Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

12/02/20 : Louis Bodin, Monsieur Météo sur TF1, a décidé de se lancer dans les Municipales à Biarritz aux côtés de Maïder Arosteguy, tête de liste des Républi-cains. Il souhaite s'investir dans la ville de sa compagne Sylvie, notamment en matière d'environnement

11/02/20 : Charente-Maritime: Marie GROSGEORGE, 35 ans, a pris ce lundi la fonction de sous-préfète, directrice de cabinet du préfet de la Charente-Maritime. Cette diplômée de l'ENA et de l'ENS était précédemment chargée de mission au ministère de l’Intérieur.

10/02/20 : Chantal Castelnot a été nommée nouvelle préfète de la Vienne, le 3 février. Depuis 2017, elle était préfète de L'Orne. La préfète a fait sa première apparition publique ce 10 février pour un dépôt de gerbe au monument aux morts bd Verdun à Poitiers.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

04/02/20 : Le 44ème Challenge International du Vin se tiendra les 24 & 25 avril à Bordeaux et mettra à l'honneur les vins moldaves! Près de 4 000 vins d'une quarantaine de pays seront en compétition, et 700 dégustateurs viendront récompenser près de 1 400 vins

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/02/20 | La Communauté d’agglomération Rochefort Océan inaugure « La Boite »

    Lire

    Un nouvel élan artistique se dessine dans l’agglomération de Rochefort. Mercredi 19 février, aura lieu l’inauguration d’une salle dédiée à la création artistique. Son petit nom ? La Boite ! La collectivité a transformé l’ancien cinéma de l’École des Fourriers en plateau technique de 220 m² au sol sous un plafond de 5,50 mètres. Un lieu qui accueillera des artistes en résidence et où toutes les formes d’arts seront les bienvenues.

  • 18/02/20 | A Bruges (33) Aérospline veut robotiser les tâches de désamiantage

    Lire

    Aérospline, à Bruges, est une PME d'ingénierie industrielle qui développe des solutions robotiques collaboratives innovantes, principalement pour la construction aéronautique. Ces nouveaux robots collaboratifs (dits cobots) permettent de réduire la toxicité ou la pénibilité des métiers, sans se passer des opérateurs. La société travaille sur un projet de cobots dans le cadre de travaux de désamiantage, permettant de réduire les risques d'exposition des salariés. Un projet, baptisé "Exelite", auquel s'associe la région Nouvelle-Aquitaine à hauteur de 410 449 €.

  • 18/02/20 | Il fait bon vivre en Charente-Martime !

    Lire

    94% heureux de vivre en Charente-Maritime. C’est un des chiffres issu de l'enquête 2019, de l’institut BVA, auprès des Charentais. Les habitants ont par exemple, le sentiment d’être écoutés par le département dans leurs actions. L’occasion, aussi, de recueillir les préoccupations de la population. Au sujet, des routes départementales ou encore de l’environnement. Les résultats sont globalement très positifs, par rapport à l’enquête 2018, impactée par le mouvement gilets jaunes. Voir l’enquête au complet.

  • 18/02/20 | Menace sur l'abattoir de Ribérac en Dordogne

    Lire

    La société Arcadie Sud-Ouest, qui représente la moitié de l’activité de l'abattoir de Ribérac a annoncé qu’elle allait transférer son activité à Thiviers à partir de mai. C’est la pérennité du site employant 18 personnes qui est menacée. La Ville détient 55% des parts. La décision d’Arcadie est la conséquence des difficultés du groupe. Une rencontre est prévue dans les jours prochains entre la direction d'Arcadie, le maire de Ribérac et le préfet. Le député Jean-Pierre Cubertafon suivra aussi attentivement le dossier.

  • 17/02/20 | BOOST’CAMP : un concours qui s'adresse aux entrepreneurs

    Lire

    Bonne nouvelle pour les entrepreneurs engagés dans le développement durable, l’économie sociale et solidaire ou l’innovation d’usage ! Un concours organisé par Le Campement, pépinière de la Ville de Bordeaux installée à Darwin, va être lancé. Le principe ? Présenter un projet innovant et créateur d'emplois. A la clé du concours : 6 mois d'hébergement gratuit au Campement dès le 27 mars 2020. La réception des candidatures se fait du 3 mars au 13 mars prochain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Poitiers : Un premier salon de l’apprentissage et de l’emploi inauguré par la ministre du travail

09/03/2019 | Muriel Pénicaud, ministre du travail, a inauguré ce vendredi 8 mars, la première édition du salon de l'apprentissage et de l'emploi de Poitiers

Muriel Pénicaud, ministre du travail, a inauguré ce vendredi 8 mars le premier salon de l'apprentissage et de l'emploi à Poitiers

La ministre du travail, Muriel Pénicaud, est venue au parc des expositions de Poitiers pour inaugurer la première édition du salon de l’apprentissage et de l’emploi. Sur deux jours, les 8 et 9 mars, 6 à 8 000 visiteurs y sont attendus pour découvrir, à travers des stands de démonstration, des formations en apprentissage et la découverte de 150 entreprises qui proposent 1 500 postes. Tour du salon avec la ministre et rencontre avec deux apprentis de la communauté urbaine de Grand Poitiers, car les collectivités, comme l’a souligné Muriel Pénicaud, peuvent accueillir et former de nombreux jeunes à différents corps de métiers.

Elle l’avait promis lors de sa visite au CFA du bâtiment de Saint-Benoît, le 3 septembre dernier. Elle l’a fait. Ce vendredi 8 mars, Muriel Pénicaud, ministre du travail, était bien présente au parc des expositions de Poitiers pour l’ouverture du premier salon de l’apprentissage et de l’emploi. « Vous avez tenu parole, souligne dans son discours d’ouverture Karine Desroses, la présidente de la chambre de métiers et de l’artisanat de la Vienne. Nous avons réuni aujourd’hui l’ensemble des acteurs de l’emploi et de l’apprentissage. Nous avons envie de faire tomber les barrières. Nous sommes dans un esprit et une volonté d’évolution. Car l’apprentissage est une voie d’excellence et non de garage ». C’est le fer de lance de la présidente de la CMA de de la Vienne qui veut redorer l’image de l’apprentissage. « Vos discours et vos actes donnent de l’espoir. Tous les acteurs mettent  leur force et leur énergie dans ce salon. J’espère que nous allons arriver à bouger les lignes contre le chômage de masse chez les jeunes. En 2018, on constate une augmentation de 7,7% de nombre de contrats d'apprentissage en France. Pour la Vienne, c’est encore mieux avec 16,5%. Les jeunes doivent voir plus clair dans leur avenir et choisir leur avenir professionnel », souligne Muriel Pénicaud. 

1 500 offres d’emplois

Le 8 mars, c’est la journée internationale des femmes. La ministre du travail a animé une table ronde ayant pour thème l’apprentissage au féminin. Autour d’elle, plusieurs jeunes femmes, qui apprennent ou ont appris dans des filières réputées plutôt masculines telles que la gendarmerie, la mécanique, l’industrie, le secteur de l’automobile, conductrice de travaux. Muriel Pénicaud a été attentive et met en avant l’accès à tous les emplois pour tous. « Les jeunes filles doivent regarder tous les stands, elles ne doivent pas se priver d’opportunité d’accès à l’emploi sous prétexte qu’elles sont des femmes ». La visite s’est poursuivie avec des échanges sur les stands de démonstration des vingt établissements de formation présents au salon. « L’apprentissage, premier contact avec la vie professionnelle », résume Muriel Pénicaud. Elle s’est arrêtée sur le stand des boulangers pâtissiers et en a profité pour signer un livre d’or et parapher son point de vie par un « vive l’apprentissage et l’avenir des jeunes ». Ensuite direction le deuxième hall de l’emploi où elle a fait le tour des stands. Au total, 1 500 offres sont proposées sur le salon.  

Portraits d’apprenties

Charline Sauffisseau, apprentie Atsem dans une école de Grand Poitiers

La ministre du travail avait également mis en avant l’implication des collectivités dans l’apprentissage. « Elles disposent d’un formidable potentiel pour accueillir et former les jeunes à divers métiers », explique-t-elle. C’est effectivement le cas pour la communauté urbaine de Grand Poitiers qui emploie et forme au total 34 apprentis (18 hommes et 16 femmes) à différents niveaux, du CAP aux diplômes universitaires. Parmi les apprentis, Charline Sauffisseau, 23 ans. Elle est Atsem (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles) à l’école maternelle Pablo Neruda, située à Poitiers dans le quartier de Saint-Éloi. Après des études en licence de sport, elle a choisi de passer un CAP accompagnement éducatif petite enfance (AEPE) avec la MFR (maison familiale rurale) de Gençay. « J’ai été bien accueillie au sein de l’école, confie Charline. On est 8 Atsem avec moi. » Ménage, différentes activités, elle aide et accompagne l’institutrice d’une classe de petite section. Côté cours, la fréquence est d’une à deux semaines par mois. « L’apprentissage est vraiment intéressant. On est rémunéré et on passe surtout plus de temps en entreprise pour apprendre davantage, car la théorie, cela ne suffit pas forcément. » Sa formation va durer 2 ans. « Pour moi, l’apprentissage m’a permis de mettre un pied dans le monde professionnel », résume la jeune fille. 

Lolita Rivet, apprentie dans les ressources humaines à Grand Poitiers

Autre profil, Celui de Lolita Rivet. A 23 ans, elle est en licence professionnelle assistante RH. Pendant le salon, elle est présente sur le stand de Grand Poitiers, pour récolter des CV et lettres de motivation des candidats aux postes proposés parla communauté urbaine. « Je suis également chargée d’accompagner les entreprises qui recrutent. Je m’occupe aussi de l’insertion des personnes éloignées du marché du travail. ». Son apprentissage dure une année. Elle est accompagnée par sa tutrice pédagogique qui la forme à son futur métier. « Pour moi, passer par l’apprentissage est un plus. On est immergé dans le monde de l’entreprise. On a déjà fait des missions et mis en pratique la théorie qu’on a apprise en cours. » Pour la suite, elle ne semble pas inquiète. « Je sais déjà que ça sera compliqué pour rester dans les services de Grand Poitiers, à moins qu’un poste soit ouvert, sourit Lolita. Dans mon secteur d’activité, je sais qu’il y a beaucoup de demandes de la part des entreprises. » Depuis 2014, 126 jeunes, comme Charline et Lolita, ont effectué leur apprentissage dans les différents services de Grand Poitiers. 21 ont même été recrutés à l’issue de leur formation.

Ce vendredi les allées du salon de l’apprentissage et de l’emploi étaient bien remplies. 4 800 personnes s'y sont rendues pour cette première. L'objectif des 6 000 à 8 000 visiteurs est atteignable puisque le salon se poursuit ce samedi 9 mars jusqu'à 18 heures. En tout cas, tous les acteurs, organisateurs et participants s’accordent pour dire que l’objectif de ce nouvel événement est de s’inscrire dans la durée.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3423
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !