Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/10/18 : La diffusion de la mini-série TV, "Victor Hugo ennemi d'Etat", tournée en Dordogne, est annoncée pour les 5 et 6 novembre. Elle se présente en quatre épisodes et met en scène les comédiens Isabelle Carré et Yannick Choirat dans le rôle principal.

22/10/18 : La Rochelle : la Ville et la Chambre d'Agriculture organisent un marché fermier d'automne, le 27 octobre de 10h à 19h place de Verdun. Thématique : la citrouille, avec des ateliers confections de citrouilles d'Halloween pour les enfants de 14 à 17h.

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/10/18 | Poitiers: Tous à la patinoire avec Pass’sport

    Lire

    Du 20 octobre au 4 novembre, la Communauté Urbaine de Grand Poitiers met en place son Pass’Sport. Il permet, pour les enfants des 40 communes jusqu’à 16 ans, un accès à la patinoire et le prêt de patins gratuitement tous les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 14h30 à 17h. Pour obtenir le Pass’Sport, rdv dans la mairie de votre commune. Renseignements : 05 49 52 35 35 ou pass-sports@grandpoitiers.fr

  • 23/10/18 | La Rochelle : après les travaux, un exercice de protection contre les submersions

    Lire

    Suite aux travaux de protection contre les submersions marines menés dans le quartier du Gabut et de la Ville en Bois, la ville de La Rochelle va mener un exercice de simulation d'état d'alerte submersions, le vendredi 23 novembre à partir de 17h. Formés les 18 et 19 octobre, 18 des 26 agents chargés d'intervenir seront mobilisés pour mettre en place clapets et batardeaux entre le pont Scherzer et l'esplanade du Gabut pour un test grandeur nature avant l'hiver.

  • 22/10/18 | Le Plan Végétal Environnement est là !

    Lire

    Pour aider les agriculteurs à investir dans du matériel ou dans l’aménagement de leur exploitation, la Région Nouvelle-Aquitaine, les agences de l’eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne, le FEADER, l’État et les collectivités territoriales lancent un nouvel appel à projets jusqu’au 31 mars 2019. Il permet de répondre à la réduction des pollutions et à l’optimisation de la consommation d’intrants ; à la réduction de l’érosion des sols ou à la réduction des prélèvements de la ressource en eau. Modalités et formulaire de réponse

  • 22/10/18 | Charente-Maritime : un nouveau sous-préfet pour le bassin de Jonzac

    Lire

    Jérôme Aymard, le nouveau sous-préfet de Jonzac, prend officiellement ses fonctions ce 22 octobre lors d'une cérémonie de commémoration aux Morts à Jonzac. C'est son premier poste en tant que sous-préfet, après avoir été chef de différents services de sous-préfectures dans la Loire et dans le Morbihan, où il était dernièrement DRH à la Préfecture.

  • 22/10/18 | Le retour des marchés au gras à partir du 3 novembre à Périgueux

    Lire

    La saison des marchés au gras et aux truffes a lieu du samedi 3 novembre au 16 mars 2019. Les mercredis et samedis matin, les producteurs locaux vendront leurs produits frais issus de l’élevage de canards et d’oies. La place Saint-Louis, accueillera une trentaine de producteurs de Dordogne venus faire découvrir, déguster et vendre des produits de haute qualité. Quatre marchés primés seront organisés, les 17 novembre, 15 décembre, 12 janvier et 16 février. Les marchés aux truffes débutent le 8 décembre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Nez rouges à l'hosto auprès des enfants malades

14/11/2008 |

Les Clowns Stéthoscopes

Les Clowns Stéthoscopes recrutent. Ils sont actuellement 9 à venir rendre régulièrement visite aux enfants malades et à leurs parents dans les hôpitaux de Pellegrin à Bordeaux et Haut-Lévêque à Pessac. L'association cherche à pérenniser son action en embauchant cette année 3 ou 4 nouveaux clowns et en renforçant son équipe de bénévoles.

Ce n'est pas un spectacle ni une animation que proposent les clowns aux enfants et à leurs parents mais une rencontre, basée sur l'improvisation. « On s'adapte aux besoins de l'enfant, il faut saisir ce qu'il se passe », explique Aurélie Lopez, alias Magnolia, une clown espiègle qui travaille depuis 5 ans dans l'association. Pas question de s'imposer dans les chambres : « Avec le nez rouge, on demande toujours l'autorisation à l'enfant : nous sommes le seul interlocuteur à l'hôpital auquel il puisse dire "non". Parfois on se fait envoyer balader, et c'est très bien ainsi. » La rencontre peut donc durer 10 secondes ou un quart d'heure. « Notre objectif n'est pas forcément de faire rire mais d'ouvrir une fenêtre. Faire oublier à l'enfant qu'il est à l'hôpital et rappeler aux parents que leur enfant malade reste d'abord un enfant. Ce peut être une petite comptine au creux de l'oreille d'un petit, une bataille d'eau avec un ado ou danser la tecktonik dans les couloirs avec les infirmières et les aides soignants ».

Après une phase d'apprivoisement, l'équipe soignante est également entrée dans le jeu. « Ils peuvent ainsi se montrer aux enfants sous un autre jour que celui des faiseurs de piqûres ou des maniaques du pansement. Et nous, les clowns, on n'en à rien à faire de la hiérarchie, on tutoie et on rigole avec le chirurgien comme avec la femme de ménage, cela permet à tout le monde de décompresser ».

Une relation privilégiée avec l'équipe soignante
« A notre arrivée dans le service hospitalier, on déchausse le nez pour discuter avec les infirmières et les aides soignants de l'état psychologique et émotionnel des enfants, on s'informe aussi des parents, de comment ils vont », explique Stella Aucharles, la coordinatrice de l'association. « De même, après chaque intervention, on fait un débriefing avec l'équipe soignante. Cela permet d'assurer d'ajuster nos improvisations et d'assurer un suivi auprès des enfants dont certains restent plusieurs semaines hospitalisés. » Le corps médical est aussi impliquée dans la vie de l'association qui s'efforce d'intégrer des représentants dans son conseil d'administration. Très récemment, le Professeur Yves Pérel, responsable du service d'onco-hémathologie de Pellegrin a accepté d'en être le président d'honneur.

« On ne fait pas le clown , on est clown"
Les Clowns Stéthoscopes, qui interviennent en duo deux fois par semaine, sont des professionnels, formés et rémunérés. Car on ne s'improvise pas du jour au lendemain clown à l'hôpital. Si tous ne sont pas comédien de formation (on trouve aussi un professeur de mathématique, une professeure de sport, une employée administratif ou une monteuse de cinéma), « il faut déjà "avoir son clown", venir avec un personnage existant », explique Magnolia. « C'est un contexte parfois difficile psychologiquement. On ne peut pas se permettre d'aller chercher son clown à l'hôpital ».La formation est exigeante et sélective : cela commence par un week-end de validation des acquis de clown (le prochain a lieu le 15 et 16 novembre, où il reste d'ailleurs quelques places). Pour les personnes retenues suit un stage d'une semaine en immersion totale avec simulations filmées et débriefing. Après un entretien et un questionnaire détaillé, le Clown Stéthoscope commence une période de trois mois pendant laquelle il peut vérifier si ce milieu convient à sa manière « d'être clown ». Il s'engage à travailler deux journées par semaine, payées en cachet et à participer tous les mois à une analyse de pratique collective avec une psychothérapeute. « Cela permet de resserer les liens de l'équipe qui ne se rencontre pas toujours sur le terrain » souligne Aurélie Lopez, qui apprécie ces moments d'échange des expériences. Enfin, tous les trimestres a lieu un week-end de formation continue.

Etoffer l'équipe de bénévoles pour continuer la professionnalisation
Créée en 1999, l'association « Pour de rire » a fait en 2007 le choix de la professionnalisation et a changé de nom pour devenir « les Clowns Stéthoscopes ». « Après plusieurs années de fonctionnement basé sur le bénévolat, on s'est rendu compte que nos interventions n'étaient pas assez régulières, les niveaux de jeux trop hétérogènes. Les relations avec les équipes soignantes étaient minimales, il manquait de régulation », explique Stella Aucharles. Le pari est financièrement risqué mais correspond à un vrai besoin, tandis que l'association est sollicitée pour intervenir dans d'autres services pédiatriques. Mais cette manière plus rigoureuse de faire a un coût. L'année dernière, une subvention de démarrage a été accordée par la Chambre Régionale de l'Economie Sociale et Solidaire d'Aquitaine. Il faut maintenant trouver des financements réguliers pour payer les clowns et assurer les frais fixes : 60 000 euros en 2008, plus de 90 000 euros en 2009 où 3 nouveaux clowns devraient être recrutés. Pour cela, il faut des bénévoles pour faire connaître l'association, chercher des donateurs (entreprises et particuliers), organiser des manifestations de financement, etc.

Que cela soit chaussé du nez rouge ou dans les coulisses de l'association, les Clowns Stéthoscopes ont besoin d'aide pour rappeler qu'un enfant malade reste un enfant et qu'il a, lui aussi, droit au rêve et au rire.

 

Vincent Goulet

 

Les Clowns Stéthoscopes
38 rue Bouquière
33000 Bordeaux
05 56 52 74 17 - 06 20 55 75 62
lesclownsstethoscopes@orange.fr

 

 

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
2992
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !