Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/11/21 : Bordeaux - Dans le cadre de la quinzaine franco-russe soutenue par Bordeaux Métropole, l'Association des russisants d'Aquitaine organise le 9 décembre, la conférence : "De Lénine à Poutine: le sport, un enjeu politique en URSS et en Russie"+ d'info

29/11/21 : A la suite des annonces gouvernementales concernant la 3ème dose, le centre de vaccination du Parc des expositions de Pau s’adapte dès ce lundi en ouvrant 6 jours/semaine (contre 3 précédemment) permettant de passer de 1500 à 3600 vaccins par semaine.

26/11/21 : Les marchés de Noël reviennent! A Bordeaux (Place Tourny) et à Pau (place Clemenceau et allées d’Aragon) notamment, l'ouverture des chalets et des animations qui les accompagnent insuffle un vent de magie (de Noël) dès ce vendredi 26 novembre en soirée!

26/11/21 : Les 5,6 et 7 août, le Sun ska festival revient (en vrai!) sur le domaine de Nodris en Gironde! La billetterie est ouverte et les premiers noms dévoilés: Ska-P, Tryo, Biga*Ranx, Danakil, Tiken Jah Fakoly ou encore Takana Zion.+ d'info

24/11/21 : Un préfet délégué Ours, Jean-Yves Chiaro a été nommé auprès du préfet coordonnateur du massif des Pyrénées. Sur les sujets ours, il a pour mission de renforcer le dialogue entre tous les acteurs et d'appuyer les préfets de département dans leur action.

22/11/21 : Jean-Pierre Farandou PDG de SNCF, a rencontré vendredi 19 novembre à Bordeaux, Alain Rousset, président de la Nouvelle-Aquitaine, et Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole. Sans surprise les 3 présidents ont réaffirmé leur soutien au projet GPSO.

17/11/21 : A Bayonne un groupe de travail a été lancé en vue de l'organisation des Fêtes de Bayonne 2022. A cette occasion les dates des éditions 2022 2023 et 2024 ont été actées: du 27 au 31 juillet 2022, du 26 au 30 juillet 2023, du 24 au 28 juillet 2024

17/11/21 : Les 2 et 3 décembre 2021, le World Impact Summit, le sommet international des solutions pour la planète, revient pour une 4e édition mixant présentiel et digital au Palais de la Bourse à Bordeaux. L'eau en sera la thématique principale+ d'info

09/11/21 : Les élus régionaux se sont réunis en Commission permanente lundi 8 novembre à l'Hôtel de Région à Bordeaux. Au total, 436 délibérations ont été votées et 3 517 subventions attribuées pour un montant total de 878 392 914,59 euros.

03/11/21 : Le Drive fermier Gironde annonce un nouveau et 6ème point de retrait à compter du vendredi 19 novembre de 13h30 à 18h30. Les produits fermiers seront désormais aussi livrés à la Chambre d'Agriculture de la Gironde, 17 cours Xavier Arnozan.

28/10/21 : Rive Droite - La Nuit Verte 2022 se prépare déjà: Geörgette Power, artiste invité de cette 6e Nuit Verte est en résidence à Cenon. Objectif : s’immerger dans le territoire afin de proposer une œuvre in situ, conçue pour l'évènement.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/12/21 | Cyclisme : Le 55 ème Tour du Limousin s'annonce

    Lire

    L'association du Tour du Limousin Organisation organise le 55ème Tour du Limousin du 16 au 19 août 2022. Cette manifestation accueille 18 équipes classées parmi les 40 premières de l'élite mondiale du cyclisme professionnel. De Verneuil-sur-Vienne à Limoges, en passant par la Corrèze et la Dordogne, 4 étapes composent le parcours d'environ 700 km. L'épreuve qui sera diffusée sur la chaine de télévision Equipe 21, est notamment soutenue par la Région Nouvelle-Aquitaine dont les élus viennent d'acté en Commission plénière, une aide de 150 000 €.

  • 01/12/21 | Cenon : Un nouveau rendez-vous mensuel au Château Palmer

    Lire

    A Cenon, Les rendez-vous du Château est le nouvel événement organisé par l’OCAC. Le Centre Culturel Palmer propose au public d’échanger autour d’un sujet différent chaque premier vendredi du mois. Au programme : débats, découvertes, rencontres... Le premier rendez-vous a lieu vendredi 3 décembre 2021 de 19h à 21h sur le thème de... l’érotisme. Il sera abordé par différentes approches artistiques : photographie, lecture de poèmes, peinture, musique et discussions.

  • 01/12/21 | A Terrasson, la Socat investit avec le soutien de la Région

    Lire

    La SOCAT, à Terrasson-Lavilledieu (448 salariés) a été impactée par la crise sanitaire avec une perte de chiffre d'affaires. La SOCAT a défini une stratégie de relance et de diversification de son activité. A ce projet est associé un programme de développement d'un procédé de fabrication de joints extrudés ou micro-injectés avec une formule de caoutchouc résistante à haute température et l'achat d'une encolleuse. La Région soutient ces investissements qui devraient permettre la création de 7 emplois pour un montant de 243 551 €.

  • 30/11/21 | Tartas se dote d'une unité de bioéthanol

    Lire

    A Tartas dans les Landes, la société Rayonier AM Avébène est l'un des plus importants producteurs mondial de cellulose de spécialités, raffinée à partir de la pâte à bois, et utilisée par les industries pharmaceutiques, alimentaires ou encore de la construction. Souhaitant s'engager dans la transition énergétique, la société va convertir le site en unité de production de biocarburant en construisant sur place une unité de production de bioéthanol de deuxième génération.

  • 30/11/21 | Recyclage des friches : 101 nouveaux projets retenus

    Lire

    Le 19 novembre, les lauréats du deuxième appel à projets pour le recyclage des friches ont été dévoilés. En Nouvelle-Aquitaine, 101 projets ont été retenus. Les projets sélectionnés vont permettre de développer des logements sociaux ainsi que les démarches en matière de revitalisation des centres-villes et centres-bourgs. En Nouvelle-Aquitaine, l'enveloppe consacrée au recyclage de friches et de fonciers artificialisés s'élève à 29,6 M€. Lors d'un premier appel à projet "fond friches" 66 lauréats avaient été retenus pour une dotation globale de 23 M€.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Nouvelle-Aquitaine : les TER jouent la séduction

05/06/2020 | Pour attirer de nouveau les usagers dans les trains, la région et la SNCF ont annoncé de nombreuses offres estivales pour les TER. Une offensive commerciale qui est aussi le reflet d'une santé financière inquiétante.

1

Si, chaque été, la politique tarifaire estivale du réseau TER ressemble fort à une opération séduction, celle de 2020 a clairement des airs de tentative de sauvetage. Après des premières semaines de déconfinement, l'offre s'est étendue progressivement : 50% des trains circulaient le 11 mai, 65% à date de ce jeudi 4 juin et l'objectif fixé au 15 juin est d'atteindre 90% du trafic normale, attendue pour le 6 juillet. Ce retour correspond aussi au calendrier national, puisque la reprise à 100% de l'offre TGV est prévue dès le 25 juin. Nouveaux tarifs pour attirer les abonnés dans les trains, perspectives économiques chamboulées par le Covid-19... On fait le point sur un secteur ferroviaire inquiet.

Depuis le 2 juin, certaines lignes ont déjà retrouvé leurs fréquences normales : c'est le cas de Bordeaux-Arcachon (50 trains par jour), Bordeaux - Langon (29), Bordeaux - Agen (26), Bordeaux - Saint Mariens (22), Bordeaux-Périgueux (22) et Bayonne - Saint-Jean-Pied-de-Port (16). Le tout avec des mesures sanitaires dans les gares et les trains : nettoyage et désinfection par des prestataires, parois vitrées dans les guichets, masques et gel hydroalcoolique en vente dans les distributeurs et commerces de nombreuses gares et traçabilité des horaires de désinfection en cabine, de chaque côté du train pour les plus soucieux. Sur ce dernier point, la SNCF confirme que ces données existent numériquement mais ne sont pour l'instant utilisée qu'en interne et pas (encore ?) pour le grand public.

Offres tous azimuts

L'objectif pour la SNCF comme pour la région est clair : dissiper les doutes et faire revenir les gens dans les trains, alors que la fréquentation de ces derniers jours reste encore frileuse (environ 20% par rapport à une période normale). "Les conditions sont réunies pour reprendre les transports", a martelé ce jeudi 4 juin le vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge des transports, Renaud Lagrave. "L'enjeu de cet été et de la rentrée, c'est d'éviter que les gens ne reprennent la voiture. Toutes les conditions de sécurité sanitaires pour reprendre les transports publics dans cette région sont réunies". Pour cela, la collectivité et la SNCF comptent bien jouer la carte de la séduction tarifaire. D'abord en gelant l'augmentation annuelle des tarifs, comme d'autres régions l'ont déjà fait (au hasard : Auvergne-Rhône-Alpes) ; en abandonnant, jusqu'à fin juin, les frais de remboursement des billets en cas d'annulation (jusqu'à la veille du départ) et en ayant déjà fait un geste pour les abonnés en leur offrant les mensualités d'avril et mai (et un avoir de 50% de la mensualité de mars, versée en juin, pour les abonnés mensuels).

300 000 billets à moins de dix euros seront aussi proposés cet été pour circuler dans toute la région. Les nouveaux arrivants ou ceux qui auraient envie de s'offrir une "escapade" pourront bénéficier d'une future application mobile qui indiquera tous les sites touristiques régionaux accessibles en TER mais aussi d'un pass du même nom. Ce dernier sera valable du 1er juillet au 30 août, offrant le voyage aux moins de douze ans (jusqu'à trois enfants accompagnant un adulte) et sur deux formules : un ou deux jours, pour des tarifs allant de 8€ (Rochefort-La Rochelle) à 39€ (Limoges-Bordeaux) l'aller-retour. Autre initiative, plus massive : des abonnements de TER seront valables pour la même période pour voyager dans toutes les autres régions de France (hors Île-de-France en raison de la situation sanitaire). Enfin, les moins de 28 ans pourront bénéficier de deux offres : la première, estivale (à partir du 17 juin pour des circulations à partir du 1er juillet), consiste en un pass mensuel ou hebdomadaire avec 30% de réduction par rapport à un pass abonné tout public. Dès la rentrée, ce pass -28 ans deviendra annuel (en vente du 28 juillet au 10 août et utilisable à partir du 1er septembre). L'idée derrière est, là encore, évidente : fidéliser les nouveaux jeunes clients. Les bacheliers, du 26 juin au 28 août, pourront bénéficier d'un billet spécifique à 1€ valable sur une journée sur une destination au choix, montant symbolique reversé à une association caritative. 

Un ticket, un sticker

L'opération d'extension nationale via un pass à 29 euros mensuels pourrait en tout cas être considérée comme un premier pas vers une volonté affichée par la Région d'aboutir à un pass de transports unique valable sur tous les réseaux de transports de Nouvelle-Aquitaine. "On va déployer, sur certains réseaux, la vente par smartphone (via l'application dédiée Modalis, qui va prochainement accueillir des solutions de co-voiturage) de tickets de bus, on a déjà mis en place des billets groupés TER et réseaux urbains (sur Bordeaux, Poitiers, Brive/Tulle, Limoges/Guéret, Châtellerault, La Rochelle, Saintes et Rochefort) et des billets interchangeables avec le réseau TransGironde. "L'objectif reste le billet unique", a confirmé Renaud Lagrave, sans préciser de calendrier précis, même si le "M-Ticket" est toujours annoncé, selon Nouvelle-Aquitaine Mobilités, pour "courant 2021".

La période sera quoi qu'il en soit stratégique : avec 63 000 voyages quotidiens et un trafic régional en hausse de 10% depuis 2017, pas question pour la région de perdre cet élan. "Je veux qu'on retrouve cette augmentation, pour ça il faut retrouver la conscience des usagers, des abonnés et de ceux qui sont encore hésitants". Ces derniers doivent savoir que la règle d'un siège sur deux, pour respecter la distanciation sociale (visible par la pose de stickers dans les trains, comme dans les réseaux de transports urbains), sera "progressivement assouplie", comme le précise Hervé Lefèvre, directeur régional de la branche TER à la SNCF. "On préfère que les gens se répartissent mieux dans le train plutôt qu'ils soient agglutinés sur les plateformes, c'est plus protecteur au niveau sanitaire. Des agents de contrôle vont d'ailleurs commencer à conseiller aux gens de s'asseoir côte à côte, à partir du moment où ils portent un masque. À partir du 15 juin, on enlèvera progressivement les stickers".

Le ferroviaire dans le rouge 

Enlever les stickers, et donc les barrières à l'utilisation du train (dans les deux sens) est le but avoué d'un Renaud Lagrave alarmiste, notamment dès qu'il s'agit d'aborder la question de l'impact financier réel de la baisse de fréquentation due au confinement, mais aussi à la mise en place de ce nouveau protocole sanitaire, notamment du nettoyage quotidien des rames, qui se chiffrerait "en millions d'euros". "On fera les comptes dans une période où on sera en mesure d'évaluer tous les impacts, mais ce n'est pas qu'un débat néo-aquitain. Au niveau des Régions de France, on est en train de consolider des chiffres sur l'impact économique région par région. Il faut que ce soit un débat entre les régions, l'État et SNCF. Il ne peut y avoir d'un côté les réseaux de transports urbains à qui on compenserait le versement mobilité et de l'autre, ceux qui s'occupent des territoires ruraux qui ne reçoivent rien de la part de l'État, ce qui n'est pas admissible. Il y aura donc prochainement un moment de vérité", a précisé l'élu.

Questionné sur l'impact éventuel que ces pertes, financières comme en termes de fréquentation, sur la convention d'exploitation signée fin 2019, notamment sur les pénalités (jusqu'à trois millions d'euros par an) demandées à la SNCF en cas de non-atteinte de l'objectif d'accroissement de la fréquentation (de 3 à 4% par an d'ici 2024), Renaud Lagrave en ménage un pour accabler l'autre. "On est dans une catastrophe industrielle, notre convention est une toute petite goutte d'eau par rapport à la somme dont on parle. La question de l'avenir des transports publics est posée. Des réseaux de transports urbains seront en faillite en septembre ou octobre parce qu'il n'y a ni recettes ni versement mobilités, le nôtre est aussi en danger. La prise de conscience n'est pas tout à fait sur le dessus de la pile, mais il va falloir qu'elle y revienne. La convention, ce sera à la fin qu'on s'en parlera. D'abord, on doit savoir comment l'État considère les transports publics dans ce pays".

La perte des réseaux de bus, métros ou tramways a été estimée à "au moins 4 milliards d'euros en 2020" par Thierry Mallet, président de l'UTP (Union des transports publics). Pour ce qui est des trains, le bilan dressé par le nouveau président de la SNCF, Jean-Pierre Farrandou, le 20 mai dernier devant la commission du développement durable de l'Assemblée Nationale, était tout sauf rassurant, avec des pertes évaluées à deux milliards d'euros fin avril. La Fnaut (Fédération nationale des associations d'usagers des transports), l'évaluait plutôt entre trois et quatre milliards d'euros en date du 2 juin. Si plan de relance il y avait, il n'a en tout cas pas encore été annoncé par le gouvernement, à l'inverse du plan de soutien à Air France ou encore à la filière automobile. Ces offres estivales n'ont donc rien d'innocent : elles comptent clairement sur les usagers pour renflouer des caisses qui se vident à vue d'œil. Tout comme pour les trains, une crise peut en cacher une autre...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
8515
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
L'hôtel de ville est habillé de lumière à chaque Noël Société | 01/12/2021

La Rochelle s’illumine pour l’Avent

Le préfet de la Dordogne au côté de la représentante de l'ARS en Dordogne Société | 30/11/2021

En Dordogne, de nouvelles mesures pour ralentir la propagation de la covid 19

Conférence de presse inauguration CPCA Bordeaux Société | 29/11/2021

Des compétences mutualisées pour prendre en charge les auteurs de violences conjugales

La principale du collège de Piégut accueille la secrétaire d'état Nathalie Elimas Société | 26/11/2021

En Dordogne, le collège de Piégut-Pluviers s'empare du plan contre le harcèlement scolaire

Après la collecte en magasins, vient, durant plusieurs semaines, l'étape du tri en entrepôt Société | 26/11/2021

Banques alimentaires : la grande collecte démarre

Maraude de l'association du lundi 22 novembre Société | 25/11/2021

À Bordeaux, Précœurité distribue pulls et chaleur humaine aux sans-abri

Carole Drucker-Godard, rectrice de l'Académie de Limoges et Isabelle Klock-Fontanille, présidente de l'Université de Limoges ont renouvelé la convention Bac - 3/Ba c + 3 Société | 19/11/2021

Une convention Université Rectorat pour favoriser la réussite des lycéens et étudiants de l’Académie de Limoges

Sébastien Eytier, en situation de handicap est accueilli par Christophe Razouls et Ludovic Gimaux de PCI Société | 18/11/2021

Duoday : Une journée de partage entre l'entreprise Périgord Chaudronnerie Inox et Sébastien, handicapé

La cérémonie a eu lieu en présence de trois enfants de Joséphine Baker Société | 15/11/2021

La Dordogne rend hommage à Joséphine Baker avant son entrée au Panthéon

Le bassin olympique de Limoges Métropole dans la ligne de mire des nageurs français Société | 10/11/2021

Limoges recevra le Championnat de France de natation en avril 2022

Jessika Jouvie, Thibault Farrenq, Hervé des Horts, Pascale Rousseau-Dewambrechies, Béatrice Bausse, Laurent Desjars, Jenna Boitard et Emilie Vandellos Duflos Société | 09/11/2021

Bordeaux : la Nuit du Bien Commun pour "encourager les citoyens à passer à l'action"

La fresque avec les enfants et les partenaires du projet Société | 05/11/2021

De jeunes Périgourdins s'expriment grâce à l'art et redonnent des couleurs à leur lieu de vie

Le Camion solidaire à Mourenx est un véritable centre social itinérant permettant de lutter contre la précarité de personnes isolées Société | 28/10/2021

Le Cam's : un centre social itinérant pour rompre l'isolement de publics en difficulté

Basés à Limoges, les Pompiers de l’urgence internationale sont équipés de nouveaux matériels en réalité augmentée Société | 19/10/2021

Les Pompiers de l’urgence internationale forment des sauveteurs grâce à la réalité augmentée

Conférence "médias et politiques : je t'aime, moi non plus" Société | 18/10/2021

Tribunes de la presse : Médias et politiques, entre "fascination et répulsion"