Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/09/21 | Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine 2022 : 1ères infos !

    Lire

    Lors de la rentrée de la Chambre régionale d'agriculture, Bruno Millet, Commissaire général du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine a révélé que si Bordeaux sera le centre physique de la manifestation, des événements auront aussi lieu sur l'ensemble des territoires, en partenariat avec les établissements d'enseignement agricole. Autre "nouveauté" issue de l'expérience de la crise sanitaire, les débats pourront être suivis à distance sur Agriweb tv. Enfin, les animaux seront désormais présents sur toute la durée du Salon, soit du 21 au 29 mai 2022, de même que le Marché de producteurs !

  • 24/09/21 | Le CHU de Bordeaux 2ème meilleur hôpital de France

    Lire

    Selon un palmarès du Point paru le 23 septembre, le CHU de Bordeaux se classe comme 2ème meilleur hôpital public de France. 31 des spécialités du CHU se classe dans les 5 premières places dont 12 relatives à la prise en charge des cancers. Le palmarès s'est appuyé sur une enquête menée auprès d'un millier d'établissements publics ou privés à but non lucratif et d'établissements privés à but commercial. Signe d'excellence, cette position dans le top 3 des hôpitaux français est tenue depuis 19 ans !

  • 24/09/21 | Agen et les « Rendez-vous du Pin »

    Lire

    Samedi 25 septembre à partir de 15h le square du Pin à Agen accueille « Les Rendez-vous du Pin ». Organisé par l'association Au Fil des Séounes, cette manifestation propose des animations pour les petits et les grands comme un atelier photo décalé, des parcours sport ou une sensibilisation à la réduction du gaspillage alimentaire tout l'après-midi et un banquet "populaire, bio et végétarien" le soir, avec un concert du duo Akdeniz.

  • 24/09/21 | Landes : La médiathèque du Marsan fait sa braderie

    Lire

    Ce samedi 25 septembre, à Mont-de-Marsan, la médiathèque du Marsan organise une journée braderie, de 10h à 17h. Romans, bandes dessinées, livres documentaires, albums jeunesse ou encore revues, tout sera proposé entre 1 et 3 €. Issus du tri effectué régulièrement dans les collections, les amateurs de lecture vont ainsi pouvoir bénéficier d'une offre actualisée. Le paiement s'effectuera uniquement en espèces ou par chèque.

  • 24/09/21 | Talence : Une journée pour le sport adapté

    Lire

    Le 25 septembre à partir de 10h, le Comité Départemental du Sport Adapté de la Gironde, en partenariat avec la Ligue Nouvelle-Aquitaine de Tennis, organise une journée compétitive para tennis adapté adultes à Talence. Une quarantaine de sportifs en situation de handicap sont attendus pour une journée de partage, de solidarité, de plaisir et de convivialité. L'objectif également de cette journée est d'orienter les sportifs vers les clubs de proximité mais aussi de travailler sur le respects des règles, des autres et de l'acceptation des résultats.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Opération « Urgence EAU Bordeaux » pour venir en aide aux personnes à la rue

31/08/2020 | Cet été, le collectif « Les Gratuits » a lancé une grande opération de collecte de bouteilles et de gourdes pour permettre aux personnes à la rue de jouir d’un droit fondamental : l’accès à l’eau.

1

Elan de solidarité et humanisme pour le collectif « Les Gratuits » et ses bénévoles qui ont organisé, cet été dans la métropole bordelaise, l’opération « Urgence EAU Bordeaux » afin de venir en aide aux personnes dans le besoin, privées de l’accès à une ressource vitale : l’eau.

Plus de 2 milliards de personnes dans le monde n’ont toujours pas accès à l’eau potable, alerte encore aujourd’hui l’ONU. Cette réalité semble lointaine et pourtant, en France, devant chez nous, de nombreuses personnes démunies sont également privées de ce droit fondamental. C’est pour pallier ces inégalités que le collectif « Les Gratuits », formé fin 2018 autour de citoyens engagés de la métropole bordelaise, a lancé sa grande collecte de bouteilles d’eau et de gourdes, dans un contexte particulier, qui conjugue crise sanitaire et canicule.

Genèse du projet

Le collectif regroupe à ce jour plusieurs dizaines de membres actifs, quelques centaines de donateurs réguliers, et rassemble une communauté de près de 2 500 membres sur sa page Facebook, tous soucieux de venir en aide le plus simplement et le plus directement possible aux personnes en difficulté, qu’elles soient à la rue, dans des squats ou simplement dans des situations de précarité. De tous horizons, ces bénévoles sont souvent jeunes, et comptent parmi eux quelques personnes anciennement à la rue, qui ont bénéficié des maraudes, et qui ont finalement trouvé un toit.

Relayées sur les réseaux sociaux, et notamment en association avec les membres de la communauté d’entraide et de coopération sociale Wanted sur Facebook, les activités des « Gratuits » ont vite gagné en notoriété. Le nom du collectif n’a d’ailleurs pas été choisi au hasard puisque, initialement, il était organisé autour de ce qu’ils ont justement appelé « les gratuits », à savoir des portions alimentaires individuelles, des échantillons de savon, de gel douche, de parfum, de protections hygiéniques, etc., offerts par des hôtels, des compagnies aériennes ou encore des supermarchés à leurs clients, et qui dorment ensuite éternellement dans les placards. Ces produits sont collectés et servent à créer des kits d’hygiène petit format, donc peu encombrants et facilement transportables pour les personnes sans domicile et en difficulté.

Echantillon d'hygiène

La volonté du collectif est finalement de sensibiliser et d’aiguiller ces personnes aux droits dont ils peuvent bénéficier et aux moyens d’y accéder, et d’attirer l’attention des riverains et autres passants croisés dans l’espace public, sur leur situation précaire. Clément Jeandet, bénévole pour « Les Gratuits », témoigne : « Dans une société solidaire qui fonctionnerait correctement, dans laquelle l’Etat assumerait ses responsabilités, secourir des personnes vulnérables et garantir leurs besoins vitaux comme l’accès à l’eau, ne devraient pas relever de bénévoles. Malheureusement, aujourd’hui, c’est à nous d’aider et de renseigner les personnes à la rue sur l’accès aux droits, les démarches administratives, les problématiques d’emploi, d’addiction, de droit du sol. Et nous voulons faire entendre que les expulsions ne résolvent rien. Il faut que cela cesse ; il faut un regard enfin plus humain sur la situation de ces populations. »

Un été particulier

Le confinement a constitué un véritable tournant, exacerbant les besoins alimentaires des personnes précaires dans la rue. Face à l’absence de réponses des pouvoirs publics, le collectif a lancé des appels aux dons. Depuis le début de la quarantaine, le collectif a participé, aux côtés d’autres associations, à une large vague de solidarité visant à distribuer, en complément des kits d’hygiène, de la nourriture et de l’eau, au rythme de trois à quatre maraudes hebdomadaires. Le collectif a aussi, de concert avec le cuisinier du collège Edouard Vaillant à Bordeaux, saisi le Conseil départemental, afin de distribuer des denrées périssables invendues aux personnes sans-abris et précaires. Résultat ? 300 repas complets fournis, par jour, pendant cinq semaines.

L’accès à une eau potable de qualité, un besoin primaire et un droit universel, a été d’autant plus fondamental cet été, en raison de la canicule et de la crise sanitaire. D’après le collectif, ce sont, à Bordeaux, des centaines de personnes à la rue et dans des squats qui souffrent quotidiennement d’un manque d’accès à cette ressource vitale. Avec, à plusieurs reprises, un mercure avoisinant les 40°C dans la ville, elles étaient exposées à de forts risques de déshydratation et d’hyperthermie susceptibles de leur causer de graves problèmes de santé. C’est de fait, dans ce contexte, que « Les Gratuits - Gironde Solidarité » ont lancé l’opération « Urgence EAU Bordeaux », en vue de collecter des bouteilles d’eau et des gourdes.

Cette première action a rencontré le succès escompté puisque près de 700 bouteilles d’1,5L et une cinquantaine de gourdes ont été collectées et intégralement redistribuées aux personnes dans le besoin à l’occasion de « maraudes », pendant tout le mois d’août.

Des administrations publiques locales mobilisées

Cette collecte avait aussi pour objectif d’attirer le regard des pouvoirs publics sur les problèmes d’accès à l’eau. En effet, d’après les membres de Bordeaux Maintenant, près de la moitié des points d’eau potable de la ville sont hors d’usage. C’est pour remédier à cela que le collectif mène un travail étroit avec la mairie. Il salue d’ailleurs la considération et la réactivité dont fait preuve la nouvelle équipe municipale, et en particulier le travail d’Harmonie Lecerf, chargée des questions sociales, et de Maxime Ghesquiere, conseiller municipal et métropolitain à Bordeaux, relatif à la remise en fonctionnement de la quasi-totalité des fontaines à eau de la ville. Ils ont de plus lancé une commande de 500 gourdes en inox pour aider les plus précaires à s'approvisionner aux fontaines disponibles.

Afin de couvrir les immenses besoins des personnes en situation de précarité, le collectif peut finalement s’appuyer sur des partenaires comme le Conseil départemental, des restaurants et un vaste réseau d’associations, fondations et donateurs habitués ou ponctuels. L’occasion de créer de belles initiatives, pour redonner un peu de dignité, aux ombres de la rue.

 

Les projets et prochains appels aux dons sont consultables sur le groupe Facebook du collectif.

Justine Wild
Par Justine Wild

Crédit Photo : 4111111111111111

Partager sur Facebook
Vu par vous
4953
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !