Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | MedicActiv : la simulation numérique franchit un nouveau pas dans le milieu médical

12/10/2015 | La première plateforme de simulation numérique dédiée à la formation en santé a été lancée aujourd'hui sur le campus de Talence. Prometteur.

MedicActiv a été lancée ce lundi 12 octobre

La e-santé, ou "santé connectée" semble avoir franchi un nouveau pas en avant en Aquitaine. La société Interaction Healthcare a lancé ce lundi 12 octobre sur le campus de Talence une toute nouvelle plateforme de simulation numérique dédiée à la formation santé. MedicActiv est une plateforme collaborative, dans laquelle généralistes, spécialistes ou étudiants infirmiers pourront rassembler des "cas cliniques virtuels", dans le but d'améliorer les prestations de soins réels. Entre "serious game" et application technique, elle compte bien se développer dans les années à venir. Explications.

Tout est en fait parti de la réponse à un appel à projet passé par la région Aquitaine dans le domaine des "serious games", ces jeux vidéo pédagogiques qu'on voit fleurir un peu partout, notamment dans le domaine du vin. L'appel, passé il y a trois ans et demi, a amené la société Interactive Healthcare (PME composée de 44 personnes) a proposer ce "MedicActiv" dont l'objectif est en fait la formation de tous les professionnels de santé (qu'ils soient spécialistes ou étudiants) par l'intermédiaire de "cas cliniques virtuels". Cinq cas de base ont déjà été créés et sont consultables sur le site de la société, mais ce sera ensuite aux professionnels et formateurs d'utiliser cet outil pour en créer de nouveaux, dans un panel de spécialité très large. Dans la pratique, ils seront donc à un patient virtuel, ce qui permettra d'adapter les soins en fonction de la demande, et d'améliorer la prestation réelle du professionnel de santé. 

Rendre accessibleComme le souligne Jérome Leleu, pdg d'Interaction Healthcare, "la simulation numérique dans le domaine de la santé est au coeur du projet. Nous avons l'ambition d'utiliser la ressource numérique pour pouvoir traiter tout un ensemble de cas cliniques. Nous voulons rendre cette technologie, qui coûte encore cher, plus accessible à tous. Qu'ils puissent consulter les cas, en créer ou les partager via différents supports, comme un ordinateur ou une tablette numérique", précise le chef d'entreprise. Le tout, bien sûr, avec différentes collaborations et institutions déjà intéressées par ce projet naissant, comme le CHU d'Angers ou encore la Croix Rouge au niveau européen (puisque l'agence a un projet de serious game dans le domaine de la physiothérapie) ou les universités étrangères, notamment au Portugal ou en Espagne. 

De nouvelles perspectives économiques"Cette application ouvre des champs nouveaux. Le défi pour les universités est énorme, on ne peut plus assurer une formation universelle simplement en délivrant de l'information. Si on ne se saisit pas d'outils technologiques adaptés, on se mettra nous mêmes en difficulté", précise Manuel Turon de Lara, Président de l'Université de Bordeaux, selon qui ces simulations virtuelles sont déjà en train de se diffuser dans d'autres disciplines. "Ces outils devront aussi s'adresser aux patients eux-mêmes. En leur fournissant une éducation thérapeutique, ils vont eux même devenir des experts dans leur diagnostic santé", espère quant-à-lui Pierre Dos Santos, vice-président du pôle recherche de l'université. En termes de coûts, le projet a été financé par la région à hauteur de 170 000 euros, soit 32% de son coût total initial, chiffré à 500 000 euros. "Nous devons être capables d'anticiper les besoins des malades, qui deviennent des malades chroniques. On doit pouvoir aller plus loin qu'une simple rencontre numérique, et continuer à créer un écosystème porteur d'activités et créateur d'innovations", a pour sa part commenté Alain Rousset, président de la région Aquitaine, venu assister au lancement de la plateforme. 

Une exception françaiseLe jeu en vaut apparemment la chandelle puisque selon les statistiques officielles, 70% des professionnels européens ayant suivi une formation en 2014 l'ont effectuée... en ligne, contre seulement 40% en France. La simulation et les classes virtuelles figurent d'ailleurs encore en dernière position des outils utilisés pour ces formations. Peut-être plus pour longtemps (même si la création d'un cas clinique classique reste à chiffrer entre 50 000 et 200 000 euros) : la start-up a pour projet de développer un système de "labellisation" de cas, soumis à une organisation extérieure à l'entreprise pour "en évaluer la pertinence médicale", des outils de collaboration en ligne et même des "cas cliniques multijoueur" pour pouvoir être formé en équipes. Le système deviendra même autonome d'ici le milieu de l'année 2016, avec à la mise à disposition un logiciel, "Patient genesys", qui sera un créateur de cas cliniques virtuels (un peu comme un créateur de niveaux, mais dans une application plus professionnelle). La pédagogie collaborative utilise de plus en plus le numérique en faisant appel à des entreprises locales, des clusters ou des pôles spécialisés. Les patients, eux, commencent déjà à ressentir les effets du numérique sur leurs consultations : 100 millions de consultations médicales par internet étaient déjà assurées en 2014. 

 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3037
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !