Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/12/20 : Après 20 années de Présidence de la Chambre régionale d'agriculture Aquitaine puis Nouvelle-Aquitaine, Dominique Graciet confirme qu'il démissionnera de son mandat le 7 décembre prochain.

04/12/20 : Bordeaux-L'Observatoire girondin des libertés publiques organise ce vendredi 4 décembre 18h, Place de la Victoire, un rassemblement contre la loi "Sécurité Globale". Dans ce cadre, la mobilisation du 28 novembre avaient déjà réuni 20 000 personnes+ d'info

03/12/20 : Ce 3 décembre, les communes de Bordeaux et Le Tourne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boue pour la période du 9 au 11 mai 2020.

03/12/20 : Valéry Giscard d'Estaing est mort ce 2 décembre à 94 ans. Son élection en 1974 a été considérée comme un tournant dans le cours de la société française avec l'abaissement à 18 ans de l'âge de la majorité et le soutien à la loi sur l'IVG de Simone Veil

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 04/12/20 | Une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret

    Lire

    La société BFM Biométhane a été créée par trois entreprises agricoles pour porter une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret dans les Landes. Dans le cadre du projet, plutôt que d'être détruites avant l'implantation de la culture principale, les cultures intermédiaires seront valorisées grâce à la méthanisation à des fins énergétiques. Le projet permettra d'éviter l'émission de 4600 tonnes équivalent CO2. Pour la construction de cette unité de méthanisation, la Région vient d’allouer une subvention de 700 000 euros.

  • 04/12/20 | La Flow Vélo poursuit son développement sur Grand Cognac

    Lire

    La Flow Vélo, qui relie l’Ile d’Aix à Thiviers longe le fleuve Charente et termine son tracé au coeur du Parc Naturel Régional du Périgord-Limousin. Un plan global d’aménagement a été élaboré pour mettre en œuvre le tracé définitif en garantissant la qualité et la sécurisation du parcours. C’est dans ce contexte que l’agglomération de Grand Cognac prend en charge la réalisation d’un linéaire de 35km au travers 3 phases de travaux. La 3ème phase, correspondant à l’aménagement entre Jarnac et Angeac bénéficie d’une aide régionale de 316 000 euros.

  • 04/12/20 | Restauration des zones humides en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l'appel à projets « restauration des zones humides de têtes de bassin versant », la communauté de communes Ventadour-Egletons-Monédières en Corrèze, propose d'accentuer son action avec la reconquête pastorale de zones humides dégradées du bassin versant du ruisseau d'Egletons, ainsi que la restauration des fonctions hydrologiques et du potentiel d'autoépuration de la zone humide du Maumont. La Région vient d’attribuer une aide de 61 000 euros à la Communauté de Communes pour les travaux d’investissement.

  • 03/12/20 | Exelus poursuit sa quête de l'innovation

    Lire

    La société bordelaise Exelus, spécialisée dans la télé-médecine, lance un programme afin que la start-up soit LA référence dans ce domaine pour les professionnels de santé. Ce qui fait qu’elle se démarque? Son offre complète et évolutive ainsi que son avance en matière d’innovation. Un programme qui mobilisera 13 salariés jusqu’en mars 2022. Exelus reçoit le soutien du Conseil régional avec une aide à hauteur de 400 000€. Pour information, la start-up commercialise depuis 2016 la plateforme de télé-médecine Nomadeec, leader sur le marché français.

  • 03/12/20 | Le projet « Dock de légumes » va voir le jour

    Lire

    Lors de la dernière commission permanente de la Région Nouvelle-Aquitaine, celle-ci vient d’attribuer une aide de 55 842 euros au projet « Dock de légumes » porté par la Communauté d’Agglomération de Grand Angoulême. Cette action vise à préfigurer les équipements et services collectifs nécessaires pour sécuriser et développer les productions maraîchères biologiques et locales. Plusieurs études ont déjà été menées afin de réaliser l’état des lieux de l’écosystème agricole et alimentaire territorial notamment.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Pierre Pouget, « je souhaite restaurer l’homme dans toutes ses dimensions »

26/04/2018 | Pierre Pouget sera présent à l’Assemblée Générale des Amis d’Aqui, vendredi 27 avril à 18h au Café Maritime de Bordeaux.

Pierre Pouget

À 64 ans, Pierre Pouget a la banane. Alors, quand il a pris sa retraite l’année dernière, il a voulu « se rendre utile ». Sous l’impulsion de Jean-François Runel Belliard, l’actuel président de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde, il s’est engagé dans cette structure, en tant que vice-président. Mardi après-midi, nous l’avons rencontré dans ses locaux, situés dans la zone industrielle Alfred Daney à Bordeaux. Avec le sourire et sa doudoune orange siglée « Banques Alimentaires » sur le dos, cet ancien dirigeant de la Safer nous a présenté cette grande machine où 5.000 tonnes de produits alimentaires transitent chaque année.

@qui : Avant d’être vice-président de la Banque Alimentaire, vous avez été à la tête de la Société d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) en Gironde pendant dix ans. Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur votre parcours ?

Pierre Pouget : J’ai eu la chance d’exercer à quatre postes différents dans ma carrière, sans une journée de chômage et en m’épanouissant. Après une formation en histoire, j’ai été quinze ans directeur de la chambre régionale d’agriculture, et dix ans à la tête de la Société d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) en Gironde. Au moment de la retraite, à l’été 2017, j’ai rencontré Jean-François Runel Belliard, qui m’a sollicité pour venir travailler avec lui à la Banque Alimentaire.

Après avoir accompli mon rêve de toujours, un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle, je me suis lancé dans l’aventure de la Banque Alimentaire en octobre de la même année. Avec mon regard d’enfant, j’y ai vu des choses insoupçonnées. Je connaissais les rouages économiques et publics du secteur agroalimentaire, mais j’y ai découvert la force du bénévolat, portant des valeurs primordiales, comme la solidarité, l’entraide, et où l’argent est le dernier repère. 

@qui : Face à la montée de la pauvreté, la première Banque Alimentaire a été créée en 1984 à Paris. Celle de Gironde date de 1986. Quelle est la mission de la Banque Alimentaire ?

Pierre Pouget : La mission numéro 1 est la lutte contre le gaspillage, qui est de 30% en moyenne dans la chaîne de distribution, en la mettant à profit des plus démunis. Ensuite, nous entendons participer à l’insertion sociale de ces personnes, souvent mises à l’écart, en « restaurant » l’homme dans toutes les dimensions, de l’alimentaire, au travail et à la dignité. Avec notre équipe de vingt permanents, nous avons plus de deux cent bénévoles pour nous aider. Le plus incroyable, c’est la diversité des profils : cela va des retraités, comme moi, aux lycéens, près de 1.200 d’entre eux en Gironde viennent nous aider à trier les produits au moment de la collecte annuelle, fin novembre. Certains jeunes démunis travaillent aussi avec nous pour créer du lien social et se restaurer.

Pierre Pouget

@qui : À la Banque Alimentaire, des kilos de produits alimentaires transitent tous les jours, avant d’être redistribués. D’où viennent-ils et où sont-ils expédiés ?

Pierre Pouget : En moyenne, 5.000 tonnes de produits alimentaires passent par la Banque Alimentaire de Gironde chaque année. Une large moitié, 3.000 tonnes, vient de la grande distribution : les six camions de la Banque vont chercher les denrées tous les matins auprès d’elles. Une autre partie, 1.300 tonnes, vient du Fonds Européen d’Aides aux Démunis (FEAD), distribué sous la forme d’une liste de 35 produits, où les quelque 79 Banques Alimentaires que comptent la France sélectionnent ce dont elles ont besoin jusqu’à atteindre leur budget limite, qui est de 900.000 euros pour la période 2017-2018 en Gironde. Le reste provient des collectes en grande surface, ou de dons de grandes entreprises agroalimentaires. Précisons que les entreprises sont déduites fiscalement à 60% pour leurs dons. Nous avons un budget de 1,5 millions d’euros, dont la moitié vient des associations, et l’autre des subventions, de l’état, de la région, du département, et des dons.  

@qui : 18.000 personnes bénéficient des distributions alimentaires de la Banque Alimentaire de Gironde par le biais des associations, toutes les semaines. Comment fonctionne la distribution aux associations et quels produits leur fournissez-vous ?

Pierre Pouget : Chaque semaine, pas moins de 134 associations viennent chercher des denrées à la Banque Alimentaire : le Secours Catholique, Saint-Vincent de Paul… Elles ont donc rendez-vous avec nous à heure fixe pour récupérer leur lot, puisque nous ne voulons pas que cela bouchonne. Et, attention tout de même, pour que nous travaillions avec elles, il y a des conditions : l’inconditionnalité de l’aide, c’est-à-dire que personne ne soit privilégiée par rapport à un autre suivant sa religion par exemple, avoir un minimum d’infrastructures, et une gouvernance connue et transparente.

Concernant les produits distribués, 99% d’entre eux sont alimentaires. Les associations ont aussi besoin d’articles d’hygiène, mais il ne s’agit pas de notre cœur de métier. Que cela soit de l’eau ou du foie gras, les associations paient 23 centimes par kilo de produits acquis à la Banque Alimentaire, correspondant aux frais de gestion. Nous avons l’interdiction de distribuer de l’alcool, mais région de Bordeaux oblige, nous avons des dons de bouteilles que nous vendons pour financer des investissements.

Banque Alimentaire

@qui : Respect de la chaîne du froid, des dates limites de consommation… La gestion des aliments, qu’ils soient frais, congelés, en boîte ou sous vide est primordiale et plurielle. Comment assurez-vous la sécurité alimentaire de vos produits ?

Pierre Pouget : La sécurité alimentaire est une question complexe, d’autant plus que nous évoluons dans un milieu où les bénévoles sont majoritaires, et donc non formés à ces questions a priori. Malgré toute la bonne volonté du monde, on ne badine pas avec la santé. Nous mettons donc tout en œuvre pour que celle-ci soit garantie. Nous avons un responsable de l’hygiène dans notre antenne, qui est d’ailleurs l’ancien patron de la répression des fraudes en Gironde, et qui offre tous les mois des formations au respect de la sécurité alimentaire aux associations. D’autre part, l’équipement des camions réfrigérés est vérifié toutes les semaines, pour garantir un respect de la chaîne du froid.

Mais, nous ne sommes jamais à l’abri d’un scandale de santé publique. Au moment où les lots de lait pour enfant Lactalis ont été retirés de la vente, suite à la découverte de salmonelles, nous avons dû isoler 225 kilogrammes de produits contaminés. Un recours a été déposé auprès de Lactalis, pour savoir comment remplacer ces denrées, mais il n’a pas encore abouti.  

@qui : Le rôle d’intermédiaire que remplit la Banque Alimentaire peut paraître frustrant, car ne permettant pas de rentrer directement au contact des personnes aidées. N’avez-vous pas l’impression d’être parfois déconnecté par rapport aux associations ?

Pierre Pouget : Sans doute, mais le but, c’est d’optimiser le travail de chacun des maillons de la chaîne pour en faire jouir les bénéficiaires : essayer de trouver un maximum de produit et leur proposer de la diversité, pour éviter le riz-pâte tous les jours. Il y a aussi plusieurs exceptions, où nous parvenons à les rencontrer. Par exemple, nous faisons des distributions d’été en direct sur quatre sites bordelais, à Lormont, Bègles, Pessac et Bordeaux Grand Parc, pour relayer certaines associations, dont les bénévoles sont en vacances. Nous avons aussi un fourgon de cuisine mobile, où nos conseillères en économie sociale et familiale vont dans les associations pour donner des cours de cuisine. Pour y avoir assister, à Mérignac, j’ai été particulièrement ému par le lien social qui s’établit entre les différents participants à l’issue de ces deux heures d’atelier.

À l’avenir, nous pourrons aussi aller à leur rencontre avec notre épicerie solidaire, que nous sommes en train de créer, pour les lieux où il n’y a pas d’associations ou de Caisse Centrale d’activités sociales (CCAS). Et, sachant que sur 80.000 étudiants, 3.500 ne mangent pas à leur faim, nous souhaitons la faire passer notamment par le campus de Bordeaux.

Pierre Pouget sera présent à l’Assemblée Générale des Amis d’Aqui, vendredi 27 avril à 18h au Café Maritime de Bordeaux, pour débattre sur « La solidarité alimentaire : du don à l’engagement ». Une discussion animée par Joël Aubert et une entrée gratuite, les inscriptions se font à l’adresse suivante : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfK-fS-LFdGdcH_SwaJ4d4Gn9SCYKvLSlKex52pc1CVWUv2Zw/viewform?c=0&w=1.

Alix Fourcade
Par Alix Fourcade

Crédit Photo : Alix Fourcade

Partager sur Facebook
Vu par vous
7313
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !