Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Pascal Lafargue, président d'Emmaüs 33 : « On vit, on meurt. Entre les deux, on est libre de faire des choses »

09/12/2008 |

Jean-Luc Veyssy, Gérant de BDL et Pascal LAfargue

Drôle d'endroit pour une rencontre, même « d'automne » : un samedi à 10 h 30, dans une pizzeria sous le pont d'Aquitaine à Lormont, tout près du marché de la place Aristide Briand qui peine à trouver son rythme de croisière... Justement, l'idée est de proposer régulièrement des rencontres culturelles pour redynamiser ce quartier qui ne manque pourtant pas d'attraits. Le premier invité était ce 6 décembre Pascal Lafargue, président d'Emmaüs Gironde, venu parler très librement de son parcours et de son engagement mais surtout de la place des associations de défense des faibles dans une société où la force fait de plus en plus loi.

La salle de la pizzeria Canzone où a lieu la rencontre, donne directement sur les flots gris de la Garonne. Pascal Lafargue s'amuse de cette vue : il est né juste en face, de l'autre côté du fleuve, à Bacalan. 50 ans plus tard, le voici à Lormont où il venait enfant jouer au rugby, présenter son premier livre, un récit sur son engagement auprès de l'abbé Pierre et des compagnons d'Emmaüs Gironde. Pour lui, le besoin d'agir s'est révélé tôt : « En 1973, j'avais quinze lorsque Salvador Allende a été assassiné au Chili. J'ai soudain pris conscience que j'étais un être collectif ». On se construit et on existe par les autres, il faut donc s'engager auprès des autres. Reste à trouver comment . Le livre "Rencontres d'automnes" raconte ce cheminement, depuis un premier engagement au parti socialiste où il ne trouve pas sa place, puis la rencontre décisive avec l'abbé Pierre en 1989 jusqu'aux prises de responsabilité dans le mouvement Emmaüs où il s'oppose avec Martin Hirsch, l'actuel haut commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté.

Hirsch-Lafargue : deux visions d'Emmaüs

Rencontres d'automne sur les chemins d'Emmaüs
Acheter ce livre chez Mollat.com

Tout oppose les deux hommes qui ont pratiquement le même âge : Martin Hirsch est un « héritier ». Fils de haut fonctionnaire, énarque, conseiller d'Etat, il connaît bien les rouages du pouvoir. Pascal Lafargue, lui, est issu d'une famille populaire et a mis du temps à trouver sa voie, finançant ses études de droit en travaillant dans le bar de son frère où il finissait parfois ses nuits en jouant au poker. Ils ont surtout chacun une vision très différente d'Emmaüs : «Martin Hirsch est un homme brillant, bon organisateur mais pour lui le système doit être pyramidal, alors que pour moi, Emmaüs est d'abord un mouvement de militants : la dynamique provient du terrain, dans un esprit assez libertaire, surtout chez les salariés de base », explique Pascal Lafargue. «Le symbole de sa nomination par Nicolas Sarkozy a fait du tort à Emmaüs. Il aurait dû démissionner avant d'entrer au gouvernement Fillon. Mais Sarkozy le voulait avec son titre de président d'Emmaüs. Il n'est pas bon d'être associé à un gouvernement quel qu'il soit et il est catastrophique de l'être avec un gouvernement qui a créé un ministère de l'immigration et de l'identité nationale. C'est en totalement contradiction avec l'esprit de l'abbé Pierre qui a toujours lutté contre les idées d'extrême droite. Quand il était venu pour une conférence à Talence, en 1989, c'était la période où le Front National était à son plus haut, il a soulevé la salle en disant : « La France aux Français ? Oui, mais la Terre est aux Humains ». »

Pour Pascal Lafargue, Emmaüs doit farouchement rester indépendant. Pour une question de crédibilité mais aussi de démocratie. « Les associations sont plus que des acteurs sociaux sur le terrain, elles participent directement, et à un niveau élevé, à l'expression démocratique du pays. Elles représentent les gens du terrain. Si on l'oublie, on devient association parapublique ou, pire, un opérateur de prestations sociales. »

« Le RSA, c'est de la com' »
Interrogé sur le nouveau dispositif du Revenu de Solidarité Active, Pascal Lafargue se montre critique : « Il n'y a rien de fondamentalement nouveau pour les précaires et les Rmistes. Un système de cumul d'une partie des prestations sociales avec un emploi à temps partiel existait déjà, pendant un an. Avec le RSA, les personnes concernées pourront gagner quelques dizaines d'euros de plus par mois et sans limitation de durée mais c'est au prix de la création d'un nouveau statut salarial : celui de salarié pauvre. On risque d'assister à la multiplication des petites boulots. Comme le dit le sociologue Serge Paugam, un des spécialistes de la pauvreté en France, c'est « l'institutionnalisation du précariat ».

Faire valoir ses droits
Pour Pascal Lafargue, "en ces temps de crises financières, économique, sociale et philosophique, alors que tout le monde perd ses repères, que les ultra-libéraux en appellent à l'Etat pour sauver le capitalisme de la faillite et que les socialistes ne jurent que par l'économie de marché », il faut retrouver des idées simples et revenir aux droits constitutionnels. Le droit à la santé, à l'éducation, à un travail, et maintenant, depuis 2007, le droit au logement. Le droit au logement opposable lui parait être une bonne initiative législative, « mais, comme d'autres droits fondamentaux, il ne s'applique s'appliquent pas de lui-même, il faut se battre pour l'imposer ». Aussi Emmaüs a-t-il créé une équipe pour aider les familles à porter plainte contre les Préfets dans le cadre du droit au logement opposable. Dans le même temps, il s'interroge sur la répression qui s'abat sur les associations comme Droit au Logement ou les Enfants de Don Quichotte. « Même si nous n'avons pas les mêmes méthodes, nous les soutenons : est-il normal que des militants qui défendent des droits fondamentaux se fassent molester par la police ou doivent payer des amendes ? »

Les maisons de bois
La méthode Lafargue, c'est plutôt la « provocation positive », comme l'installation le 22 janvier 2008, place Pey Berland d'un chalet d'urgence réalisé par Emmaüs. « Nous voulions commémorer le premier anniversaire de la mort de l'abbé Pierre en disant qu'il était possible de faire rapidement des choses pour les sans-logis. » Pour le président d'Emmaüs Gironde, ces maisons de bois sont une des solutions possibles pour offrir des hébergements autonomes de transition pour les SDF. PLus encore, elles pêuvent s'adresser aux familles, grâce à de vraies maisons de 5 pièces pour moins de 100 00 euros. « Trois sont en cours de construction à Bacalan, une vingtaine vont l'être à Clermont-Ferrand ». Il reste néanmoins la question du manque de foncier en ville, ce qui relance la piste des réquisition de logement, comme l'a souligné le débat qui a suivi l'intervention de Pascal Lafargue.

Venu "dynamiser culturellement" le marché de Lormont, Pascal Lafargue aura au moins donné des idées et de l'énergie à ceux qui sont venus l'écouter. Il est vrai que le bonhomme n'en manque pas et qu'il n'est pas avare quand il s'agit de partager une vision globale de la société où la pauvreté ne se combat pas seulement par des mesures spécifiques.

Vincent Goulet

Rencontres d'automne sur les chemins d'Emmaüs de Pascal LAFARGUE, Editions du Bord de l'eau.

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
2233
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !