Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/07/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques la tour sud de la cathédrale de Bayonne et la Chapelle des Prébendés, ainsi que le Château de Pau, le couvent des Récollets à Ciboure et l’Espace Jéliote à Oloron vont bénéficier du plan France relance pour leur rénovation

19/07/21 : Face à la montée en puissance du nombre de contaminations au Covid-19 en Charente-Maritime, le préfet a étendu l'obligation du port du masque dans tout espace public pour 45 communes, essentiellement littorales.

16/07/21 : Eté Jeunes est un nouvel agenda en ligne, à destination des jeunes Bordelais. Il permet d'accéder à l'ensemble de l'offre municipale et associative ainsi qu'à toute l'actualité culturelle, sportive et de loisirs proposée cet été à Bordeaux.+ d'info

13/07/21 : Du 15 juillet au vendredi 13 août inclus, l’Hôtel de ville de Poitiers fermera ses portes à 16 h 30 au lieu de 17 h 30. Sur cette période, du lundi au vendredi, l’accueil du public s’effectuera de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

07/07/21 : Pyrénées-Atlantiques - 1 compagnie de CRS, 23 nageurs-sauveteurs CRS, 13 agents de police-secours et de BAC, 4 agents spécialisés dans l’investigation, 8 motards CRS soit 118 policiers vont cet été venir renforcer les forces de sécurité du département

07/07/21 : Saint-Médard-en-Jalles : le centre intercommunal de vaccination Covid 19 restera ouvert tout l’été, grâce à l'implication des 50 agents et 229 professionnels de santé des 6 communes partenaires qui s'y relaient. En 3 mois, 31000 doses ont été injectées

05/07/21 : EthicDrinks, le négoce vert bordelais est lauréat du 1er prix du “Millésime 2021” organisé par l’Adelphe, éco-organisme à but non lucratif axé sur le recyclage des emballages ménagers des entreprises et notamment dans le secteur des Vins et Spiritueux.+ d'info

05/07/21 : Les inscriptions universitaires 2021-2022 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour démarrent, de manière entièrement dématérialisée, mardi 6 juillet pour tous ses campus : Pau, Bayonne, Anglet, Mont-de-Marsan et Tarbes.+ d'info

01/07/21 : Mmes Albenga et Poulet, MM. Patin et Stambolis-Ruhstorfer, enseignants-chercheurs à l’Université Bordeaux Montaigne, ont été nommés membres de l'Institut Universitaire de France. La récompense la qualité scientifique de leurs activités universitaires.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/07/21 | Ouverture des candidatures pour la Semaine de la Diversité 2022

    Lire

    Pour la 6ème édition, la Ville de Bayonne organise du 1er au 8 mars 2022 la Semaine de la Diversité et de l’égalité des droits. Jusqu’au 20 septembre, les associations peuvent déposer leurs propositions sur les thèmes de la lutte contre les discriminations et la promotion de l’égalité ainsi que de la diversité culturelle et de la citoyenneté. Les projets sélectionnés percevront une aide de la ville. Toutes les informations sont disponibles sur le site de la Ville

  • 30/07/21 | A la découverte du bijou régional

    Lire

    Jusqu’au 19 septembre, le Musée Bernard d’Agesci de Niort propose l’exposition « Le bijou régional, une spécialité niortaise, fonctions, types ». Les visiteurs partiront à la découverte de plus de 200 bijoux traditionnels, d’outils et de machines ayant servi à leur fabrication. Autour de l’exposition, le Musée propose également 2 accrochages dans le grand hall : « Trésors d’archéologie : parures et objets de prestige » et « Bijoux contemporains ».

  • 29/07/21 | France Relance : Repeuplement forestier, les entreprises lauréates landaises

    Lire

    Forelite-Evolution à Arue, la SCEA Pépinières Planfor à Uchacq-et-Parentis, Bois de Gascogne à Saint-Eulalie-en-Born, Landes Forêt à Levignac, Planfor SAS à Uchacq-et-Parentis sont les 5 entreprises landaises soutenues dans le cadre du plan France relance pour leurs investissements dans des outils et matériels performants pour la production de plants qui seront utilisés pour le repeuplement forestier. Objectif: permettre plus de compétitivité et de résilience face aux défis climatiques. Au total, un coup de pouce de 386 470 euros.

  • 29/07/21 | La Nature a rendez-vous en Creuse en août

    Lire

    Tout au long du mois d’août, la Réserve Naturelle de l’étang des Landes en Creuse propose aux petits et aux grands des « Rendez-vous Nature ». Le 6 août, les petits pourront observer le plumage des oiseaux, le 11 août, partez à la découverte de la vie des abeilles en devenant le temps d’une journée un apiculteur ou encore devenez explorateur avec 4 épreuves sur le thème des oiseaux le 18 août. Programme et réservation

  • 29/07/21 | Les Crus artisans du Médoc ouvrent leurs portes

    Lire

    Comme chaque année, les Crus artisans du Médoc ouvrent leurs portes au public. Cette année, le rendez-vous est donné du 30 juillet au 1er août pour découvrir ou redécouvrir les vins et leur mode d’élaboration. Le public pourra par exemple pique-niquer au Château Tour Bel Air et se balader au milieu du vignoble Médocain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | La langue occitane sur la voie de sa "socialisation"

28/08/2020 | Ces 27 et 28 août la langue occitane résonnait dans et autour du Pavillon de l'écomusée de Marquèze à Sabres. Et pour cause, c'est dans ce décor, champêtre et historique, que se tenait le Conseil de développement pour la langue occitane.

Panneau d'entrée sur la commune de Champcevinel sur la route d'Agonac, route départementale 3, Dordogne, France

Selon l'enquête sociolinguistique réalisée cette année par l'Office Public de la Langue Occitane (OPLO) en Occitanie et Nouvelle-Aquitaine auprès de 8000 habitants, 7%, en moyenne, se déclarent locuteurs de la langue occitane. C'est 3 à 4 points de moins qu'il y a 10 ans. Autant dire que le jeune OPLO, opérationnel depuis 2016, a donc encore fort à faire pour répondre à sa mission d'augmenter le nombre de locuteurs actifs sur ces territoires. Le Conseil de développement pour la langue occitane qui s'est tenu ces 27 et 28 août 2020 à Sabres dans les Landes a ainsi été l'occasion non seulement de présenter les résultats de cette grande enquête mais aussi, pour l'OPLO, de revenir sur les conditions de son installation, sur un territoire devenu XXL par le jeu de la fusion des régions, et d'évoquer les ambitions et chantiers à venir.

L'Office public de la langue occitane entame selon sa présidente Charline Claveau « le premier tournant de son histoire ». Et pour cause, sur ses quatre premières années d'existence, il s'est agi essentiellement pour la structure de trouver ses marques. Tant dans la relation avec ses partenaires institutionnels et associatifs que dans son territoire. En effet, pensé et mis en œuvre pour couvrir un espace de 13 départements, la fusion des régions a rapidement amené l'Office à devoir « gérer » un territoire de 22 départements avec le même nombre de personnes (initialement 3, désormais bientôt 7) et des moyens de fonctionnement presque identiques... Là où glisse sa présidente un brin malicieuse, « l'Office Public de la Langue Basque couvre un demi département avec une équipe de 14 personnes... ».

"L'Etat a renforcé sa participation financière"
Cela dit, désormais, les fondations sont bel et bien installées, et le positionnement trouvé auprès des acteurs, avec même un démarrage de formalisation des partenariats avec certains départements. « C'est fait avec la Dordogne et le travail est en cours avec les Pyrénées-Atlantiques », illustre Charline Claveau, qui précise également que « l'OPLO sur l'ensemble de son territoire de compétence, a des échanges réguliers avec 80 organismes dont pour la majorité des associations ». Et pour cause, parmi les actions mises en œuvre dans ces premières années d'existence parfois un peu acrobatiques, et marquées par les grandes attentes, pour ne pas dire impatiences, des acteurs, « c'est l'instruction et la distribution des aides qui a été priorisé, au côté des actions liées au développement de la transmission de la langue par l'école ».
Autre point important pour l'OPLO en cette année 2020 : « l'Etat a renforcé sa participation financière », de même les Régions partenaires. Et dans l'application des politiques aussi le travail de partenariat mis en œuvre par l'OPLO paie au bénéfice de la langue occitane : en 2020, la Région Nouvelle-Aquitaine a accordé 1,5 M€ de subventions aux projets et acteurs de la langue et de la culture occitanes contre 1,2 M€ en 2016. Un acteur régional qui compte car si l'OPLO est compétent sur l'apprentissage de la langue, les actions liées à la création et diffusion de la culture occitane (indissociables donc de la langue elle-même...), sont quant à elles de la compétence des collectivités locales, au premier rang desquelles la Région. La collaboration entre les deux instances n'est donc pas une option pour la réussite de l'objectif qu'est la reconquête linguistique.

Rendre la langue occitane présente dans la vie de tous les jours
Pour autant, et c'est là l'une des ambitions de l'OPLO, il s'agit aussi, dans les années à venir, d'accentuer le travail dans la transversalité avec l'ensemble des services de la Région, au-delà du seul axe culturel ; mais aussi par exemple, sur les politiques régionales liées à la formation, au transport ou encore à la jeunesse. Un souhait qui devrait se concrétiser dans une prochaine feuille de route régionale sur le plurilinguisme (a priori votée en octobre) et qui va dans le sens de « socialisation de la langue », confirme Charline Claveau. Autrement dit, rendre présente la langue occitane dans l'ensemble de la société, et dans la vie de tous les jours.
Cet axe de la socialisation serait alors complémentaire à celui qui occupe déjà largement l'OPLO : la transmission de la langue, via le cursus scolaire, mais pas seulement. Sur ce thème s'ouvrent alors des chantiers concernant la signalétique bilingue (dont par exemple les messages vocaux dans les transports en commun), mais aussi le secteur médiatique et plus précisément les secteurs audiovisuels et radiophoniques, sans oublier l'univers des jeux vidéos particulièrement prometteur selon la Présidente de l'Office en termes de représentation de la langue auprès des jeunes générations.
Enfin, si l'Office veut aussi être un lieu de réflexion et d'échange sur le statut des langues régionales aux côtés d'autres acteurs des langues régionales, il vient également de poser les bases d'une mission d'observation et d'information sur la présence de l'occitan en territoires néo-aquitain et occitan. C'est dans ce cadre qu'a été lancé une cartographie (en cours) sur l'enseignement de l'occitan (scolaire, cours pour adultes, etc), ainsi que la relance, cette année, d'une enquête socio-linguistique visant à faire le point sur la pratique et les représentations de l'occitan.

« La honte » de parler "patois" a fait son temps
Au-delà de l'analyse quantitative du document, celui ne peut d'ailleurs que « encourager les instances publiques à soutenir le développement de la langue », se félicite Charline Claveau. en effet, 92% des personnes interrogées se positionnent en faveur du maintien ou du développement de la langue occitane, et près de 8 sur 10, se disent favorables à des actions publiques. Sur l'enseignement 8 personnes sur 10 sont favorables au développement d'une offre d'enseignement de l'occitan de la maternelle au lycée, et 41% sont pour un apprentissage de l'occitan tout au long de la scolarité de la maternelle à l'université.
Sur ce qui est de la vivacité de la langue en elle-même, les chiffres sont par contre bien moins réjouissants. Outre une baisse de locuteurs en chute de 3 à 4 points, le taux de personnes qui déclarent « parler occitan sans difficulté, ou suffisamment pour tenir une conversation simple, s'établit à seulement 7%... Selon les grilles de l'UNESCO, la langue est donc « en sérieux danger d'extinction ». Et encore, le taux moyen de 7% ne couvre pas une réalité homogène de la pratique de la langue : en effet, plus le département est urbanisé, moins les locuteurs sont nombreux : 2% en Gironde, Haute-Garonne ou Hérault, mais jusqu'à 22% pour les territoires peu peuplés tels la Charente occitane, ou la Lozère.
Selon cette étude, le portrait robot du locuteur occitan est un homme de plus de 60 ans vivant en milieu rural... d'où, aussi, le réel risque d'extinction. Cela dit, une bonne nouvelle tout de même : même si la transmission, majoritairement en famille, reste faible, a progressé de 9 points en 10 ans. De quoi laisser penser que « la honte » de parler "patois" a fait son temps... Pour militer dans ce sens, l'OPLO s'apprête à lancer une campagne de communication à destination du grand public.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Père Igor

Partager sur Facebook
Vu par vous
5738
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !