14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Périgueux rêve du train à grande vitesse

17/02/2012 |

réunion TGV Périgueux

L'image d'un train à grande vitesse rentrant en gare de Périgueux n'apparait plus aujourd'hui comme une utopie mais comme une éventualité à l'horizon 2020. Actuellement, il faut dans le meilleur des cas, 4 h 15 pour relier Périgueux à Paris avec un changement en gare de Limoges. Relier la capitale en moins de trois heures, les décideurs et investisseurs en rêvent. Selon eux, le TGV serait source d'investissements et de développement économique pour la Dordogne. Pour faire avancer cette idée, et mobiliser les Périgourdins, Michel Moyrand a organisé ce 16 février une réunion publique en présence du député-maire de Limoges, du président de la chambre de commerce de la Haute Vienne, des parlementaires et élus du département, du préfet de la Dordogne et des représentants de Réseau ferré de France.

La réunion publique concernant l'arrivée éventuelle du TGV en gare de Périgueux, organisée hier soir, par Michel Moyrand a fait salle comble. Si l'on perçoit un certain sceptiscisme des usagers, élus, responsables économiques, chefs d'entreprises sont convaincus qu'une liaison rapide vers Paris serait source de développement économique et bénéfique à l'ensemble du département. Relier la Dordogne est vital pour les entreprises. Cela permettrait de faire venir des investisseurs étrangers ou Parisiens," estime la chambre de commerce et d'industrie.
L'idée défendue par le maire de Périgueux est donc  de relier Périgueux à Paris en moins de trois heures sans changer de train. Actuellement, le temps de parcours en train est de 4 h 15 par Limoges et d'environ 4 h 30 par Libourne ou Bordeaux, sans compter les nombreux problèmes de correspondances pouvant survenir. Car au fil des ans, les conditions de voyage se sont dégradées sur cette ligne.

L'option par Limoges privilégiée
La Dordogne se trouve à la charnière  de deux axes ferroviaires : l'axe Paris Angoulême Libourne Bordeaux et l'axe Paris Limoges Brive. Plusieurs scénarios ont été étudiés. Désormais deux options sont envisagées pour des trajets directs vers Paris : l'arrivée des TGV via Coutras et l'arrivée des TGV via Limoges. Au cours de la réunion d'hier soir, les élus Périgourdins au côté des leurs homologues limousins ont ardemment défendu les avantages de l'option via Limoges. Toutes les collectivités locales et le monde économique sont d'accord avec cette option. "Limoges canalise déjà le flux principal. 86 % des déplacements en train entre Périgueux et Paris se font actuellement par cette ville. Le montant des travaux estimé est de 176 millions d'euros, contre 227 millions pour l'option par Coutras. Enfin, pour les voyageurs, le coût du billet serait de 20 à 40 € de moins par Limoges," insiste Michel Moyrand. Cette option implique la modernisation et l'électrification de 99 km de voies ferroviaires entre Périgueux et Limoges et le raccordement à future ligne grande vitesse Poitiers Limoges.
"Après avoir été abandonnée, la LGV Poitiers Limoges est sur de bons rails. Il y a aujourd'hui unanimité politique autour de ce projet," précise Alain Rodet, député maire de Limoges. L'enquête préalable à la déclaration d'utilité publique sera lancée au deuxième semestre pour un démarrage des travaux espéré en 2015. Le barreau Poitiers Limoges consiste à réaliser 115 km de lignes nouvelles avec un faible impact environnemental pour un coût estimatif d'1,5 milliard d'euros. Selon les estimations de Réseau ferré de France, deux milions devoyageurs chaque année, pourraient emprunter cette ligne à grande vitesse àl'horizon 2020 dont 460 000 nouveaux usagers.
"Cet axe ferroviaire concerne huit départements dont la Dordogne, soit 2,5 millions d'habitants. C'est une heure de gain de temps sur un trajet vers Paris avec la possiblité d'un aller retour dans la journée pour les Périgourdins, et l'accès aux réseaux national et européen à grande vitesse. (Strasbourg, Lille, Londres, Bruxelles). La vraie question est celle de l'aménagement national du territoire. Il faut combattre cette idée qu'Aquitains, Limousins, Charentais, n'auraient pas besoin de la grande vitesse," poursuit Alain Rodet.
Hier soir, de nombreux cheminots , syndicalistes, élus du Front de gauche présents dans la salle ont tenu à souligner que si l'arrivée éventuelle du TGV ne pouvait être que bénéfique, elle ne devait pas se faire au détriment d'un véritable maillage ferroviaire qui réponde au besoins quotidiens des Périgourdins et des salariés de la SNCF.

 Claude Hélène Yvard

 

Crédits photo aqui.fr

 

 

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
278
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !