebook
Vu par vous
10935
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !