Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Précarité : derrière les chiffres, quelle réalité ? Conférence de Louis Maurin de l'Observatoire des inégalités

19/02/2013 | Louis Maurin, l’un des fondateurs de l'Observatoire des inégalités, sera en conférence jeudi 21 février à l’amphithéâtre Pitres.

Précarité : derrière les chiffres, quelle réalité ?

Le journaliste et consultant au Compas Louis Maurin, l’un des fondateurs de l'Observatoire des inégalités animera la conférence « Précarité : derrière les chiffres, quelle réalité ? » jeudi 21 février à l’amphithéâtre Pitres. Invité par l’association bordelaise les Bruits de la rue, il reviendra sur l’écart qui existe selon ses analyses, entre le discours politique, l’opinion publique et la réalité. Interview.

@qui! - En 2003, vous fondez avec Patrick Savidan et Serge Monnin l'Observatoire des inégalités, une organisation indépendante. Quelles étaient vos motivations ?

Louis Maurin : À la suite du tremblement de terre de 2002, l’arrivée au second tour de l’extrême droite qui révélait un fort sentiment d’inégalités et d’injustices parmi les Français, nous avons souhaité effectuer un état des lieux des inégalités dans l’hexagone. Revenus, éducation, emploi, lien social, conditions de vie, etc. Nous désirions alimenter un constat par des analyses, révéler à travers des études méthodiques et chiffrées la réalité du pays, le décalage qui existaient entre le discours ambiant et la réalité. À cette époque, nous redoutions vraiment le déchirement du pacte républicain. Aujourd’hui, l’Oservatoire des inégalités, c’est une équipe permanente d’une vingtaine de personnes et un conseil scientifique qui regroupe des économistes, philosophes, sociologues et juristes.

@qui! - L’Observatoire des inégalités établit un constat des inégalités et publie ses analyses sur inegalites.fr. Quel public souhaitez-vous sensibiliser et dans quel but ?

L.M - L’objectif de nos publications est d’apporter un outil, une information citoyenne à tous les publics désirant connaître la réalité des inégalités en France, qu’ils soient journalistes, travailleurs sociaux, enseignants, étudiants, syndicats, salariés, etc.

@qui! - Dix ans après la création de L’Observatoire des inégalités, quels sont vos principaux constats ?

L.M - Dans un premier temps, il serait injuste de dire que le phénomène des inégalités en France est occulté. Force est de constater que l’État a récemment pris des résolutions en augmentant les crédits alloués aux personnes handicapées dont l’Allocation aux adultes handicapés (AAH), + 8,5 % en 2013. Quant au minimum vieillesse, il a été relevé de 25 % sur le quinquennat, comme promis.

Néanmoins, en terme d’évolution des revenus et d’accès à l’éducation, nos observations sont inquiétantes. En effet, depuis les années 90, le processus de démocratisation culturelle qui se développait jusqu’alors s’est nettement dégradé. On assiste à une sélection très forte des élèves dès le collège et non plus à partir du lycée. On remarque que le système éducatif est d’autant plus basé sur l’échec que sur la valorisation des jeunes. En quelque sort, on jette des bouées aux écoliers après les avoir poussés vers la porte. Dans ces cas de décrochage scolaire, les classes aisées s’en sortent mieux, c’est une réalité.

Même si notre vision du monde n’est pas figée, la question du logement est également centrale. Et il faut être clair sur le constat. Aujourd’hui, sans famille, sans réseau ou capital social, les jeunes peu qualifiés ont de gigantesques difficultés à trouver un travail et un toit sur la tête.

 

« Sans richesse, pas de pauvreté »

 

@qui! - En créant l’Obervatoire des inégalités, vous souhaitiez calmer les sentiments d’inégalités et d’injustices en étayant les réalités sociales. Aujourd’hui, pensez-vous que la société mesure mieux l’écart qui existe entre l’image renvoyée par les médias, politiques, etc., et la réalité ?

L.M - Absolument pas et c’est très grave. L’image proposée d’une société simple et libérée n’est pas réelle. Il y a un décalage vers le haut des catégories qui ne correspond pas à la société dans sa globalité. En hiver par exemple, chaque téléspectateur visionne la météo des neiges. Mais savez-vous que seulement 8 % des Français partent aux sports d’hiver une fois tous les deux ans ? Ou encore qu’un cinquième des pensions alimentaires n’est pas versé ? Ça, c’est la réalité. Et c’est un grand malheur que ces chiffres et données ne soient pas clairement évoqués.

@qui! - Vous rencontrez jeudi le public bordelais. Quels thèmes forts avez-vous l’intention d’aborder ?

L.M - À force de s’exprimer à tort et à travers sur la pauvreté, on perd la notion de la réalité, et peu de faits réels sont évoqués finalement. Du coup, les pouvoirs publics, les médias et même les classes aisées perdent en crédibilité du côté des classes moyennes et pauvres qui sont elles-mêmes discréditées lorsqu’elles sont présentées en possession d’écran plat ou partant au ski (sic) !

Il faut revenir à la réalité, décrire les différentes formes de pauvreté et dans différents endroits. À titre d’exemple, avec 2000 euros pour quatre personnes, le train de vie n’est pas le même en ville qu’à la campagne. Il faut penser la pauvreté comme un système global d’inégalité. En effet, sans richesse, pas de pauvreté. La preuve ? Ce sont toujours les mêmes qui deviennent pauvres. Chiffres et analyses à l’appui.

 

Conférence des Bruits de la rue « Précarité : derrière les chiffres, quelle réalité ? » avec Louis Maurin, l’un des fondateurs de l'Observatoire des inégalités jeudi 21 février 2013 à 19 heures dans l’amphithéâtre Pitres, faculté Bordeaux Ségalen, place de la Victoire à Bordeaux. À noter que les portes seront fermées après 19 h 30.

--> Retrouvez les Bruits de la Rue sur Facebook et sur Twitter.

Claire Sémavoine
Par Claire Sémavoine

Crédit Photo : Jeanne Bonini

Partager sur Facebook
Vu par vous
2423
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !