Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/04/18 : Dans le cadre du championnat de France du jeu d'échecs jeunes qui se tient à Agen, Anatoli Karpov, champion du monde de cette discipline de 1975 à 1985 et de 1993 à 1999, sera reçu à l'Hôtel de ville d'Agen le samedi 21 avril à 19 h.

19/04/18 : La Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne/CIED est à la recherche d'un service civique à compter du mois de mai pour une mission de huit mois à raison de 30h/semaine. Plus d'infos : 05 53 66 47 59

17/04/18 : Le comité d'engagements du conseil d'administration de SNCF réseau a validé ce mardi l'opération de réhabilitation de la ligne ferroviaire Libourne-Bergerac, déjà concernée par des travaux régionaux achevés en 2013.

17/04/18 : L'Assemblée Nationale a adopté à la majorité en première lecture (454 voix contre 80) le projet de loi "nouveau pacte ferroviaire", à l'origine des grèves qui secouent la SNCF depuis début avril. La ministre des Transports a salué "une étape décisive".

12/04/18 : Charente-Maritime : depuis le 9 avril et jusqu’au 21 avril, Keolis organise un test grandeur nature sur la ligne 3 du réseau Les Mouettes, effectuant la liaison La Rochelle-Île de Ré avec un nouveau modèle de car électrique, soutenu par la Région.

12/04/18 : Le Pôle Agri Sud-Ouest Innovation vient de renouveler son conseil d’administration, son bureau et sa gouvernance pour assurer sa représentativité sur l’ensemble des territoires couverts. Daniel Segonds a été réélu à la présidence du Pôle.

12/04/18 : Le nouveau président de la Président de la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, est Guillaume Riou, agriculteur bio de Deux-Sèvres, anciennement président d'Agrobio Poitou-Charentes de 2012 à 2015.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/04/18 | Agen fête l’Europe avant l’heure !

    Lire

    Dans le cadre de la fête de l’Europe, la Maison de l’Europe 47, aidée de partenaires privés et collectivités, organise une scène ouverte le 28 avril, place du Président Wilson, de 14 h à 18 h, à Agen. Jeux pour enfants, stands d’infos, quiz Europe, danses, chants et musiques animeront la rue piétonne. Danseurs, musiciens, chanteurs… tous les artistes sont invités à participer à cette manifestation en s’inscrivant sur www.maisoneurope47.eu pour remplir un formulaire avant le 23 avril.

  • 21/04/18 | La Rochelle : une nouvelle présidente à la tête du lycée maritime

    Lire

    Leslie Widmann a été nommée à la présidence du CA du lycée maritime et aquacole de La Rochelle. Elle a travaillé 5 ans dans la gestion du port de la Cotinière en qualité de directrice du développement. Elle a créé Odyssée Développement, un bureau d'études en économie maritime en 2000 et en 2008, lauréate du Concours national du ministère de la recherche, une seconde société qui emploie 4 chercheurs sur un système objectif d'évaluation de la fraîcheur des produits de la mer destiné aux criées.

  • 20/04/18 | L'eau, bientôt grande cause du Sud-Ouest français

    Lire

    Pascal Mailhos, Préfet de bassin, Martin Malvy, Président du comité de bassin Adour-Garonne, Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie, et Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, se sont rencontrés à la Préfecture de bassin à Toulouse pour échanger sur les enjeux de la ressource en eau dans le Grand Sud-Ouest. L'occasion pour eux de rappeler leur « très vive inquiétude » et de fixer un prochain rendez-vous en septembre à Bordeaux, afin de lancer une action commune autour de « l'eau, enjeu de société, grande cause du Sud-Ouest français ».

  • 20/04/18 | Création d’un pôle ressources jeunesse à Villeneuve/Lot

    Lire

    Lors du Conseil communautaire du 12 avril dernier, les élus de l’Agglomération du Grand Villeneuvois ont voté la création d’un Pôle Ressources Jeunesse et son implantation en centre-ville de Villeneuve-sur-Lot, dans le quartier prioritaire Bastide. Ce Pôle accueillera la Mission locale du Pays Villeneuvois, l’Espace Métiers Aquitaine ainsi qu’un espace numérique.

  • 20/04/18 | Réduction des déchets: quelles sont vos pratiques ?

    Lire

    Emballages plastiques, biodéchets, déchets verts, déchets d'équipements électriques et électroniques et tarification incitative, voilà les 5 items sur lesquels la Région interroge ses habitants, via une enquête en ligne, dans le cadre de l'élaboration d'un Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchet. En application de la loi NOTRe, le but est de définir, avec les acteurs locaux et les citoyens: « une véritable stratégie territoriale, qui pose des ambitions et des orientations porteuses d'une dynamique en faveur de la transition écologique par l'économie circulaire ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Police de Sécurité du Quotidien : la Gironde rentre dans le jeu

08/11/2017 | Ce mercredi à Bordeaux s'est tenue un État-major de sécurité pour discuter de la future concertation sur la nouvelle "police de sécurité du quotidien". Détails.

concertation police Gironde

Annoncée le 28 octobre dernier, la "Police de Sécurité du Quotidien" lancée à La Rochelle par le Ministre de l'Intérieur Gérard Collomb devrait dupliquer ses premières expérimentations en 2018. Une "police sur mesure" dit la majorité, une nouvelle "police de proximité", dit l'opposition. Si on est à peu près sûrs que son rôle ne sera en effet pas cantonné à "jouer au foot avec les jeunes" (dixit le bon mot d'Emmanuel Macron en octobre), son application concrète est encore un peu floue. Ce mercredi 7 octobre à Bordeaux s'est tenu un État-major de sécurité pour évoquer la concertation girondine.

Déclinaison locale

Ce qui est sûr, c'est qu'il s'agit là de l'un des gros chantiers sécuritaires de la présidence Macron, au-delà même de la fin de l'État d'urgence et de la nouvelle loi contre le terrorisme vouée à le remplacer. Cette "police de sécurité du quotidien", comme il faut désormais la nommer, tourne autour des mêmes priorités au niveau national. Elles passent notamment par des policiers et gendarmes plus nombreux et présents sur la voie publique, des procédures "simplifiées et allégées", des moyens de sanction immédiats par des "amendes forfaitaires" et une adaptation à chaque territoire. On ne pourra pas mettre en place une police de sécurité du quotidien à Libourne comme on le fera à Captieux, les problématiques de délinquance sur ces deux exemples ne sont pas du tout les mêmes", a d'ailleurs précisé le colonel Jean-Christophe Sintive, commandant du groupement de la gendarmerie départementale de la Gironde. 

Les grands axes sont les mêmes partout : 13,3 milliards d'euros de budget pour la sécurité intérieure en 2018 (+1,9%) et 10 000 policiers et gendarmes supplémentaires d'ici 2022. Mais il faudra donc s'attendre à ce que les futures mises en application soient différentes, elles. Ainsi, dès la semaine prochaine, le préfet de Gironde a annoncé vouloir réunir policiers et gendarmes (au travers d'organisations syndicales pour la police et des instances représentatives de la gendarmerie) du département en concertation, après quoi un rapport devra être rendu par chaque préfet d'ici le 15 décembre prochain. "Il faut analyser les problèmes de délinquance et d'insécurité avec la population, les associations, les élus, les entreprises et leur expliquer l'action de la police et de la gendarmerie", commente d'ailleurs Pierre Dartout.

Appel à toutes les voitures 

À l'échelle nationale, c'est plus de 250 000 policiers et gendarmes qui recevront un questionnaire en interne et le ministère consultera lui aussi organisations syndicales, conseil de la fonction militaire de la gendarmerie, des entreprises de transport collectif et autres associations d'élus mais aussi, et c'est une nouveauté, les professionnels de la sécurité privée (150 000 en France), "de plus en plus présents dans les grandes manifestations organisées dans le département. Il faudra aussi voir les élus de ce département et les bailleurs sociaux. Je ne me vois pas faire une concertation sans avoir des discussions avec les maires de certaines communes comme Bordeaux, Mérignac, Bègles, Pessac ou Libourne par le biais du sous-préfet). De manière générale, le but est de renforcer notre coopération avec les partenaires locaux. En Gironde, nous avons deux ZSP (zone de sécurité prioritaire) où l'accent est déjà mis sur la concertation : une sur la rive droite de Bordeaux en matière de sécurité publique et la seconde dans le libournais avec la gendarmerie", a précisé le préfet de Gironde. 

Et qu'on ne vienne pas lui parler d'un retour de la "police de proximité", instaurée par Lionel Jospin et supprimée en 2002 par Nicolas Sarkozy. "Il y avait, notamment à Bordeaux, beaucoup de postes de police implantés un peu partout mais qui étaient fixes, c'est ce qui avait été reproché à la police de proximité à l'époque qui, malgré tout, proposait des avantages au niveau du contact avec la population puisque ça permettait de venir déposer plainte au plus près de chez eux. Là, ce n'est pas la même chose : il ne s'agit pas de toucher à l'organisation mais à la méthode". Reste que concernant les déclinaisons concrètes, tout cela est encore un peu flou pour le moment. Même le colonel Sintive se perd un peu en syntaxe. "Ce n'est pas spécialement un meilleur déploiement sur le terrain. C'est peut-être un déploiement plus visible. Pas plus de patrouilles, mais des patrouilles plus accessibles, des gendarmes à des endroits plus ciblés".

Le Néo Girondin 

L'idée générale", a-t-il commenté, "c'est de créer une sorte de mission de proximité au sein de plusieurs brigades de gendarmerie pour pouvoir envoyer des gendarmes en patrouilles, la plupart du temps à pied, sur des places de villages, des marchés ou sur les grands évènements des communes. Ça passerait aussi par une participation plus active aux réunions de quartiers, de riverains, communales... En tout cas c'est une visibilité plus importante. C'est sûr les modalités pratiques de la mise en oeuvre que la concertation aura bien évidemment toute sa place et où on pourra définir dans chacune des sept compagnies de gendarmerie de Gironde le fonctionnement de cette sécurité du quotidien". L'un des axes forts de ces nouvelles mesures reste la volonté d'une police "connectée" : services dématérialisés, nouveaux moyens vidéo (caméras-piéton et nouvelles caméras venant renforcer la vidéo-protection) mais, surtout, des agents eux mêmes "connectés". À Bordeaux, c'est par exemple le cas depuis peu : début novembre, 13 policiers motards de la Sécurité publique disposent de smartphones Néo (moins le héros de la trilogie Matrix que le diminutif de "Nouvel équipement opérationnel"), donnant un accès direct aux fichiers de police ou de dresser un procès verbal électronique. Pour la gendarmerie, en revanche, ce n'est pas nouveau : mis en place en Gironde depuis deux ans, 500 gendarmes sont équipés d'un dispositif équivalent et tous devraient en être équipés dans le courant du mois de décembre, a confirmé le colonel Sintive. En France, 115 000 tablettes numériques doivent être livrées aux forces de sécurité d'ici 2020.

Le but reste le même : enregistrer les informations nécessaires directement sur place et ainsi  simplifier la rédaction des procédures pénales. Il faut dire que ces dernières ont bien besoin d'un coup de pouce comme l'a réaffirmé Olivier Étienne, adjoint du procureur de la République de Bordeaux. "Il ne faut plus que les policiers et gendarmes soient alourdis dans leurs tâches de recherche et d'identification des auteurs d'infraction par des contraintes procédurales devenues très lourdes. Cette année, nous avons constaté que pour la première fois, le code de procédure pénale dépassait en volume le Code Pénal lui même, c'est vous dire si ces contraintes sont lourdes". Le Ministère de la Justice participe donc lui aussi à la concertation en consultant "l'ensemble de ses partenaires institutionnels" et les magistrats. Quant-à savoir ce qui sortira de ce grand remue-méninges, il est encore un peu trop prématuré de le dire : la concertation doit se terminer le 20 décembre et les premières expérimentations, auxquelles la Gironde est candidate, lancées dans le courant du mois de janvier 2018.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
23920
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !