Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Pôle emploi se réorganise en faveur des entreprises sur le Bassin d'emploi de Bordeaux

18/07/2015 | Depuis le 1er juillet, les agences Pôle Emploi du Bassin d'emploi de Bordeaux se réorganisent, et tentent d'apporter de nouveaux services aux entreprises

Le dispositif local de Pôle Emploi se modernise

Le dernier bilan des chiffres du chômage est loin d'être glorieux (+6,7% sur un an pour la région) et la gironde est sans doute le territoire le moins épargné (+7,5%). Face à ces bilans très contrastés et en réponse aux différentes enquêtes qualité effectuées auprès des entreprises (à raison d'une tous les trois mois), Pôle Emploi a décidé de changer son fusil d'épaule. Le grand chantier que l'organisme a entamé depuis début juillet au niveau national et local n'a qu'un seul objectif : aider les entreprises du Bassin d'emplois de Bordeaux à réussir un recrutement adapté à leurs demandes. Détails.

Plus de 1000 salariés, 18 agences dont 12 sur le « Bassin d’emploi de Bordeaux » : d’après ces chiffres les agences Pôle emploi du secteur ont l’air d’être déployées comme toutes les autres. Mais le bassin a une spécificité bien à lui : certaines agences gèrent seules un secteur d’activité bien défini, dans une approche sectorielle qui, de l’aveu même de Benoît Meyer, Directeur Territorial gironde de l’organisme d’aide à l’emploi, commence un peu à dater. « L’organisation de Pôle emploi sur Bordeaux date des années 90, elle limitait beaucoup l’accès à des projets de territoire. On avait un réel besoin de proximité, surtout avec les TPE (Toutes Petites Entreprises). Depuis 20 ans, nos conseillers à l’emploi sont polyvalents, accompagnant à la fois les demandeurs d’emploi et les besoins des entreprises à raison d’une demi-journée par semaine ». 
 
Une nouvelle organisationMoins d’un jour pour s’occuper de l’ensemble des besoins des entreprises locales, c’est peu. Surtout quand on sait que sur les 167 000 entreprises présentes dans les systèmes informatiques de Pôle Emploi au niveau national, les agences se répartissent les tâches parmi une partie des entreprises qui recrutent (environ un quart d’après les derniers chiffres). Il était donc temps de réorganiser les tâches entre les différentes agences, et c’est ce à quoi s’attelle Pôle emploi depuis le début du mois de juillet. Les ambitions sont simples : accélérer les recrutements, rapprocher les services des petites entreprises et mieux comprendre les besoins des recruteurs, avec un objectif de satisfaction de 80 % (contre moins de 70 % actuellement) sur 18 mois. 2 leviers majeurs pour atteindre ces objectifs : simplifier l’organisation et spécialiser 114 conseillers en Gironde au service des entreprises (dont 75 sur Bordeaux, et environ 4000 au niveau national).
 
Une zone d’emploi stratégique" C’est un changement majeur, on ne fait pas ça tous les trois ans. Sur les 167 000 entreprises présentes dans les systèmes, il a fallu en réaffecter 117 000", affirme Benoît Meyer. Tout en gardant le principe de proximité, Pôle emploi a décidé de réorganiser ses équipes « dans une logique plus géographique ». Le but reste bien sûr d’être concentré sur les secteurs les plus importants : BTP, hôtellerie, associatif, sanitaire et social, aéronautique, informatique et apprentissage, des secteurs qui ont un gros volume de recrutement et attendent une technicité de la part des agents en charge. Sur les 82 000 recrutements effectués en Gironde sur un an, 70 % sont réalisés sur le Bassin de Bordeaux, et 50 % sont des emplois saisonniers, d’où cette nécessité de réorganisation. Pour l’instant en phase de test, ces nouveaux dispositifs devraient être effectifs dès septembre. « Les recrutements en coirs seront terminés par les conseillers qui suivaient les profils. Les entreprises les plus importantes seront visitées par l’ancien conseiller et le nouveau, mais il faudra plusieurs mois pour que les choses se calent », prédit le responsable. 
 
Une réponse cibléeLes secteurs stratégiques du territoire restent donc les mêmes, mais les approches seront adaptées en fonction des projets de recrutement, assure l’agence de Bordeaux Nord. Des prestations sur mesure, personnalisées, qui répondent aux demandes des différentes enquêtes qualité effectuées régulièrement auprès des entreprises locales. Un mal nécessaire tant les besoins sont croissants : toutes catégories confondues, on comptait dernièrement 284 359 chômeurs en Aquitaine, avec une hausse du nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A de 80 % par rapport à 2008, et ce même si le nombre de salariés en région reste le même qu’avant la crise. 
 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
2951
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !