18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Pau : Manuel pratique de l’e-réputation avec Jacques Breillat

30/10/2014 | « Raisonnez horizontal » conseille Jacques Breillat aux entreprises qui utilisent Internet. Le professeur en intelligence économique était l’hôte de la Chambre de commerce et d’industrie Pau-Béarn

Jacques Breillat : "Le web est le premier média de confiance"

La bonne parole ne vient plus d’en haut. Notre monde est devenu horizontal. Et chacun, y compris le plus modeste, dispose en permanence de son propre porte-voix. Ce qui lui donne la possibilité, s’il sait trouver les bons relais sur le web, de faire ou défaire une réputation. Chez les adolescents, des drames le démontrent parfois. En matière économique, la réalité n’est guère différente. Autant le savoir, et s’adapter. C’est ce que Jacques Breillat, directeur de Master 2 à l’lnstitut d’administration des entreprises de Bordeaux, a été invité à expliquer à Pau. La rencontre était organisée par la cellule de veille et d’intelligence économique de la chambre de commerce et d’industrie.

Première question, essentielle : « comment savoir qui, en dehors de moi, parle de moi ? « Il y a les salariés, les clients, les fournisseurs… Mais aussi un tas de gens, et des organisations que l’on n’imagine même pas » assure Jacques Breillat. Avant de souligner " l’explosion des parties prenantes " provoquée par Internet, en particulier via les blogs,  forums, sites d’avis en ligne et autres réseaux sociaux.

L’exemple fourni par deux jeunes femmes qui ont monté un fil twitter pour discuter avec d’autres usagers mécontents des transports d’Ile de France est à cet égard révélateur. « Le directeur du syndicat chargé de gérer le réseau apprenait plus de choses par la lecture des tweets que ce que lui faisaient remonter ses propres équipes. » Ce qui l’a amené à désamorcer la bombe potentielle en  proposant aux intéressées d’entrer dans un comité de consultation.

« Connectés en permanence, les jeunes sont dans le flux »Cartographier son « éco-système » Internet n’est pas simple, admet Jacques Breillat. Mais une chose est certaine, « les générations qui arrivent sont connectées en permanence. Les personnes plus âgées sont dans la culture du stock. Elles ont des livres chez elles. Elles capitalisent. Ca les rassure. Les jeunes, eux, ne fonctionnent pas comme ça. Ils sont dans le flux, dans le flow. Et ils ne vont pas passer des heures à chercher une réponse. Je ne crois pas du tout qu’il y aura un retour en arrière. »

D’autres réalités sont également à connaître.  Sur la toile, en effet, tous les points de vue ne se valent pas. Le discours officiel peut être jugé intéressant. Mais on s’en méfie. « Il y a une usure du discours marketing. Plus les contributions des internautes sont désintéressées, plus elles sont crédibles. On recherche son alter-ego. Car on estime qu’il veut nous rendre service. Ce qui revient aussi à dire que c’est peut-être le client le plus mécontent de l’année, mais qui maîtrise le mieux les réseaux, qui peut pourrir la vie d’une entreprise. Car la caisse de résonnance est énorme. »

Quant aux codes de valeurs qui fonctionnent sur le web…« Ce sont les droits de l’homme, les conditions de travail, les bonnes pratiques des affaires, l’environnement, les questions relatives aux consommateurs, les critères de discrimination. »

Qui dit confiance ne dit pas BisounoursConsidéré par ses utilisateurs comme le premier média de confiance devant la presse écrite, la télévision, la radio et la publicité, Internet n’est pas pour autant le monde des Bisounours, poursuit Jacques Breillat. Les sites sur lesquels on peut acheter 40 000 « j’aime » et commentaires flatteurs pour 500 euros ne manquent pas.

Cela étant, « en 2010, 86% des internautes prenaient en compte les avis contre 66% en 2009. Et 93% les jugeaient utiles. La majorité des consommateurs veut réduire l’incertitude, et ne pas choisir un produit s’il y a beaucoup d’avis négatifs concordants." De faux avis peuvent certes exister. "Mais la tendance est là. »

Autre réalité incontournable : qui n’est pas clicable est mort. « C’est-à-dire être dans les dix premiers sur Google. Si vous vous trouvez en page 2 ou 3… Dormez tranquille. » Bref, savoir où est sa place constitue un enjeu important, estime l’universitaire, qui invite donc ses interlocuteurs à se poser les bonnes questions : que dit-on de moi en permanence ? Quelle stratégie adopter en conséquence ? Quels relais trouver ?

Sachant que, dans l’idéal, il n’est pas mauvais d’être présent partout (Facebook, Twitter etc.). Quitte à ce que cela crée des redondances. Sur le web, l’écho a toujours du bon.
Pour en savoir plus : http://jacques.breillat.fr

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
1867
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !