Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/12/19 : Ce jour, Claude Olive, le maire d'Anglet (64), 40 000 habitants, a annoncé, sans surprise pour ses administrés, qu'il repartait pour un deuxième mandat. A ce jour, trois listes avec gauche, LFI sont en lice. Y aura-t-il une liste abertzale (basque)?

13/12/19 : Inquiétude de crues à Bayonne demain encore, en aval de l'Adour et de la Nive, après les pluies torrentielles qui se sont abattues des derniers jours. La ville fait en effet office d'entonnoir de ces flux, aggravé par le reflux des marées montantes

13/12/19 : Dans le 64, le service de prévision des crues a placé en niveau de vigilance ROUGE le Gave de d'Oloron, en particulier pour les communes de Caresse, Saint-Pé-de-Léren et Léren. De nombreux autres cours d'eau sont placés en vigilance ORANGE

13/12/19 : Dans le 47, 35 interventions du SDIS sont en cours, succédant aux 84 interventions tout au long de la nuit. 17 000 foyers sont privés d’électricité. Rétablissement prévu dans la journée. Sur la D656, circulation interrompue en sortie d’Agen.

13/12/19 : En raison des fortes rafales de vent qui ont sévi ces dernières heures, la circulation des tramways bordelais a été arrêtée. Retour progressif à la normale à 9h30(ligne C) et à 10h(ligne A). La Ligne B ne roule qu'entre Quinconces/Berges de la Garonne

12/12/19 : En raison de conditions météo de forte tempête et de vagues de submersion, le Conseil départemental des Pyrénées atlantiques a décidé de fermer la route de la Corniche entre Ciboure et Hendaye jusqu'à samedi.

12/12/19 : Météo-France a placé la Dordogne en alerte orange pour vents violents et en alerte jaune pour pluie inondation. Des rafales de vent pouvant atteindre 90 à 100 km/h et des averses soutenues sont attendues en seconde partie de nuit.

12/12/19 : La CR 47 appelle les professionnels de l’agriculture et citoyens à soutenir l’agriculteur Vincent Rigo "attaqué en justice pour une non mise en conformité du déversoir de crue rehaussé de 40 cm » à se rassembler le 18 déc à 8h30 au TGI d’Agen

11/12/19 : MeteoFrance a placé la Nouvelle Aquitaine en vigilance jaune vents violents avec des risques de submersions, notamment en Pays Basque et dans les Landes. Des rafales à 95 km/h et 85 km/h sont attendus à respectivement à La Rochelle et à Hendaye.

10/12/19 : Charente-Maritime : 2300 personnes ont manifesté aujourd'hui à La Rochelle, 1100 à Saintes et 700 à Rochefort, selon la préfecture.

10/12/19 : A Poitiers, mobilisation moins importante ce mardi après-midi contre la réforme des retraites. Le cortège est parti de Rebeillau à 14h pour rejoindre la Porte de Paris. Selon la police, il y avait 2 900 manifestants, la CGT en recensait 7 à 8 000.

10/12/19 : A Agen, 3000 personnes ont participé à la manifestation contre la réforme des retraites. Ils étaient 2000 à Bayonne et 5000 à Limoges (chiffres police).

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 14/12/19 | Charente-Maritime : vote du budget au menu de la session de décembre

    Lire

    Le Département de Charente-Maritime s'apprête à faire sa session de fin d'année, juste avant Noël. Du 16 au 20 décembre, les élus départementaux vont se réunir pour voter notamment le budget 2020 : 1,013 milliards d’euros. Une somme record qui dépasse les 943 millions de l’an dernier, notamment à cause des dépenses sociales à la hausse, selon son président Dominique Bussereau. Il est aussi prévu une hausse des investissements, avec un budget de 95 millions

  • 14/12/19 | Forte crue des Gaves

    Lire

    Les vents très violents ont ajouté aux précipitations et les Pyrénées-Atlantiques et les Landes sont ce samedi 14 décembre encore les plus impactées. A Ilharre au Pays basque un homme au volant de sa voiture a trouvé la mort en heurtant un arbre couché sur la route. La montée des eaux des Gaves a particulièrement touché Peyrehorade obligeant des habitants à évacuer leur maison avant d'être accueillies dans la salle communale. Les pompiers ont secouru des automobilistes et à Saint-Martin de Seignanx les résidents d'un EPHAD ont été évacués par précaution. Ce samedi matin la crue était surveillée de très près particulièrement à Peyrehorade

  • 13/12/19 | Un nouveau président à la CCI des Landes

    Lire

    Ce 13 décembre, François Lafitte a été élu président de la CCI des Landes. Ce dirigeant de Primland SAS, entreprise landaise tournée vers l’export et l’international, était également élu de la CCI depuis 2011. Membre aussi de l’interprofession Interfel, la représentation des intérêts de l’entreprise de l’économie du territoire ont toujours fait partie de ses priorités. Au cours de son mandat, il souhaite maintenir le cap tout en mettant ses compétences et sa créativité au service de la CCI.

  • 13/12/19 | Dordogne : bilan des intempéries des 12 et 13 décembre

    Lire

    La nuit dernière, un fort coup de vent a touché la Dordogne. De fortes bourrasques de vents ont été enregistrées (122 km/h à St Martial de Viveyrols et 104 km/h à Bassillac) ainsi que des fortes précipitations. On observe de nombreuses chutes d'arbres : 50 interventions ont été réalisées pour dégager les routes par les services du Département. A midi, 25 000 personnes étaient toujours privées d’électricité. Une vigilance crue / inondation est en place sur la commune de Terrasson, tronçon Vézère aval.

  • 13/12/19 | Tahiti choisie pour les épreuves de surf aux Jeux Olympiques

    Lire

    Le Comité olympique France 2024 a effectué son choix sur le site des épreuves de surf aux JO 2024, préférant Tahiti et son extraordinaire spot de Tehuapo'o aux littoraux breton (La Torche) et aquitain,(Lacanau, Hossegor et Biarritz). En ces lieux, les dates estivales n'offraient pas la garantie de vagues, contrairement à l'archipel d'Outre mer. Biarritz en a fait les frais en son temps. Le risque d'absence de vagues condamnerait définitivement le surf des Jeux. Le choix définitif devrait intervenir le 6 janvier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Patrimoine : la résurrection de l'abbaye laïque de Gestas passera par le don

15/11/2019 | La Maire de Gestas s'est lancée dans "une aventure avant tout humaine, architecturale et technique" en décidant de sauver son église. Un défi financier aussi pour le village de 73 âmes.

Maryvonne Lagaronne, Maire de Gestas

Dans les Pyrénées-Atlantiques, remontant la route de la Soule entre Mauléon et Sauveterre, un décor inhabituel apparaît au niveau de Gestas. La petite abbaye laïque du village, reconnaissable à la tour défensive adossée à son clocher, a perdu sa charmante silhouette. Et pour cause, depuis quelques jours elle n'a plus de toit, remplacé en ces temps pluvieux par une bâche bleue électrique... La météo de ce début novembre n'y est pour rien. C'est en vérité le stigmate temporaire des lourds travaux entrepris pour sauver le bâtiment ancré en cette terre de Soule depuis le Xème siècle. Chahutée par les temps (celui qui passe et celui qu'il fait) mais aussi par l'Histoire, c'est aujourd'hui un village tout entier qui se mobilise pour la sauvegarde de l'église, à commencer par son opiniâtre maire, tendance intrépide, Maryvonne Lagaronne. Avec le soutien de la Fondation du Patrimoine, un appel au don, mais surtout au mécénat, est lancé pour parvenir à boucler le budget de ce projet. Car celui-ci, à 395 000 €, est immense pour le tout petit village de seulement 73 habitants...

60 000 € voilà le montant de la souscription lancée par la Fondation du Patrimoine en appui au projet de la Mairie de sauver son église Saint Jean-Baptiste. C'est environ 6% de la somme totale des travaux nécessaires à ce sauvetage. Ca pourrait paraître relativement modeste, au regard du montant total, mais ici, dans ce village de 73 âmes, tout est affaire de proportion. « 60 000 € c'est le budget annuel du village... », souligne Maryvonne Lagaronne, qui avant de se lancer dans cette périlleuse aventure a déjà réussi à mobiliser diverses subventions (Etat, Département, Communauté de communes) à hauteur de presque 70 % du projet.

Histoire, identité du village et... universalité
Un périlleux projet financier et technique, certes, mais nécessaire. Non pas que les gestasiens et gestasiennes soient plus dévôts qu'ailleurs mais « il en va du patrimoine, du lien aux générations qui nous ont précédées, de l'histoire et de l'identité du village mais aussi au-delà... Sauver un patrimoine ancien, ça parle aussi d'universalité ! », s'enthousiasme Madame le maire.
Et l'universalité à Gestas, ça n'est pas un vain mot. Enclave basque en pays béarnais, où les deux cultures se sont croisées et côtoyées tout au long de son histoire, le village est aussi, grâce à son pont traversant le Saison, sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. « Une communauté humaine », comme aime à le répéter Maryvonne Lagaronne, qui entend aujourd'hui résonner sept langues différentes dans ses foyers... Une population plurielle, dont seules deux familles restent historiquement issues du village, mais qui pourtant se mobilise en nombre quand il s'agit de l'intérêt du village. Alors sauver la vieille église d'un effondrement certain n'a pas posé longtemps ni question ni débat pour la population gestasienne.

Entrée de l'église de Gestas

Plusieurs fois effondré et reconstruit
Si l'église n'est certes pas inscrite aux monuments classés, elle liste tout de même certaines particularités remarquables. D'abord son caractère laïc, car construite sur décision du seigneur local de l'époque, le Comte de Gestas, lui-même enterré dans l'office. A noter aussi un évier liturgique, un choeur médiéval ne manquant pas de cachet, ou encore d'anciennes fenêtres en meurtrière fermées au 18ème siècle et remplacées par de grandes ouvertures dotées de vitraux témoignant du savoir-faire des artisans de l'époque.
A l'entrée un chrisme volontairement piqueté témoigne aussi des aléas de l'Histoire, tout comme ces pierres par endroit rougies portent les traces des incendies qui ont frappées le bâtiment, lors des guerres de religion ou de la Révolution.... Inrattable aussi, cette tour adossée au clocheton, qui outre le lieu d'habitat du comte de Gestas (et desormais propriété privée), a également eu pour fonction de tenter de compenser la trop grande proximité de la nappe phréatique sous l'édifice, ayant pour fâcheuse tendance depuis le début de l'histoire à faire pencher la structure. « Le mur du clocher enregistre un mètre de décalage entre sa base et son sommet... », pointe la Maire, et le mur situé à l'Est du bâtiment est lui aussi en état de fragilité particulière, visiblement plusieurs fois effondré et reconstruit au cours des siècles.


Facade Est et Tour de l'église de Gestas


Plus qu'une résurrection, un projet d'avenir
Un affaissement perpétuel et plus que jamais dangereux, qui a donc mis l'équipe municipale, et le village, face à leurs responsabilités d'héritiers d'un tel patrimoine, avec pour unique option, sa sauvegarde. Après un premier constat visuel alarmant en novembre 2017, l'état des lieux technique posé en 2018 a confirmé les craintes : « Il fallait consolider les fondations, refaire l'ensemble de la charpente (décalée par endroit de 15 à 20 cm, ndlr) et de la toiture et réaliser la mise en coformité pour les personnes à mobilité réduite et la sécurité incendie. » A cela s'ajoute le projet de réorganiser et végétaliser le petit cimetière accolé à l'église, et travailler sur l'évacuation de l'humidité en refaisant entièrement le jointage extérieur. « Un dernier chantier imposé par l'Architecte des bâtiments de France pour assurer l’étanchéité du bâtiment, qui a fait monter l'addition du projet d'environ 300 000 à 395 000 euros hors taxe. », détaille Maryvonne Lagaronne. Le tout, « dans le respect des règles de l'art et du patrimoine existant ». Comprenez : charpente traditionnelle en bois de pin, voûte en bois local (chêne), mais aussi travail de la pierre et recours à la chaux.

Mais plus qu'une résurrection, le projet, qui gardera la fonction cultuelle du lieu, se veut aussi tourné vers l'avenir, « pour recevoir du public dans le cadre de représentations de chant ou de musique ». Un travail acoustique est donc aussi au programme, comme le raccordement à l'eau, l'installation de toilettes sèches à l'extérieur et l'aménagement d'un parking. Du point de vue de la sécurité 150 places ont ainsi été identifiées pour cette futur salle de concert pas comme les autres. Côté décor, l'intérieur de l'église sera enduit à l'exception du chœur médiéval, ainsi d'autant plus mis en valeur.
Maryvonne Lagaronne synthétise : « Nous sommes en train de créer l'église du siècle prochain... tout en respectant l'usage cultuel. Mais derrière, ça signifie qu'il faudra se donner les moyens de faire vivre cette salle, et en faire bénéficier le plus grand nombre, bien au-delà de la commune !» L'ambition du maire, décidément pas farouche, est que l'église permette « de travailler et de redynamiser la culture du chant sur le territoire ; de tous les chants qu'ils soient populaires, sacrés... et dans toutes les langues. »
En ce mois de novembre 2019, une grande partie des travaux a déjà été réalisée. C'est le cas notamment, de la partie clocher et de la consolidation des fondations par l'injection de résine. Le rejointement est en cours. « S'il ne pleuvait pas on pourrait espérer retrouver une charpente d'ici 15 jours pour pouvoir attaquer les aménagements intérieurs. » La fin du chantier est prévue pour mi 2020.

Intérieur de l'église de Gestas en travaux


"Le maintien du patrimoine, c'est l'affaire de chacun, entreprises comprises!"

Si les choses avancent sur le bâtiment, le combat est toujours en cours côté finances pour le Maire du village. « Avec un budget municipal annuel à 60 000 euros je ne peux pas me permettre d'endetter la commune sur le tiers de ses ressources pendant des années » , d'où sa mobilisation sans faille autour de la souscription lancée avec la Fondation du Patrimoine, qui permettra de diminuer la part des fonds propres communaux engagés dans le projet. Lancée depuis le 1er octobre, les dons frôlent déjà le cap des 15% avec plus de 8000€ obtenus. Et pour faire connaître cette campagne de dons, tous les moyens sont bons: création d'un site internet (www.gestasvillage.net) permettant de tout connaître de l'histoire du village de Gestas, de son abbaye laïque et des travaux en cours via des photos et de petites vidéos, création d'une page Facebook du village , installation de deux banderoles visibles depuis la Route de la Soule encourageant aux dons pour « l'abbaye laïque et ses 10 siècles d'histoire », et enfin, l'organisation de plusieurs événements dont les bénéfices iront au financement du chantier l'église!
« Nous avons eu quelques généreux donateurs au lancement et les dons individuels ont pris le relais. Mais ce que je souhaite avant tout, c'est que les grands acteurs et entreprises du territoire prennent conscience de l'enjeu et accompagnent le projet via le mécénat, parce que ça les concerne aussi » pose Maryvonne Lagaronne, avant de poursuivre, un peu plus animée : « On vise quasiment la surexploitation touristique sur le petit patrimoine local mais ces mêmes acteurs ne s'interessent pas à l'entretenir! Lors des dernières Journées du Patrimoine (avant la fermeture du site, ndlr) ce sont près de 100 personnes qui sont venues visiter notre petite église. Ce n'est pas rien, ça veut dire quelque chose en termes d'attachement à l'histoire et à la découverte du territoire. Beaucoup de maisons se cèdent ici et pour une part importante, c'est une population urbaine qui vient s'installer. Pourquoi ? Parce qu'ils recherchent l'authenticité du lieu, et le patrimoine local en fait évidemment partie ! Et tout le monde en profite, pas seulement la commune de Gestas », argumente-t-elle.

Une des deux banderoles installées au bord de la route de Soule pour informer de la campagne de dons en cours au profit de l'Eglise de Gestas

Et pour celle qui est convaincu que « le maintien du patrimoine, c'est l'affaire de chacun », et notamment de ceux qui en retirent un bénéfice, même indirect, elle n'hésite pas à faire la comparaison, avec une autre église, ailleurs, certes un brin plus spectaculaire : Notre-Dame-de-Paris. « A Gestas, les 395 000 € de travaux, ça représente 6000 € par habitant du village, Notre Dame de Paris, patrimoine national, c'est 60 € par habitant français... Ici ça nous coûte donc 100 fois plus cher. Si les grands acteurs soutiennent Paris, c'est parce que ça va se savoir. Mais ici aussi leur soutien est nécessaire, et nous nous en ferons le relai; les mécènes seront mis en lumière, sans oublier les avantages fiscaux qu'ils peuvent en retirer. A ce propos, j'ai d'ailleurs sollicité la fondation Groupama, qui s'est engagée à fournir du bois à Notre Dame de Paris. Je n'avais besoin que de 25 billes de bois : ils ne se sont pas donnés la peine de me répondre...! », s'emporte t-elle. Elle s'est promis de les solliciter à nouveau, tout comme elle s'apprête à le faire auprès d'autres entreprises et fondations locales et régionales après avoir déjà fait le tour des médias locaux et régionaux pour annoncer la campagne en cours. On peut en être sûr, l'édile de Gestas ne lâchera pas de sitôt.

L'info en plus: Le premier événement dédié à la sauvegarde de l'Abbaye se tient le 7 décembre prochain à Gestas avec un concert de jazz cuivre et piano par Janusz Malik (artiste vivant à Gestas) et son groupe. D'autres sont en prévision autour de Noël et au printemps.

Pour participer à la campagne de dons, c'est ici: www.fondation-patrimoine.org/les-projets/eglise-saint-jean-baptiste-de-gestas
Pour tout savoir du mécénat et de ses avantages, c'est ici: www.fondation-patrimoine.org/les-dons-et-soutiens/devenir-mecene

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2946
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !