Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 02/03/21 | Un tiers-lieu hybride en Charente-Maritime

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir le syndicat mixte Cyclad à Surgères en Charente-Maritime à hauteur de 60 000 euros pour la création d’un tiers-lieu hybride. Ce tiers-lieu a pour objectif de développer les nouvelles formes de travail, de créer des ateliers partagés et d’accompagner la création de nouvelles activités. Sur 1 200 m², le lieu comprendra notamment un atelier bois destiné au prototypage et à la réalisation d’ateliers

  • 02/03/21 | Le 1 000e agent vacciné au Centre hospitalier de la Côte basque

    Lire

    Le 1 000e agent du Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne a été vacciné contre le Covid en début de semaine. Un médecin réanimateur qui est en première ligne face à la prise en charge des patients les plus atteints par cette maladie. La campagne avait débuté le 6 janvier avec le vaccin Pfizer pour les agents de plus de 50 ans, ou présentant un risque accru. Un rythme que l'introduction, le 7 février, du vaccin AstraZeneka a accéléré. A ce jour, en moins de deux mois, au moins un tiers de l'effectif de l'hôpital basque aura reçu une première injection.

  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Réforme des retraites : un mouvement "toujours très suivi" pour le barreau de Bordeaux

30/01/2020 | Le bâtonnier et la vice-bâtonnier du barreau de Bordeaux, Christophe Bayle et Caroline Laveissière, adressaient ce jeudi leurs voeux au monde judiciaire dans un climat tendu.

bâtonniers barreau Bordeaux 2020

On peut parfois dire que le contexte s'y prête. Et parfois, non. Ce jeudi 30 janvier, malgré le désir affiché de formuler des vœux "résolument optimistes" pour le monde judiciaire, les bâtonnier et vice-bâtonnier du barreau de Bordeaux ont évoqué le climat incertain et le mouvement de grève dure chez les avocats, qui en est désormais à sa quatrième semaine. Devant la crainte de la perte d'un régime autonome, ils évoquent un mouvement "toujours très suivi" localement et déroulent un calendrier chargé pour le Conseil National des Barreaux dans les prochains jours. Malgré une grogne qui monte chez les magistrats, les responsables bordelais évoquent un climat local "plutôt bienveillant".

C'est une prise de fonction qui ne se déroule pas dans le plus apaisé des contextes. Après les prise de position tranchées de son prédécesseur Jérôme Dirou sur la réforme de la justice, le nouveau bâtonnier du barreau de Bordeaux Christophe Bayle et la vice bâtonnier Caroline Laveissière adressaient ce jeudi 30 janvier leurs vœux de nouvelle année à l'interprofession judiciaire bordelaise au moment où le climat est toujours tendu au sujet de la réforme des retraites.

Garanties et "passage en force"

Depuis plusieurs semaines, le Conseil National des Barreaux et, par son intermédiaire, de nombreux barreaux en France, ont durci le ton : renvoi des audiences, jets de robes, manifestations devant les marches du TGI… "Globalement, le mouvement est très suivi, la grande majorité des audiences sont reportées, y compris à la cour d'assises. Certains avocats plaident quand même pour des raisons diverses mais objectivement, c'est très suivi", a commenté ce jeudi Christophe Bayle. Principal point de crispation : le bousculement, du fait de l'instauration du régime universel, de la Caisse Nationale des Barreaux Français, un régime autonome dont les réserves représentent deux milliards d'euros. Ils s'opposent également à la promesse d'un montant des cotisations retraites des avocats qui passerait de 14 à 28% pour les avocats gagnant moins de 40 000 euros par an et à une baisse des pensions de 1450 euros à 1000 euros par mois, selon la CNBF. Enfin, la profession craint une paupérisation et tend même le spectre d'une disparition des petits cabinets (un tiers de la profession gagne moins de 30 000 euros par an, là où le revenu médian est à 44 000).

Dans une délibération datant du 25 janvier, le Conseil National des Barreaux, qui a été reçu par le Premier Ministre le 23 janvier à Matignon, reste sur sa faim. "Le Premier ministre a confirmé qu’il maintenait son projet d’intégrer les avocats dans le régime universel et n’a formulé aucune nouvelle proposition. A ce stade, il a signifié qu’il ne comptait ouvrir aucune négociation ni sur le principe, ni sur le cadre, ni sur le calendrier de mise en place du régime universel", précise ainsi la délibération, affirmant que "les propositions du Gouvernement pour réduire l’impact de l’augmentation des cotisations demeurent des mesures financières permettant la modification de l’assiette de cotisations et une baisse de charges sociales, l’utilisation des réserves constituées par la profession pour "lisser" la transition. Par ailleurs, pour maintenir le niveau des pensions des avocats, le Gouvernement les invite à prévoir une "sur-cotisation" pour les revenus annuels supérieurs à 80 000 euros. Le Conseil national des barreaux dénonce la campagne de communication du Gouvernement aux termes de laquelle l’ensemble des avocats pourra "bénéficier, avec le régime universel, de pensions plus élevées que dans leur régime actuel". Il omet notamment de faire référence aux augmentations de cotisations conséquentes qui l’accompagneront (+55% pour la moitié des avocats) et fonde son analyse sur des hypothèses marginales. De même, la garantie d’une absence d’augmentation de cotisation jusque 2029 est des plus hypothétique dans la mesure où l’équilibre financier du régime n’est pas garanti".

Une réponse adressée par la Garde des Sceaux Nicole Belloubet et le secrétaire d'État chargé des retraites Laurent Pietraszewski datant du 15 janvier, tentait de rassurer : "les avocats continueront à bénéficier, dans le cadre du régime universel de retraite, d'une caisse propre à la profession. La CNBF pourra continuer d'être le guichet unique de la profession sur le domaine de la retraite. Au-delà des régimes d'invalidité et de prévoyance, la CNBF pourra également mettre en œuvre des dispositifs de solidarité entre avocats (solidarité interne entre les hauts et les bas revenus)". Pas touche non plus, selon cette lettre, aux réserves de la CNBF, et présentation de simulations "montrant que les avocats pourraient bénéficier d'une pension annuelle supérieure de 20% pour ceux qui perçoivent le revenu médian". Mais le CNB persiste et signe. Lors de vœux à la presse, sa présidente Christiane Feral-Schuhl a largement dénoncé les simulations présentées et un "passage en force" du gouvernement.

Calendrier chargé

Entre temps, l'avis rendu par le Conseil d'État et ses conclusions ont jeté un froid (même s'il a jugé "adéquat le niveau de normes retenu pour définir l’affiliation de chaque catégorie d’assurés), alors même que démarrait ce jeudi un marathon de trois mois de discussions sur l'équilibre financier de la réforme. Pourtant, si jusqu'à présent l'interprofession judiciaire était globalement assez unie dans la poursuite du mouvement de grève dure, des voix dissonantes ont récemment commencé à se faire entendre. Ce jeudi, les magistrats et fonctionnaires du tribunal judiciaire de Toulouse ont adopté à l'unanimité une motion dénonçant les conséquences du mouvement de grève, arguant dans un communiqué que "les actions locales choisies déstabilisent le fonctionnement du service public de la justice au mépris des libertés et droits fondamentaux dont nous sommes les garants" et craignant le rallongement des délais de traitement des procédures. Le 20 janvier dernier, les propos du procureur de Rennes Philippe Astruc lors de l'audience solennelle de rentrée du TGI, dénonçant une "giletjaunisation de l'audience", ne sont pas passés inaperçus. Plus proche de nous, hier, la présidente du TGI de Libourne Stéphanie Forax, lors de son discours de rentrée solenelle, dit en substance la même chose avec d'autres mots : "ne cachons pas notre déception de voir nos efforts en partis mis à néant par le mouvement de contestation qui anime la profession de nos partenaires, les avocats (...) qui occasionne déjà des retards dans le traitement des procédures que nous ne rattraperons pas. Nous entendons votre colère sans en être la cause, entendez notre désarroi de préparer magistrats, greffiers, adjoints des audiences qui tournent à vide, de travailler en vain et de se retrouver dans des situations ubuesques avec des justiciables perplexes". 

Des oscillations qui semblent ne pas vraiment remettre en cause l'engagement des bâtonniers bordelais. "On a la chance, à la fois du côté des avocats et des magistrats, d'avoir des comportements modérés et professionnels. C'est regrettable pour Toulouse, mais nous ne sommes pas dans ce contexte", a souligné Caroline Laveissière. Christophe Bayle, lui, avoue tout de même "être un peu entre deux chaises. D'abord, on est partisans de ce droit de grève, on a été élus pour représenter les confrères donc on doit exécuter les décisions du Conseil de l'Ordre. On est aussi garants des bonnes relations entre les avocats et les juges. On doit donc trouver une position de compromis. Elle passe par le fait de prévenir de tout mouvement en amont les chefs de juridiction. Dans un barreau de 1800 avocats, vous ne pouvez pas empêcher des comportements parfois excessifs. C'est à nous de faire le service après-vente. À mon avis, pour la motion toulousaine, c'est excessif. Ça se tend parce qu'on bloque le système, certains magistrats n'ont plus rien à juger, notamment en matière civile. On est tous les deux au front avec un ton assez incisif qu'on assume, mais il faut garder des relations courtoises".

En revanche, malgré un climat tendu, la cible reste la même. "Il ne faut pas se tromper d'ennemis. Notre ennemi, ce n'est pas les magistrats, c'est le gouvernement. C'est une chose de vouloir bloquer le service public de la justice, mais ce n'est pas pour ça qu'on doit être agressif vis-à-vis des magistrats. La vigueur du mouvement s'explique aussi par l'accumulation : l'éternel sous paiement des missions d'aide juridictionnelle, globalement, l'État s'en fout. Ce qu'il veut, au fond, c'est une justice sans juges : la réforme de la procédure civile (dont le décret d'application a été déposé le 12 décembre au Journal Officiel) qui permet dans certains cas une saisie numérique d'un juge sans débat est révélatrice. C'est une réforme qui considère que la justice est faite d'agents économiques et non plus de membres du service public. Il y a un démantèlement du service public de la justice qui fait que, malgré tout, les magistrats et les greffiers sont plutôt bienveillants par rapport à notre combat. Je pense qu'eux-mêmes souffrent du fait de leur silence". Le calendrier, lui, est clair pour Caroline Laveissière : "le dimanche 2 février, le CNB sera à nouveau reçu par Édouard Phillippe pour évoquer la réforme. Le lendemain, une manifestation nationale est prévue à Paris aux côtés du collectif SOS Retraites, et une manifestation locale à Bordeaux pourrait des faire en interprofession pour nous avec les kinésithérapeutes et les orthophonistes, notamment. Un bureau extraordinaire doit être réuni le même jour pour savoir par le CNB si on poursuit la grève dure avec les mêmes modalités". Interrogée, la vice-Bâtonnier évoque aussi un amendement déposé ce mercredi 29 janvier à l'Assemblée Nationale par le CNB, dont elle dit ignorer le contenu pour le moment. Il fait en tout cas partie des plus de 10 000 amendements déposés (dont 6000 par La France Insoumise), un chiffre qui devrait encore grimper d'ici la fin du délai de dépôt fixé à ce vendredi 31 janvier à midi. À Bordeaux, la dernière manifestation à l'appel de l'intersyndicale contre la réforme des retraites organisée ce mercredi a réuni entre 3500 et 10 000 personnes, mobilisation plus faible que la semaine passée.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5418
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !