aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/05/16 : Alerte rouge pour le Biarritz Olympique: quand son voisin l'Aviron joue pour la montée, la DNACG, chargée du contrôle de gestion des clubs a décidé de rétrograder Narbonne, Bourgoin et Biarritz en Fédérale. Le club ferait appel face à ce coup fatal.

26/05/16 : Ce matin, prologue à la manifestation de protestation contre la loi El Khomri, une centaine de militants de la CGT ont bloqué le port de Bayonne avant de rejoindre la manifestation pour asphyxier le rond point Saint- Léon, axe stratégique de la ville

24/05/16 : Concerts, spectacles de danse, bal sévillan et toro de fuego figurent, entre autres animations, au programme du festival Flamenco y feria qui se déroulera à Pau du vendredi 24 au dimanche 26 juin+ d'info

21/05/16 : Avec la commune d'Amorots, canton Pays de Bidache, le cap des 100 (sur 158) favorables à l'établissement public de coopération intercommunale unique du Pays basque, EPCI,(contre 33), a été franchi.Le préfet Durand peut en préparer l'arrêté le 31 mai.

17/05/16 : Après, s'être installé à l'hôtel Regina de Biarritz,les dix-sept joueurs en stage de l'équipe de Didier Deschamps sont allés s'oxygéner à Anglet, sa ville voisine, dans la foret de Chiberta où ils ont effectué une virée de une heure à VTT.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/05/16 | Chômage ALPC: + 0,4% en avril , France:-0,6%

    Lire

    En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A s'établit à 301 961: +0,4 %/mars (+1 329 ) (- 0,4 % sur 3 mois et + 0,1 % sur un an). France métropolitaine:- 0,6 %/mars - 1,2 % sur trois mois et de 0,6 % sur un an. En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, en avril 2016, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A augmente de 0,4 % pour les moins de 25 ans (–0,2 % sur 3 mois et –6,7 % sur un an), de 0,5 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans (–0,6 % sur 3 mois et –0,3 % sur un an) et de 0,3 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus (–0,1 % sur 3 mois et +5,8 % sur un an).

  • 25/05/16 | Le Ceser de la Région ALPC : oui mais au budget

    Lire

    Le CESER d'ALPC tout en approuvant le projet de budget considère comme essentiel que le Conseil régional conserve son rôle d’animateur du développement économique et social sur son territoire, en maintenant son action auprès du secteur associatif dans les domaines culturels et sportifs. Par ailleurs, "le CESER attire l’attention sur l’annonce par la Région d’une baisse structurelle des dépenses de fonctionnement. Cette stratégie aura des conséquences sur les politiques économiques, sociales et environnementales alors que les dépenses d’intervention sont souvent créatrices de richesse et d’emploi."

  • 25/05/16 | Un prix pour développer la langue occitane

    Lire

    L'Office Public de la Langue Occitane lance le Prix Jan Moreu sur l’innovation linguistique. Celui-ci récompense un projet exemplaire et innovant en termes d'actions, de produits ou services sur le thème de la transmission ou de l’utilisation de la langue occitane (événementiel, produit numérique, action de sollicitation ou sensibilisation de la population, outil pédagogique etc.)La candidature est ouverte aux personnes morales ou physiques majeures. Ce prix est doté d'une récompense pouvant aller jusqu'à 5 000 €. Renseignements sur ofici.occitan@gmail.com

  • 25/05/16 | Le moustique tigre surveillé dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Une surveillance du moustique tigre a été mise en place jusqu'au 30 novembre dans les Pyrénées-Atlantiques qui sont classées au niveau 1 du plan national anti-dissémination des virus du chikungunya, de la dengue et du Zika. Ce niveau signifie que le moustique Aedes albopictus est implanté et actif dans le département. Le plan d'action mis en place par les pouvoirs publics comprend une veille citoyenne permettant à chacun de signaler la présence de ce moustique sur www.signalement-moustique.fr , ainsi qu'une surveillance entomologique et épidémiologique.

  • 25/05/16 | Feu vert pour la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax

    Lire

    La section travaux publics du Conseil d'État a donné ce mercredi son feu vert pour le projet de LGV entre Bordeaux, Toulouse et Dax. Le Secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies, a assuré que le projet allait être déclaré d'utilité publique avant le 8 juin prochain. Plusieurs études seront nécessaires avant que le chantier, qui est pour l'instant estimé à plus de 9 milliards d'euros (360 kilomètres de ligne nouvelle), ne démarre officiellement, pas avant 2020.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | "Quand les journalistes acceptent de la boucler" ou les différents visages de l'autocensure

19/10/2013 | Composante à part entière de la censure, l'autocensure reste pourtant souvent difficile à définir. Les Tribunes de la presse ont proposé un premier éclairage sur ce thème

Conférences tribunes de la presse du 18octobre 2013: "Quand les journalistes décident de la boucler"

Amira Hass, journaliste au quotidien israëlien Haaretz, Karim Boukhari, ancien directeur l'hebdomadaire marocain Tel Quel, Ammar Abd Rabbo, photo journaliste franco-syrien et John R. MacArthur, directeur du Magazine américain Harper's Magazine . Voilà les 4 invités accueillis ce vendredi en fin d'après midi sur le plateau de la grande salle Vitez du Tnba. Quatre invités, pour quatre parcours et contextes professionnels différents mais qui pourtant ont tous en commun l'expérience de l'autocensure, la leur et/ou celles de collègues. «Quand les journalistes acceptent de la boucler», tel était l'intitulé choc de cette conférence.

Amira Hass, journaliste de confession juive qui travaille et habite dans les territoires palestiniens occupés, écrit , raconte et critique, les agissements du gouvernement israélien sur les territoires palestiniens. Elle parle dans ses articles de «nettoyage ethnique», d'«apartheid», de «restrictions de droits», de «ségrégation», autant de termes que les autres journaux israéliens n'utilisent pas. Selon elles, ils ne les emploient pas car « ces autres médias israëliens respectent le volonté des israéliens d'ignorer toutes ces actions». Une autocensure qui l'afflige, d'autant plus qu' «en Israël la liberté d'expression est totale» souligne la journaliste qui assure ne subir aucune pression de la part des autorités israëliennes quant à ses écrits. Un comportement de déni généralisé qui en devient donc d'autant plus «inadmissible et lâche» pour elle.
Pour Karim Boukhari, au Maroc c'est le tabou social,intégré aux organismes de presse qui est le moteur de l'autocensure des journalistes sur un certain nombre de sujets. La religion, le sexe, Israël, sont autant de sujets que la population n'accepte pas de retrouver dans les colonnes de leurs journaux. Donc, consciemment ou non, nombre de journaux ne les évoquent pas. Quant à ceux qui le font c'est toujours précédé «d'un grand moment d'hésitation», précise l'ancien rédacteur en chef de Tel quel. Evoquer ces sujets ouvertement c'est risquer d'être attaqué et calomnié par la population et les autres médias.

L'autocensure ou le "bon sens"?Pour le photo journaliste Ammar Abd Rabbo, l'auto censure, il reconnaît se l'appliquer quant à la diffusion d'images particulièrement choquantes qui ne contiendraient pas en elle même d'informations supplémentaires à ce qui est déjà su. «Je ne diffuse pas de photos, sur lesquels apparaissent par exemple des enfants qui à cause de bombardements, auraient perdu une jambe, ou tête..» Le même a pourtant diffusé, juste après le 11 septembre, des scènes de liesse de palestiniens. «Dans le camp de Cisjordanie où je me trouvais, c'est une minuscule minorité des personnes, 30 peut être, qui s'est livrée à des démonstrations de joie. Malgré les conseils de deux autres photojournalistes, j'ai diffusé ces images». Un choix qu'il dit désormais regretter. «Beaucoup d'américains ont été très choqués après les attentats par ces photos». Mais avec ce témoignage et d'autres, comme la non divulgation de l'identité d'une source ou le secret gardé sur des prises d'otages, est-on toujours dans l'autocensure? Ou est-ce «le bon sens», «le cas de conscience» qui dicte la rétention d'informations du journaliste?
L'autocensure serait motivée par la peur, justifiée ou fantasmée du journaliste, d'être atteint dans son intégrité physique ou professionnelle, quand le cas de conscience se justifierait par la crainte pour autrui et donc son désir de protection. C'est ce que considère l'américain de la bande, John R MacArthur, qui a plusieurs reprises a insisté sur la dimension très égocentrique, voire carriériste, de l'autocensure. Pour autant, l'un est il une meilleure «justification» au silence que l'autre ou les journalistes doivent-ils réellement tout dire? En d'autres termes une éloge de la censure est elle possible? C'est le sujet d'une conférence organisée ce samedi 19 octobre.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
253
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !