aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

24/05/16 : Concerts, spectacles de danse, bal sévillan et toro de fuego figurent, entre autres animations, au programme du festival Flamenco y feria qui se déroulera à Pau du vendredi 24 au dimanche 26 juin+ d'info

21/05/16 : Avec la commune d'Amorots, canton Pays de Bidache, le cap des 100 (sur 158) favorables à l'établissement public de coopération intercommunale unique du Pays basque, EPCI,(contre 33), a été franchi.Le préfet Durand peut en préparer l'arrêté le 31 mai.

17/05/16 : Après, s'être installé à l'hôtel Regina de Biarritz,les dix-sept joueurs en stage de l'équipe de Didier Deschamps sont allés s'oxygéner à Anglet, sa ville voisine, dans la foret de Chiberta où ils ont effectué une virée de une heure à VTT.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/05/16 | Chômage ALPC: + 0,4% en avril , France:-0,6%

    Lire

    En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A s'établit à 301 961: +0,4 %/mars (+1 329 ) (- 0,4 % sur 3 mois et + 0,1 % sur un an). France métropolitaine:- 0,6 %/mars - 1,2 % sur trois mois et de 0,6 % sur un an. En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, en avril 2016, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A augmente de 0,4 % pour les moins de 25 ans (–0,2 % sur 3 mois et –6,7 % sur un an), de 0,5 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans (–0,6 % sur 3 mois et –0,3 % sur un an) et de 0,3 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus (–0,1 % sur 3 mois et +5,8 % sur un an).

  • 25/05/16 | Le Ceser de la Région ALPC : oui mais au budget

    Lire

    Le CESER d'ALPC tout en approuvant le projet de budget considère comme essentiel que le Conseil régional conserve son rôle d’animateur du développement économique et social sur son territoire, en maintenant son action auprès du secteur associatif dans les domaines culturels et sportifs. Par ailleurs, "le CESER attire l’attention sur l’annonce par la Région d’une baisse structurelle des dépenses de fonctionnement. Cette stratégie aura des conséquences sur les politiques économiques, sociales et environnementales alors que les dépenses d’intervention sont souvent créatrices de richesse et d’emploi."

  • 25/05/16 | Un prix pour développer la langue occitane

    Lire

    L'Office Public de la Langue Occitane lance le Prix Jan Moreu sur l’innovation linguistique. Celui-ci récompense un projet exemplaire et innovant en termes d'actions, de produits ou services sur le thème de la transmission ou de l’utilisation de la langue occitane (événementiel, produit numérique, action de sollicitation ou sensibilisation de la population, outil pédagogique etc.)La candidature est ouverte aux personnes morales ou physiques majeures. Ce prix est doté d'une récompense pouvant aller jusqu'à 5 000 €. Renseignements sur ofici.occitan@gmail.com

  • 25/05/16 | Le moustique tigre surveillé dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Une surveillance du moustique tigre a été mise en place jusqu'au 30 novembre dans les Pyrénées-Atlantiques qui sont classées au niveau 1 du plan national anti-dissémination des virus du chikungunya, de la dengue et du Zika. Ce niveau signifie que le moustique Aedes albopictus est implanté et actif dans le département. Le plan d'action mis en place par les pouvoirs publics comprend une veille citoyenne permettant à chacun de signaler la présence de ce moustique sur www.signalement-moustique.fr , ainsi qu'une surveillance entomologique et épidémiologique.

  • 25/05/16 | Feu vert pour la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax

    Lire

    La section travaux publics du Conseil d'État a donné ce mercredi son feu vert pour le projet de LGV entre Bordeaux, Toulouse et Dax. Le Secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies, a assuré que le projet allait être déclaré d'utilité publique avant le 8 juin prochain. Plusieurs études seront nécessaires avant que le chantier, qui est pour l'instant estimé à plus de 9 milliards d'euros (360 kilomètres de ligne nouvelle), ne démarre officiellement, pas avant 2020.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | R3: le nouveau réseau de traitement des encombrants initié par les bailleurs sociaux de la CUB

04/02/2014 | Le 30 janvier dernier, se sont tenues à Bordeaux les 4èmes Rencontres de l'innovation sociale organisées par le Fonds pour l'Innovation Sociale (FIS). Focus sur un projet lauréat.

Les premiers encombrants arrivés sur le site R3, quai de Brazza à Bordeaux

Le Fonds pour l'innovation Sociale (FIS)a été créé par la Fédération des Entreprise Sociales pour l'Habitat afin de soutenir les projets alliant innovation, solidarité et meilleure qualité de vie pour les habitants des quartiers d'habitat social. Avec pour thème «Economie circulaire et développement durable», la rencontre du 30 janvier a également été l'occasion de présenter sur le terrain, le projet lauréat 2013 du FIS: R3 (lire R cube), "Réseau de Réemploi des deux Rives" permettant la collecte et le traitement des encombrants par le recyclage et réemploi.

Si le 30 janvier a été le temps de la discussion et de l'échange entre les participants aux 4èmes rencontres de l'innovation sociale, la veille, le mercredi 29 janvier, était consacré à des visites de terrain sur les sites des projets aquitains lauréats du FIS ces dernières années.

L'occasion plus particulièrement de se rendre sur la rive droite de Bordeaux, quai de Brazza, où se monte le projet R3, plate-forme de recyclage et de valorisation des encombrants, sur le modèle de la Ressourcerie de Cenon. Mais les ambitions en volume sont ici bien plus importantes. Comme le souligne David Seys chef de projet pour Domofrance, «passer de la Ressourcerie au projet R3, c'est aller du micro projet vers un projet industriel du réemploi des déchets».

Entre 7 et 9 emplois créésEt pour cause, trois régies de quartier, Lormont, Cenon et Bacalan sont mobilisées autour de ce projet initié par le bailleur social Domofrance et mis en route ces jours-ci. L'idée est de proposer aux bailleurs, syndicats de propriétaires, entreprises et collectivités locales un modèle viable et pérène du traitement des encombrants.
Dans la pratique, R3 collectera quotidiennement des encombrants de toute nature dans des zones de stockage, ou «zones tampon» organisées par les bailleurs sociaux ou directement chez les habitants des trois quartiers concernés.
Une fois collectés, les déchets seront apportés au local situé quai de Brazza, où une équipe s'appliquera à faire le tri entre déchets recyclables, déchets pouvant être réemployés et déchets finaux. Le local abritera donc deux espaces de production: un pour la revalorisation et la réparation, l'autre pour le démantèlement. Une fois les objets revalorisés, ils partiront pour une seconde vie, grâce à un réseau de boutiques et de dépôts-ventes partenaires. Et le terme d'économie circulaire, prend là toute sa dimension... D'ici à 3 ans, ce sont entre 7 et 9 emplois qui devraient être créés sur le site de R3.
Concernant les matériaux non réemployables ni recyclables, ils seront transportés en déchetterie.

Les prémices d'un «Pôle d'économie sociale et solidaire»Comme le souligne Frédéric Petit, chargé de développement de l'association qui gère le projet en attendant la constitution d'une société coopérative d'intérêt collectif, «R3 permet à la fois de diminuer la pollution visuelle, et donc d'apporter une meilleure qualité de vie dans ces quartiers, mais aussi de mettre en œuvre, dans le même temps, un accompagnement des habitants pour une meilleure gestion de leurs déchets encombrants en limitant les dépôts sauvages». Un projet qui a vocation à s'étendre et à se développer fortement au fil des années. En partenariat étroit avec sa proche voisine, la société Elise, spécialisée dans le recyclage des déchets de bureau, ce sont les prémices d'un «Pôle d'économie sociale et solidaire» qui sont en train de se mettre en place sur la rive droite de la Garonne. Telle est en tous cas l'ambition des différents partenaires.
Un maillage de recycleries sur l'agglomération également soutenu par la Cub, comme en témoignait la présence de Clément Rossignol, vice président de la CUB en charge de l'Economie Sociale et Solidaire ce 29 janvier. C'est d'ailleurs «la forte mise en synergie de nombreux acteurs autour de ce projet qui a convaincu le FIS», confie Valérie Fournier, sa Présidente. Un esprit collaboratif pour un projet exemplaire d'économie circulaire, que le FIS a récompensé par une dotation de 60 000€.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
817
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !