aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Précarité énergétique : où en est-on en Aquitaine?

15/04/2015 | L'Ademe Aquitaine a déjà en tête une multitude de projets et de partenaires pour lutter plus efficacement contre ce phénomène qui s'emplifie.

Au niveau national, ce chiffre grimpe à plus de 7 millions

Selon la dernière étude de l'Insee (datant de 2008), l'Aquitaine comptait 279 000 ménages en situation de "précarité énergétique" (phénomène d'auto-restriction compris), soit 20% des ménages contre une moyenne nationale de 25%. L'Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) Aquitaine a déjà prévu un plan d'actions pour lutter plus efficacement contre ce problème, qui n'est pas spécifique à l'hiver contrairement aux idées reçues.

Depuis la loi Besson de 1990, la précarité énergétique est reconnue comme étant "la difficulté à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat". Autrement dit, si vous avez du mal à vous chauffez, que les factures sont trop salées pour vous ou que vous utilisez moins d'énergie pour payer moins cher, vous êtes en situation de précarité énergétique. En France, ce serait plus de 7 millions de ménages qui seraient concernés. Depuis la loi sur la transition énergétique et lutte contre la précarité énergétique, plusieurs objectifs ont été mis en place, dont un plan pour la rénovation énergétique de 500 000 logements d'ici à 2017 (dont au moins la moitié occupée par des ménages à revenus modestes), la création d'un chèque énergie ou encore l'obligation de rénovation énergétique des logements lors des mutations à partir de... 2030 et "sous réserves d'outils financiers adéquats"...

Cette précarité, Nathalie Duviella, chef de projet au CREAQ (Centre Régional d'Eco-énergie d'AQuitaine) la constate régulièrement, puisque l'organisme accompagne les particuliers à plusieurs niveaux. "Premièrement, la compréhension de ce qui est consommé dans le logement via l’analyse des factures des consommations et l’accompagnement des personnes jusqu’au compteur puisque bien souvent, elles ne connaissent rien", affirme la responsable. "Deuxièmement, on travaille sur la réappropriation des logements et du confort. Quand c’est possible, on se rend dans les domiciles avec du matériel économe en eau et en énergie et on s’adapte à la situation, on laisse aux occupants ce qu’il nous semble pertinent de laisser comme des multiprises, un collecteur pour supprimer les veilles, des lampes basse consommation, des bas de portes, ect. Enfin, on fait des liens via d’autres partenaires comme l’Adile, la CHS ou simplement de la médiation avec les propriétaires bailleurs".

Quant au profil type, "Les personnes en situation de précarité énergétique sont en revanche plutôt isolées, et elles ne le ressentent pas comme tel. Elles éprouvent par contre des difficultés à payer leurs factures alors qu’elles ont froid. Le froid est d’ailleurs un gros souci puisque quand nous avons effectué des visites hors du centre urbain du département, on a constaté qu’un ménage sur deux se chauffait à 14-15 degrés maximum. Quand on parle de ces problèmes, il y a évidemment le côté "combien je payes" mais il y a aussi le "combien je ne payes pas" et "combien je devrais payer pour être chauffé décemment". Chaque problème est différent, mais les réponses apportées par les organismes officiels sont bien souvent inadaptées.

Un profil type ? C'est à ce problème qu'a été confrontée Camille Bassaler, une habitante du centre-ville de Bordeaux au RSA. "Ca a commencé avec du moisi aux fenêtres. L'agence n'a pas voulu intervenir, elle m'a même clairement fait comprendre que c'était de ma faute", résume la locataire. "J'ai contacté Allo Energie (une ligne téléphonique et un service lancé par le CREAQ et la ville de Bordeaux qui se présente comme un accompagnement personnalisé face aux problèmes énergétiques à domicile) qui m'a dit qu'il y avait des dysfonctionnement, notamment au niveau de la boiserie, du double vitrage défectueux. De là je suis passée par de multiples intermédiaires comme le service d'hygiène de la ville, mon agence immobilière. Par la suite, le bailleur m'a envoyé une lettre en me disant qu'il y aurait d'important travaux de sécurité à effectuer et que mon bail ne serait pas renouveler, alors qu'on venait de relouer un studio juste à côté... J'ai contacté un avocat après avoir reçu une lettre m'intimant de quitter les lieux. On voit que ce genre de dispositifs n'est pas connu, et quand on a pas beaucoup de moyens, on hésite à s'en servir".

Un dilemne que connaît bien Véronique Bernard, chargée de mission « Précarité énergétique et évolution des métiers » à l’Ademe Aquitaine : "Pour les locataires, c’est toujours plus difficile car il faut convaincre le bailleur. Cette dame était toute seule car elle n’était pas dans un grand logement. Souvent, les collectifs se font dans de grands ensembles. Le locataire qui habite dans un immeuble comme celui là, il est seul. Après, on voit que les gens ne sont pas assez informés. L’Adil, qui renseigne autant les propriétaires que les locataires, constate que l’information n’est pas suffisante. On a mis en place depuis plus de 15 ans les « Espace Info Energie », mais les gens qui bénéficient de ce dispositif sont plutôt des propriétaires ou des gens qui ont les moyens, donc il y a des lacunes. Sur les gens plutôt pauvres, beaucoup ne se manifestent pas, ils se replient souvent sur eux mêmes. Il faut donc multiplier les dispositifs pour toucher le maximum de personnes. Il y a des choses qui existent, mais on ne va pas souvent au bout", déplore-t-elle.

Des initiatives multiplesPourtant, des projets sont en cours en Aquitaine. Dans un plan d'action concret, l'Ademe a prévu de "soutenir et de contribuer au Réseau Préca Energie", créer un module de sensibilisation des nouveaux élus (notamment au niveau du Conseil départemental, garant du budget consacré à la précarité énergétique, qu'il appelle d'ailleurs poétiquement la "lutte contre l'habitat indigne), réalisation d'un petit film qui valoriserait les actions locales, récupération de matériaux de construction et équipement avant mise au rebus par les entreprises du bâtiment et les distributeurs ou encore la mise en place d'opérations d'auto-réhabilitations accompagnées. Autre idée qui n'est encore qu'à l'Etat de projet : l'intervention de la mutualité chez les particuliers pour un diagnostic qui ferait le lien entre la précarité et la santé (allergies dues aux moisissures, ect.) et prendrait contact avec un médecin généraliste pour une ordonnance personnalisé en fonction des cas et des situations. Elle pourrait voir le jour avant la fin de l'année 2015.  

L'Aquitaine pourrait aussi prendre exemple sur ce qui se fait ailleurs. Récemment, une start-up américaine, "Gridmates", a lancé un site collaboratif qui permet à des particuliers de donner un peu de leur électricité pour rééquilibrer la balance. Au Royaume-Uni, des praticiens peuvent désormais délivrer des certificats permettant à des patients dont la maladie est liée au logement de réaliser des travaux chez eux. Ce problème concerne d'autant plus la région que la précarité énergétique a tendance à fortement s'accentuer dans les communes rurales, qui ont moins de moyens pour s'armer des dispositifs préventifs. L'Insee devrait se pencher sur ce phénomène et apporter des données plus récentes (qui correspondent au nouveau recensement démographique) dans les prochains jours. En attendant, sur les 7 millions de ménages français en situation de précarité énergétique, 3,8 millions seraient toujours en situation d'impayés. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : photo libre.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
608
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !