aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

  • 24/09/16 | Prolongement de l'exposition « Gérard Fromanger annoncez la couleur ! » à Agen

    Lire

    Prolongement jusqu'au dimanche 16 octobre à l'église des Jacobins à Agen. L’artiste sera également présent à Agen les vendredi 14 octobre et samedi matin 15 octobre. Au programme notamment le vendredi 14, à 18h30, la projection du film "En suivant la piste Fromanger", au Studio Ferry. Et le samedi matin 15 octobre, ouverture exceptionnelle des Jacobins de 10h à 12h, car Gérard Fromanger sera présent aux Jacobins pour vous rencontrer et dédicacer les catalogues.

  • 23/09/16 | Solex de compétition à Saint-Léon

    Lire

    Dimanche 25 septembre, un rendez-vous atypique est organisé à Saint-Léon,dans l'Entre-deux-Mers: une course de Solex. Mais attention, ici on ne fait pas vraiment dans le «vintage», la performance doit être au rendez-vous. Le départ est donné à 11 h pour une épreuve d'endurance de 6 h (!!) sur le circuit de 3km concocté par le Saint-Léon Solex Club sur les petites routes de campagne. Les 25 Solex en lice s'affronteront par catégorie : Solex Origine, Origine Améliorée, Prototype et Super Prototype. S'il est parfois difficile de reconnaître «la bicyclette qui roule toute seule», le moteur à l'avant reste un impératif. A découvrir!

  • 22/09/16 | Ligne ferroviaire Pau-Canfranc : l'aide de l'Europe sollicitée

    Lire

    La région Nouvelle Aquitaine et le gouvernement d'Aragon vont déposer le 18 octobre à Bruxelles un dossier de candidature pour un appel à projet européen MIE (mécanisme pour l'interconnexion en Europe). Cela, afin d'amener l'Union européenne à financer en partie la réouverture de la ligne ferroviaire Pau-Canfranc. Le coût de ce chantier est estimé entre 350 et 450 millions d'euros. Selon Alain Rousset, l'Europe pourrait apporter jusqu'à 40% de cette somme. Un courrier a aussi été adressé aux ministres des transports français et espagnols pour souligner l'importance de ce dossier.

  • 16/09/16 | L'Aragon et la Nouvelle Aquitaine réunis sur la liaison Pau-Canfranc-Saragosse

    Lire

    Alain Rousset, le président du Conseil régional, et Javier Lambán Montañés, le président du gouvernement d'Aragon, se rencontreront le 21 septembre à Pau pour travailler à la réouverture de la liaison ferroviaire Pau-Canfranc-Saragosse. Dossier dont ils iront souligner l'urgence le 18 octobre à Bruxelles. Un groupe de travail réunissant l'Aragon et la Nouvelle Aquitaine sera constitué et dédié au dossier transeuropéen de transport RTE-T tandis qu'une structure permanente de coopération sera mise en place sur le sujet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Pour Bernard Kouchner, le Dr Bonnemaison ne mérite pas d'être traité d'assassin

20/06/2014 | Cité par la défense, l’ancien ministre de la Santé a témoigné lors du proçès du Dr Nicolas Bonnemaison. Il a été applaudi à sa sortie

Bernard Kouchner  à Pau : "La mort appartient au malade"

Il est 9 h 30. Installé derrière l’impressionnante paroi de verre destinée à protéger le box des accusés, le Dr Nicolas Bonnemaison vient de prendre place, vendredi, dans la salle de la cour d’assises des Pyrénées-Atlantiques. La vision de cet homme seul, noyé dans tout un décorum, donne une impression d'écrasement. Cet urgentiste de 53 ans, accusé d’avoir empoisonné sept de ses patients, aborde la septième journée de son procès. Dans quelques minutes, Bernard Kouchner, l’ancien ministre de la Santé, appelé par la défense à témoigner, va s’exprimer à la barre. Selon lui, la loi doit évoluer.

Radié de l’Ordre des médecins, Nicolas Bonnemaison comparait libre. Après avoir été dénoncé par des personnels soignants, il a été interpellé en 2011 pour avoir mis un terme à la vie de sept personnes âgées qu’il suivait à l’Unité d’hospitalisation de courte durée de Bayonne. Des malades qui, ainsi qu'on le rappellera au cours des débats, avaient une espérance de vie allant de quelques heures à trois jours, sans espoir d’amélioration.

Des regrets et des remerciementsDepuis le début du procès, suivi par de nombreux médias, le praticien ne cesse de répéter qu’il n’est pas un militant de l’euthanasie, qu’il n’a pas cherché la mort de ses patients, mais qu’il a voulu soulager leurs souffrances. La fille d’une personne décédée l’a d’ailleurs remercié publiquement d’avoir aidé son père « à mourir dignement. » Elle n’a pas été la seule . Deux familles se sont toutefois constituées partie civile. Elles déplorent que le praticien (qui en convient, et l’a regretté)  n’ait pas eu de contact à ce propos avec elles. « On aurait discuté, tout aurait été différent » a confié le fils d’une octogénaire. « Il n’avait pas le droit de décider pour nous de notre souffrance » a renchéri son épouse.

Un acte solitaireCes jours derniers, l’acte effectué par le médecin, qui puisait  lui-même dans l’armoire à pharmacie et qui a notamment utilisé un produit à base de curare ne figurant pas dans le protocole de sédation autorisé,  a continué à être évoqué. Tout comme  l’absence d’une décision collégiale sur laquelle il aurait dû s’appuyer.

Mardi, s’il a déploré voir l’urgentiste bayonnais se retrouver sur un banc habituellement « réservé aux truands et aux assassins », le cardiologue et député Jean Leonetti, auteur d’une loi adoptée en 2005 sur le droit des malades et la fin de vie, a ainsi estimé que le Dr Bonnemaison avait agi dans l’illégalité. En donnant la mort « à des malades qui ne la demandaient pas ».

L’accusé, qui bénéficie de nombreux soutiens, n’en a pas moins été loué par plusieurs de ses collègues pour ses qualités professionnelles et son humanité. Et le débat sur les conditions dans lesquelles s’opère la fin de vie, a été relancé. Appelée à témoigner , et arrivant d’un pays où l’euthanasie est légalisée, la présidente de l’association belge pour le droit de mourir dans la dignité a affirmé que les cours d’assises seraient pleines « si l’on devait poursuivre les médecins qui agissent comme le Dr Bonnemaison. » Des propos confortés le lendemain par des médecins, toujours cités par la défense. Au risque de susciter une réaction du procureur, pour lequel la loi doit également s’appliquer à l’hôpital.

 Le Dr Bonnemaison, soutenu par ses amis et collègues, lors de la suspension d'audience

Bernard Kouchner : « Je me sens un peu responsable »

L’ancien ministre de la Santé,  auteur de la loi de 2002 sur les droits des malades, ne verse pas non plus dans la langue de bois. « Je me sens un peu responsable. Je n’ai pas été capable de faire une loi qui aurait tenu compte des changements juridiques nécessaires à la fin de vie » reconnait-il vendredi devant la cour.

Certes,  les choses ont beaucoup changé. « Quand j’ai commencé ma carrière de médecin, on n’avait pas le droit d’utiliser la morphine. Car un dogme disait que cela rendait morphinomane. C’était ridicule. Maintenant, ce produit est heureusement employé de façon quotidienne. » Mais dans un pays où l’espérance de vie a fortement augmenté, les évolutions sont  parfois trop lentes, déplore-t-il. Tout en rappelant que l’on ne meurt plus chez soi, entouré des siens, mais de plus en plus à l’hôpital.

« C’est aussi une manifestation de rejet. Avant, la mort était acceptée comme une partie de l’existence. Maintenant, on est de plus en plus exigeant, et en même temps, on s’en débarrasse » dit-il. Avant de rappeler que, si la loi Leonetti permet à un moment la cessation de nourriture et de liquides, cela revient surtout à dire qu'on laisse le malade  mourir de faim et de soif. « Je déteste ça ! »

« Aller vers une possibilité de mort douce »« A qui appartient la mort ? Au médecin ? Non. Elle appartient à la personne malade. C’est son corps, son sujet, son libre arbitre » ajoute Bernard Kouchner. Celui-ci aimerait donc que l’on se dirige vers « une possibilité de mort plus douce ». C’est-à-dire laisser à chacun le choix de partir « comme il le souhaite,  entouré des siens, dans un milieu affectueux. » Une hypothèse qui  n’enlève rien à la responsabilité du médecin, précise-t-il. Mais qui ne peut pas non plus constituer une obligation pour les praticiens qui ne l’acceptent pas. « On n’en n’a pas assez parlé en France. »

La cour d’assises est saisie d’une affaire d’empoisonnement, non de l’application des lois Leonetti ou Kouchner lui rappellera à un moment le président. Mais pour l’ancien ministre de la Santé, les choses sont claires : « Le Dr Bonnemaison,  ne mérite pas le qualificatif d’assassin. Il témoigne de notre incapacité en France, patrie des droits de l’Homme, à faire qu'il n’y ait plus la possibilité d’accuser ceux qui soulagent la souffrance. »

Embrassade

A sa sortie, Bernard Kouchner est embrassé par l’accusé pendant la suspension d’audience. Des applaudissements éclatent dans la salle des pas perdus. Ils émanent des membres du comité de soutien. Certains d’entre eux sont vêtus de blouses blanches sur lesquelles figurent les mots « malade potentiel ». Tout à l’heure,  Michèle Delaunay,  cancérologue et ancienne ministre chargée des personnes âgées va, elle aussi, être appelée à témoigner.

Hasard du calendrier, une information liée à une autre affaire  tombe presque dans le même temps : le rapporteur du Conseil d’Etat s’est prononcé contre le maintien en vie de Vincent Lambert. Le débat n'est pas près de s'éteindre.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
797
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !