18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Quel nom pour la région? A Bègles, Aquitaine en tête

20/04/2016 | Si le site internet dédié au futur nom de la grande région comptabilise environ 33 000 suggestions, les réunions publiques organisées à travers l'ALPC dans ce but n'attirent pas les foules...

Isabelle Boudineau et Anne-Marie Cocula,à Bègles, lors de la réunion sur le futur nom de la grande région

Mardi soir à Bègles, dans la salle (méconnue...) Louis Blériot, seule une petite quinzaine de participants, dont un certain nombre d’élus (et de journalistes) avaient répondu à l’invitation de la région pour échanger sur le futur nom de l’ALPC. Jusqu’à fin mai, 12 réunions dans chacun des 12 départements viennent en effet compléter le dispositif mis en place à la recherche de ce Graal nominatif. Un dispositif, qui, outre le site internet participatif créé depuis le 5 mai 2015 afin de recueillir les suggestions des internautes, compte également un groupe de travail composé de 22 membres, 11 élus et 11 experts, présidés par Anne-Marie Cocula, historienne, et ancienne vice-présidente de la Région Aquitaine, également en charge de l’animation des réunions citoyennes.

Avant de laisser place aux échanges proprement dits et aux suggestions des participants quant à la future dénomination de la Région ALPC, Anne-Marie Cocula, rappelle quelques enjeux, issus des réflexions du groupe de travail, et des premiers échanges citoyens, pour que le baptême régional soit réussi.
D’abord, ce nom doit être une véritable « marque » à l’international ou à tout le moins au niveau européen. Car, en effet, « il ne s’agit pas d’un simple arbitrage franco-français » qui ne concernerait qu’Aquitains, Limousins et Picto-Charentais. Le futur nom de la Région doit permettre de contribuer à son rayonnement au niveau au moins européen. Mais bien sûr à l’autre bout, « il faut aussi, insiste Anne-Marie Cocula, que ce nom ait un sens pour tous les habitants ». Le tout en veillant à ce que ce nom, ou celui que les habitants auront à porter ne puisse tourner au dénigrement.

Être significatif au niveau de l’EuropePour les noms à tendance géographique (sud ouest, sud ouest atlantique ou grand sud-ouest), ils peuvent doublement être éliminés, car, « il existe déjà une marque Sud ouest, développée entre les ex-Aquitaines et Midi-Pyrénées, et au niveau européen ils ne sont pas significatifs ». Le Portugal pourrait en effet, davantage y prétendre... Un point de vue partagé par Isabelle Boudineau, Vice présidente du Conseil régional en charge des relations européennes, coanimatrice de la soirée. De même choisir un nom dérivé de la présence de l’Atlantique, c’est faire peu de cas de sept départements sur douze qui n’ont pas de côte littorale...
Autre option qui ne pourra pas convenir selon Anne-Marie Cocula, les noms qui jouent sur les syllabes ou initiales des anciennes régions : « ils posent problème pour apprivoiser le nom, l’appliquer aux habitants, et ne sont pas forcément porteurs d’un grand rayonnement », qu’il s’agisse d’ALPC ou du potache APOIL.
Autre remarque issue des six réunions organisées précédemment dans la grande région : « il y a une différence d’appréciation forte entre les 5 départements de l’ex-Aquitaine, et les 7 autres. Ceux-ci globalement peuvent accepter de ne plus être Limousin et Poitou-Charentes, ils reconnaissent même le terme Aquitaine, mais pour autant ils considèrent qu’il faut que leur arrivée produise tout de même un changement dans le nom... »

Eaux douces et indépendances en connivenceQuels sont les éléments alors, qui rassemblent ces trois régions devenues une seule ? Ils sont au moins de deux ordres : si le littoral n’est pas commun, ce grand quart sud-ouest de la France, est partout baigné par les eaux douces, fleuves et rivières. « C’est ce qui a fait la richesse de notre grande région, dont le développement a été fortement lié au commerce par voie fluviale, jusqu’à l’arrivée de la voie ferrée au 19e siècle », précise l’historienne. C’est de là d’ailleurs que l’Aqui-taine, terre des eaux, tient son nom.
Autre élément fort de connivence, l’Aquitaine Anglo-gasconne, recouvrait en effet ce périmètre, mais plus que cela, « le Roi d’Angleterre qui était lui-même un vassal du Roi de France, a eu à cœur de s’ancrer sur ce territoire par la création de villes de privilège, indépendantes et autonomes, jusqu’à leur reconquête par le Roi de France »... mais dont l’esprit d’autonomie, revêche à l’idée de toute centralisation du pouvoir, a perduré, à travers notamment la position décentralisatrice des Girondins contre les Montagnards durant la Révolution.
Autant d’éléments qui amènent Anne-Marie Cocula elle-même à considérer, que « l’erreur, ça a été d’appeler Aquitaine, les 5 départements... ». Un regret sur lequel il est un peu tard pour revenir.

Depuis la salle, la préférence va bien aussi clairement à Aquitaine, mais rappelant les enjeux posés en début de réunion, la présidente du groupe de travail souligne que « le nom tel quel ne peut convenir au Limousin et Poitou-Charentes, dont un certain nombre, au cours des réunions ont pu exprimer des craintes vis-à-vis de Bordeaux, la ville qui dévore ; le terme “annexion” a même été prononcé en Poitou-Charentes. Alors “Aquitaine”, pourquoi pas, mais avec quelques nuances », souligne-t-elle. Autre suggestion de la salle : Alienor, « mais là le risque de dénigrement est fort. Comment s’appelleraient les habitants ? Les aliénés...? »
À ceux qui suggèrent Gascogne, comme a pu le faire un temps le Président de la Région, l’historienne est intraitable, « ça ne couvre que le Sud de la Garonne ! »

Se rattraper sur le logo...?Sur le site internet participatif aussi, c’est l’Aquitaine et ses dérivés qui suscitent le plus d’engouement, pour près de 40 % des internautes, les 2/3 soutenant Aquitaine. Aquitania et aquitanie, obtenant tout de même aussi un pourcentage assez large... Vient ensuite la référence à l’Atlantique pour environ 25 % des contributions, 15 % pour Sud-Ouest, et 8 % rejoignent la proposition Aliénor, le reste des propositions diverses et variées témoignant de la créativité, et de l’humour parfois, des internautes.

Une chose est sûre en tout cas, s’il paraît difficile de satisfaire tout le monde, il faudra pouvoir se rattraper sur le logo de la grande région, ont souligné les participants à la réunion.

Au total, concède Anne-Marie Cocula, « ce n’est pas une chose facile, mais passionnante ». Sur la suite de la procédure, les réunions départementales s’organisent encore jusqu’au 10 mai et le site participatif sera fermé après le 5 mai. Autant de contributions réelles et virtuelles qui seront prises en compte dans un rapport qui reprendra également les observations du groupe de travail. Ce rapport se conclura par un nom que le Président de la Région soumettra au vote des conseillers régionaux le 20 juin prochain, 10 jours avant la date limite imposée par la loi pour baptiser les nouvelles régions, le 10 juillet.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5803
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !