Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/02/19 : Quelques 2 à 3.000 personnes à Saint Vincent de Cosse en bord de Dordogne ce samedi en présence de nombreux maires et du président du département pour soutenir le contournement de Beynac dont les travaux sont suspendus après l'arrêt du Conseil d'Etat

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

14/02/19 : Virginie Calmels a fait part de son retrait de la vie politique lors d'une réunion de la majorité municipale bordelaise ce jeudi 14 évrier et devrait renoncer à son mandat municipal concomitamment avec Alain Juppé début mars.

13/02/19 : Les artistes Benjamin Biolay et Melvil Poupaud se retrouvent sur la scène du théâtre Ducourneau d'Agen, vendredi 15 février à 20 h 30 pour présenter leur Songbook idéal.

13/02/19 : Contre la Réforme des lycées, les établissements de la Rive Droite se mobilisent, le jeudi 14 février, à 17h30. Depuis le lycée Elie Faure, direction les Iris puis le lycée Mauriac pour un rassemblement place Stalingrad.

13/02/19 : Le jeudi 21 février, O2 Radio organise une émission spéciale "Grand Débat National" en direct de 19h à 21h sur 91.3FM ou Facebook. L'émission s'articulera autour de trois thèmes : Fiscalité et dépenses publiques, Institutions et Transition écologique.

13/02/19 : A cause des manifestations le samedi, l'Opéra National de Bordeaux modifie l'accueil de la compagnie de danse « Nederlands Dans Theater ». Ainsi, la représentation initialement programmée le samedi 23 fév. 20 h est avancée au mercredi 20 fév 20 h.

12/02/19 : Le maire de Poitiers, Alain Claeys accueillera le 12 février à 18h15 les étudiants européens du programme Erasmus. Ils seront reçus à l'hôtel de ville, dans le cadre de leur séjour dont le thème est "Migration in Europe".

12/02/19 : La rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4 pour travaux de maintenance et entretien dans les nuits du 13 au 14 février de 21h à 6h et du 14 au 15 février de 21h à 6h.

12/02/19 : Le collectif "Ensemble pour le climat La Rochelle" organise une nouvelle après-midi de sensibilisation sur le thème de la citoyenneté et du vivre ensemble le dimanche 17 février. Le rdv est donné à 14h30 à la plage de la concurrence pour une marche.

11/02/19 : "France-Maghreb : renforcer l'économie sociale et solidaire, élus et entrepreneurs unis", tel est le thème de la 16° convention « Europe-Afrique du Nord » qui aura lieu les 15 et 16 février Halle des Douves à Bordeaux. www.france-northafrica.com

07/02/19 : Pierre Camani (psdt du 47) à propos de sa rencontre ce jour, avec Jun Kuroda, cadre dirigeant de Taisho, repreneur d’UPSA : " Taisho veut véritablement investir dans l’entreprise agenaise en diversifiant et développant ses activités commerciales."

07/02/19 : Le chef Philippe Etchebest va ouvrir d'ici la fin de l'année 2019 un nouveau restaurant à Bordeaux dans le quartier des Chartrons. Comme au Quatrième Mur, la carte sera divisée en deux : une cuisine "populaire" et une plus haut-de-gamme.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/02/19 | Landes : le Département refuse la carte scolaire

    Lire

    Le Comité Départemental de l'Éducation Nationale (CDEN) se tenait le 15 février à la Préfecture des Landes. Malgré les résultats positifs du partenariat entre la Région et le CDEN pour les transports, le Conseil départemental des Landes refuse de mettre en place la carte scolaire. Xavier Fortinon a dénoncé l'évolution de cette dernière, qui "fragilise l'équilibre du territoire". Le Président du Conseil départemental maintient toutefois la gratuité des transports scolaires.

  • 16/02/19 | La mort de Gérard Vandenbroucke

    Lire

    Réaction d'Alain Rousset après la mort de Gérard Vandenbroucke, 1° vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine : « De maire à président du Conseil régional du Limousin et de Limoges Métropole, il a offert sa vie à l'action publique et aux services des autres. À mes côtés, il fut un homme digne, amoureux de son territoire qu'il défendait avec conviction et passion. Je retiens aussi qu'il aimait rire, sourire et réfléchir. Preuve en est avec son salon du dessin de presse et d'humour à Saint-Just Le Martel dont il était si fier. Courageux, chaleureux, accessible, ardent défenseur de la liberté de la presse, tel était Gérard.»

  • 16/02/19 | Gilets Jaunes : la Région intervient

    Lire

    Un geste financier pour les commerçants. Dans un communiqué du 15 février, la Région annonce avoir débloqué une enveloppe de 2 millions d'euros à destinations des commerçants et artisans victime du mouvement des Gilets Jaunes. Le montant de l'aide sera compris entre 2.000 et 10.000 euros. D'après le Conseil régional, "les entreprises éligibles à ce soutien exceptionnel devront avoir constaté une baisse de leur exploitation d'au moins 30% par rapport aux années précédentes".

  • 15/02/19 | Royan : imaginez la plage du futur !

    Lire

    La Communauté d'Agglomération Royan Atlantique (CARA) organise un concours d'artistes amateurs. Ce dernier a pour thème "ma plage en 2040" et s'inscrit dans le cadre du plan plage territorial de l'agglomération. Toutes les formes d'art sont acceptées, du dessin à la sculpture en passant par la vidéo. La CARA souhaite prendre en compte la vision des citoyens dans sa politique d'aménagement du territoire. Les candidatures d'artistes sont à envoyer pour le 3 mai au siège de la collectivité.

  • 15/02/19 | Rénovation de la Cité administrative d'Agen

    Lire

    Le plan de rénovation énergétique des bâtiments de 2018 prévoit la rénovation des cités administratives à l’échelle nationale pour 1 milliard d’euros sur 5 ans. Les objectifs prioritaires de cette rénovation sont l’amélioration de la performance énergétique et la réduction des dépenses de fonctionnement. Le dossier de la Cité administrative de Lot-et-Garonne a donc obtenu la labellisation lors de la Conférence nationale de l’immobilier de l’État qui s'est tenue le 6 décembre dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Quel sort pour les Sahraouis qui demandent l'asile à Bordeaux ?

24/06/2014 | Une cinquantaine de Sahraouis vivent dans des conditions déplorables dans des wagons désaffectés près de la gare de Bordeaux

Cinquante Sahraouis vivent dans des wagons désaffectés à Bordeaux

C'est une situation particulière. A deux pas de la gare et du nouveau quartier qui se construit, une cinquantaine de Sahraouis vit dans des wagons abandonnés, rongés par la rouille, au milieu des herbes folles. Il n'y a que des hommes. Ils ont fui les camps de leur pays et sont arrivés un par un, par bateau et bus pour demander l'asile à la France. La situation de leur pays est complexe. Depuis quarante ans, le Sahara occidental est le théâtre d'un conflit entre le Maroc, convaincu de sa souveraineté, et de l'Algérie qui a apporté son soutien au Front Polisario, constitué d'indépendantistes.

Qu'est-ce qui a pu pousser ces Saharouis à fuir leur pays et quitter leurs femmes et enfants ? "Chez nous, il n'y a aucun espoir. On vit dans des camps de réfugiés. On n'a pas de travail et on n'a même pas accès à l'eau potable", raconte Chejamed. Depuis le retrait des colons espagnols, en 1975, le Maroc a conquis la majeure partie de ce territoire, alors que le Front Polisario, soutenu par l'Algérie en réclame l’indépendance. Les violations des droits de l'homme sont nombreuses. La Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) vient d'ailleurs de condamner les multiples violations des droits de l’homme commises par le Maroc contre les populations sahraouies. La résolution exhorte les parties au conflit (le Front Polisario et le Maroc) à poursuivre les négociations en vue de parvenir à une solution politique, juste, durable et mutuellement acceptable, permettant l’autodétermination du peuple du Sahara occidental. La situation est enlisée et c’est précisément ce que dénonce un documentaire sorti le 30 avril en France : "Enfants des Nuages", produit par l’acteur espagnol Javier Bardem, qui a pris fait et cause pour les Sahraouis. Un film, qui a provoqué une certaine tension entre Paris et Rabat... C'est dire si le sujet est sensible. 

La communauté internationale appelée à agir pour améliorer le sort des SahraouisEn France, ces Sahraouis espèrent obtenir le droit d'asile. Mais, ils attendent désespérement une réponse de l'OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) depuis plusieurs mois et doivent vivre avec seulement 300 euros par mois, qui correspondent à l'allocation temporaire d'attente délivrée par l'Etat. Problème, celle-ci risque d'être négative

Une enquête en coursMais, le préfet de Gironde, Michel Delpuech soupçonne un "détournement du droit d'asile". Leur cas est complexe. "Sarhaoui n’est pas une nationalité. Ils peuvent être marocains, algériens, mauritaniens, espagnols…", rappelle le préfet. Et, peu d'entre eux sont des militants de mouvements politiques. Or, l'OFPRA est stricte sur ses critères pour délivrer l'asile politique. En fait, "ce qui est en jeu dans ce dossier, c’est le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes", avance Me Pierre Landete, l’avocat de Chejamed, l'un des Sahraouis, et fondateur de l’Institut de défense des étrangers à Bordeaux. Quelques uns ont déjà reçus des avis négatifs de l'OFPRA et sont désormais expulsables... Or, pour la plupart, à l'image de Chejamed, "il est impensable de retourner dans les camps de réfugiés". De son côté, Michel Delpuech se dit préoccupé par toutes ces demandes d'asile, qui ont doublé ces cinq dernières années en France. "Cela nous met ensuite en difficulté sur les dispositifs d’hébergement d’urgence", regrette le préfet. 

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : NC

Partager sur Facebook
Vu par vous
4882
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Ahmed Salem | 19/03/2015

Bonjour, Je demande aux journalistes et autorités français la plus grande vigilance. Cela pourrait être tout simplement une manipulation de la part de certaines ONGs travaillant pour le compte de l'algérie en France pour propager les thèses algériennes sur la question du Sahara Occidental. Il faut bien poser le problème :

1. Quel est le passport de ces ressortissants d'origine sahraouie? le pays délivreur des passeports est celui en mesure de parler des cas des uns et des autres.

2. Si le pays délivreur du passeport est le Maroc. Cela voudrait dire que ces sahraouis viennent de la région du Sahara Occidental au sud du Maroc et ne peuvent en aucun cas être persécutés (ou occupés comme ils prétendent) puisqu'ils ont eu accès au passeport et à un visa! Ce serait donc une nouvelle manœuvre orchestrée/récupérée par l'algérie en France pour créer le buzz. Si vous vérifiez bien, vous trouverez que les agents de l'ambassade d'Algérie ne sont pas loin ainsi que Mr. Mansour, représentant algérien, puisqu'il porte un passeport diplomatique algérien, du Front Polisario en France.

3. Si le pays délivreur de passeports est l'Algérie. Cela signifie que ces sahraouis viennent d'Algérie, des camps de Tindouf. Ils ne peuvent en aucun prétendre être persécutés par le Maroc puisqu'ils ne vivent pas dans la région du Sahara Occidental au sud du Maroc mais en algérie. La persécution serait plutôt algérienne puisqu'ils sont séquestrées dans des campements de fortune en algérie depuis 1976.

4. Si le pays délivreur de passeports est la Mauritanie, cela ressemble davantage à une supercherie puisque tous les sahraouis vivant au sud du Maroc disposent d'un passeport marocain. Donc vigilance SVP et cherchez l'origine du passeport et les conditions de leurs venues en France. Il ne faut pas qu'ils fassent preuve d'opportunisme politique lié au conflit artificiel du Sahara Occidental pour avoir un passeport européen.

Et de grâce, ne cédez pas à la pression des ONGs pro-algériennes défendant le séparatisme au Sahara Occidental. Ce serait une voie royale pour la venue de plusieurs autres "sahraouies prétendument persécutés" en France.

L'Espagne ne marche plus dans "la pseudo-victimisation de certains sahraouis prétendument persécutés", ils se rabattent sur la France.

Bonne réception

Ahmed Salem Amr Khaddad
Sahraoui unioniste - Activiste Internet

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !