Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Pau : le progrès mène-t-il encore le monde ?

22/03/2016 | Les rencontres littéraires « Les idées mènent le monde » débattront de l’idée de progrès. Un thème fascinant, estime François Bayrou.

François Bayrou aux côtés de Philippe Lapousterle

« Y a-t-il un progrès pour l’Humanité ? » Au moment où l’on venait d’être informé des attentats terroristes commis à Bruxelles, la question soulevée par François Bayrou afin d’illustrer le thème choisi pour les prochaines rencontres littéraires de Pau a pris une résonance particulière, mardi matin. Le progrès, sous toutes ses formes, figurera en effet au cœur des réflexions proposées lors de cet événement organisé du 18 au 20 novembre prochains. L’un des temps forts de la cité béarnaise et, d’ores et déjà, un véritable succès populaire, estiment ses organisateurs.

Deux ans après leur création, ces rencontres gratuites, ouvertes à tous et  baptisées « Les idées mènent le monde », ont en effet suscité l’adhésion du public. L’année dernière, pas moins de 25 000 visiteurs ont franchi les portes du Palais Beaumont où elles ont été organisées. Tandis que les retransmissions, conférences et débats diffusés en différé sur Internet ont vu le nombre de leurs spectateurs passer du simple au double.

Une belle satisfaction pour François Bayrou,  soucieux de démontrer qu’il sait aussi gérer les deniers publics, et qui ne manque jamais une occasion de souligner « la très grande économie de moyens » ayant présidé à la mise en place de l’événement. Etabli à 260 000 €, le budget prévisionnel des « Idées » - qui coïncident avec un salon du livre -  n’a pas dépassé un niveau de dépenses de 240 000 €. « Et encore, en ayant acheté la totalité de l’ameublement pour trois ans » précise-t-il.

« Sommes-nous supérieurs à l’artiste des grottes de Lascaux ? »Après le bonheur et l’enfance, un nouveau thème était recherché. Celui-du progrès a été adopté pour des raisons diverses. « Au moment où le maxi-ordinateur de Google remporte une victoire sur un champion du monde de jeu de go, réputé imbattable, est-ce que l’intelligence humaine va être mise en cause par sa propre créature ? C’est là une question éminemment importante » estime l’ancien ministre de l’Education nationale.

« De même, lorsque l’on regarde le passé, y a –t-il eu un progrès ? L’humanité actuelle est-elle supérieure aux Egyptiens, aux Grecs anciens et même à l’artiste des grottes de Lascaux ?  Est-ce que, comme le disait Theilhard de Chardin, elle va permettre à l’Homme d’atteindre une dimension accomplie, différente ? ».
Le progrès est aussi affaire personnelle, poursuit François Bayrou. « Est-ce que l’on change ? Pour répondre à cette question, je pourrais inviter quelques hommes politiques majeurs. Mais je crois qu’en novembre, ils seront occupés » ironise le patron du Modem, l’œil malin,  en faisant allusion à la primaire qui sera organisée à droite à la fin de l’année.

« Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel »« Changer, c’est progresser. Est-ce qu’on le fait aussi dans la communication ? L’univers d’Internet rencontre-t-il mieux ou plus les gens ? Est-ce que les liens entre les humains progressent ? Et y a-t-il un progrès social ? Au cours des deux derniers siècles, la société française s’est construite autour de l’idée qu’un progrès économique continu nourrirait un progrès social continu. » Force est de constater, remarque-il, que la réponse à cette question doit aujourd'hui être prudente. " Car, comme on le dit dans l’univers de la finance, les arbres ne montent pas jusqu’au ciel ».

Bref, les interrogations que le mot progrès soulève sont nombreuses. « Y-a-til un progrès en philosophie ? Est-ce que Platon, Plotin, Aristote sont dépassés ? Y a-t-il un progrès dans la sagesse ? Est-ce que la capacité de juger de la vie et de sa place dans la vie est susceptible de progrès ? Tout cela est très stimulant et devrait intéresser toutes les classes d’âge. Car, plus que les autres années, nous voulons mettre l’accent sur les lycéens et les collégiens ».

Le doute du XXIe siècleCette approche est  partagée par le journaliste Philippe Lapousterle, cheville ouvrière de la manifestation. D’autant plus que la notion de progrès ne fait plus aujourd’hui la belle unanimité qu’elle a connue jadis.
« Autrefois, tout le monde y croyait. Aujourd’hui, plus encore que la chute des idéologies, le doute s’est installé dans les esprits. Avec le sentiment que nos enfants vivront moins bien que nous. C’est ce phénomène qui explique le pessimisme incroyable des Français. Jadis, le progrès était un facteur d’union. Maintenant, il divise, il est contesté ».

Au point que cette contestation peut prendre des formes extrêmes renchérit François Bayrou. Avant d’évoquer certains courants de pensée pour lesquels l’enjeu est aujourd’hui de revenir « à la pratique, aux lois, aux modes de vie du 7e siècle ».
Bref, la notion de progrès figure au cœur même de notre actualité. « Je suis persuadé que l’on aura des débats fascinants ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
4159
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !