Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | En marge du procès Bonnemaison : "Cette mort que l’on ne veut pas voir"

13/06/2014 | L’Association pour le droit de mourir dans la dignité ne fait pas partie du comité de soutien du Dr Bonnemaison. Mais elle le considère comme la victime d’une loi mal faite

Le Dr Bonnemaison à son arrivée au palais de justice de Pau. L'ADMD souhaite qu'il soit acquitté

« Je ne suis pas un militant de l’euthanasie » dit le Dr Nicolas Bonnemaison, accusé d’avoir empoisonné sept de ses patients à l’unité d’hospitalisation de courte durée de Bayonne, et jugé en ce moment par la cour d’assises des Pyrénées-Atlantiques. Un procès qu’André Weiss, le délégué départemental de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité, suit avec attention. Parce qu’il souhaite la légalisation de l’euthanasie et du suicide assisté, celui-ci ne fait pas partie du comité de soutien à l’urgentiste basque. Mais il considère l'accusé comme la victime d'une loi "mal faite"

Dans les Pyrénées-Atlantiques, 750 personnes adhèrent à leur association,  assurent André Weiss et son épouse Colette, déléguée adjointe. «  Certaines personnes nous contactent en pensant qu’on a la pilule qui les fera moins souffrir. Il faut leur expliquer que ce que veut l’ADMD, c’est une loi. Et que l’on ne peut rien faire, si ce n’est les informer sur les possibilités qui leur sont offertes. »

Le suicide en Suisse pour 10 000 eurosC’est ce qui s’est passé en 2010 lorsqu’André et Colette Weiss ont mis en contact une sexagénaire du Pays basque intérieur avec l’association Dignitas qui pratique le suicide assisté à Zurich. « Cette dame avait eu plusieurs cancers. Elle souffrait en permanence depuis 32 ans, allongée sur un lit, avec une jambe quatre fois plus grosse que l’autre, un bras paralysé et un autre qui allait l’être. Son neurologue lui avait dit qu’il ne pouvait rien faire de plus que ce qu’il faisait".

La Suisse interdit l’euthanasie, mais elle permet le suicide assisté, après établissement d’un dossier validé par des experts médicaux et dans des conditions de contrôle très rigoureuses, expliquent André et Colette Weiss. « Il faut également que ce soit le malade qui fasse le geste, en étant capable par exemple de bouger un bras, un doigt, pour activer un appareillage. « La dame avait été accompagnée par deux membres de sa famille. Sans cela, elle aurait pu rester encore 20 ans sur son lit, à souffrir. »

Une Paloise atteinte d’une polyarthrite invalidante a également fait le déplacement à Zurich. « Elle aussi souffrait beaucoup et voyait arriver le moment où elle serait complètement paralysée. » Mais, comme pour l’autre personne, cette démarche avait eu un coût. Près de 10 000 euros avaient dû être versés à l’association suisse.

« C’est le patient qui doit décider »« Ces deux cas n’étaient que des pis allers. Car tout le monde ne peut pas y avoir accès », estiment les Weiss. En France, la question est réglée : de telles pratiques sont interdites. Les représentants de l’ADMD n’en évoquent pas moins « le taux de suicide assez élevé » de personnes âgées que l’on connaît dans notre pays. Tout comme ils rappellent que ce que l’on désigne comme une souffrance insupportable peut aussi être d’ordre moral.

Certes, reconnaissent-ils, des dispositifs règlementaires existent chez nous pour accompagner la fin de vie. « La loi Leonetti a apporté des choses positives, par exemple sur les directives anticipées. Un texte rédigé par les personnes souhaitant que l’on limite ou arrête les traitements qu’elles vont recevoir, si leurs facultés se dégradent de manière irréversible. Encore fallait-il faire connaître cette loi ! Dans le cas de l’affaire Vincent Lambert, l’absence de directives a eu des résultats catastrophiques, avec un traitement que l’on arrête, puis que l’on reprend. »

De plus, les directives anticipées ne sont pas opposables à la décision du médecin, qui reste seul juge en la matière. « Alors que cela devrait être le patient qui décide » estiment les membres de l’ADMD. Tout en se faisant fort de dénoncer « l’hypocrisie » qui prévaut dans un pays où l’on estime qu’environ 3 000 à 5 000 actes d’euthanasie sont pratiqués chaque année, en silence, par les médecins.

André et Colette Weiss représentent l'ADMD dans les Pyrénées-Atlantiques

Des demandes inscrites sur la carte Vitale ?Fin 2012, la réflexion suscitée par le rapport Sicard, puis par la Conférence des citoyens sur la fin de vie, ont fait avancer le débat, reconnaissent-ils. Mais l’ADMD souhaite que l’on aille plus loin. C’est la raison pour laquelle cette association a rédigé une proposition de loi visant à légaliser l’euthanasie et le suicide assisté. Le texte présenté par l’ADMD prévoit notamment d’inscrire les directives anticipées sur la carte Vitale des assurés sociaux. Directives que le médecin devrait respecter. Car, si elles sont révocables à tout instant, elles demeureraient « valables, sans condition de durée ».

Le projet demande aussi un accès universel aux soins palliatifs destinés, selon la loi, à « soulager la douleur, apaiser la souffrance physique, sauvegarder la dignité de la personne malade, et à soutenir son entourage. » Ce dernier souhait ne relève pas du détail. « Car les structures qui pratiquent ces accompagnements sont encore très loin de répondre aux besoins, constatent eux-mêmes leurs responsables. »

A l’étranger aussiLe débat n’est pas propre à la France. Loin s’en faut. « Début juin, le Parlement du Québec a voté une loi sur la fin de vie. Quelques jours plus tard, le gouvernement israélien a approuvé un projet de loi, qui reste à débattre, sur le suicide médicalement assisté. Et la Grande Bretagne s’apprête à en faire de même ».

« Le mot euthanasie fait peur car on n’en connaît pas le sens exact » conclut  André Weiss. « Pour beaucoup, cela réfère à une période terrible de notre Histoire. Mais il nous renvoie surtout à notre propre mort. C’est-à-dire à un événement auquel on ne veut pas penser. Il faut pourtant appeler les choses par leur nom. »

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1431
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !