Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/04/21 : Régionales : En Dordogne, la maire socialiste de Périgueux, Delphine Labails a été choisie comme tête de liste départementale avec Christophe Cathus, conseiller régional sortant en charge des transports scolaires et maire de Calès.

16/04/21 : Un centre de vaccination de grande capacité va ouvrir ses portes au Parc des Expositions de Poitiers le 20 avril prochain.

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 07/05/21 | Le SunSka Festival annulé, mais remplacé

    Lire

    L'organisation du festival s'est « résignée » à annuler le SunSka, initialement prévu du 6 au 8 août prochains. « Nous rêvions juste de liberté » avance la direction du festival, qui a préféré annuler, ne sachant pas quels dispositifs sanitaires seront en vigueur au mois d'août. Afin de garder le lien avec son public, le festival se transformera en « Été SunSka », comme en 2020 : tous les jeudis à partir du 8 juillet, un évènement se déroulera au Domaine de Nodris, dans le Médoc, et le Festival organisera des concerts gratuits le long de la côte Atlantique.

  • 07/05/21 | Lavavaix-les-Mines (23) : un potager pour nourrir les écoliers

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-Mines en Creuse va créer un potager en permaculture qui fournira la cantine scolaire. Ce projet s’inscrit dans l’appel à manifestation d’intérêt du Cluster Ruralité qui a été lancé fin 2020 avec pour ambition de soutenir et d’accompagner les initiatives d’intérêt général issues du monde rural. La commune, grâce à cela, va bénéficier d’une aide de 50 000 euros.

  • 07/05/21 | Le Concours des Saveurs cherche des dégustateurs

    Lire

    Chaque année lors du Concours des Saveurs plus de 100 produits sont dégustés à l’aveugle afin de récompenser les meilleurs produits et recettes de la Région. Pour cette année 2021, la prochaine session aura lieu le 21 mai à Tulle. Elle recherche des jurés pour déguster différents produits comme les huiles de noix du Périgord AOP, les jus et confitures ou encore les vins de Corrèze et les vins Charentais IGP notamment. Pour s'inscrire.

  • 07/05/21 | Charente: la boucherie devient ambulante

    Lire

    La commune de Lignières-Sonneville en Charente accueille depuis 1950 une boucherie-charcuterie qui compte une boutique et un local de production. Elle souhaite désormais proposer ses produits dans les communes dépourvues de boucherie-charcuterie. Elle va donc se doter d’un camion-magasin pour répondre à la demande en forte croissance. Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de les aider à acquérir ce bien.

  • 06/05/21 | Nouvelle forme de transport d'utilité sociale à Mourenx

    Lire

    L’Atelier Chantier d’Insertion CIEL réalise sur le bassin de Lacq des travaux d’utilité sociale à destination des acteurs locaux du bassin de Lacq au travers de plusieurs supports d’insertion. L’association met en place un projet de micro-transport d’utilité sociale pour permettre le déplacement des personnes en insertion. Dans un transport micro-collectif (8 personnes) ou individuel (4 personnes), les bénéficiaires pourront se déplacer jusqu'à 50km autour de Mourenx où se situe le garage social de la structure en charge de l’entretien et de la réparation des véhicules.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | La langue occitane sur la voie de sa "socialisation"

28/08/2020 | Ces 27 et 28 août la langue occitane résonnait dans et autour du Pavillon de l'écomusée de Marquèze à Sabres. Et pour cause, c'est dans ce décor, champêtre et historique, que se tenait le Conseil de développement pour la langue occitane.

Panneau d'entrée sur la commune de Champcevinel sur la route d'Agonac, route départementale 3, Dordogne, France

Selon l'enquête sociolinguistique réalisée cette année par l'Office Public de la Langue Occitane (OPLO) en Occitanie et Nouvelle-Aquitaine auprès de 8000 habitants, 7%, en moyenne, se déclarent locuteurs de la langue occitane. C'est 3 à 4 points de moins qu'il y a 10 ans. Autant dire que le jeune OPLO, opérationnel depuis 2016, a donc encore fort à faire pour répondre à sa mission d'augmenter le nombre de locuteurs actifs sur ces territoires. Le Conseil de développement pour la langue occitane qui s'est tenu ces 27 et 28 août 2020 à Sabres dans les Landes a ainsi été l'occasion non seulement de présenter les résultats de cette grande enquête mais aussi, pour l'OPLO, de revenir sur les conditions de son installation, sur un territoire devenu XXL par le jeu de la fusion des régions, et d'évoquer les ambitions et chantiers à venir.

L'Office public de la langue occitane entame selon sa présidente Charline Claveau « le premier tournant de son histoire ». Et pour cause, sur ses quatre premières années d'existence, il s'est agi essentiellement pour la structure de trouver ses marques. Tant dans la relation avec ses partenaires institutionnels et associatifs que dans son territoire. En effet, pensé et mis en œuvre pour couvrir un espace de 13 départements, la fusion des régions a rapidement amené l'Office à devoir « gérer » un territoire de 22 départements avec le même nombre de personnes (initialement 3, désormais bientôt 7) et des moyens de fonctionnement presque identiques... Là où glisse sa présidente un brin malicieuse, « l'Office Public de la Langue Basque couvre un demi département avec une équipe de 14 personnes... ».

"L'Etat a renforcé sa participation financière"
Cela dit, désormais, les fondations sont bel et bien installées, et le positionnement trouvé auprès des acteurs, avec même un démarrage de formalisation des partenariats avec certains départements. « C'est fait avec la Dordogne et le travail est en cours avec les Pyrénées-Atlantiques », illustre Charline Claveau, qui précise également que « l'OPLO sur l'ensemble de son territoire de compétence, a des échanges réguliers avec 80 organismes dont pour la majorité des associations ». Et pour cause, parmi les actions mises en œuvre dans ces premières années d'existence parfois un peu acrobatiques, et marquées par les grandes attentes, pour ne pas dire impatiences, des acteurs, « c'est l'instruction et la distribution des aides qui a été priorisé, au côté des actions liées au développement de la transmission de la langue par l'école ».
Autre point important pour l'OPLO en cette année 2020 : « l'Etat a renforcé sa participation financière », de même les Régions partenaires. Et dans l'application des politiques aussi le travail de partenariat mis en œuvre par l'OPLO paie au bénéfice de la langue occitane : en 2020, la Région Nouvelle-Aquitaine a accordé 1,5 M€ de subventions aux projets et acteurs de la langue et de la culture occitanes contre 1,2 M€ en 2016. Un acteur régional qui compte car si l'OPLO est compétent sur l'apprentissage de la langue, les actions liées à la création et diffusion de la culture occitane (indissociables donc de la langue elle-même...), sont quant à elles de la compétence des collectivités locales, au premier rang desquelles la Région. La collaboration entre les deux instances n'est donc pas une option pour la réussite de l'objectif qu'est la reconquête linguistique.

Rendre la langue occitane présente dans la vie de tous les jours
Pour autant, et c'est là l'une des ambitions de l'OPLO, il s'agit aussi, dans les années à venir, d'accentuer le travail dans la transversalité avec l'ensemble des services de la Région, au-delà du seul axe culturel ; mais aussi par exemple, sur les politiques régionales liées à la formation, au transport ou encore à la jeunesse. Un souhait qui devrait se concrétiser dans une prochaine feuille de route régionale sur le plurilinguisme (a priori votée en octobre) et qui va dans le sens de « socialisation de la langue », confirme Charline Claveau. Autrement dit, rendre présente la langue occitane dans l'ensemble de la société, et dans la vie de tous les jours.
Cet axe de la socialisation serait alors complémentaire à celui qui occupe déjà largement l'OPLO : la transmission de la langue, via le cursus scolaire, mais pas seulement. Sur ce thème s'ouvrent alors des chantiers concernant la signalétique bilingue (dont par exemple les messages vocaux dans les transports en commun), mais aussi le secteur médiatique et plus précisément les secteurs audiovisuels et radiophoniques, sans oublier l'univers des jeux vidéos particulièrement prometteur selon la Présidente de l'Office en termes de représentation de la langue auprès des jeunes générations.
Enfin, si l'Office veut aussi être un lieu de réflexion et d'échange sur le statut des langues régionales aux côtés d'autres acteurs des langues régionales, il vient également de poser les bases d'une mission d'observation et d'information sur la présence de l'occitan en territoires néo-aquitain et occitan. C'est dans ce cadre qu'a été lancé une cartographie (en cours) sur l'enseignement de l'occitan (scolaire, cours pour adultes, etc), ainsi que la relance, cette année, d'une enquête socio-linguistique visant à faire le point sur la pratique et les représentations de l'occitan.

« La honte » de parler "patois" a fait son temps
Au-delà de l'analyse quantitative du document, celui ne peut d'ailleurs que « encourager les instances publiques à soutenir le développement de la langue », se félicite Charline Claveau. en effet, 92% des personnes interrogées se positionnent en faveur du maintien ou du développement de la langue occitane, et près de 8 sur 10, se disent favorables à des actions publiques. Sur l'enseignement 8 personnes sur 10 sont favorables au développement d'une offre d'enseignement de l'occitan de la maternelle au lycée, et 41% sont pour un apprentissage de l'occitan tout au long de la scolarité de la maternelle à l'université.
Sur ce qui est de la vivacité de la langue en elle-même, les chiffres sont par contre bien moins réjouissants. Outre une baisse de locuteurs en chute de 3 à 4 points, le taux de personnes qui déclarent « parler occitan sans difficulté, ou suffisamment pour tenir une conversation simple, s'établit à seulement 7%... Selon les grilles de l'UNESCO, la langue est donc « en sérieux danger d'extinction ». Et encore, le taux moyen de 7% ne couvre pas une réalité homogène de la pratique de la langue : en effet, plus le département est urbanisé, moins les locuteurs sont nombreux : 2% en Gironde, Haute-Garonne ou Hérault, mais jusqu'à 22% pour les territoires peu peuplés tels la Charente occitane, ou la Lozère.
Selon cette étude, le portrait robot du locuteur occitan est un homme de plus de 60 ans vivant en milieu rural... d'où, aussi, le réel risque d'extinction. Cela dit, une bonne nouvelle tout de même : même si la transmission, majoritairement en famille, reste faible, a progressé de 9 points en 10 ans. De quoi laisser penser que « la honte » de parler "patois" a fait son temps... Pour militer dans ce sens, l'OPLO s'apprête à lancer une campagne de communication à destination du grand public.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Père Igor

Partager sur Facebook
Vu par vous
5104
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 11 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !