Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Michèle Delaunay "met la pression" pour la sortie du tabac en 2030

02/06/2015 | La députée de Gironde et ancienne cancérologue, propose diverses mesures pour une sortie du tabac en 2030.

Michèle Delaunay, entourée des représentants des associations de lutte contre le tabagisme

Son engagement ne date pas d'hier, mais à l'occasion de la Journée mondiale sans tabac, ce dimanche 30 mai, la députée Michèle Delaunay, entourée d'acteurs associatifs, a voulu « maintenir la pression sur le gouvernement » et mobiliser autour d'une idée forte : « sortir du tabac en 2030 ». Un combat contre le tabac dont elle compare l'importance à celle de la lutte contre la peine de mort. Selon elle, « l'homme politique qui s'engagera de manière forte dans cette lutte au plan international marquera l'histoire ». Pour sa part, l'ex-cancérologue, tient à contribuer à ce combat, en proposant, derrière le constat sanitaire et financier dramatique, une série de mesures visant à préparer cette sortie du tabac.

Le discours chiffré est peut être, pour les fumeurs en tout cas, rébarbatif, maussade, ringard et un brin donneur de leçon... Mais pourtant, il est difficile de passer à côté de l'hécatombe provoquée par la cigarette : « 78 000 morts en France chaque année, c'est plus de 200 personnes par jour. Le tabac tue 1000 fois plus que les pesticides. Si on prend l'exemple du Médiator, tout au long de son histoire, il a fait moins de mort que le tabac en 2 semaines. De nos jours personne n'oserait légaliser le tabac !». Tout aussi morbide, la prévision selon laquelle la moitié des consommateurs actuels mourront d'une maladie liée au tabac.
Du point de vue financier aussi, on se prend les pieds dans le tabac. A l'argument bien connu que « l'Etat s'enrichit sur le dos des fumeurs », Michèle Delaunay et les représentants de La Ligue contre le cancer, refont le calcul. « Chaque année, le tabac rapporte 14 Milliards d'euros à l'Etat. Mais son coût sanitaire et social (remboursement de soin, congés maladie, etc...) c'est 47,7 Milliards d'euros, c'est trois fois le déficit de la sécurité sociale! »

Dépasser le "prix psychologique" des 10€ par paquetAlors, pour tenter de sortir de ce cercle addictif et vicieux que l'énonciation des seuls chiffres ne suffit pas à briser, la députée et les associations notamment la Ligue contre le Cancer, l'Alliance contre le Tabac, la Croix Rouge française ou encore Agir 33 Aquitaine se sont saisies de la Journée mondiale sans tabac, pour mettre le projecteur sur diverses mesures pouvant amener à une sortie progressive du tabac d'ici 15 ans.
Parmi elles : l'augmentation des prix des produits du tabac, considérant qu'en France, « le prix psychologique » pouvant faire baisser la consommation et surtout dissuader les jeunes de s'y mettre, est de 10€. « Ces derniers en effet, et notamment les jeunes filles, fument de plus en plus et de plus en plus tôt », constatent les associations. Une augmentation de prix qui n'aurait de sens que dans le cadre d'une harmonisation des prix au niveau européen et ainsi éviter le commerce (licite et illicite) à l'étranger, ajoute la députée.

Autre mesure envisageable, permettre des actions de groupe en justice contre les industries tabatières pour les victimes et familles de victimes des produits du tabac, « en passant par le biais du caractère addictif du produit», précise Michèle Delaunay. Enfin, bien consciente de ce que la baisse du tabac peut engendrer pour les buralistes, des auditions sont actuellement en cours à l'Assemblée nationale, pour nourrir les réflexions les concernant. Pour l'ancienne Ministre « il s'agit de moderniser et diversifier le métier de buraliste, en développant des activités hors tabac ». Elle pense également à un plafonnement de leur rémunération sur le tabac vendu, un montant forfaitaire au delà duquel il ne serait pas possible d'aller.

"Dé-normaliser l'utilisation du tabac"Côté prévention, « il faut dé-banaliser, dé-normaliser l'utilisation du tabac. Il est trop facile de rester dans la sphère du plaisir et de l'autonomie de choix du fumeur», selon David Saint-Marc, sociologue, membre de la Ligue contre le cancer. « Quand on commence à fumer à 12 ans, est-ce qu'on l'a vraiment choisi ? » interpelle-t-il. D'où l'importance pour les associations de ce type de mesure ainsi que de la multiplication des espace sans tabac : plages, aires de jeu et parcs publics, l'entrée et la sortie des école par exemple... "Il ne s'agit pas de limiter la liberté du fumeur mais de préserver les jeunes de l'image du tabac sur leur lieu de présence". De la même manière, députée et associations ne sont pas tendres avec le cinéma français, qui tendrait à banaliser l'image de la cigarette: « 80% des séries et films français contiennent des scènes de tabagisme. Pour 40% on peut deviner la marque des cigarettes utilisées... » Des chiffres qui selon eux, dépassent largement les seuls intérêts historiques ou artistiques du film ou de la scène en question.

Le 29 juin 2015, la députée et les associations organisent à 18h30 une table ronde à l'Athénée Joseph Wresinski de Bordeaux : « Sortir du tabac en 2030 ». Au programme : fiscalité, harmonisation européenne, action de groupe, lutte contre le commerce illicite et l'influence des lobbies.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7716
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !