18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Quel sort pour les Sahraouis qui demandent l'asile à Bordeaux ?

24/06/2014 | Une cinquantaine de Sahraouis vivent dans des conditions déplorables dans des wagons désaffectés près de la gare de Bordeaux

Cinquante Sahraouis vivent dans des wagons désaffectés à Bordeaux

C'est une situation particulière. A deux pas de la gare et du nouveau quartier qui se construit, une cinquantaine de Sahraouis vit dans des wagons abandonnés, rongés par la rouille, au milieu des herbes folles. Il n'y a que des hommes. Ils ont fui les camps de leur pays et sont arrivés un par un, par bateau et bus pour demander l'asile à la France. La situation de leur pays est complexe. Depuis quarante ans, le Sahara occidental est le théâtre d'un conflit entre le Maroc, convaincu de sa souveraineté, et de l'Algérie qui a apporté son soutien au Front Polisario, constitué d'indépendantistes.

Qu'est-ce qui a pu pousser ces Saharouis à fuir leur pays et quitter leurs femmes et enfants ? "Chez nous, il n'y a aucun espoir. On vit dans des camps de réfugiés. On n'a pas de travail et on n'a même pas accès à l'eau potable", raconte Chejamed. Depuis le retrait des colons espagnols, en 1975, le Maroc a conquis la majeure partie de ce territoire, alors que le Front Polisario, soutenu par l'Algérie en réclame l’indépendance. Les violations des droits de l'homme sont nombreuses. La Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) vient d'ailleurs de condamner les multiples violations des droits de l’homme commises par le Maroc contre les populations sahraouies. La résolution exhorte les parties au conflit (le Front Polisario et le Maroc) à poursuivre les négociations en vue de parvenir à une solution politique, juste, durable et mutuellement acceptable, permettant l’autodétermination du peuple du Sahara occidental. La situation est enlisée et c’est précisément ce que dénonce un documentaire sorti le 30 avril en France : "Enfants des Nuages", produit par l’acteur espagnol Javier Bardem, qui a pris fait et cause pour les Sahraouis. Un film, qui a provoqué une certaine tension entre Paris et Rabat... C'est dire si le sujet est sensible. 

La communauté internationale appelée à agir pour améliorer le sort des SahraouisEn France, ces Sahraouis espèrent obtenir le droit d'asile. Mais, ils attendent désespérement une réponse de l'OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) depuis plusieurs mois et doivent vivre avec seulement 300 euros par mois, qui correspondent à l'allocation temporaire d'attente délivrée par l'Etat. Problème, celle-ci risque d'être négative

Une enquête en coursMais, le préfet de Gironde, Michel Delpuech soupçonne un "détournement du droit d'asile". Leur cas est complexe. "Sarhaoui n’est pas une nationalité. Ils peuvent être marocains, algériens, mauritaniens, espagnols…", rappelle le préfet. Et, peu d'entre eux sont des militants de mouvements politiques. Or, l'OFPRA est stricte sur ses critères pour délivrer l'asile politique. En fait, "ce qui est en jeu dans ce dossier, c’est le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes", avance Me Pierre Landete, l’avocat de Chejamed, l'un des Sahraouis, et fondateur de l’Institut de défense des étrangers à Bordeaux. Quelques uns ont déjà reçus des avis négatifs de l'OFPRA et sont désormais expulsables... Or, pour la plupart, à l'image de Chejamed, "il est impensable de retourner dans les camps de réfugiés". De son côté, Michel Delpuech se dit préoccupé par toutes ces demandes d'asile, qui ont doublé ces cinq dernières années en France. "Cela nous met ensuite en difficulté sur les dispositifs d’hébergement d’urgence", regrette le préfet. 

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : NC

Partager sur Facebook
Vu par vous
3466
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Ahmed Salem | 19/03/2015

Bonjour, Je demande aux journalistes et autorités français la plus grande vigilance. Cela pourrait être tout simplement une manipulation de la part de certaines ONGs travaillant pour le compte de l'algérie en France pour propager les thèses algériennes sur la question du Sahara Occidental. Il faut bien poser le problème :

1. Quel est le passport de ces ressortissants d'origine sahraouie? le pays délivreur des passeports est celui en mesure de parler des cas des uns et des autres.

2. Si le pays délivreur du passeport est le Maroc. Cela voudrait dire que ces sahraouis viennent de la région du Sahara Occidental au sud du Maroc et ne peuvent en aucun cas être persécutés (ou occupés comme ils prétendent) puisqu'ils ont eu accès au passeport et à un visa! Ce serait donc une nouvelle manœuvre orchestrée/récupérée par l'algérie en France pour créer le buzz. Si vous vérifiez bien, vous trouverez que les agents de l'ambassade d'Algérie ne sont pas loin ainsi que Mr. Mansour, représentant algérien, puisqu'il porte un passeport diplomatique algérien, du Front Polisario en France.

3. Si le pays délivreur de passeports est l'Algérie. Cela signifie que ces sahraouis viennent d'Algérie, des camps de Tindouf. Ils ne peuvent en aucun prétendre être persécutés par le Maroc puisqu'ils ne vivent pas dans la région du Sahara Occidental au sud du Maroc mais en algérie. La persécution serait plutôt algérienne puisqu'ils sont séquestrées dans des campements de fortune en algérie depuis 1976.

4. Si le pays délivreur de passeports est la Mauritanie, cela ressemble davantage à une supercherie puisque tous les sahraouis vivant au sud du Maroc disposent d'un passeport marocain. Donc vigilance SVP et cherchez l'origine du passeport et les conditions de leurs venues en France. Il ne faut pas qu'ils fassent preuve d'opportunisme politique lié au conflit artificiel du Sahara Occidental pour avoir un passeport européen.

Et de grâce, ne cédez pas à la pression des ONGs pro-algériennes défendant le séparatisme au Sahara Occidental. Ce serait une voie royale pour la venue de plusieurs autres "sahraouies prétendument persécutés" en France.

L'Espagne ne marche plus dans "la pseudo-victimisation de certains sahraouis prétendument persécutés", ils se rabattent sur la France.

Bonne réception

Ahmed Salem Amr Khaddad
Sahraoui unioniste - Activiste Internet

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !