17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Métallurgie : la vocation de Laetitia

28/07/2014 | Laetitia Garris a débuté comme coiffeuse. Elle travaille aujourd’hui à la SERCS, une PME spécialisée dans la chaudronnerie et la mécano-soudure, et elle a reçu le Prix de la vocation féminine

Laetitia Garris s'épanouit dans son nouveau métier

« C’est un métier valorisant. Il n’est pas fréquent de voir des femmes le pratiquer. Pourtant, je le conseille à beaucoup d’entre elles ». A 22 ans, Laetitia Garris a trouvé sa voie. Après avoir tourné le dos à la coiffure, une profession dont l’univers ne lui convenait guère, cette jeune femme au tempérament volontaire s’est orientée vers une tout autre voie. Avec un plaisir évident, elle est en train d’apprendre le métier de technicienne d’usinage. Son enthousiasme l’a amenée à recevoir cette année le Prix de la vocation féminine.

Le parcours n’est pas banal. Mais il est révélateur des possibilités offertes aux jeunes dans une branche industrielle, la métallurgie, qui se démène depuis des années pour trouver des personnels qualifiés. Au moment où le marché de l’aéronautique connait un second souffle, ses besoins sont en  effet criants. « En 2013, nous avons par exemple cherché un chaudronnier expérimenté dans ce domaine. Il nous a fallu un an pour le trouver » explique Marie Poles, responsable des ressources humaines à la SERCS. 

Cette entreprise, filiale du groupe Alcen, est implantée en Béarn, à Narcastet. Disposant de hauts niveaux de qualification, elle s’est spécialisée dans la chaudronnerie fine, la mécano-soudure et les contrôles non destructifs. Un savoir-faire qui l’amène à travailler pour des géants de l’aéronautique comme le groupe Safran et Dassault aviation, Daher-Socata, mais aussi à intervenir dans les domaines de la Défense, de la sécurité, de l’énergie, ainsi que des machines médicales.

La profession s’est organiséeIl va sans dire que la compétence des salariés joue ici un rôle essentiel. « Dans la région, le vivier des personnels qualifiés a  été épuisé, et la recherche de personnes provenant de l’extérieur fonctionne peu. Les gens ne bougent pas. D’autant plus que se pose le problème du reclassement du conjoint » constate Marie Poles. « De plus, aller chercher quelqu’un à l’autre bout de la France n’est pas toujours simple pour une PME ».

La SERCS, qui emploie 64 personnes, participe donc aux efforts de formation déployés sur le plan local par ses collègues de la métallurgie. L’entreprise accueille en ce moment quatre jeunes préparant un bac pro au sein du Centre de formation des apprentis de l’industrie (CFAI) de Bordes. Leur cursus de trois années se déroule en alternance, à raison de quinze jours en cours, et quinze jours en atelier. Laetitia Garris figure parmi eux depuis plus d’un an.

« Je me suis dit : pourquoi pas ? »Pour elle, tout est parti d’une petite annonce. Après avoir quitté une profession dans laquelle elle ne s’épanouissait pas, et être restée plus de deux ans au chômage, la jeune femme a en effet appris qu’une journée portes-ouvertes se tenait au CFAI. « Je me suis dit : pourquoi pas ? Et je suis allée voir ».

Tout de suite, la découverte des machines et la description du métier l’ont accrochée. « J’étais séduite par l’idée de faire quelque chose qui puisse servir. Je trouvais ça intéressant.»  Des contacts noués avec plusieurs entreprises ont finalement débouché sur un  contrat d’apprentissage, signé à la SERCS. Laetitia y travaille aujourd’hui sous la houlette d’un tuteur attentif, Jean-Michel Luquet. « Il m’a tout expliqué du métier. »

« Elle connait son métier »L’usinage des pièces placées dans une machine à commande numérique, le contournage, le perçage avec des positionnements qui nécessitent parfois une précision au centième de millimètre près… « C’est compliqué. Mais je me suis sentie à l’aise tout de suite» ajoute-t-elle. Motivée et n’hésitant pas à prendre des initiatives, la jeune béarnaise apprécie également l’ambiance d’un atelier à taille humaine. De plus, elle a su faire sa place dans un environnement très masculin. « Il n’y avait jamais eu de fille apprentie en usinage ».

« Les qualités féminines sont la minutie et l’organisation » répond son tuteur lorsqu’on lui parle de cette mini-révolution. « On est à l’écoute de Laetitia car elle montre qu’elle est crédible et qu’elle connait son métier ».

Un sacré compliment. L’intéressée l’appréciera sans doute autant que le Prix de la vocation féminine qu’on lui a décerné cette année. Celui-ci est destiné à récompenser les femmes qui occupent un poste technique dans les industries de la métallurgie.
Les entreprises ne cessent de le répéter : elles pourraient être plus nombreuses.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1768
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !