Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/05/20 : La crise sanitaire est passée par là: la Commission et sa présidente Mme Von der Leyen annoncent un plan de relance de 750 milliards empruntés sur les marchés pour renforcer le budget de l'Union.Préalable: obtenir l'accord des 27 pour ce New Deal "fédéral

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/05/20 | Des esturgeons exotiques dans le Bassin d'Arcachon

    Lire

    Avec le débordement de cours d'eau du Sud Gironde les 10 et 11 mai 2020, des piscicultures dans les bassins du Ciron et de la Leyre ont été inondées laissant échapper des esturgeons sibériens et des esturgeons du Danube. Si l’espèce sibérienne pourrait a priori survivre sans se reproduire, les esturgeons sibériens emportés dans le Bassin d’Arcachon ne supportent pas la salinité des eaux. Ces deux espèces ne doivent pas être confondus avec l’esturgeon européen, protégé en voie de disparition. La prefecture demande donc aux pêcheurs de relâcher vivants tous les esturgeons qui seraient pris, quelle que soit l’espèce.

  • 30/05/20 | Dordogne : une hausse 24,2 % du nombre de demandeurs d'emploi en avril

    Lire

    La Dordogne voit son nombre de chômeurs s'envoler au mois d'avril. Pôle emploi a enregistré une hausse des inscrits en catégorie A, c'est à dire sans aucune activité, de 24,2 % en avril par rapport à mars 2020. En Nouvelle-Aquitaine, elle est de 27,4 %. C'est plus qu'au niveau national : cette hausse historique est de +22,6 %. Cela porte à 25 170 le nombre de personnes sans aucune activité en Dordogne. Le nombre d'inscrits en catégorie B et C (activité réduite) enregistre une forte baisse.

  • 30/05/20 | Plus de 48 000 salariés périgourdins en activité partielle

    Lire

    En Dordogne, 7390 entreprises ont établi une demande de chômage partielle, ce qui concerne 48 572 salariés actuellement. 1045 entreprises ont demandé des reports de charges fiscales, cela correspond à un montant de 9,4 millions d'euros. 14 487 entreprises ont sollicité le fonds de solidarité, cela représente une somme globale de 24,2 millions d'euros. Sur ces demandeurs, 64 % sont des entreprises individuelles et 24 % sont des SARL.

  • 30/05/20 | Bordeaux Métropole : des mesures pour le tourisme

    Lire

    Bordeaux Métropole vient d'adopter 11 mesures (550 000€) pour soutenir la filière tourisme, parmi lesquelles le financement (à 50%) du déficit d'exploitation "à venir" de l'Office de Tourisme et d'une campagne de promotion de la "destination Bordeaux", une réduction du prix du stationnement dans certains parkings souterrains pour les clients des hôtels, un délai de reversement de la taxe de séjour (dont la redevance passe de 2,5 à 5%) pour les hébergeurs ou l'exonération de "tout ou partie" des redevances d'occupation des pontons pour le tourisme fluvial.

  • 30/05/20 | Fonds d'urgence : 2154 dossiers pour Bordeaux métropole

    Lire

    Ce vendredi, dans un point consacré à l'économie, Bordeaux Métropole a précisé que 2154 dossiers avaient été traités dans le cadre de son fonds d'urgence (15,2 millions d'euros) aux entreprises de 1 à 5 salariés, pour un montant total distribué de 4,313 millions d'euros. Ils l'ont été principalement à des entreprises de services (39%), des cafés/hôtels et restaurants (30%) et des commerces (20%). L'essentiel de ces dossiers (1107) a été déposé par des entreprises bordelaises. Les entreprises peuvent encore déposer une demande d'aide jusqu'au 30 juin.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Réforme des retraites : les néo-aquitains poursuivent la mobilisation

18/12/2019 | Selon que le chiffre vient de la police ou des syndicats ce sont entre 615 000 et 1,8 M de manifestants qui se sont mobilisés en France contre la réforme des retraites ce 17 décembre...

manifestation Bordeaux 17/12

En ce 13ème jour de mobilisation interprofessionnelle contre la réforme des retraites, qui marque aussi le 3ème appel à manifestation, le néo-aquitain se sont encore mobilisés. Le projet présenté la semaine passée par le Gouvernement, n'a semble-t-il pas convaincu car outre les syndicats contestataires (CGT, FO, FSU, Solidaires, CFE-CGC), déjà grévistes, les syndicats réformistes (CFDT, CFTC, Unsa) ont appelé eux aussi à descendre dans la rue ce mardi. La logique mathématique aurait donc voulu que cette journée de manifestation soit celle des records absolus de cette mobilisation. Autre argument qui aurait pu plaidé pour une participation particulièrement marquante : la fameuse « convergence des luttes », notamment avec les mobilisations prévues ce même jour pour "la défense de l'hôpital public". Une convergence qui aura eu lieu, mais à des degrés divers. Quant aux syndicats, point d'union sacrée entre eux, les uns (contestataires) plaidant pour le retrait total de la réforme, les autres (réformistes) crispant leur opposition seulement sur certains de ses aspects, dont principalement, celui de « l'âge d'équilibre » ou « pivot » à 64 ans. Dans les cortèges néo-aquitains la scission était le plus souvent assez visible, entre contestataires, en tête du cortège, et réformistes fermant la marche. Au total, le rendez-vous de ce 17 décembre aura certes fortement mobilisé, mais au final dans des proportions souvent équivalente voire moindre que la première démonstration de force du 5 décembre dernier.

Mobilisation en hausse en Gironde
13 000 manifestants selon la préfecture, 60 000 selon l'intersyndicale à l'arrivée du cortège Place de la République à 14h30 à Bordeaux. Si on ne tranchera pas entre les deux : une chose est sûre : la mobilisation bordelaise et girondine de ce mardi 17 décembre était importante, plus encore que le jeudi 12 décembre. Dans les cortèges au début dispersés, on retrouvait des salariés du public comme du privé, notamment du personnel hospitalier, des pompiers et plusieurs regroupements de profs aux côtés d'étudiants, de cheminots ou de dockers du port de Bordeaux. Globalement, le tout s'est déroulé sans heurts, tout juste a-ton compté quelques jets de pierre, un 4x4 accidenté quai Richelieu et un tir de gaz lacrymogène de la part des CRS, sensiblement en retrait par rapport à la démonstration de force du 5 décembre. Comme ailleurs en France, les gilets orange de la CFDT se sont joints aux jaunes et aux rouges de la CGT. Dès 5h30 ce matin, un groupe d'une centaine de grévistes (douanes, Air France, Ford...) a bloqué le rond-point d'accès à l'aéroport de Mérignac, en amont de la manifestation bordelaise. L'université Bordeaux Montaigne s'est retrouvée fermée des suites d'un blocage, tout comme le campus de la Victoire au sein duquel des examens ont été annulés. Niveau transports, la SNCF a précisé la veille que seulement quatre TER sur dix seraient en circulation (4,5 Aller-Retour Bordeaux Paris plus un aller-retour en Ouigo et seulement deux intercités (aller-retour Paris-Limoges-Brives). Enfin, la CGT de RTE (Réseau de Transport d'Électricité) a revendiqué à la mi-journée des coupures d'électricité volontaire dans la nuit de lundi à mardi en Gironde (touchant 50 000 foyers), puis dans la matinée de mardi à Lyon, un "premier avertissement" selon le syndicat. À Bordeaux, CGT Energie Gironde a coupé l'électricité de trois banques et du siège social de CDiscount. En fin d'après-midi, la situation s'est tendue lorsque plusieurs centaines de manifestants se sont dirigé vers la gare Saint-Jean où les forces de l'ordre ont quadrillé à l'espace. En fin d'après-midi, la préfecture annonçait trois interpellations en marge de la manifestation.

Les manifestants à La Rochelle, boulevard Joffre

Les mobilisations en Charente-Maritime
"La justice sociale, c'est mieux que Noël". C'est le genre de slogan que l'on pouvait lire sur les pancartes brandies par les quelque 4900 manifestants (chiffre de la préfecture) qui se sont mobilisés à La Rochelle cet après-midi. Le rendez-vous était donné à la gare à 14h, où militants et adhérents CGT, CFDT, FO, Sud, SNEP-FSU, CFE-CGC et Solidaires se sont retrouvés. Etudiants, personnels hospitaliers, personnels des finances publiques ont notamment rejoints le mouvement.  Le cortège s'est ébranlé vers 14h30. Devant partir officielement du côté de la place du commandant de la Motte-Rouge, le défilé a finalement remonté le boulevard Joffre en direction de la porte Maubec. En dehors de quelques entorses au parcours officiellement déposé en préfecture, la manifestation s'est déroulée sans heurt. Idem à Rochefort où 850 personnes se sont rassemblées dans la matinée; 1800 à Saintes; 80 à Jonzac, selon les services de la préfecture.

Cette troisième journée de mobilisation fut bien suivie à Périgueux

En Dordogne une nouvelle journée de mobilisation bien suivie
Trois manifestations en Dordogne ont eu lieu ce mardi 17 décembre contre la réforme des retraites. Les organisations syndicales CGT, Force ouvrière et Fédération syndicale unitaire ont obtenu le renfort de la CFDT et de l'Unsa (Union nationale des syndicats autonomes°. La première manifestation a démarré ce matin à 10 heures, devant le Palais de justice. Il y avait beaucoup de monde à Périgueux, entre 4000 et 5000 personnes, c'est moins que le 5 décembre mais plus que la semaine dernière. Dans le cortège, on croisait de nombreux enseignants, très mobilisés contre le projet, des salariés du privé, des professionnels du secteur de l'énergie, les partis politiques s'étaient joints au cortège.

La CFDT fermait le cortège périgourdin

Contrairement, aux deux manifestations, précédentes, les organisations syndicales ont apparu davantage séparé. Force ouvrière était en tête du cortège, la CGT en seconde position. Quant à la CFDT, elle était très mobilisée en Dordogne, ce mardi 17 décembre : elle ne revendique pas l'abandon de la réforme, puisque favorable à une retraite à  points mais contre l'âge pivot à 64 ans et la reconnnaissance de la pénibilité dans plusieurs secteurs professionnels. La CFDT fermait le cortège périgourdin. 
A Bergerac, la mobilisation a été forte : ils étaient entre 1500 et 2000 manifestants selon les organisations syndicales réunis devant le palais de justice et 600 à Sarlat. A Bergerac, de nombreux salariés du privé, Polyrey, la Sotec, ont pris part au cortège. 

Manifestation 17 décembre 2019 à Pau contre la réforme des retraites

Pyrénées-Atlantiques: Les manifestants maintiennent la pression
A Pau la mobilisation de ce 17 décembre est revenue peu ou prou au niveau important de celle du 5 décembre dernier (entre 10 000 et 13000 personnes). Un peu moins selon les chiffres des renseignements généraux qui ont compté ce mardi 8000 personnes dans les rues paloises, mais un peu plus selon les syndicats qui scandaient fièrement en fin de manifestation 14 000 participants. Quoi qu'il en soit le cortège, comme le 5 décembre dernier était particulièrement long, et à point fixe les passants ont pu voir défilé des manifestants pendant près d'une 1heure 30 entre le début et la fin du cortège. Il faut dire que l'appel national de la CFDT a été entendu par les syndicalistes locaux, nombreux dans leurs gilets orange de même que ceux de l'UNSA, en bleu. Des syndicats réformistes situés dans la 2ème partie du cortège, laissant au premier rang les syndicats dits contestataires dont FO et la CGT. Quant aux profils des participants, les personnels du secteur de la santé et notamment de l'hôpital de Pau, étaient nombreux de même que ceux de l'Education nationale, à la lecture des banderoles et autres pancartes brandies par les manifestants. Plus globalement le secteur public était une fois encore représenté en nombre, et en variété (pompiers en tenue, agents des finances publiques, fonctionnaires territoriaux dont les agents du Département,... )
A leur côté : salariés des secteurs de l'énergie (EDF, GDF SUEZ, GRDF notamment), des transports, que ce soit transports urbains et cheminots qui cette fois encore, n'avaient pas oublié leurs pétards tonitruants, mais aussi retraités, étudiants et gilets jaunes. Dans le long cortège également, de nombreuses banderoles revendiquaient la présence du secteur industriel local de Tubomeca, à Total en passant par la chocolaterie Lindt et quelques autres. Dans un cheminement identique aux 2 manifestations précédentes, mais pris cette fois en sens inverse, le début du cortège a mis environ deux heures pour réaliser la boucle Place Verdun à Place Verdun en passant par la Mairie (François Bayrou a eu en effet aussi droit à quelques pancartes à son attention...), la Préfecture, le Cours Bosquet, la place de la république...le tout dans une ambiance bon enfant. Une manifestation qui n'était que le premier acte (le plus important) d'une journée de mobilisation, puisque en début d'après-midi rendez-vous était aussi donné devant l'hôpital de Pau ( et d'Oloron) pour manifester en faveur de plus moyens.
Pour ce qui est de la mobilisation interprofessionnelle contre la réforme des retraites un nouveau rendez-vous est donné jeudi 10h30 place Verdun à Pau.

Convergence des luttes au sein de la manifestation paloise où de nombreux salariés de l'hôpital de Pau participaient à la manifestation de ce 17 décembre 2019

Si c'est par une action coup de poing inattendue qu'a démarré, dès 5h30, la journée de mobilisation à Bayonne avec le blocage des 2 entrées du dépôt Chronoplus, la manifestation de la matinée a réuni environ 7000 personnes (les chiffres préfecture et syndicats sont ici relativement proches), soit un beau cortège rappelant celui du 5 décembre, quoique un peu moins fourni. Là aussi CFDT et personnel hospitalier de la côte basque ont rejoint cette mobilisation interprofessionnelle contre la réforme des retraites. Un défilé qui s'est tenu dans le calme, au rytme des slogans, et qui s'est achevé devant l'hôpital de Bayonne, tout un symbole, par une invitation à une nouvelle mobilisation également lancée pour jeudi.

A Agen et Mont-de-Marsan, une moindre mobilisation
A Agen, ils étaient plus de 4 500 à battre le pavé le 5 décembre dernier. Pour cette troisième journée de grève nationale, en ce 17 décembre, entre 2 400 et 3 000 manifestants ont déambulé dans les rues de la capitale lot-et-garonnaise pour crier haut et fort leur mécontentement contre la réforme des retraites. La CFDT était également dans les rangs. Après un rassemblement devant les grilles de la préfecture à 10h, le cortège s’est dirigé vers la gare pour terminer son défilé place du Pin.

A Mont-de-Marsan, même si des conjvois sont arrivé ce matin des 4 coins du département, la mobilisation était moindre dans les rues de la capitale landaise, comparée à celle du 5 décembre dernier. Environ 2000 personnes mobilisées ce matin, contre un plus de 4000 au début du mois. Une mobilisation qui s'est pour autant faite remarquer dans la matinée, par des opérations escargots menées sur les routes du département par les convois venant participer à la manifestation . Avec un départ aux Arènes à midi, une partie du cortège s'est ensuite dirigée vers l'hôpital Layné où un rassemblement était organisé en début d'après-midi.

Manifestion contre la réforme des retraites le 17 décembre 2019 à Limoges

Encore un succès pour la mobilisation limougeode
Après le succès des 2 premiers épisodes, ce troisième appel à manifestation, le premier sous l'impulsion commune de l'ensemble des syndicats, a une fois encore été entendu à Limoges. Selon les syndicats 15.000 personnes étaient présentes dans le cortège, et 6.800 selon le décompte de la police. Une longue déambulation de personnels tant du secteur public et que du secteur privé a ainsi défilé dans le centre ville avec « détail » remarquable à la capitale de la Haute-Vienne une queue de peloton fermée par les sapeurs pompiers, certes à pied mais aussi véhiculés à bord d'une vingtaine de véhicules de secours.

 

Plus de 8 000 manifestants à Poitiers contre la réforme des retraites ce mardi 17 décembre

La Vienne davantage mobilisée par rapport à la semaine passée

Plus de monde dans les rues de la Vienne ce mardi 17 décembre que le 10 décembre dernier ; en revanche, les manifestants étaient moins nombreux que le 5 décembre. A Montmorillon, plus d’une centaine de personnes a défilé ce mardi matin. A Châtellerault, elles étaient 1 500. 

La plus forte mobilisation se situait à Poitiers. Les enseignants se sont rassemblés devant le rectorat, dès 7 heures ce matin, contre le nouveau projet de retraite mais aussi contre la réforme du lycée. Le rectorat de Poitiers a recensé dans l’académie 22,7% d’enseignants en grève. Du côté de l’hôpital, on s’est mobilisé aussi. La CGT s’est installée de 10 heures à midi sur le parvis de la tour Jean-Bernard dans une bonne ambiance. « Nous sommes contre la fermeture de lits, on veut plus d’humain et on se bat pour que l’hôpital public aille bien. Pour cela il faudrait un peu plus d’argent » explique Nicolas Boué  secrétaire communication CGT au CHU de Poitiers. Le CHU comptait à 11 heures 15,2% de grévistes. Un peu plus loin devant les bâtiments de la direction du CHU de Poitiers, 200 personnes du collectif inter-hôpitaux ont manifesté de leur côté contre la situation de l’hôpital public. Ils ont lancé un SOS sur la place de l’hôtel de ville qu’ils ont rejoint en début d’après-midi. Une délégation a été reçue par le maire de Poitiers, Alain Claeys.

Le cortège est passé par le quartier de la gare. Plus de 8 000 manifestants à Poitiers contre la réforme des retraites ce mardi 17 décembre.

Le petit cortège CGT du CHU de Poitiers a pris la direction de la promenade des cours. Lieu de départ de la manifestation poitevine. « On combat aussi la réforme des retraites. Vous trouvez normal qu’une aide-soignante aille jusqu‘à 64 ans contre 57 aujourd’hui ? », interroge Karine Rousseau, membre de la CGT du CHU de Poitiers et elle même aide-soignante. Dès midi un barbecue de fortune était installé. Les syndicats se sont rassemblés peu à peu : CGT, CNT, FAPFPT, FO, FSU, Solidaires. Ils demandent le retrait pur et simple de la réforme. « Jean-Paul Delevoye n’est plus là, mais sa réforme est toujours là », est entonné au micro juste avant le départ du cortège. Plus de 8 000 personnes le composait ce mardi 17 décembre (6 500 selon la police et 10 000 selon la CGT). A 14h30, les femmes se sont positionnées en tête, car « ce sont les premières victimes de cette réforme, contrairement à ce qu’à dit Emmanuel Macron », expliquait la syndicaliste au micro. « Nous sommes femmes, nous sommes fières et féministes,  et radicales et en colère », chantent les manifestantes. Dans le défilé, des pancartes aux slogans explicites contre la réforme. Des courts : « Non à la retraite par point ». Des plus travaillés : « La retraite, on la veut meilleure, un point c’est tout ». En queue de cortège, à la marge, la CFDT est venue étoffer les rangs. Même si le syndicat souhaite plus une révision qu’un retrait de la réforme… En tout cas, tous le promettaient, ils ne lâcheront pas la mobilisation tant que la réforme ne sera pas retirée et cela malgré la période de fêtes et de vacances qui approche.

Romain Béteille, Anne-Lise Durif, Claude-Hélène Yvard, Solène Méric, Sybille Rousseau, Julien Privat
Par Romain Béteille, Anne-Lise Durif, Claude-Hélène Yvard, Solène Méric, Sybille Rousseau, Julien Privat

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4449
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 33 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !