Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Premières journées régionales de la médecine réparatrice : mettre en contact industriels et professionnels

13/01/2019 | SimLife, un simulateur chirurgical, a été présenté en préambule des premières journées régionales de la médecine réparatrice.

Le simulateur SimLife a été présenté en préambule des premières journées régionales de la médecine réparatrice.

Les journées de la médecine réparatrice étaient organisées ces 8 et 9 janvier à la faculté de médecine de Poitiers par l’université de Poitiers et la région Nouvelle-Aquitaine. Cette spécialité chirurgicale regroupe l’ensemble des interventions qui consistent à réparer diverses lésions du corps humain. Pendant deux jours, conférences, tables rondes, débats, ateliers de travail étaient programmés. Une manifestation qui en appelle d’autres dans ce domaine qui évolue sans cesse. Ces journées étaient également l’occasion de faire découvrir des nouveautés médicales, que ce soit SimLife (un modèle de simulation chirurgicale) ou le projet HEMO2life qui a été testé lors de 60 greffes de rein cette année, notamment au CHU de Poitiers.

En préambule des premières journées régionales, Françoise Jeanson, conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine déléguée à la Santé et à la Silver économie, a visité l’ABS Lab de l'université de Poitiers (un laboratoire spécialisé en anatomie, biomécanique et simulation) qui dispense notamment une formation par simulation chirurgicale sur le modèle SimLife. Dans ce bloc opératoire, un peu particulier, composé de plusieurs tables d’opération, des étudiants, en 3e année d’internat de médecine se font la main. Différents scénarii sont programmables pour enseigner aussi bien aux étudiants qu’aux chirurgiens les gestes « justes ». « Pour l’instant, nous avons quatre tables d’opération SimLife à Poitiers et deux à Reims, nous sommes en rupture de stock »  explique Cyril Brèque, directeur général de la société Simedys qui diffuse SimLife au niveau national et international. « On peut créer des situations simples ou complexes, des événements accidentels, ce qui permet de gérer le stress et de voir comment on réagit face à certains événements inattendus » , confie Jean-Pierre Richer, professeur d’université et responsable d’ABS Lab. Au total, ils sont 300 a avoir été formés sur ce simulateur revascularisé et reventilé  depuis 2014.
 
Des corps reventilés
Simlife sert, depuis deux ans maintenant, à l'École francophone du prélèvement multi-organes (EFPMO). Une centaine de médecins a pu s’exercer sur les greffes en conditions réelles en reventilant des corps donnés à la science. « Cela permet aussi que les équipes se comprennent mieux et améliorent les processus lors des opérations » explique le professeur Benoit Barrou, de la Pitié Salpêtrière, fondateur de l’EFPMO.
 
Ces journées sont surtout composées de conférences, de tables rondes, d’ateliers de travail.
Le procédé HEMO2life a été mis à l’honneur. Il s’agit d’une hémoglobine marine extracellulaire. Cette innovation majeure est utile pour la préservation des greffes et la réparation des tissus. Franck Zal, Directeur Général et Directeur scientifique de la société Hemarina, qui a mis au point ce procédé, a pu expliquer ses avancées. Une innovation testée lors de 60 greffes de rein cette année dans plusieurs CHU à Brest, Limoges, Lyon, Paris, Poitiers, et Tours.
 
Quant aux 4 ateliers de travail, ils ont abordé les thématiques suivantes : la formation moderne et évolutive des chirurgiens à l’ère de la simulation et de la robotique ; les implants chirurgicaux, les prothèses, les orthèses, la réparation fonctionnelle et la lutte contre le handicap et la douleur ; la médecine régénérative, ingénierie tissulaire et organoïdes ; les défis de la transplantation d’organes face au manque de greffons, du donneur à la surveillance de la greffe. Ces ateliers apportaient une mise en perspective et permettaient de découvrir les forces régionales dans ces domaines, que ce soient des professeurs d’université, doctorants mais également des entreprises régionales spécialisées dans le secteur. L’occasion donc de faire des rencontres. 
 
De nouveaux rendez-vous
Thierry Hauet, Professeur des Universités-Praticien Hospitalier,  Chef de Service de Biochimie et Coordonateur de la plateforme IBiSA MOPICT et de la Fédération Hospitalo Universitaire organise la coordination scientifique de ces journées régionales. Il semble satisfait et promet que de rendez-vous auront bien lieu. « On a l’intention de tourner. Limoges ou Bordeaux accueilleront sans doute notre prochain rendez-vous. J’ai trouvé très intéressant de pouvoir faire se rencontrer les industriels et le monde académique pour présenter le savoir-faire régional. Puis il y a tant de thématiques à aborder. Le domaine de la médecine réparatrice est vaste. Plusieurs aspects peuvent émerger. » Sachant que la médecine est un domaine sans cesse en évolution.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4637
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !