18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | MedicActiv : la simulation numérique franchit un nouveau pas dans le milieu médical

12/10/2015 | La première plateforme de simulation numérique dédiée à la formation en santé a été lancée aujourd'hui sur le campus de Talence. Prometteur.

MedicActiv a été lancée ce lundi 12 octobre

La e-santé, ou "santé connectée" semble avoir franchi un nouveau pas en avant en Aquitaine. La société Interaction Healthcare a lancé ce lundi 12 octobre sur le campus de Talence une toute nouvelle plateforme de simulation numérique dédiée à la formation santé. MedicActiv est une plateforme collaborative, dans laquelle généralistes, spécialistes ou étudiants infirmiers pourront rassembler des "cas cliniques virtuels", dans le but d'améliorer les prestations de soins réels. Entre "serious game" et application technique, elle compte bien se développer dans les années à venir. Explications.

Tout est en fait parti de la réponse à un appel à projet passé par la région Aquitaine dans le domaine des "serious games", ces jeux vidéo pédagogiques qu'on voit fleurir un peu partout, notamment dans le domaine du vin. L'appel, passé il y a trois ans et demi, a amené la société Interactive Healthcare (PME composée de 44 personnes) a proposer ce "MedicActiv" dont l'objectif est en fait la formation de tous les professionnels de santé (qu'ils soient spécialistes ou étudiants) par l'intermédiaire de "cas cliniques virtuels". Cinq cas de base ont déjà été créés et sont consultables sur le site de la société, mais ce sera ensuite aux professionnels et formateurs d'utiliser cet outil pour en créer de nouveaux, dans un panel de spécialité très large. Dans la pratique, ils seront donc à un patient virtuel, ce qui permettra d'adapter les soins en fonction de la demande, et d'améliorer la prestation réelle du professionnel de santé. 

Rendre accessibleComme le souligne Jérome Leleu, pdg d'Interaction Healthcare, "la simulation numérique dans le domaine de la santé est au coeur du projet. Nous avons l'ambition d'utiliser la ressource numérique pour pouvoir traiter tout un ensemble de cas cliniques. Nous voulons rendre cette technologie, qui coûte encore cher, plus accessible à tous. Qu'ils puissent consulter les cas, en créer ou les partager via différents supports, comme un ordinateur ou une tablette numérique", précise le chef d'entreprise. Le tout, bien sûr, avec différentes collaborations et institutions déjà intéressées par ce projet naissant, comme le CHU d'Angers ou encore la Croix Rouge au niveau européen (puisque l'agence a un projet de serious game dans le domaine de la physiothérapie) ou les universités étrangères, notamment au Portugal ou en Espagne. 

De nouvelles perspectives économiques"Cette application ouvre des champs nouveaux. Le défi pour les universités est énorme, on ne peut plus assurer une formation universelle simplement en délivrant de l'information. Si on ne se saisit pas d'outils technologiques adaptés, on se mettra nous mêmes en difficulté", précise Manuel Turon de Lara, Président de l'Université de Bordeaux, selon qui ces simulations virtuelles sont déjà en train de se diffuser dans d'autres disciplines. "Ces outils devront aussi s'adresser aux patients eux-mêmes. En leur fournissant une éducation thérapeutique, ils vont eux même devenir des experts dans leur diagnostic santé", espère quant-à-lui Pierre Dos Santos, vice-président du pôle recherche de l'université. En termes de coûts, le projet a été financé par la région à hauteur de 170 000 euros, soit 32% de son coût total initial, chiffré à 500 000 euros. "Nous devons être capables d'anticiper les besoins des malades, qui deviennent des malades chroniques. On doit pouvoir aller plus loin qu'une simple rencontre numérique, et continuer à créer un écosystème porteur d'activités et créateur d'innovations", a pour sa part commenté Alain Rousset, président de la région Aquitaine, venu assister au lancement de la plateforme. 

Une exception françaiseLe jeu en vaut apparemment la chandelle puisque selon les statistiques officielles, 70% des professionnels européens ayant suivi une formation en 2014 l'ont effectuée... en ligne, contre seulement 40% en France. La simulation et les classes virtuelles figurent d'ailleurs encore en dernière position des outils utilisés pour ces formations. Peut-être plus pour longtemps (même si la création d'un cas clinique classique reste à chiffrer entre 50 000 et 200 000 euros) : la start-up a pour projet de développer un système de "labellisation" de cas, soumis à une organisation extérieure à l'entreprise pour "en évaluer la pertinence médicale", des outils de collaboration en ligne et même des "cas cliniques multijoueur" pour pouvoir être formé en équipes. Le système deviendra même autonome d'ici le milieu de l'année 2016, avec à la mise à disposition un logiciel, "Patient genesys", qui sera un créateur de cas cliniques virtuels (un peu comme un créateur de niveaux, mais dans une application plus professionnelle). La pédagogie collaborative utilise de plus en plus le numérique en faisant appel à des entreprises locales, des clusters ou des pôles spécialisés. Les patients, eux, commencent déjà à ressentir les effets du numérique sur leurs consultations : 100 millions de consultations médicales par internet étaient déjà assurées en 2014. 

 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2677
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !