Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Notre Conte de Noël: de Nere à Cannellito, le fils de Cannelle...

06/01/2011 |

peuple loup

En ces temps où les chrétiens fêtent la nativité Aqui.fr a choisi de proposer à ses lecteurs le conte qui a pris naissance dans nos montagnes pyrénéennes, une histoire d'ours mais bien plus que cela, le combat pour la vie qu'évoque ici Olivier Darrioumerle. De l'errance de Nere, éjecté par Pyros, le mâle dominant de la montagne centrale des Pyrénées jusqu'à son descendant métisse. Un voyage le long de la chaîne pyrénéenne dont l'aboutissement sera la naissance de Cannellito, le dernier ours qui ait encore du sang pyrénéen dans ses veines et à qui la mère, Cannelle, fût arrachée par la bêtise des hommes.

Il était une fois l'histoire de Nere, un ours né en France de parents slovènes. Ses parents avaient en quelque sorte été importés. Sa maman, Ziva, avait été introduite dans les Pyrénées centrales lors de la première vague de repeuplement en mai 1997. On l'avait appelé Nere à cause de sa fourrure car elle était particulièrement noire, plus noire que celle des autres oursons. Les autres, c'étaient les petits de Pyros, le mâle dominant de la région. Nere n'avait jamais connu les Alpes juliennes; il aimait les forêts pyrénéennes, mais certains disaient comme ça qu'il n'était pas de souche, qu'il ne s'acclimaterait jamais et qu'il ne plairait pas aux ourses du terroir, ne se reproduirait pas. Lui se fichait pas mal de la couleur de sa fourrure et comme tous les oursons de son âge, il était plus intéressé par le goût des myrtilles que par le charme des femelles. Alors, du matin au soir, il arpentait la forêt, dodelinant naïvement du popotin.
Mais un jour, tandis qu'il cueillait du miel dans un tronc, d'étranges picotements se mirent à le remuer de partout, dedans sa grosse carcasse d'ours. Dès qu'il desserrait la mâchoire, s'arrachaient des grognements lancinants quirésonnaient dans la vallée. Alerté par ces grondements qui faisaient trembler le feuillage des arbres, Pyros, le mâle dominant, traversa la forêt; il se dressa devant le jeune Ours. Bien planté sur ses pattes, le vieil ours avançait, lentement. Nere grommelait, reculant au même rythme. Soudain, comme au signal, les deux mâles se percutèrent sur leurs deux pattes. On aurait dit une valse de balourds tellement ils tournaient maladroitement, enlacés l'un contre l'autre. Mais c'était une danse funeste qui débutait. Une lutte de crocs qui déchiraient les parties faibles, les unes après les autres jusqu'à la soumission. Sans plus se toucher, ils se tournaient autour. En biais ils se toisaient encore. Le jeune ours baissa la tête préférant l'exil à la mort.
C'était le début de son errance dans les montagnes pyrénéennes, mangeant ça et là des châtaignes et des glands, des framboises et des myrtilles. Lorsqu'il croisait une brebis égarée, c'était le festin.Un jour, alors qu'il se frottait le dos contre un arbre, une odeur animale portée par une brise estivale lui titilla le museau. Un chatouillement légèrement excitant qui devint rapidement affreusement désagréable. L'ours arracha le tronc qui lui servait de grattoir et coucha le buisson dans lequel il se nourrissait. Pistant l'odeur qui l'avait réveillé de sa torpeur, Nere se mit aussitôt à trottiner dans la vallée. Il faisait route vers l'ouest, obéissant à son instinct. Au détour d'un ruisseau, il retrouva cette odeur, cette boule de poil nommée Cannelle. Elle était toute petite, pas plus haute qu'un arbuste. Elle était la dernière ourse des Pyrénées et elle l'accepta, lui, Nere, l'ours noir de gênes slovènes. L'accouplement était possible car elle l'avait choisi. Le bel animal pouvait enfin transmettre son génome. De cet accouplement bestial, naquit un joli petit ourson. C'était en hiver, dans une grotte bien sombre, il s'appelait Cannellito. Sous la tutelle de sa mère il apprit à tenir en équilibre. Au premier papillon, Cannelle et son ourson sortirent de la grotte.
Toute seule, elle affrontait les attaques d'abeilles tirant à elle la ruche qu'elle logeait directement dans sa gueule. Du miel plein le museau, le petit se nourrissait en lui léchant les babines. À l'automne, l'intrépide ourson crânait devant sa maman, sautant dans les fougères, d'une belle course droite. Mais à l'âge où il découvrait les jeux que pouvait contenir la nature, des chasseurs en colère nettoyaient leurs fusils. Entre deux coups de rouge, un coup de feu. Ce jour là, après le pic-nic,talki walki en bandoulière, chacun guettait à son poste. Quand Cannelle déboula avec son ourson, poursuivi par de vilains cris, une décharge la faucha. Prostré dans un cours d'eau boueux, le petit Cannellito échappait à la traque. Aujourd'hui l'ourson est devenu grand, et dans ses veines coulent toujours, le sang du dernier ours pyrénéen.

photo Delphine Devos 

Olivier Darrioumerle

Partager sur Facebook
Vu par vous
546
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !