Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/04/21 | « De l’air ! » en Deux-Sèvres

    Lire

    L’association Ah ? qui propose des spectacles vivants et des évènements artistiques propose pour cette année 2021, 40 représentations dans 8 communes du département comme du théâtre de rue, de la poésie ou des dispersions graphiques. Les 22 compagnies programmées auront pour thématique « De l’air ! » en référence à l’épidémie de Covid-19 et traitera du besoin de liberté, de grands espaces, et de véritables retrouvailles. Festival espéré du 27 mai au 6 juin 2021...

  • 09/04/21 | Les « Marais d’Olives » à Parempuyre recherche un agriculteur

    Lire

    Bordeaux Métropole, propriétaire des « marais d’Olives » à Parempuyre, lance un Appel à Manifestation d’Intérêt pour recruter un agriculteur sur le site. Le site de 90 ha abrite une partie en prairie, un « marais pédagogique » et une partie non-valorisée comprenant des terrains agricoles et un bâtiment. Ce bail agricole environnemental sera d’une durée de 9 ans renouvelable. Les dossiers de candidature sont à transmettre avant le 30 juin 2021.

  • 09/04/21 | David Fortems, lauréat du prix Régine Desforges

    Lire

    Pour la 6ème année, le prix Régine Desforges, porté par la Ville de Limoges et les enfants de l’auteure, récompense un premier roman écrit par un auteur francophone. Cette année, le jury a décerné son prix à David Fortems, 24 ans, pour son roman « Louis veut partir ». Le lauréat a été récompensé par la Ville à hauteur de 3 000 €.

  • 09/04/21 | Plusieurs départs de feu de forêts en Charente-Maritime

    Lire

    Le sud du département de la Charente-Maritime a été touché par plusieurs feux de forêt le dimanche 4 avril (Montendre) et le jeudi 8 avril (Cercoux), qui ont nécessité le déploiement d’importants moyens de secours, ainsi que l’évacuation de plusieurs habitants à titre préventif. Face à cette situation, le préfet a demandé à la Gendarmerie nationale d’intensifier les patrouilles de surveillance afin de repérer et de procéder à l’interpellation de tout individu présentant un comportement suspect.

  • 08/04/21 | Ségur de la santé: 240 M€ pour la modernisation du CHU de Bordeaux

    Lire

    C'est Olivier Véran, ministre de la santé et des Solidarité qui en a fait l'annonce, le CHU de Bordeaux va bénéficier de 240 M€ dans le cadre du Ségur de la Santé. Cette enveloppe permettra de mener à bien le projet de "Nouveau CHU" porté par l'établissement lourd d'un investissement de 800 M€ sur 10 ans. Au total, une dizaine d’opérations va être menée sur les différents sites du CHU entre construction de nouveaux bâtiments (90 000 m²), et rénovation de l'existant. Les sites de Pellegrin et Saint-André notamment seront entièrement réhabilités, proposant aussi une réorganisations des services.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | « Miel 100% pur et naturel » : l’Etat débouté face à une entreprise béarnaise

16/10/2017 | Les services de l'Etat reprochaient l'intitulé d'une étiquette aux miels Michaud. Mais ces derniers avaient des arguments

Vincent Michaud, le PDG de Famille Michaud Apiculteurs

A-t-on le droit d’écrire sur un pot de miel que le produit qu’il contient est « 100% pur et naturel » ? C’est ce qu’a fait l’entreprise Michaud, qui est installée dans les Pyrénées-Atlantiques. Et c’est ce qui lui a été reproché par l’administration. Cette dernière estimait qu’il s’agissait là d’un abus de langage par rapport à ses concurrents. Car, à ses yeux, le miel est par définition pur et naturel. La suite de cette affaire, portée devant la Justice, lui a prouvé que non. Elle a débouché sur la relaxe de l’entreprise béarnaise. Un jugement intéressant au moment où la qualité d’une grande partie des miels vendus en France est sujette à caution.

Le moins que l’on puisse en dire, c’est qu’en matière de miel,  le drapeau noir flotte sur la marmite dans notre pays. Mises à mal par diverses menaces, dont les pesticides, les abeilles sont victimes d’une hécatombe.

En 30 ans, la production nationale de miel a été divisée par trois. Elle affiche désormais des records de faiblesse pour se situer à environ 10 000 tonnes seulement par an. Cela, alors que notre pays  en consomme près de 40 000 tonnes, qu’il va chercher en grande partie à l’étranger, notamment en Chine. De quoi ouvrir la porte à tous les abus.

Des tests réalisés en 2014 par l’Union européenne, ont montré que 32% des miels analysés par ses services présentaient une non-conformité. Un constat qu’a également pu établir « Que choisir » en découvrant que, sur 20 miels premier prix vendus dans la grande distribution, 6 comprenaient des ajouts de sirop de sucre.

L’étiquette n’a pas plu

Le procès intenté dans ce contexte à Famille Michaud Apiculteurs par la Direction départementale de la protection des populations de la Manche a mis le doigt sur le malaise.

Lors d’un contrôle effectué voici deux ans dans un hypermarché, l’administration avait jugé abusive la mention « 100% pur et naturel » portée sur les étiquettes de la marque « Lune de miel » qui est commercialisée par l’entreprise.

 Cela constituait selon elle une expression exagérée. Car la pureté et le côté naturel du miel sont à ses yeux des choses évidentes. Bref, pour les fonctionnaires, il y avait là un excès de langage de nature à porter préjudice à la concurrence.

L’affaire a été plaidée en octobre devant le tribunal correctionnel de Pau. Elle a amené Vincent Michaud, le PDG de l’entreprise, et son avocat Fabien Lapeyre à mettre quelques points sur les « i ». 

La réalité du terrain

Tout d’abord pour rappeler qu’un miel n’est pas forcément un produit pur. Car, en butinant, l’abeille peut ramener à la ruche un pollen pollué par des pesticides, des antibiotiques et des perturbateurs endocriniens.

Ensuite pour signaler que, face à l’énorme demande, les pratiques adoptées par certains apiculteurs ne sont pas toujours angéliques. Bon nombre d’entre eux nourrissent en effet leurs abeilles en hiver avec du sirop de sucre. « S’il n’est pas retiré suffisamment en amont, celui-ci se retrouve dans les miels de printemps ». Qu’en est-il alors de l’aspect naturel du produit ?

Autant de défauts que l’entreprise pyrénéenne, qui emploie près de 240 personnes et s'approvisionne dans le monde entier, se charge de traquer pour rejeter les miels qu’elle ne juge pas conformes.

Elle s’appuie pour cela sur les nombreux contrôles réalisés au sein de son laboratoire accrédité COFRAC. Mais également sur le recours, depuis l’année dernière,  à la technologie de l’identification par résonance magnétique nucléaire (IRMN) . Un outil que personne d'autre au monde n'utilise dans ce domaine, dit-elle. Ce qui l’amène à affirmer qu’elle est actuellement la seule à pouvoir garantir « un miel 100% pur et naturel ».

Combien de contrôles en France ?

Voici quelques jours, le tribunal correctionnel a relaxé l’entreprise poursuivie par les services de l’Etat. Il a confirmé que cette dernière peut revendiquer la mention portée sur les pots de miel. 

Une décision dont Vincent Michaud se félicite. Ce qui ne l’empêche pas de regretter « que l’administration réalise peu de contrôles sur les miels commercialisés en France ».

Plus de 80 millions de pots de miel sont vendus chaque année dans notre pays par plus de 10 000 vendeurs, rappelle-t-il. « Or l’administration effectue seulement 200 contrôles ».

 

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
49952
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
gabriel | 15/11/2017

dans un monde de médiocres,malheur aux bons!!!!!!!!!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !