Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Quand les "bios "d'Aquitaine demeurent sur leur faim

02/12/2008 |

Les bio d'Aquitaine

A entendre les responsables des organisations d'agriculture biologique d'Aquitaine à l'issue de la première conférence régionale organisée à la demande du ministère de l'Agriculture sur le thème du développement de cette forme de production, on aurait pu faire l'économie d'une telle réunion. Selon eux, le représentant de l'Etat, en l'occurrence le DRAF (Directeur Régional de l'Agriculture et de la Forêt), n'avait rien à dire, et il n'a rien dit, du moins de concret. L'heure était donc à la déception, si ce n'est au découragement

Une déception d'autant plus grande que le ministre et le gouvernement ont annoncé, dans le cadre du Grenelle de l'Environnement, voici plus d'un an "un plan bio" qui devait permettre de multiplier les surfaces de production par trois d'ici 2012, et le ministre donnait, le 8 octobre dernier, le coup d'envoi des assises nationales de l'agriculture biologique. Selon le gouvernement des mesures ont été déjà prises, telles que la "mobilisation de l'enseignement agricole" (en Aquitaine, le lycée agricole de Sabres, dans les Landes, passe au bio), ou encore "la recherche, la structuration des filières, ou l'implication de la restauration collective".

"Un grand flou"
Des mesures qui, au fond, ne coûtent pas très cher à un Etat sans moyens. Le seul volet financier concret apparaît dans le cadre de la loi de finances 2009 avec une enveloppe de 12 millions d'euros sur trois ans dans le cadre des mesures agroenvironnementales dont il reste à voir comment l'agriculture bio pourra en bénéficier. Cette disposition est assortie du déplafonnement des aides dont peuvent bénéficier les exploitations en conversion (passage du conventionnel au bio). Le président de Bio d'Aquitaine, Dominique Leconte, remarque cependant que cette mesure bénéficiera aux exploitations les plus grosses puisqu'il n'y pas de plafonnement à l'hectare. Or, la surface moyenne dans la région n'est que de 32 ha. A la sortie de cette conférence, les responsables des producteurs bios ne semblaient pas avoir trouvé un grand réconfort auprès de leurs interlocuteurs alors qu'ils en avaient espéré du concret pour sortir l'agriculture bio de sa confidentialité, c'est-à-dire des aides. Voici quelques extraits de leurs commentaires. "C'est un grand flou, alors que nous attendions des dispositions apportant un accompagnement permettant de passer à la conversion." Et encore:"il faut multiplier par trois les surfaces d'ici 2012, mais aucun moyen n'est donné!". Et encore:" Nous sommes très déçus par les réponses peu concrètes à nos questions posées. Nous craignons qu'elles n'existent pas. On a étalé des ambitions pour la bio, mais à côté de cela, il n'y a pas de moyens". Domique Leconte remarque, de plus, que la production bio n'est toujours pas une option dans le "parcours" d'installation des jeunes agriculteurs. Il faudra donc faire vite dans la dernière ligne droite pour avoir multiplié les surfaces par trois d'ici 2012....Bio d'Aquitaine s'appuiera donc une fois de plus sur la Région Aquitaine qui aide déja largementl a filière.

Des pesticides dans le vin
Se pose par ailleurs la question du sérieux du label bio. Un point qui ne semble pas avoir été débattu dans le cadre de la conférence. Mais nombreux sont ceux qui ne se satisfont pas de la nouvelle règlementation européenne, plus laxiste, et songent à créer une nouvelle marque. Une information diffusée par l'agence Canal Com (Bordeaux) révèle que des traces de pesticides ont été trouvées dans des vins bios, ce qui confirme les interrogations autour des contrôles. Des résidus ont été relevés dans le cadre d'analyses effectuées par le laboratoire Excell, pour le compte de l'organisation de défense des consommateurs "Tests-Achats", dans quatre de 17 vins dits "biologiques". Test-Achat s'interroge dans son magazine de décembre sur la fiabilité du label bio et sur le fonctionnement des organismes de certification. Des résidus ont également été découverts dans huit des 17 vins traditionnels testés. Les limites maximales retenues pour les raisins ne sont pas, toutefois, dépassées pour des deux catégories de vins.

Gilbert Garrouty

Partager sur Facebook
Vu par vous
287
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
PierrOt | 15/12/2008

Le producteur bio ne travaille pas dans une bulle. Il est soumis aux pluies, aux vents et aux pollutions antérieures qui peuvent séjourner pour des périodes très longues dans les sols. Il est tenu à une obligation de moyens. Moyens contrôlées par des organismes agréés par l'Etat. De plus le développement des technologies abaisse les seuils de détection ce qui est une bonne chose. On en est maintenant au microgramme (un millième de milligramme), peut être bientôt au nanogramme. Dans ces conditions on trouve toujours quelque chose. Il faut édicter des limites claires pour tous : conventionnels et bio car le zéro n'existe hélas pas (et n'a jamais existé d'ailleurs).

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !