Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Pau : la technologie nous rend-t-elle plus intelligents ?

19/11/2016 | Invités des « Idées mènent le monde », un économiste et un spécialiste de l’environnement ont disséqué l’impact du progrès technologique sur notre planète. Sans langue de bois.

Benoit de Guillebon (à g.) et Jacques Le Cacheux (au centre) lors du débat animé par Charles Aubourg, professeur à l'UPPA

Le progrès technologique est-il le progrès tout court ? Et quel impact peut-il avoir sur notre environnement ? L’universitaire Jacques Le Cacheux et le spécialiste des questions environnementales Benoit de Guillebon ont abordé ces questions lors d’un débat organisé vendredi à Pau dans le cadre des rencontres littéraires « Les idées mènent le monde ». Belle occasion pour tirer quelques signaux d’alarme et insister sur la nécessité de « poser un autre regard » sur notre planète ainsi que sur nos modes de vie d’hyper consommateurs.

C’est une évidence. On vit mieux, c’est-à-dire en meilleure santé et plus longtemps, qu’il y a 200 ans. « Au cours des deux derniers siècles, la population mondiale est passée d’un peu moins de 1 milliard à 7,4 milliards d’habitants » rappelle Jacques Le Cacheux, un économiste qui enseigne à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et travaille comme chercheur à l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE).

Une meilleure hygiène corporelle, une meilleure conservation des aliments ainsi que les progrès de la médecine sont passés par là. «  Au début du 20e siècle, un tiers des enfants mouraient en bas âge ».  Même si le chiffre est encore trop élevé, ces drames ne  concernent plus aujourd’hui plus que 3,5 personnes sur 1 000 dans notre pays (source INSEE).

Cela étant, ce progrès-là se diffuse lentement et de manière inégale. Benoit de Guillebon, responsable de l’APESA, un centre technologique en environnement et maîtrise des risques installé à Pau, ne manque pas de le souligner.  « Le problème c’est de faire bénéficier tout le monde de ces améliorations. Or, malgré des efforts importants, près de 30% de la population mondiale n’a pas accès à l’assainissement. Il existe une appli Internet en Inde pour savoir où l’on peut trouver des toilettes ».

 Voiture, multimédia et OGM

Reste l’usage des technologies et les dérives qu’il peut entrainer. D’autres avancées font en effet  émerger de nouveaux problèmes constatent l’universitaire et le praticien. C’est le cas des transports qui nous amènent à consacrer 20% de notre temps de vie à la voiture. Ou encore du multimédia qui pousse maintenant certains utilisateurs  à parler de droit à la déconnexion.

Une même réflexion est engagée en matière agricole. Trois révolutions ont été vécues depuis le XVIIIe siècle, souligne Jacques Le Cacheux. La technique de l’assolement a d’abord fait monter en flèche les rendements. « On l’a appliquée en respectant l’environnement ». Puis la mécanisation est arrivée, avec son corollaire : l’emploi des produits chimiques. « On a introduit dans l’agriculture des éléments, comme le pétrole, qui ne venaient pas de la biosphère. Peu à peu, cette activité s’est transformée en industrie ».

La troisième révolution, encore timide en Europe mais en plein essor dans le reste du monde, est aujourd’hui en route : celle des  OGM. Sachant que « tout notre élevage dépend de protéines animales que l’on importe d’Amérique latine et d’ailleurs ».

« Des agriculteurs commencent à réfléchir »

Une perspective inquiétante ?  Benoit de Guillebon se veut optimiste. « D’une certaine manière, on revient à l’assolement », remarque-t-il. « Autour de Pau, je vois des exploitants et des coopératives qui commencent à réfléchir. Ils s’intéressent aux cultures intermédiaires de légumineuses. Cela, afin d’éviter recours aux engrais. On arrive à des rendements quasiment équivalents et on consomme beaucoup moins d’intrants ». Dans le même esprit, poursuit-il, le labour profond est remis en cause. Bref, les choses bougent dans le bon sens.

Ce constat n’empêche pas Jacques Le Cacheux de demeurer prudent. « Même s’il y a quelques réactions ici et là, la mondialisation de l’agriculture est loin de se ralentir. Céréales et protéagineux venus d’Amérique latine, huile de palme dans nos aliments… tout cela se développe à une échelle de plus en plus grande. Nous allons dans une direction dont l’impact environnemental est préoccupant ».

Le lien empathique perdu avec la nature

De là à parler de la mécanisation, il n’y a qu’un pas. Jacques Le Cacheux a trait les vaches à la main dans sa jeunesse et il sait le confort qu’elle procure. Mais, dans une région où les cas de maltraitance dénoncés au sein de l’abattoir d’Oloron ont fait grand bruit, il en mesure aussi les effets pervers.

 « La mécanisation a introduit une telle distance entre l’homme et l’animal que l’on finit par oublier que l’on a affaire à des êtres vivants et qu’on les traite comme des choses. Le lien empathique avec la nature n’existe plus ».

Un sujet que Benoit de Guillebon préfère aborder sur le mode de l’hyperconsommation. « Notre civilisation est complètement déconnectée de la nature. L’agneau que l’on veut tous consommer à Pâques amène des employés à effectuer deux fois plus d’abattage pendant une période très courte ».

Cette course au « toujours plus » et cette distance prise par rapport à notre environnement sont évoquées dans un autre domaine : la raréfaction des matières premières. « Le cuivre aujourd’hui, c’est 40 ans de réserves mondiales à des coûts raisonnables. Pour d’autres métaux, on n’en est plus qu’à 20 ans… On va chercher des énergies fossiles de plus en plus loin, de plus en plus profondément. Et pour le faire, il faut de plus en plus d’énergie. Comment rompre ce cercle vicieux ? »

La course folle du hamster

«  L’histoire de l’Humanité montre que toutes sortes de civilisations ont existé et que certaines ont été brillantes sans avoir recours à toutes ces énergies. Nous sommes devenus excessifs... Nous sommes tellement obsédés par la croissance économique que l’on considère que les gens doivent consommer de plus en plus pour faire tourner la machine. Cela ressemble au hamster qui tourne dans sa cage. C’est  complètement déraisonnable » juge Jacques Le Cacheux, tout en insistant sur le rôle fondamental que le monde de l’Education doit jouer ci.

 « L’enjeu, c’est de changer de regard, de se poser des questions. Car on voit des murs arriver » estime pour sa part Benoit de Guillebon avant de plaider pour la « sobriété ». Ce qui lui permet de faire au passage la promotion du guide pratique « Famille (presque) zéro déchet », paru aux éditions Thierry Souccar, mais aussi de saluer la stratégie adoptée depuis peu par le groupe Seb. Ce ténor des ustensiles ménagers a décidé de « construire des produits réparables ».

Le responsable de l’APESA se réjouit d'une telle démarche. « C’est un signal relativement fort venant d’un leader du marché… Le sociologue Edgar Morin disait que toutes les révolutions sont parties de la base. Donc, je reste optimiste ».

« Les idées mènent le monde », le programme : http://www.lesideesmenentlemonde.fr

 

 

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
5553
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !