Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/12/19 : Ce jour, Claude Olive, le maire d'Anglet (64), 40 000 habitants, a annoncé, sans surprise pour ses administrés, qu'il repartait pour un deuxième mandat. A ce jour, trois listes avec gauche, LFI sont en lice. Y aura-t-il une liste abertzale (basque)?

13/12/19 : Inquiétude de crues à Bayonne demain encore, en aval de l'Adour et de la Nive, après les pluies torrentielles qui se sont abattues des derniers jours. La ville fait en effet office d'entonnoir de ces flux, aggravé par le reflux des marées montantes

13/12/19 : Dans le 64, le service de prévision des crues a placé en niveau de vigilance ROUGE le Gave de d'Oloron, en particulier pour les communes de Caresse, Saint-Pé-de-Léren et Léren. De nombreux autres cours d'eau sont placés en vigilance ORANGE

13/12/19 : Dans le 47, 35 interventions du SDIS sont en cours, succédant aux 84 interventions tout au long de la nuit. 17 000 foyers sont privés d’électricité. Rétablissement prévu dans la journée. Sur la D656, circulation interrompue en sortie d’Agen.

13/12/19 : En raison des fortes rafales de vent qui ont sévi ces dernières heures, la circulation des tramways bordelais a été arrêtée. Retour progressif à la normale à 9h30(ligne C) et à 10h(ligne A). La Ligne B ne roule qu'entre Quinconces/Berges de la Garonne

12/12/19 : En raison de conditions météo de forte tempête et de vagues de submersion, le Conseil départemental des Pyrénées atlantiques a décidé de fermer la route de la Corniche entre Ciboure et Hendaye jusqu'à samedi.

12/12/19 : Météo-France a placé la Dordogne en alerte orange pour vents violents et en alerte jaune pour pluie inondation. Des rafales de vent pouvant atteindre 90 à 100 km/h et des averses soutenues sont attendues en seconde partie de nuit.

12/12/19 : La CR 47 appelle les professionnels de l’agriculture et citoyens à soutenir l’agriculteur Vincent Rigo "attaqué en justice pour une non mise en conformité du déversoir de crue rehaussé de 40 cm » à se rassembler le 18 déc à 8h30 au TGI d’Agen

11/12/19 : MeteoFrance a placé la Nouvelle Aquitaine en vigilance jaune vents violents avec des risques de submersions, notamment en Pays Basque et dans les Landes. Des rafales à 95 km/h et 85 km/h sont attendus à respectivement à La Rochelle et à Hendaye.

10/12/19 : Charente-Maritime : 2300 personnes ont manifesté aujourd'hui à La Rochelle, 1100 à Saintes et 700 à Rochefort, selon la préfecture.

10/12/19 : A Poitiers, mobilisation moins importante ce mardi après-midi contre la réforme des retraites. Le cortège est parti de Rebeillau à 14h pour rejoindre la Porte de Paris. Selon la police, il y avait 2 900 manifestants, la CGT en recensait 7 à 8 000.

10/12/19 : A Agen, 3000 personnes ont participé à la manifestation contre la réforme des retraites. Ils étaient 2000 à Bayonne et 5000 à Limoges (chiffres police).

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 14/12/19 | Forte crue des Gaves

    Lire

    Les vents très violents ont ajouté aux précipitations et les Pyrénées-Atlantiques et les Landes sont ce samedi 14 décembre encore les plus impactées. A Ilharre au Pays basque un homme au volant de sa voiture a trouvé la mort en heurtant un arbre couché sur la route. La montée des eaux des Gaves a particulièrement touché Peyrehorade obligeant des habitants à évacuer leur maison avant d'être accueillies dans la salle communale. Les pompiers ont secouru des automobilistes et à Saint-Martin de Seignanx les résidents d'un EPHAD ont été évacués par précaution. Ce samedi matin la crue était surveillée de très près particulièrement à Peyrehorade

  • 13/12/19 | Un nouveau président à la CCI des Landes

    Lire

    Ce 13 décembre, François Lafitte a été élu président de la CCI des Landes. Ce dirigeant de Primland SAS, entreprise landaise tournée vers l’export et l’international, était également élu de la CCI depuis 2011. Membre aussi de l’interprofession Interfel, la représentation des intérêts de l’entreprise de l’économie du territoire ont toujours fait partie de ses priorités. Au cours de son mandat, il souhaite maintenir le cap tout en mettant ses compétences et sa créativité au service de la CCI.

  • 13/12/19 | Dordogne : bilan des intempéries des 12 et 13 décembre

    Lire

    La nuit dernière, un fort coup de vent a touché la Dordogne. De fortes bourrasques de vents ont été enregistrées (122 km/h à St Martial de Viveyrols et 104 km/h à Bassillac) ainsi que des fortes précipitations. On observe de nombreuses chutes d'arbres : 50 interventions ont été réalisées pour dégager les routes par les services du Département. A midi, 25 000 personnes étaient toujours privées d’électricité. Une vigilance crue / inondation est en place sur la commune de Terrasson, tronçon Vézère aval.

  • 13/12/19 | Tahiti choisie pour les épreuves de surf aux Jeux Olympiques

    Lire

    Le Comité olympique France 2024 a effectué son choix sur le site des épreuves de surf aux JO 2024, préférant Tahiti et son extraordinaire spot de Tehuapo'o aux littoraux breton (La Torche) et aquitain,(Lacanau, Hossegor et Biarritz). En ces lieux, les dates estivales n'offraient pas la garantie de vagues, contrairement à l'archipel d'Outre mer. Biarritz en a fait les frais en son temps. Le risque d'absence de vagues condamnerait définitivement le surf des Jeux. Le choix définitif devrait intervenir le 6 janvier.

  • 13/12/19 | Attractivité : Bordeaux en décrochage ?

    Lire

    Dans une enquête récemment parue (dévoilée par 20 Minutes) sur la perception de l'attractivité dans 18 métropoles françaises (par Hellowork et le cabinet Hays), Bordeaux arrive en septième position, notamment derrière Rennes, Toulouse Strasbourg ou encore Tours. Dans l'ensemble des six critères d'attractivité (dynamisme économique, marché du travail, qualité de vie, coût de la vie, loisirs/culture et qualité des infrastructures), Bordeaux ne figure qu'une seule fois dans les cinq premières villes, à la cinquième place de la catégorie "loisirs".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Pessac : l'Établissement Français du Sang sur le campus

20/11/2019 | L’opération 100 % Campus de l’Établissement Français du Sang a débuté, sur le campus Montaigne-Montesquieu, ce mardi 19 novembre pour trois jours.

Le chapiteau de l'opération Sang pour Sang

L’Établissement Français du Sang s’installe de nouveau sur le campus bordelais. L’opération « Sang pour Sang Campus », plus grande collecte étudiante de France, fête sa douzième édition. Dans un climat social compliqué pour les étudiants, l’EFS invite les jeunes, « donneurs d’aujourd’hui et de demain », à se rendre sur le parvis de l’Université Bordeaux-Montesquieu pour donner de leur sang, et aider des malades en demande permanente. Sur les trois jours de l’opération, l’EFS attend près de 2000 étudiants. Découverte d’une manifestation qui mobilise plus de 150 personnes et pourrait sauver des milliers de vie.

« Donner son sang, c’est partager son pouvoir ». Le pouvoir de vivre. Pour le docteur Idriss Delouane, responsable des prélèvements en Gironde, le don du sang est un geste vital et solidaire essentiel, encore plus lorsqu’on est jeune. « Les étudiants sont les donneurs d’aujourd’hui et de demain », précise le médecin. Ainsi, l’opération Sang pour Sang Campus s’est ouverte ce matin, à Poitiers et sous un chapiteau installé en plein cœur du campus de Pessac. Au delà du don, l’EFS et le Lions Club International, organisateurs de la manifestation, veulent que les étudiants puissent partager un moment festif, malgré le climat tendu au sein du monde étudiant. « Je comprends la mobilisation des étudiants, reprend Idriss Delouane, mais j’en appelle à leur intelligence et à leur solidarité, parce que le besoin de sang est permanent ». En effet, les donneurs peuvent participer à sauver trois vies d’un coup. « Une poche de sang contient des plaquettes, du plasma et des globules rouges, précise le médecin. Chacun de ces produits est périssable, d’où le besoin quotidien ». En effet, si les globules rouges peuvent se conserver une quarantaine de jours, les plaquettes ont une durée de vie d’une semaine. D’où l’intérêt pour l’Établissement Français du Sang de répéter ces collectes étudiantes dans tout le pays, comme ce mardi à Pessac.

 

Une ambiance chaleureuse pour un geste fort

En sortant du tram, approchant du chapiteau, on entend de la musique, se fait accoster par des personnes portant un gilet bleu, des tracts à la main. Ces dernières font partie des 120 bénévoles mobilisés pour l’occasion, par le Lions Club International, partenaire de l’EFS dans l’opération Sang pour Sang Campus. « Au même titre que ces jeunes donnent, on donne de nous depuis plus de 10 ans », glissent deux d’entre eux. Pendant trois jours, ils accueillent, rassurent, accompagnent, ravitaillent et rient avec ces étudiants généreux. Pour certains d’entre eux, l’engagement pour une cause solidaire remonte à plus de 30 ans.

 

Les bénévoles escortent les donneurs jusqu’à la vingtaine de lits où les attendent des infirmières. Elles sont 24. Parmi elles, Souad Outaaoui. La jeune femme participe à sa deuxième collecte sur le campus bordelais. « J’ai déjà donné mon sang, sourit-elle. Je suis infirmière depuis plusieurs années, et j’aime bien l’ambiance ici. Ça change du milieu hospitalier. Pourtant, c’est très technique, peut-être même plus rigoureux qu’à l’hôpital. On doit s’assurer que le conditionnement est bon, que tout va bien, pour nous comme pour les donneurs ». Elle explique sa motivation par la volonté de passer de l’autre côté de la barrière, s’occuper de personnes en bonne santé.

 

L'interieur du chapiteau
 L'espace de prélèvement du chapiteau. ©YD

Avec un sourire chaleureux Souad accueille Omar. Il se retrouve quelques minutes plus tard au réfectoire. Il a 21ans et arrive de la fac d’économie [Bordeaux Montesquieu]. « Je donne depuis que j’ai 18 ans, souligne le jeune homme. Pour moi, c’est normal : je suis en bonne santé et le sang se renouvelle vite ». Aujourd’hui, il est venu seul, mais ça lui arrive de motiver des amis. « Souvent, les gens n’aiment pas donner seuls, ça peut se comprendre, mais aider les autres, ça ne coûte rien ». Au fil de la discussion un homme s’installe à côté d’Omar. C’est un artiste. Il dessine des portraits caricaturaux des donneurs avant de leur offrir. Caché derrière sa moustache ‘Movember’ (symbole de la lutte contre le cancer de la prostate), Omar sourit, timidement. « J’ai fait ma bonne action de la journée, je me sens bien, et en plus j’ai le droit à un repas gratuit (rires) »… Lors de cette première journée de l’opération Sang pour Sang Campus, ils sont 450, comme Omar, à s’être rendus sous le chapiteau pour donner leur sang.

 

Omar
Omar avec son portrait ©YD

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : YD

Partager sur Facebook
Vu par vous
3155
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !