Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Mios, l'exception du handball féminin français

02/06/2009 |

Mios contre Metz

Mios a remporté samedi 2 mai le premier titre de l'histoire du club. Les girondines ont décroché la Coupe de France en dominant Metz (29-28) en finale. Elles joueront donc la Coupe d'Europe des Vainqueurs de Coupe la saison prochaine. Un titre, qui récompense un club d'exception, qui, il y a quelques jours recherchait encore des fonds pour se maintenir en D1 féminine.

Samedi soir, Roger Mayonnade, 79 ans, le président du club de handball de Mios ne cache pas sa fierté. Ses "filles" viennent de lui offrir son premier titre, la coupe de France en battant Metz, qui vise la première place en championnat. En 2006, les handballeuses de Mios avaient échoué en finale. Mais, surtout c'est une magnifique histoire comme le sport collectif peut nous en conter. Mios, petite commune du bassin d'Arcachon d'à peine 6 000 habitants a vaincu Metz, le plus gros budget de D1. Pourtant, il y a trois jours l'équipe craignait de ne pas avoir le budget minimum de 700 000 euros exigé par la Ligue et d'être condamné à jouer en D2 faute de moyens. C'est Alain Rousset, le président de la région Aquitaine, qui a sauvé le club en leur assurant jeudi de son soutien financier.

La passion pour moteur
A l'image de son parcours, l'histoire du club est atypique. Le club a été créé en 1970 par un ancien footballeur professionnel, Roger Mayonnade, qui en est toujours le président. « Mes enfants adoraient le handball. Ils y jouaient dans la cour d'école. Un jour, j'ai été convoqué à la mairie et le maire m'a dit que mes fils voulaient monter un club. J'ai tout de suite accepté. » C'est le début d'une aventure humaine. Les débuts sont difficiles. « Nous nous sommes cotisés pour acheter les maillots. » Le club commence avec une équipe de seniors en district et 25 licenciés. Aujourd'hui, ils sont près de 200 ( il y a au total 10 équipes) ! Et dès la deuxième année, une douzaine de filles arrivent au club. Aussitôt une équipe séniors est constituée. Les succès sont immédiats. Tous les ans, elles changent de divisions et dominent le championnat d'une main de maître. A tel point, qu'en 3 ans, elles sont déjà en Nationale 2 ! Rapidement, il va falloir faire un choix et l'équipe seniors masculine disparaît, faute de moyens pour subvenir aux besoins des deux équipes. En 1994, les filles seront championnes de France de Nationale 1 et en 1997, c'est l'accession à l'élite en D1. Et là, c'est une autre dimension... financière, le début des ennuis pour Roger Mayonnade, qui fait des pieds et des mains tous les ans pour équilibrer le budget. Car il faut payer les joueuses, les déplacements dans la France entière... et « les charges sont les mêmes comme dans n'importe quelle entreprise », souligne t-il. Alors à défaut d'être riche, le président mise sur ce qui est essentiel pour lui : l'ambiance. « Il y a une véritable amitié dans ce club. Chacun se respecte et se parle bien ici. Il n'y a jamais de grincements de dents. » Une affection que l'on décèle facilement quand il parle de « ses joueuses ». L'équipe en tout cas déplace les foules. Les matchs se jouent souvent à guichets fermés et le public (environ 500 personnes) pousse fort derrière ses handballeuses à chaque match.

L'amour du maillot
Chaque saison est un numéro d'équilibriste sur le plan financier. Le principal soutien du club est en fait la population locale, puisque tous les ans, l'avant dernier week-end de juillet, est organisé un grand festival de danse, d'art et de musique à Mios, qui a lui aussi acquis une notoriété nationale. Il est devenu un des trois premiers festivals français de ce genre. 150 bénévoles passionnés de handball se démènent tous les ans à l'occasion de ce festival pour que le club survive. Près de 6 500 repas y sont servis. Le plus dur comme le souligne Emmanuel Mayonnade, le fils du président et entraîneur de l'équipe première, c'est de conserver les talents. Souvent pour attirer les joueuses, il faut aussi proposer un travail, un logement. Mais il n'est pas facile de faire face aux mastodontes de la D1, qui eux, ont d'autres arguments... reconnaît Emmanuel Mayonnade. Plus jeune entraîneur de France, à 23 ans, il réalise pour l'instant une belle saison. Comment expliquer un tel succès ? « Nous avons un gros collectif. Chaque fille est au service de l'autre dans l'équipe. L'amour du maillot est fondamental ici", conclut-il.

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
297
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !