Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Pierre Pouget, « je souhaite restaurer l’homme dans toutes ses dimensions »

26/04/2018 | Pierre Pouget sera présent à l’Assemblée Générale des Amis d’Aqui, vendredi 27 avril à 18h au Café Maritime de Bordeaux.

Pierre Pouget

À 64 ans, Pierre Pouget a la banane. Alors, quand il a pris sa retraite l’année dernière, il a voulu « se rendre utile ». Sous l’impulsion de Jean-François Runel Belliard, l’actuel président de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde, il s’est engagé dans cette structure, en tant que vice-président. Mardi après-midi, nous l’avons rencontré dans ses locaux, situés dans la zone industrielle Alfred Daney à Bordeaux. Avec le sourire et sa doudoune orange siglée « Banques Alimentaires » sur le dos, cet ancien dirigeant de la Safer nous a présenté cette grande machine où 5.000 tonnes de produits alimentaires transitent chaque année.

@qui : Avant d’être vice-président de la Banque Alimentaire, vous avez été à la tête de la Société d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) en Gironde pendant dix ans. Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur votre parcours ?

Pierre Pouget : J’ai eu la chance d’exercer à quatre postes différents dans ma carrière, sans une journée de chômage et en m’épanouissant. Après une formation en histoire, j’ai été quinze ans directeur de la chambre régionale d’agriculture, et dix ans à la tête de la Société d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) en Gironde. Au moment de la retraite, à l’été 2017, j’ai rencontré Jean-François Runel Belliard, qui m’a sollicité pour venir travailler avec lui à la Banque Alimentaire.

Après avoir accompli mon rêve de toujours, un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle, je me suis lancé dans l’aventure de la Banque Alimentaire en octobre de la même année. Avec mon regard d’enfant, j’y ai vu des choses insoupçonnées. Je connaissais les rouages économiques et publics du secteur agroalimentaire, mais j’y ai découvert la force du bénévolat, portant des valeurs primordiales, comme la solidarité, l’entraide, et où l’argent est le dernier repère. 

@qui : Face à la montée de la pauvreté, la première Banque Alimentaire a été créée en 1984 à Paris. Celle de Gironde date de 1986. Quelle est la mission de la Banque Alimentaire ?

Pierre Pouget : La mission numéro 1 est la lutte contre le gaspillage, qui est de 30% en moyenne dans la chaîne de distribution, en la mettant à profit des plus démunis. Ensuite, nous entendons participer à l’insertion sociale de ces personnes, souvent mises à l’écart, en « restaurant » l’homme dans toutes les dimensions, de l’alimentaire, au travail et à la dignité. Avec notre équipe de vingt permanents, nous avons plus de deux cent bénévoles pour nous aider. Le plus incroyable, c’est la diversité des profils : cela va des retraités, comme moi, aux lycéens, près de 1.200 d’entre eux en Gironde viennent nous aider à trier les produits au moment de la collecte annuelle, fin novembre. Certains jeunes démunis travaillent aussi avec nous pour créer du lien social et se restaurer.

Pierre Pouget

@qui : À la Banque Alimentaire, des kilos de produits alimentaires transitent tous les jours, avant d’être redistribués. D’où viennent-ils et où sont-ils expédiés ?

Pierre Pouget : En moyenne, 5.000 tonnes de produits alimentaires passent par la Banque Alimentaire de Gironde chaque année. Une large moitié, 3.000 tonnes, vient de la grande distribution : les six camions de la Banque vont chercher les denrées tous les matins auprès d’elles. Une autre partie, 1.300 tonnes, vient du Fonds Européen d’Aides aux Démunis (FEAD), distribué sous la forme d’une liste de 35 produits, où les quelque 79 Banques Alimentaires que comptent la France sélectionnent ce dont elles ont besoin jusqu’à atteindre leur budget limite, qui est de 900.000 euros pour la période 2017-2018 en Gironde. Le reste provient des collectes en grande surface, ou de dons de grandes entreprises agroalimentaires. Précisons que les entreprises sont déduites fiscalement à 60% pour leurs dons. Nous avons un budget de 1,5 millions d’euros, dont la moitié vient des associations, et l’autre des subventions, de l’état, de la région, du département, et des dons.  

@qui : 18.000 personnes bénéficient des distributions alimentaires de la Banque Alimentaire de Gironde par le biais des associations, toutes les semaines. Comment fonctionne la distribution aux associations et quels produits leur fournissez-vous ?

Pierre Pouget : Chaque semaine, pas moins de 134 associations viennent chercher des denrées à la Banque Alimentaire : le Secours Catholique, Saint-Vincent de Paul… Elles ont donc rendez-vous avec nous à heure fixe pour récupérer leur lot, puisque nous ne voulons pas que cela bouchonne. Et, attention tout de même, pour que nous travaillions avec elles, il y a des conditions : l’inconditionnalité de l’aide, c’est-à-dire que personne ne soit privilégiée par rapport à un autre suivant sa religion par exemple, avoir un minimum d’infrastructures, et une gouvernance connue et transparente.

Concernant les produits distribués, 99% d’entre eux sont alimentaires. Les associations ont aussi besoin d’articles d’hygiène, mais il ne s’agit pas de notre cœur de métier. Que cela soit de l’eau ou du foie gras, les associations paient 23 centimes par kilo de produits acquis à la Banque Alimentaire, correspondant aux frais de gestion. Nous avons l’interdiction de distribuer de l’alcool, mais région de Bordeaux oblige, nous avons des dons de bouteilles que nous vendons pour financer des investissements.

Banque Alimentaire

@qui : Respect de la chaîne du froid, des dates limites de consommation… La gestion des aliments, qu’ils soient frais, congelés, en boîte ou sous vide est primordiale et plurielle. Comment assurez-vous la sécurité alimentaire de vos produits ?

Pierre Pouget : La sécurité alimentaire est une question complexe, d’autant plus que nous évoluons dans un milieu où les bénévoles sont majoritaires, et donc non formés à ces questions a priori. Malgré toute la bonne volonté du monde, on ne badine pas avec la santé. Nous mettons donc tout en œuvre pour que celle-ci soit garantie. Nous avons un responsable de l’hygiène dans notre antenne, qui est d’ailleurs l’ancien patron de la répression des fraudes en Gironde, et qui offre tous les mois des formations au respect de la sécurité alimentaire aux associations. D’autre part, l’équipement des camions réfrigérés est vérifié toutes les semaines, pour garantir un respect de la chaîne du froid.

Mais, nous ne sommes jamais à l’abri d’un scandale de santé publique. Au moment où les lots de lait pour enfant Lactalis ont été retirés de la vente, suite à la découverte de salmonelles, nous avons dû isoler 225 kilogrammes de produits contaminés. Un recours a été déposé auprès de Lactalis, pour savoir comment remplacer ces denrées, mais il n’a pas encore abouti.  

@qui : Le rôle d’intermédiaire que remplit la Banque Alimentaire peut paraître frustrant, car ne permettant pas de rentrer directement au contact des personnes aidées. N’avez-vous pas l’impression d’être parfois déconnecté par rapport aux associations ?

Pierre Pouget : Sans doute, mais le but, c’est d’optimiser le travail de chacun des maillons de la chaîne pour en faire jouir les bénéficiaires : essayer de trouver un maximum de produit et leur proposer de la diversité, pour éviter le riz-pâte tous les jours. Il y a aussi plusieurs exceptions, où nous parvenons à les rencontrer. Par exemple, nous faisons des distributions d’été en direct sur quatre sites bordelais, à Lormont, Bègles, Pessac et Bordeaux Grand Parc, pour relayer certaines associations, dont les bénévoles sont en vacances. Nous avons aussi un fourgon de cuisine mobile, où nos conseillères en économie sociale et familiale vont dans les associations pour donner des cours de cuisine. Pour y avoir assister, à Mérignac, j’ai été particulièrement ému par le lien social qui s’établit entre les différents participants à l’issue de ces deux heures d’atelier.

À l’avenir, nous pourrons aussi aller à leur rencontre avec notre épicerie solidaire, que nous sommes en train de créer, pour les lieux où il n’y a pas d’associations ou de Caisse Centrale d’activités sociales (CCAS). Et, sachant que sur 80.000 étudiants, 3.500 ne mangent pas à leur faim, nous souhaitons la faire passer notamment par le campus de Bordeaux.

Pierre Pouget sera présent à l’Assemblée Générale des Amis d’Aqui, vendredi 27 avril à 18h au Café Maritime de Bordeaux, pour débattre sur « La solidarité alimentaire : du don à l’engagement ». Une discussion animée par Joël Aubert et une entrée gratuite, les inscriptions se font à l’adresse suivante : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfK-fS-LFdGdcH_SwaJ4d4Gn9SCYKvLSlKex52pc1CVWUv2Zw/viewform?c=0&w=1.

Alix Fourcade
Par Alix Fourcade

Crédit Photo : Alix Fourcade

Partager sur Facebook
Vu par vous
4021
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !