Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Précarité énergétique : l'Insee Aquitaine tient les comptes

17/04/2015 | Selon des données de l'Insee Aquitaine datant de 2008 ressorties dans une étude publiée jeudi, 300 000 ménages sont concernés par la précarité énergétique en Aquitaine

300 000 ménages aquitains seraient fragilisés par le coût de l'énergie, selon l'INSEE Aquitaine

La "vulnérabilité énergétique", cette forme de précarité toucherait pas moins de 300 000 ménages Aquitains, qui consacreraient soit plus de 8% de leur budget pour le chauffage ou l'eau chaude sanitaire, soit plus de 4,5% pour le carburant. C'est la quatrième région métropolitaine la moins touchée par cette vulnérabilité, mais avec tout de même de fortes disparités entre les territoires. Dans une analyse publiée en avril et se servant de données collectées en 2008, l'Insee Aquitaine révèle notamment une distance domicile-travail supérieur à la moyenne française... Décryptage.

Après le coup de projecteur de l'Ademe et du CREAQ sur la précarité énergétique, c'est au tour de l'Insee de publier une étude ce jeudi 16 avril sur la fragilisation des ménages aquitains face au coût de l'énergie. Ainsi, dans cette étude qui s'inspire de données collectées en 2008 par l'Insee, on apprend qu'un ménage sur cinq serait vulnérable énergétiquement. Selon la définition du bureau d'études, un ménage est dit vulnérable s'il consomme plus de 8% de son budget pour le chaufface et l'eau chaude (soit 117 euros) ou plus de 4,5% (plus de 65 euros) pour le carburant. Bilan : 300 000 ménages touchés dans la région, soit 21% contre 22% pour la moyenne nationale. Le tout avec quelques spécificités notables. 

Des disparités entre les territoiresLa première, c'est celle concernant les déplacements : 175 000 ménages seraient vulnérables, soit 12,5% des ménages, un pourcentage supérieur à la moyenne métropolitaine de 10%. Le tout avec des disparités plus ou moins notables entre les départements : le pourcentage remonte à 19% en Dordogne, 17% dans les Landes ou encore 13% en Lot-et-Garonne. En moyenne, on dépenserait 660 euros par an en Aquitaine pour le carburant, et 1060 euros pour les ménages ayant des déplacements domicile-travail, en sachant que l'éloignement des pôles d'emplois est un facteur important de cette mobilité précarisée. Les jeunes, les agriculteurs, les ouvriers et les bas revenus en général et les personnes seules sont les plus vulnérables.

Pourtant, 158 000 ménages seraient vulnérables au niveau de leur logement, soit 11% contre 15% pour la moyenne nationale, là encore avec des disparités importantes entre les territoires. Des chiffres qui s'expliquent par le fait que les logements anciens sont évidemment plus énergivores que les neufs. Or, en Aquitaine, 58% des logements ont été construits avant 1974. Dans le détail là aussi ces tendances se confirment : 37% en Dordogne, 36% en Lot-et-Garonne, 30% en Aquitaine concernant les logements anciens. Plus alarmant mais non moins logique, cette tendance va s'accroître lors du passage à la future grande région, passant ainsi à 630 000 logements en situation de précarité énergétique, soit 25%. De même, si la hausse des prix de l'énergie venait à augmenter de 30%, ce serait 93 000 ménages supplémentaires qui y seraient confrontés. En revanche, si la consommation baissait de 23%, c'est 58 000 ménages qui sortiraient de cette situation. 

Structurer les politiquesPhilippe Roubieu, directeur adjoint de la Dreal Aquitaine (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement), affirme que ces deux facteurs (habitat et déplacements) sont essentiels pour la stratégie des politiques publiques : "ça trouve écho avec trois piliers du développement durable que sont l'enjeu environnemental, notamment ceux autour de la transition énergétique, l'enjeu social pour le pouvoir d'achat et enfin l'enjeu économique puisque toutes les politiques publiques autour de ces thèmes sont facteur d'emplois", précise le responsable. "En Aquitaine, on constate quand même une vraie dynamique, et des actions de la part des collectivités locales. Entre 2013 et 2014, on a d'ailleurs constaté une progression des dossiers de l'ANAH (Agence Nationale de l'Habitat) : il y a eu 1962 dossiers déposés par des propriétaires occupants en situation de précarité énergétique, soit plus de 70% de plus. En 2014, le budget consacré à la rénovation des bâtiments par l'ANAH et l'Etat a été de 31 millions d'euros. De même, 70 millions d'euros ont été consacrés au renforcement des aides au logement" (grâce notamment au crédit d'impôt prolongé jusqu'en 2016 et l'éco prêt à taux zéro). 

L'Etat a également institué des délégations de compétences aux collectivités qui le souhaitent concernant "l'aide à la pierre" dans le domaine de l'habitat (subventions). Ces délégations sont présentes dans 6 collectivités en Aquitaine dont la Gironde, alors que le Conseil général de la Dordogne distribue ces aides et que le Lot-et-Garonne est en discussion pour intégrer le processus en 2016. Dans ce cadre, une convention est signée avec l'Etat, qui comprend des objectifs précis. "L'intérêt de ces dispositifs, c'est que les collectivités sont évidemment plus proches du terrain. Le plus souvent, elles définissent des aides plutôt sur leur propre budget, et abondent quand elles recoivent des aides de l'ANAH. Mais l'Etat a besoin des initiatives des collectivités. Il faut agir dans un premier temps sur l'offre de logements et de services, avoir des projets de territoires cohérents qui peuvent structurer et influer sur la vulnérabilité énergétique de demain", conclue Philippe Roubieu. En attendant, l'Aquitaine fait également partie d'un autre palmarès : avec 867 000 tonnes par an, c'est la cinquième région de France la plus émétrice de CO2. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
1349
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !