Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/10/20 : Suite au nouvel attentat perpétré ce matin à Nice, la Ville de Périgueux annonce que ses agents et élus observeront une minute de silence ce jour à 17 h, dans le respect des mesures sanitaires

30/10/20 : Ambassade et vitrine de la région à Paris, la Maison de la Nouvelle-Aquitaine ferme ses portes aujourd'hui le temps du confinement. Elle assure néanmoins un drive de produits régionaux pour les parisiens le mercredi 4 novembre, sur réservation.

29/10/20 : Suite aux annonces faites par Emmanuel Macron, le World Impact Summit, organisé à Bordeaux, maintient sa première journée ce jeudi 29 octobre, avec un protocole sanitaire renforcé. Du fait du confinement, la journée de vendredi est annulée.

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/10/20 | Confinement: l'Aéroport de Bordeaux s'adapte

    Lire

    L'Aéroport de Bordeaux réenclenche les mesures adaptées de son plan de continuité de service, qui lui permet d'assurer ses missions prioritaires dans le maintien des conditions sanitaires renforcées. La desserte aérienne programmée jusqu'à la fin de ce week-end est à ce jour inchangée. A compter du 2 novembre, le traitement des vols sera opéré intégralement dans le Hall A. Seront maintenus le service de navette entre le parc P4 et l'aérogare, la Navette 30'Direct entre la gare Saint-Jean et l'Aéroport, le bus Liane 1 qui relie le centre de Bordeaux, les locations de véhicules, un service minimum de commerces autorisés.

  • 30/10/20 | LISEA s'engage avec l'Office Français de la Biodiversité

    Lire

    Le 29 octobre, lors du World Impact Summit à Bordeaux, le concessionnaire de la LGV Sud Europe Atlantique a conforté son engagement pour la préservation de la biodiversité. L'Office Français de la Biodiversité porte le programme "Act4Nature France", qui rassemble 80 entreprises pour enrayer l'érosion de la biodiversité. En rejoignant ce programme, LISEA s'engage à créer, restaurer et gérer des sites naturels favorables aux espèces protégées à proximité de la LGV. Selon Hervé le Caignec, Président de LISEA, "c'est une action supplémentaire qui montre notre engagement pour la protection des territoires traversés par la ligne".

  • 30/10/20 | Un tiers-lieu hybride dans les Deux-Sèvres

    Lire

    La Colporteuse à Argentonnay dans les Deux-Sèvres est depuis 13 ans un lieu d’expérimentation du vivre ensemble et de la citoyenneté. Elle a décidé de développer de nouveaux services avec la mise en place d’un espace de coworking afin de répondre aux nouvelles formes de travail. La Région Nouvelle-Aquitaine s’associe à ce projet et apporte une aide de 60 000 euros afin de permettre le développement de ce lieu.

  • 30/10/20 | La Région soutient le laboratoire départemental de recherche de la Dordogne

    Lire

    La Région a attribué 24 545 euros au Laboratoire Départemental d'Analyse et de Recherche de la Dordogne (Coulounieix-Chamiers) pour des investissements en matériels. La collectivité a souhaité initier un réseau sentinelle de suivi de stations d'épuration en zones touristique pour anticiper une reprise de l'épidémie en période estivale. Le Laboratoire de la Dordogne a souhaité intégrer la démarche et a sollicité la Région pour l'achat d'une ultracentrifugeuse et d'un congélateur permettant le stockage des échantillons avant analyses.

  • 30/10/20 | La manufacture d’Artoria se dote d’équipements numériques

    Lire

    Grâce au soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine, à hauteur de 55 255 euros, la manufacture d’Artoria fabriquant des contenants et flaconnages en porcelaine en Haute-Vienne, va lancer une plateforme multilingue pour accroître sa visibilité à l’international. Cela va aussi lui permettre de capitaliser sur son savoir-faire en créant une marque de produits spéciaux « made in Limoges » en direction du grand public.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Pays basque: Élus et syndicats mobilisés pour le retour des "vols" de Palombes bleues

08/10/2020 | Une réunion d'information s'est tenue sur le parvis de la Gare de Bayonne. Malgré une volonté de reprise du côté de l'Etat, le Pays basque ne figure pas formellement dans cette résurrection annoncée.

Palombe bleue

Nous l'avons écrit, Le groupe Pour une écologie populaire et sociale de la Région Nouvelle-Aquitaine, avec le Conseiller régional Mathieu Bergé a participé, notamment en gare de Bayonne à l'initiative "Une Journée pour la Relance de la Palombe bleue" - ce train de nuit qui reliait Paris depuis le Pays basque et le Béarn- en gare de Bayonne. Sous la houlette du Comité régional Vigilance ferroviaire (collectif d'association d'usagers). Sous le regard vigilant de la CGT à Bayonne qui ne voit pas figurer, dans le financement, la portion Dax-Hendaye. Le financement s'arrêterait à Tarbes -via Pau-

Dans le cadre du Plan de relance, le gouvernement a annoncé, il y a quelques semaines, le retour de "la Palombe bleue", le train de nuit entre Paris et Hendaye/Tarbes. "Une information que la Région Nouvelle-Aquitaine a accueillie avec grand intérêt, une bonne nouvelle en termes de service rendu au territoire et à ses habitants."

"Si le gouvernement tient ses engagements sur ce dossier, commente dans un communiqué le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, cela ne pourra qu'être bénéfique aux efforts conséquents déployés par la collectivité régionale en direction des transports du quotidien, et pour répondre aux défis économiques et écologiques. Le gouvernement devra toutefois traiter quelques sujets bien connus d'obsolescence du ferroviaire dans la région Nouvelle-Aquitaine, afin d'éviter l'écueil d'une promesse sans lendemain : il existe des interrogations sérieuses sur le taux de disponibilité du matériel roulant qui, souvent ancien, a besoin d'une profonde rénovation et modernisation".

En outre, le Conseil régional souligne la nécessité de réaliser des travaux de nuit en vue des indispensables entretiens et modernisation du réseau. "Nous y prenons toute notre part et, notamment, avons participé au financement des Installations permanentes de contre-sens (IPCS) pour un montant de 9,5 millions d'euros sur l'axe Bordeaux-Hendaye, dit encore le communiqué. Ces installations permettent de réaliser des travaux de nuit, et permettent de maintenir des circulations ferroviaires sur une voie ; il convient également de s'assurer que le prolongement jusqu'à Hendaye est bien effectif."

"La complémentarité des transports du quotidien est essentielle. Le réseau ferroviaire est l'épine dorsale et la solution pour accomplir la transition écologique. C'est pour ces raisons que des élus de la majorité régionale se sont associés à la journée de mardi."

Un courrier de l'agglo Pays basque au Ministre des transports
Dans un courrier daté du 5 octobre et adressé au Ministre des transports, Jean-Baptiste Djebbari, Jean-René Etchegaray et Jean-François Irigoyen, respectivement présidents de la Communauté Pays Basque et du Syndicat des mobilités saluaient aussi la décision de relance du train de nuit la Palombe bleue annoncée le 3 septembre dernier par le Premier ministre:

"C'est une très bonne nouvelle pour les territoires du piémont pyrénéen et le Pays Basque en particulier, écrivent-ils. Ce service, supprimé en 2017, offrait en effet "une desserte essentielle pour les habitants et estivants avec une arrivée à Paris vers 7h du matin et un départ le soir vers 22h. La Palombe bleue répondait également au besoin d'un déplacement aller-retour pour effectuer ses activités sur la journée à Paris, le premier TGV arrivant aujourd'hui à 12 heures à Paris et le dernier quittant la capitale avant 18h. Ce train de la Palombe bleue offre le double avantage d'un voyage durable et de l'économie d'une nuit d'hôtel", ajoutent-ils.

Dans leur courrier, les deux présidents font part de "leur souhait d'une réactivation de la Palombe bleue selon sa desserte initiale avec la remise en service des voitures Lunéa au départ d'Irun (correspondance Renfe, réseau ibérique) via Hendaye et Bayonne et de Tarbes via Pau avec jonction par Dax afin de rejoindre Paris selon les horaires initiaux (départ d’Hendaye à 22heures /arrivée à Paris à 7heures)".

La Communauté Pays basque et le Syndicat des mobilités avaient rappelé leur attachement à ce train et s'étaient opposés à sa suppression à différentes reprises, notamment, lors d'un autre courrier au ministère des transports le 20 mai 2019

Pour la CGT, un manque de clarté sur la portion Dax-Hendaye

Cette Palombe bleue qui enregistrait jusqu'à 450 voyageurs et un taux de remplissage de 80% a pris bien du plomb dans l'aile, entre changements d'horaires, fonctionnement le seul week-end et avatars en matière d'horaire jusqu'à mourir en 2017.

"La volonté de relance est une bonne nouvelle, mais à y regarder de plus près, en matière de financement, le Pays basque n'y est pas, le financement s'arrête à Tarbes", s'inquiète Julien Delion, délégué cheminots CGT de Bayonne. Qui explique, mardi, la présence, en première ligne, de Laurent Brun, son secrétaire national cheminots, sur le parvis de la gare basque.

Une inquiétude que partage le conseiller régional multicartes bayonnais Mathieu Bergé qui préside entre autres plusieurs comités de lignes TER. Dont celle de Saint-Jean-Pied-de-Port qu'il a défendu bec, ongle avec la bénédiction de son président, Alain Rousset. "L'État doit assumer ses responsabilités comme la Région le fait avec les TER dit-il. Nous attendons des confirmations de l'État. Or à ce jour, la Palombe bleue n'irait pas jusqu'au Pays basque...."

Tous les voyageurs qui ont accompli un voyage entre Paris et Hendaye, connaissent l'arc formé à Dax : un décrochage de rame dans la gare de la sous-préfecture des Landes avec une direction vers Pau-Tarbes et l'autre qui poursuit vers Hendaye la ville frontalière. C'est l'axe classique de la Palombe bleue originelle qui en a fait aussi son utilité. Autant ne pas bloquer dans Landes un aiguillage vers un Pays basque qui attend, dans la conjoncture actuelle, la résurrection de cette ligne, source d'économies pour l'usager, mais fort utile pour les voisins d'Irun. En cohérence avec une Communauté Pays basque qui œuvre aussi pour le transfrontalier.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : DR

Partager sur Facebook
Vu par vous
2814
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 33 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !