Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Patrimoine : l'Université de Bordeaux reprend les clefs

16/07/2019 | L'Université de Bordeaux a signé ce lundi 15 juillet avec l'Etat une convention de dévolution pour récupérer la quasi-totalité de son patrimoine immobilier.

Université Bordeaux

La ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, a signé ce lundi à Talence la convention de dévolution du patrimoine à l'Université de Bordeaux. Après Marseille et avant Caen et Tours, cette dernière fait partie des quatre "élues" à récupérer les clefs de l'essentiel des 187 hectares de son patrimoine immobilier. Pour le valoriser, l'Université de Bordeaux s'apprête à devenir actionnaire d'une "Société Universitaire de Recherche" afin d'avoir recours à l'emprunt. Et pas de manière isolée : sur 20 ans, elle prévoit d'investir près de 250 millions d'euros. On vous résume l'ambiance d'après signature.

"Leur confier leurs murs, c'est les en faire sortir". C'est en ses termes que Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche, a signé ce lundi à Bordeaux la convention actant définitivement la dévolution du patrimoine de l'Université de Bordeaux, qui en est désormais officiellement propriétaire. Elle est la deuxième, après Marseille, et avant Caen en octobre, à signer cette convention avec l'Etat, et le dossier n'est pas anodin puisque le patrimoine immobilier universitaire est son deuxième patrimoine le plus important (estimé à 18 millions de mètres carrés). "L'Université de Bordeaux a, grâce à la façon dont l'Opération Campus a été menée, donné toutes les preuves, à la fois de son sérieux et de ses capacités à s'occuper de l'ensemble de son patrimoine. Je suis sûre que le projet porté par cette université, au service des étudiants avec des possibilités de nouveaux logements, de l'attractivité et de l'innovation est une façon de rendre à la société ce qu'elle accorde au monde de l'enseignement et de la recherche en les finançant", a ainsi souligné Frédérique Vidal. 

Plan stratégique

L'Université de Bordeaux a donc une vaste ambition puisque cette dernière compte 187 hectares et 293 bâtiments (dont 88% localisé sur la métropole bordelaise mais aussi répartis sur Agen ou Périgueux), dont 82% appartenait auparavant à l'Etat (le reste étant partagé entre les collectivités territoriales pour 13%, les biens propres pour 3% et 2% de bâtiments appartenant à des établissements extérieurs, publics ou privés. Sur cette surface, elle a identifié un peu plus de 28 hectares valorisables et environ 450 000 mètres carrés constructibles. La prochaine étape, qui passera par la signature des actes notariés et le transfert de chacune des parcelles, devra tenir compte du "plan stratégique immobilier" présenté à l'Etat récemment opérant une projection sur vingt ans et baptisé U25.

"Environ 40% de notre bâti doit encore faire l'objet d'une rénovation, l'Opération Campus prévoyant de rénover à terme environ un tiers de notre patrimoine", a ainsi précisé le président de l'Université de Bordeaux, Manuel Tunon-de-Lara. "On a un parc académique sur lequel on a encore besoin d'amener l'Université vers les meilleurs standards internationaux. On souhaite le valoriser, avec notamment du logement étudiant. Nous avons ici 150 hectares au sein de la métropole bordelaise bien desservis en termes de transports, on aura donc rapidement des projets dans ce domaine. Nous sommes également convaincus que l'implantation des entreprises doit contribuer à maintenir l'innovation au coeur de cette université, nous sommes prêtes à les accueillir. Nous avons un schéma stratégique immobilier qui a été validé par les ministères, sur chaque opération nous aurons une expertise en amont, la définition des projets et la possiblité de monter les financements pour chaque objectif". 

Orientations et financements

"L'habitat doit avoir une mixité d'usage, c'est une condition de réussite des universités modernes. On pouvait déjà faire des opérations avec l'Etat et les collectivités. Ce que l'on ne pouvait pas faire, c'était valoriser, à cause de dispositifs qui prélevaient une part de la marge de valorisation. Ca va nous permettre d'imaginer des opérations qui n'étaient pas imaginables avant. Nous avions jusqu'à l'an dernier un principe de spécialité qui bridait un peu le champ des activités de l'université, alors qu'aujourd'hui l'immobilier au sens large est rentré dans ses compétences", ajoute le responsable, qui a également plaidé pour une "mixité des usages" : le logement pourrait ne pas être uniquement réservé aux étudiants, les entreprises devraient y trouver plus de portes ouvertes, de même que les commerces pour rendre le campus plus vivant.  "Aujourd'hui, le campus manque de commerces, on doit partager les infrastructures avec les villes. Sur la plaine de Roquencourt, il y a des installations sportives avec une halle de sports connectés dans laquelle on espère pouvoir accueillir les athlètes lors de futures compétitions internationales. Le réhabilitation des terrains de rugby est aussi en prévision". 

Pour financer le tout, l'Université (pour laquelle le plan stratégique U25 représente un investissement prévisionnel de 250 millions d'euros) devrait passer par une SUR ou Société Universitaire de Recherche chargée de coordonner cette valorisation patrimoniale dont elle sera l'actionnaire. "Il faut être professionnel pour rentrer dans une activité nouvelle et dans cet environnement immobilier. Nous souhaitons le faire à travers une filiale qui a ses propres compétences, ce que va nous permettre le programme d'investissements d'avenir par le biais de ces SUR qui, en plus, auront la possibilité d'emprunter de l'argent. L'Université doit maintenir son action sur le long cours, on doit préserver le patrimoine et avoir plutôt des dispositifs de baux amphitéotiques avec des constructions qui reviendront ensuite à l'Université mais dont les premiers temps d'exploitation permettront d'avoir un retour financier. L'Opération Campus et le CPER, eux, se poursuivent en même temps : d'ici cinq ans, une cinquantaine de projets (démolition, rénovation, reconstruction) devraient voir le jour, le tout avec un objectif de réduction de 4,4% des surfaces occupées d'ici 2023. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5335
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !