Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/09/20 | L’hôpital de La Rochelle active son plan blanc

    Lire

    Le Groupe hospitalier Littoral Atlantique, qui regroupe les établissements de La Rochelle/Ré/Aunis, Rochefort et Marennes/Oléron, a activé mardi le niveau 1 de son plan blanc. Le nombre de patient Covid-19 est passé de 4 à 8 cette semaine, dont un en réanimation. Si le nombre de cas à l'échelle du Département reste faible (taux d'incidence <50 pour 100 000 habitants), le service réanimation est déjà sous tension, avec 2 places disponibles. Une unité spéciale Covid sera mise en place début octobre.

  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

  • 25/09/20 | Angoulême : vers un festival de la BD en deux temps

    Lire

    Au vu du contexte sanitaire, les organisateurs du FIBD s'orientent vers un festival en deux temps. Un premier temps, une version modifiée avec des événements à Angoulême et hors les murs sur les dates initiales du 28 au 3& janvier), "répondant aux contingences en vigueur imposées par la pandémie". Un deuxième temps en présentiel à Angoulême, à la période printemps-été, pour rassembler plus de monde. Le contenu du projet sera présenté dans les prochaines semaines.

  • 25/09/20 | Nouvelle-Aquitaine : le don entre particuliers boosté par la crise sanitaire

    Lire

    L'application de dons bordelaise Geev a réalisé un classement des régions les plus actives en matières de dons entre particuliers. « Si le don a le vent en poupe ces dernières années, il a connu un essor particulier pendant la crise sanitaire », affirme la société. Ainsi, la société a dénombré les dons par régions entre février et juillet. La Nouvelle-Aquitaine est quatrième du classement "dons d'objets" avec 126 000 dons, derrière l'Île de France (458 000), les Hauts de France (171 000) et l'Auvergne-Rhône Alpes (143 000).

  • 24/09/20 | Covid-19: après les premiers tests, l'UPPA reste vigilante

    Lire

    Dans la matinée du mardi 22 septembre 2020, le Laboratoire Bio-Pyrénées a réalisé sur le campus de Pau une campagne de 200 tests de dépistage à la Covid-19 auprès des étudiants. Celle-ci a révélé 6 cas positifs à la Covid-19 sur les 107 prélévements nasopharyngés analysés par PCR, soit 5,6 % des étudiants testés. Un résultat qui incite l'Université "à rester vigilante" au regard de la moyenne au niveau nationale du taux de positivité (6.2 % au 23/09/20 à 14h) et des moyennes départementales publiées le 17/09/20 : Pyrénées-Atlantiques (4.2%), Landes (4.8 %) et Hautes-Pyrénées (3.1%).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | « La Clé des Champs », une création sonore signée Louise Lesparre

04/06/2020 | Le podcast "La Clé des Champs", ce sont des interviews de 40 minutes environ durant lesquelles Louise discute avec les agriculteurs de leur activité.

Louise Lesparre

Dans les champs, dans une maison familiale, entre les vaches ou avec les chèvres, Louise Lesparre va à la rencontre d’agriculteurs le micro en main. Depuis l’annonce du confinement en France, l’enthousiasme et la créativité ont poussé la jeune femme à monter un projet de podcast : « La Clé des Champs ». Le principal objectif de cette proposition auditive : amener les urbains dans les champs pour leur présenter le monde de l’agriculture tel qu’il est. Une production authentique qui ravira autant les habitués des bottes de foin que les amis du métro parisien.

Originaire de Mont-de-Marsan dans les Landes, Louise Lesparre a 31 ans et s’est récemment lancée dans une jolie aventure entre le bitume et la terre fraîche. Elle a récemment donné naissance à une émission intitulée « La Clé des Champs », pour enfin créer du lien entre les citadins et les agriculteurs. Jusqu’à ses 18 ans, elle grandit dans cette ville landaise avant de mettre le cap sur Bordeaux pour suivre une classe préparatoire au Lycée Michel Montaigne. Elle termine son cursus scolaire à Toulouse, où elle entre en école de commerce. Son stage de fin d’études à Paris, dans l’entreprise Total, lui permet de décrocher un CDI. Après y avoir fait ses armes pendant quatre années de sa vie, Louise commence à travailler pour la start-up One Park, où elle est aujourd’hui directrice marketing.

Fille de la campagne et petite fille d’agriculteurs, Louise Lesparre habite à Paris depuis dix ans. Elle évolue donc dans un milieu différent de celui qu’elle a pu connaître étant enfant et jeune fille. « Aujourd’hui, je côtoie beaucoup de Parisiens avec lesquels j’entretiens souvent des discussions sur l’agriculture et sur nos modes de consommation. J’ai souvent été étonnée de ce que pouvaient exprimer les gens qui vivent en ville sur le sujet agricole », confie la podcasteuse avec son accent chaleureux. Pour elle, c’est clair : il y a une scission incroyable entre le monde rural et le monde urbain. Ce manque de communication fait naître une incompréhension entre ces deux mondes, qui ont pourtant besoin de resserrer les liens. Comment remédier à cela ? Cette question titillait Louise depuis son arrivée dans la capitale…

Donner la parole sans détour aux agriculteurs

« Puis, le confinement est arrivé », lance Louise Lesparre. Comme de nombreux Français, elle a été, pendant cette période, au chômage partiel. Avoir plus de temps libre a été une vraie opportunité pour elle. Une idée a germé dans sa tête : créer un podcast pour donner la parole à ceux qui font l’agriculture d’aujourd’hui. « Je voulais tendre le micro à des intervenants qui peuvent s’exprimer sur l’agriculture dans leur quotidien ou faire des analyses sur des sujets transversaux comme j’ai pu le faire récemment avec Joël Aubert (Directeur de publication d'Aqui.fr, ndlr) par exemple », explique la créatrice. À son échelle, Louise Lesparre a voulu faire un geste pour rapprocher deux mondes et surtout pour que les urbains puissent avoir accès à ce type d’informations et puissent comprendre le fonctionnement de l’agriculture en France.

« Mon objectif est de valoriser le travail des agriculteurs. Je ne vais pas challenger ces personnes sur leur utilisation des pesticides par exemple. Je veux simplement qu’ils me racontent leurs histoires. Ce sont des acteurs qui font au mieux, avec les moyens que le système leur donne. », indique Louise Lesparre. Permettre à cette catégorie professionnelle de s’exprimer, c’est aussi un moyen pour la jeune femme de faire une mise au point en faisant tomber les clichés. À force de rencontrer des professionnels, elle a pu se faire une opinion et a envie de montrer que les agriculteurs peuvent parfois être des « boucs émissaires faciles » dans un système qui leur donne peu de moyens. Cette réalité transparait dans les discussions enregistrées, car parfois les mots et témoignages peuvent être plus puissants qu’une grande analyse politique.

Récolter dans les champs, puis semer en ville

Partir en direction d’une exploitation est toujours un moment fort pour Louise. « Après le confinement, lorsque j’ai pu me rendre dans les fermes pour rencontrer les agriculteurs, je me suis régalée ! Jeudi encore j’étais au Pays Basque dans une chevrière : j’ai pu faire le tour de la ferme, connaître les secrets des fromages et même repartir avec quelques-uns de ces derniers », raconte Louise d’un air épanoui. « La partie montage est beaucoup moins drôle », plaisante t-elle à nouveau. Autodidacte, elle a appris le montage seule et s’est faite conseiller par des amis pour choisir le nom de son concept. « Le nom « La Clé des Champs » a un double sens : la clé de compréhension et l’expression qui veut dire s’évader à la campagne ». Pour se faire une opinion sur les différents sujets, et pour se lancer dans l’aventure avec un bagage solide, Louise a « révisé » l’histoire de l’agriculture de la Seconde Guerre mondiale à nos jours. La seconde étape pour elle a été de trouver les intervenants, de préparer les interviews, de se rendre sur place, et enfin de monter l’enregistrement. Un épisode de 40 minutes demande environ 6 heures de travail. La dernière étape consiste à mettre en ligne ses émissions toutes les plateformes de podcast (dont Google Podcast, Spotify et Deezer).

Louise Lesparre privilégie également la richesse à la facilité. Elle ne souhaite pas interroger uniquement les acteurs qu’elle peut connaître dans sa ville d’origine. Pour ses deux premiers épisodes, elle a utilisé le réseau social Twitter où Pauline Garcia, éleveuse de vaches dans le Cantal et Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses en Vendée, communiquaient beaucoup sur leurs activités respectives. Mi-juin, cette nouvelle podcasteuse retourne à Paris et tente donc d’ores et déjà de trouver des interlocuteurs différents. « Je ne veux pas que le podcast se réduise au secteur basco-landais », déclare t-elle. Le podcast est un genre très écouté par les urbains, et ça, Louise Lesparre l’a parfaitement compris. Sa cible principale étant les citadins, le format est parfaitement adapté. Selon elle, c’est aussi un moyen d’expression assez facile d’accès. Après avoir acheté son matériel, elle a pu se lancer seule et rapidement.

Si l’on peut penser que Louise Lesparre réalise avec prouesse un grand écart entre le monde urbain et le monde agricole, ce n’est pas tout à fait le cas pour elle. En ce début de projet, une grande idée ressort des échanges qu’elle a pu avoir avec ses invités. « Entre les agriculteurs que j’ai pu voir et les entrepreneurs que je côtoie à Paris via mon métier, il y a beaucoup de similitudes. Les agriculteurs sont en fait des entrepreneurs qui parfois partent de zéro, doivent faire des choix stratégiques, font la comptabilité, s’initient au marketing pour faire venir le client… C’est un travail prenant. », conclut-elle. Avec à sa détermination, à sa personnalité lumineuse et à son caractère sociable, Louise propose de vous amener dans « les coulisses de nos fermes pour découvrir le quotidien de ces acteurs de l’ombre ». Ce rendez-vous privilégié, comme une escapade, est à retrouver tous les quinze jours jusqu’en septembre sur les différentes plateformes, puis tous les mois après septembre.

Ci-dessous les premiers épisodes de la "Clé des champs" à écouter :  

 

Lucile Bonnin
Par Lucile Bonnin

Crédit Photo : Louise Lesparre

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
5364
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !