Devenez actionnaire d'aqui.fr

21/01/22 : Hermione Académie, la mission formation de l’Association Hermione – La Fayette réunit désormais plusieurs formations: le cycle « Savoir-être, savoir-faire, savoir agir », les séminaires « Esprit d’équipage » et le programme « Engagement citoyen ».+ d'info

21/01/22 : Du 27 janvier au 31 mars, un centre de dépistage du Covid-19 va être installé au pied du Château Diable à Cenon. De 13h à 16h, sur rdv la population pourra réaliser des tests antigéniques. Les rdv doivent être pris sur Doctolib.

20/01/22 : En Dordogne, la disparition de Gaspard Ulliel, hier à l'âge de 37 ans, laisse le souvenir d'un jeune homme charmant et sympathique. L'acteur avait tourné "Jacquou le Croquant" en Dordogne. L'avant-première avait eu lieu à Montignac en janvier 2007.

19/01/22 : Bayonne lance la seconde édition de son budget participatif doté de 300 000 euros. Dès 9 ans, les habitants proposent des projets liés au vivre ensemble et au développement durable. Ils sont sélectionnés et soumis au vote. Puis la Ville réalise!+ d'info

17/01/22 : Le 22 mars, c'est à Cognac en Charente que se tiendra la première cérémonie des nouveaux étoilés du Guide Michelin en région. L'occasion, selon le guide rouge, de mettre en lumière “une ville et un territoire qui témoignent de l’excellence française”.

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

06/01/22 : Pyrénées-Atlantiques - Céline Dumerc, manager générale et ancienne capitaine de l’équipe de France féminine de basket vient d'être nommée Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur au titre de la promotion civile du 1er janvier 2022.

02/01/22 : Coupe de France : Bergerac est en huitièmes de finales de Coupe de France de football. Les Bergeracois ont remporté leur match face à Créteil aux tirs au but (5 à 4). Au tour précédent, ils avaient battu Metz pensionnaire de ligue 1 aux tirs au but.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/01/22 | SNCF Réseau annonce un trafic régional "très perturbé" lundi

    Lire

    Du 23 janvier 19h au 25 janvier 8h, de fortes perturbations sont à prévoir sur le réseau ferroviaire suite à un mouvement social des aiguilleurs de la SNCF en Nouvelle-Aquitaine. Le trafic sera très perturbé lundi au sud de Poitiers. Quelques circulations seront assurées sur la LGV entre Paris et Bordeaux durant la journée de lundi mais aucune au sud de Bordeaux. Le trafic régional sera quant à lui très faible.

  • 21/01/22 | Unités de méthanisation et de méthanation de Lescar: le chantier démarre

    Lire

    Sur le site Cap Ecologia à Lescar, près de Pau, l'ambitieux projet de transformation de l'usine de dépollution des eaux usées en unité de production de ressources énergétiques décarbonées démarre aujourd'hui avec la pose des premières pierres des usines de méthanisation et de méthanation du projet pensé par Suez. Les boues permettront de produire du biométhane, du biochar, du compostage mais aussi indirectement du méthane de synthèse... Objectif a terme de cet équipement: réduire les émissions de CO² de l'agglomération de 550 t/an.

  • 21/01/22 | À Brive, il va y avoir du sport !

    Lire

    Afin de s’immiscer dans l’aventure des Jeux Olympiques de Paris qui se dérouleront en 2024, la ville de Brive et son Agglo ont obtenu les labels « Terre de Jeux 2024 » et « Centre de Préparation aux Jeux ». C’est l’occasion pour la ville corrézienne d’accueillir des délégations et clubs français et étrangers, en plus d’organiser des manifestations sportives importantes comme le meeting national d’Athlétisme qui se déroulera le 12 juin prochain. Plus d’infos sur http://www.brive.fr/

  • 21/01/22 | En Dordogne, les dépenses sociales grimpent

    Lire

    Le débat des orientations budgétaires du Département de la Dordogne a mis en lumière la forte hausse des dépenses sociales. Elles sont en augmentation de 4,5 % par an, soit 11 M€. Ce sont le RSA et le secteur de l'aide sociale à l'enfance qui enregistrent les plus fortes augmentations. L'Etat ne compense pas intégralement. En 2021, les dépenses sociales en Dordogne ont représenté 258 M€. Elles devraient atteindre 273 M€ cette année, soit une progression de 6 %.

  • 20/01/22 | H5N1 : face à sa diffusion, la stratégie de lutte s'intensifie encore

    Lire

    Le ministère de l'agriculture vient d'annoncer « le dépeuplement préventif de toutes les volailles et palmipèdes d’une zone géographique caractérisée par de nombreux foyers est désormais nécessaire au-delà des mesures actuelles visant l’élimination des foyers et le dépeuplement préventif autour des foyers ». 226 communes (39 dans le Gers, 161 dans les Landes et 26 dans les Pyrénées-Atlantiques), sont concernées, soit environ 1,5 million d’animaux, en plus des 1,5 million déjà dépeuplés. Consultée sur ces mesures, c'est « un nouveau traumatisme pour la filière avicole », assure la profession.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Pierre Pouget, « je souhaite restaurer l’homme dans toutes ses dimensions »

26/04/2018 | Pierre Pouget sera présent à l’Assemblée Générale des Amis d’Aqui, vendredi 27 avril à 18h au Café Maritime de Bordeaux.

1

À 64 ans, Pierre Pouget a la banane. Alors, quand il a pris sa retraite l’année dernière, il a voulu « se rendre utile ». Sous l’impulsion de Jean-François Runel Belliard, l’actuel président de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde, il s’est engagé dans cette structure, en tant que vice-président. Mardi après-midi, nous l’avons rencontré dans ses locaux, situés dans la zone industrielle Alfred Daney à Bordeaux. Avec le sourire et sa doudoune orange siglée « Banques Alimentaires » sur le dos, cet ancien dirigeant de la Safer nous a présenté cette grande machine où 5.000 tonnes de produits alimentaires transitent chaque année.

@qui : Avant d’être vice-président de la Banque Alimentaire, vous avez été à la tête de la Société d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) en Gironde pendant dix ans. Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur votre parcours ?

Pierre Pouget : J’ai eu la chance d’exercer à quatre postes différents dans ma carrière, sans une journée de chômage et en m’épanouissant. Après une formation en histoire, j’ai été quinze ans directeur de la chambre régionale d’agriculture, et dix ans à la tête de la Société d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) en Gironde. Au moment de la retraite, à l’été 2017, j’ai rencontré Jean-François Runel Belliard, qui m’a sollicité pour venir travailler avec lui à la Banque Alimentaire.

Après avoir accompli mon rêve de toujours, un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle, je me suis lancé dans l’aventure de la Banque Alimentaire en octobre de la même année. Avec mon regard d’enfant, j’y ai vu des choses insoupçonnées. Je connaissais les rouages économiques et publics du secteur agroalimentaire, mais j’y ai découvert la force du bénévolat, portant des valeurs primordiales, comme la solidarité, l’entraide, et où l’argent est le dernier repère. 

@qui : Face à la montée de la pauvreté, la première Banque Alimentaire a été créée en 1984 à Paris. Celle de Gironde date de 1986. Quelle est la mission de la Banque Alimentaire ?

Pierre Pouget : La mission numéro 1 est la lutte contre le gaspillage, qui est de 30% en moyenne dans la chaîne de distribution, en la mettant à profit des plus démunis. Ensuite, nous entendons participer à l’insertion sociale de ces personnes, souvent mises à l’écart, en « restaurant » l’homme dans toutes les dimensions, de l’alimentaire, au travail et à la dignité. Avec notre équipe de vingt permanents, nous avons plus de deux cent bénévoles pour nous aider. Le plus incroyable, c’est la diversité des profils : cela va des retraités, comme moi, aux lycéens, près de 1.200 d’entre eux en Gironde viennent nous aider à trier les produits au moment de la collecte annuelle, fin novembre. Certains jeunes démunis travaillent aussi avec nous pour créer du lien social et se restaurer.

Pierre Pouget

@qui : À la Banque Alimentaire, des kilos de produits alimentaires transitent tous les jours, avant d’être redistribués. D’où viennent-ils et où sont-ils expédiés ?

Pierre Pouget : En moyenne, 5.000 tonnes de produits alimentaires passent par la Banque Alimentaire de Gironde chaque année. Une large moitié, 3.000 tonnes, vient de la grande distribution : les six camions de la Banque vont chercher les denrées tous les matins auprès d’elles. Une autre partie, 1.300 tonnes, vient du Fonds Européen d’Aides aux Démunis (FEAD), distribué sous la forme d’une liste de 35 produits, où les quelque 79 Banques Alimentaires que comptent la France sélectionnent ce dont elles ont besoin jusqu’à atteindre leur budget limite, qui est de 900.000 euros pour la période 2017-2018 en Gironde. Le reste provient des collectes en grande surface, ou de dons de grandes entreprises agroalimentaires. Précisons que les entreprises sont déduites fiscalement à 60% pour leurs dons. Nous avons un budget de 1,5 millions d’euros, dont la moitié vient des associations, et l’autre des subventions, de l’état, de la région, du département, et des dons.  

@qui : 18.000 personnes bénéficient des distributions alimentaires de la Banque Alimentaire de Gironde par le biais des associations, toutes les semaines. Comment fonctionne la distribution aux associations et quels produits leur fournissez-vous ?

Pierre Pouget : Chaque semaine, pas moins de 134 associations viennent chercher des denrées à la Banque Alimentaire : le Secours Catholique, Saint-Vincent de Paul… Elles ont donc rendez-vous avec nous à heure fixe pour récupérer leur lot, puisque nous ne voulons pas que cela bouchonne. Et, attention tout de même, pour que nous travaillions avec elles, il y a des conditions : l’inconditionnalité de l’aide, c’est-à-dire que personne ne soit privilégiée par rapport à un autre suivant sa religion par exemple, avoir un minimum d’infrastructures, et une gouvernance connue et transparente.

Concernant les produits distribués, 99% d’entre eux sont alimentaires. Les associations ont aussi besoin d’articles d’hygiène, mais il ne s’agit pas de notre cœur de métier. Que cela soit de l’eau ou du foie gras, les associations paient 23 centimes par kilo de produits acquis à la Banque Alimentaire, correspondant aux frais de gestion. Nous avons l’interdiction de distribuer de l’alcool, mais région de Bordeaux oblige, nous avons des dons de bouteilles que nous vendons pour financer des investissements.

Banque Alimentaire

@qui : Respect de la chaîne du froid, des dates limites de consommation… La gestion des aliments, qu’ils soient frais, congelés, en boîte ou sous vide est primordiale et plurielle. Comment assurez-vous la sécurité alimentaire de vos produits ?

Pierre Pouget : La sécurité alimentaire est une question complexe, d’autant plus que nous évoluons dans un milieu où les bénévoles sont majoritaires, et donc non formés à ces questions a priori. Malgré toute la bonne volonté du monde, on ne badine pas avec la santé. Nous mettons donc tout en œuvre pour que celle-ci soit garantie. Nous avons un responsable de l’hygiène dans notre antenne, qui est d’ailleurs l’ancien patron de la répression des fraudes en Gironde, et qui offre tous les mois des formations au respect de la sécurité alimentaire aux associations. D’autre part, l’équipement des camions réfrigérés est vérifié toutes les semaines, pour garantir un respect de la chaîne du froid.

Mais, nous ne sommes jamais à l’abri d’un scandale de santé publique. Au moment où les lots de lait pour enfant Lactalis ont été retirés de la vente, suite à la découverte de salmonelles, nous avons dû isoler 225 kilogrammes de produits contaminés. Un recours a été déposé auprès de Lactalis, pour savoir comment remplacer ces denrées, mais il n’a pas encore abouti.  

@qui : Le rôle d’intermédiaire que remplit la Banque Alimentaire peut paraître frustrant, car ne permettant pas de rentrer directement au contact des personnes aidées. N’avez-vous pas l’impression d’être parfois déconnecté par rapport aux associations ?

Pierre Pouget : Sans doute, mais le but, c’est d’optimiser le travail de chacun des maillons de la chaîne pour en faire jouir les bénéficiaires : essayer de trouver un maximum de produit et leur proposer de la diversité, pour éviter le riz-pâte tous les jours. Il y a aussi plusieurs exceptions, où nous parvenons à les rencontrer. Par exemple, nous faisons des distributions d’été en direct sur quatre sites bordelais, à Lormont, Bègles, Pessac et Bordeaux Grand Parc, pour relayer certaines associations, dont les bénévoles sont en vacances. Nous avons aussi un fourgon de cuisine mobile, où nos conseillères en économie sociale et familiale vont dans les associations pour donner des cours de cuisine. Pour y avoir assister, à Mérignac, j’ai été particulièrement ému par le lien social qui s’établit entre les différents participants à l’issue de ces deux heures d’atelier.

À l’avenir, nous pourrons aussi aller à leur rencontre avec notre épicerie solidaire, que nous sommes en train de créer, pour les lieux où il n’y a pas d’associations ou de Caisse Centrale d’activités sociales (CCAS). Et, sachant que sur 80.000 étudiants, 3.500 ne mangent pas à leur faim, nous souhaitons la faire passer notamment par le campus de Bordeaux.

Pierre Pouget sera présent à l’Assemblée Générale des Amis d’Aqui, vendredi 27 avril à 18h au Café Maritime de Bordeaux, pour débattre sur « La solidarité alimentaire : du don à l’engagement ». Une discussion animée par Joël Aubert et une entrée gratuite, les inscriptions se font à l’adresse suivante : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfK-fS-LFdGdcH_SwaJ4d4Gn9SCYKvLSlKex52pc1CVWUv2Zw/viewform?c=0&w=1.

Alix Fourcade
Par Alix Fourcade

Crédit Photo : Alix Fourcade

Partager sur Facebook
Vu par vous
8846
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !