Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/11/20 | Gironde : le Département va distribuer ses premiers kits sanitaires

    Lire

    Jean-Luc Gleyze l'avait annoncé le 16 novembre : le Département va distribuer 2 000 kits sanitaires aux jeunes en difficulté. Ces kits comprennent quatre masques réutilisables, un flacon de gel hydroalcoolique, du savon et une fiche conseil sur les comportements à adopter face au coronavirus. La première distribution de ces kits sanitaires par le Département se déroulera à Libourne ce mercredi 24 novembre à 15h dans les locaux de l'Association LEPI.

  • 24/11/20 | La vente directe accompagné dans les Deux-Sèvres

    Lire

    Dans le cadre de son Plan de Relance et en soutien aux circuits courts, le Département des Deux-Sèvres a crée un fonds de soutien de 300 000 euros pour développer la vente directe des agriculteurs. Fortement sollicité depuis sa création en juillet dernier, il a permis l'accompagnement de 32 projets de création ou de développement ont été accompagnés. Face aux nombreuses demandes, le Département a décidé de prolonger le dispositif et les dossiers peuvent être déposés jusqu’au 31 mars 2021.

  • 24/11/20 | Les recharges pour vélos à assistance électrique se développent

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué une aide de 42 900 euros à la société Sacha à Limoges pour son projet eBikeport qui est une station de recharge à énergie propre et avec des matériaux 100 % recyclés et recyclables. L’innovation réside tant dans le produit que dans le modèle économique puisque le client peut récupérer une partie de la somme investie grâce aux revenus publicitaires.

  • 24/11/20 | En Lot-et-Garonne, digitalisation des commerces de proximité

    Lire

    Le Conseil départemental, la Chambre de commerce et d’industrie, et la Chambre de métiers et de l’artisanat ont travaillé ces derniers jours à construire une offre complète, facile d’accès et gratuite pour accompagner les commerces de proximité dans leur digitalisation. Cette offre repose sur deux piliers : une market-place départementale - www.mavillemonshopping.fr/lotetgaronne et la géolocalisation des commerces et artisans proposant leurs services durant le confinement. Ainsi, malgré le confinement, les commerces de proximité vont pouvoir poursuivre les ventes de leurs produits et les clients de les acheter.

  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Réforme des retraites : Journée de manifestations en Nouvelle-Aquitaine

05/12/2019 | Ils sont au moins 800 000 à avoir manifester dans une centaine de villes en France. Les néo-aquitains sont aussi nombreux à avoir arpenter les rues contre le projet de réforme des retraites.

Manifestation à Pau, le 5 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites du gouvernement Philippe

On le pressentait suite aux différentes annonces syndicales et intersyndicales des derniers jours, le mouvement de contestation de ce 5 décembre sur le projet de réforme des retraites allait être suivi. Il l'a bel et bien était en Nouvelle-Aquitaine: 50% des personnels de l'Académie de Bordeaux étaient en grève, de nombreuses cantines et crèches fermées, aucune circulation de TER, peu de transport en commun dans les villes et agglomération... Une contestation qui a été largement suivie aussi dans la rue, battant souvent des records à des niveaux parfois inattendus: autour de 20 000 manifestants à Limoges, 10 000 à Pau, 5 000 à Mont-de-Marsan,... Au coeur des slogans: deux récriminations principales, le système de retraite par points et le recul de l'âge de la retraite, mais aussi une revendication plus large de "plus de justice sociale", avec en fond, un sentiment de défiance globale vis à vis du Gouvernement d'Edouard Philippe et du Président Emmanuel Macron. Ambiance aux quatre coins de la Nouvelle-Aquitaine.

À Bordeaux, beaucoup de soleil et beaucoup de monde. Le cortège s'est élancé vers 11h30 pour se diriger vers la Place de la Victoire, continuer par les Quais et arriver Place des Quinconces. Les différents cortèges (sapeurs-pompiers girondins, infirmiers, profs, cheminots, gilets jaunes, étudiants…) ont défilé en grand nombre : ils étaient 20 000 personnes selon la préfecture, entre 40 et 50 000 selon les manifestants. Du côté de l'Université, Bordeaux Montaigne et l'IEP étaient bloqués ce jeudi matin. Le campus de la Victoire, lui était occupé par des étudiants en début de journée. Selon le rectorat, 52,50% des enseignants de l'Académie de Bordeaux étaient en grève ce jeudi. Au milieu des slogans, on retrouve de tout : "anticapitalistes", "je pense donc je grève", "prends ta retraite pas la nôtre" ou encore le "fin du monde fin du mois : même combat". Vers 12h30, une partie du cortège, qui s'était détourné du parcours initial, s'est retrouvée face aux forces de l'ordre cours Pasteur, avant de faire demi-tour et de poursuivre vers les quais. Un peu plus tard, arrivé aux Quinconces, la situation s'est tendue avec plusieurs tirs de projectiles du côté des manifestants et des grenades lacrymogènes et désencerclantes tirées par les policiers, qui ont chargé les manifestants pour les empêcher d'accéder à la place de la Comédie et au centre-ville. Plusieurs interpellations et tirs de LBD ont eu lieu place Saint-Michel peu avant 16h.

grève 5 décembre


Une mobilisation jamais vue depuis 2006 en Dordogne
Trois manifestations étaient organisées ce jeudi 5 décembre en Dordogne contre le projet de réforme des retraites : la première a débuté vers 10 h 30 à Périgueux, depuis le palais de justice. Deux autres rassemblements ont eu lieu à 15 heures, également depuis le tribunal à Bergerac, et à la même heure à Sarlat.
En Dordogne, cette journée de manifestation du 5 décembre, contre la réforme des retraites marquera les esprits. Il faut remonter aux rassemblements de 2006 contre le contrat de première embauche pour trouver une mobilisation de cette ampleur. Les trois rassemblements prévus en Dordogne ont réuni entre 5200 personnes (selon la police) et 7000 (selon les organisations syndicales, entre 2500 et 3000 personnes à Bergerac et entre 700 et 800 à Sarlat. Cela fait entre 8500 et 10 000 manifestants sur le département de la Dordogne. 
C'est dans la capitale du Périgord, que les actions ont débuté par un rassemblement de policiers devant le commissariat de police, avant le rassemblement prévu dès 10 h devant le palais de justice. Ce sont des milliers de personnes avec les cheminots de la CGT en tête du cortège, qui ont défilé dans le calme pendant deux heures dans les rues du centre ville. Dans ce rassemblement, on trouvait des enseignants, en majorité du premier degré, des fonctionnaires territoriaux, des infirmières,  des sapeurs pompiers  professionnels mais aussi des salariés du privé de Condat, ou encore de la grande distribution, Auchan Marsac, de la Socat à Terrasson. Les partis politiques, le parti socialiste, le parti communiste, la France insoumise, les écologistes d'EELV figuraient également dans le cortège. On dénombrait aussi beaucoup de retraités venus avec enfants et petits enfants, de nombreux écoliers n'ayant pas classe. A Périgueux, 14 des 15 écoles ont dépassé les 25 % de grévistes.  Les Gilets jaunes dont certains ont pris part à la manifestation se sont mobilisés dès le début de la matinée par une action symbolique dans le quartier saint Georges. 
A l’issue de la manifestation, les cheminots périgourdins réunis en assemblée générale ont voté massivement (102 pour et 4 contre) pour la reconduction de la grève. Aucun train ne circulera en Dordogne vendredi 6 décembre, selon les prévisions de la SNCF.

Le cortège dans les rues de Périgueux a réuni entre 5000 et 7000 personnes


Pyrénées-Atlantiques : des cortèges impressionnants
Cela faisait longtemps que l'on n'avait pas vu autant de monde pour une mobilisation à Pau. Ce jeudi 5 décembre il y a eu en effet entre 10 000 (selon la police ) et 13 000 (selon l'intersyndicale) personnes dans les rues de la capitale départementale pour faire savoir leur opposition à la réforme des retraites telle qu'envisagée par le Gouvernement. Un cortège impressionnant par sa longueur, réalisant dans la matinée une belle boucle dans la ville, de la Place Verdun à la Place Verdun, comprenant un salut à la Préfecture Place Georges Clémenceau, et à la Mairie, place du Palais. Pour les connaisseurs de la cité d'Henri IV, la longueur du cortège, passant pourtant par la rue d'Orléans, la place de la République, la rue Despourrins et le cours Bosquet, était telle que les commerçants de la longue rue Serviez ont pu l'apercevoir simultanément d'un bout à l'autre de la rue : la tête du peloton place G.Clémenceau, et sa partie arrière Rue d'Orléans, non loin du point de départ...
Quant à la foule plurielle, elle a mêlé dans un même mécontentement étudiants, salariés du privé, agents du secteurs public, gilets jaunes et retraités. Pancartes et banderoles permettant d'identifier notamment cheminots (la gare de Pau étant d'ailleurs fermée), salariés du secteur industriel, agent de l'éducation nationale et inspection académique, finances publiques (60% de grévistes dans le département), acteurs de la santé (hôpitaux, aide-soignante, infirmière), tant publics que libéraux, avocats ou encore policiers... qui se sont d'ailleurs réunis à midi devant le commissariat de Pau.
Hormis quelques pétards et fumigènes, aucun trouble n'est à déplorer suite à cette mobilisation, réunissant des manifestants de tous âges, accompagnés pour un certain nombre d'entre eux de leurs enfants, pas mécontents de reprendre à tue-tête avec leurs parents: « La retraite à point, on n'en veut point ! La répartition, c'est la solution ! »

Manifestation à Pau, le 5 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites du gouvernement Philippe

A Bayonne, du côté basque du département aussi les étudiants, travailleurs, quel que soit leur profession, et retraités sont descendus en nombre dans la rue. Ils étaient entre 7000 et 10 000 personnes ce matin à former un cortège partant de la gare pour rejoindre la mairie en passant par le petit Bayonne. Là aussi un défilé dans le calme pour s'opposer au projet de réforme des retraites. Selon nos confrères de France bleu une cinquantaine de policiers (pour lesquels le droit de grève est interdit..) ont aussi manifesté, à leur manière devant le commissariat de Bayonne pour montrer leur opposition à la disparition programmée de leur régime spécial.


Mobilisation importante dans la Vienne
A Poitiers la manifestation de ce 5 décembre s’est élancée aux alentours de 14h30 depuis la Porte de Paris. Le point de ralliement était animé depuis midi avec un barbecue improvisé. Le cortège a commencé par emprunter le boulevard du Grand-Cerf, avant de passer devant la Gare SNCF de Poitiers, fermée exceptionnellement aujourd’hui pour cause de mouvement social comme stipulé sur ses portes : direction ensuite le parc de Blossac, avant de revenir sur le centre-ville de Poitiers pour terminer devant les grilles de la préfecture.
Le défilé, étiré, a regroupé entre 6 500 personnes (selon la police) et de 8 000 à 10 000 personnes (selon les organisateurs). Les manifestants ont allumé quelques fumigènes pour animer un peu les débats et des pétards ont raisonné durant le parcours. Au passage, devant la caserne des pompiers, les sirènes des camions ont hurlé en signe de ralliement. Les jeunes, des pompiers, quelques gilets jaunes et derrière, les syndicats traditionnels que ce soient la CGT, CFTC, FO, personnels de santé, cheminots, enseignants, et beaucoup de salariés de la fonction publique en général, forment le cortège. Sur les pancartes, on peut lire : « Retraite à point, va au coin », « Retraite tu ne tueras point ». Dans les haut-parleurs, des slogans se font entendre : « Point de retraite à point, un point c’est tout ». Finalement il n’y a pas que le sujet de la retraite qui semble mobiliser ce jeudi. Il s’agit plus globalement de l’expression d’un ras-le-bol général vis-à-vis du gouvernement.
Ce midi, les avocats se sont mobilisés sur les marches de la cité judiciaire contre ce qu’ils qualifient de « taxe retraite ». Toute la journée, ils ont fait la grève des audiences. Il n’y a pas eu de trafic ferroviaire, d’où la fermeture également de la gare. Les cheminots ont entamé le piqué de grève dès 6 heures. Au niveau des enseignants, le rectorat a publié à la mi-journée les taux de participation au mouvement de grève qui est de 45,65 % (enseignants du 1er degré 46,47 % ; du 2nd degré 43,55 %). Pour les autres personnels (personnels administratifs, techniques, ouvriers, de santé et de service social) de l’éducation nationale, le mouvement est moins suivi, avec seulement 14,74 % de grévistes. Le cortège s’est rassemblé ensuite devant la préfecture vers 16 heures avant de peu à peu se disperser. 

Le cortège poitevin a terminé le défilé sur le parvis de la préfecture de la Vienne peu après 16 heures

A Châtellerault, la police comptabilisait 1 500 personnes et la CGT plus de 2 000. Un défilé parti à 10 heures de la zone nord jusqu’au centre-ville. Les esprits se sont échauffés à la fin de la manifestation selon nos confrères de la Nouvelle-République et Centre Presse. Les policiers ont aspergé de gaz lacrymogène les manifestants par crainte que certains d’entre eux ne rentrent dans l’hôtel de police. Il y a eu une personne interpellée pour violence sur policiers. Le procureur de la République est saisi par les représentants de la Ligue des droits de l’Homme après l’usage de lacrymo.

 
Mobilisation forte aussi dans les Landes et le Lot-et-GaronneA Mont-de-Marsan, si la police a compté 3600 manifestants, les syndicats ont annoncé quant à eux 5800 personnes réunies ce jeudi matin dans la capitale landaise. Là encore, une manifestation plutôt bon enfant, ouverte ici par les Gilets Jaunes, mais toute aussi plurielle et variée dans ses profils que dans les autres rassemblements de Nouvelle-Aquitaine. Parti de la Gare, le cortège a pris la direction du Sablar avant que les prises de paroles ne se fassent Place Saint-Roch. A noter, dans les Landes, c'est dés mercredi soir que les policiers montois ont mené une opérations devant les commissariats de Mont-de-Marsan et de Dax, où une seconde manifestation est prévue demain matin.

Enseignants, cheminots, personnels de santé… ils étaient près de 4 000 à battre le pavé en ce jeudi 5 décembre dans les rues d’Agen. Une journée noire et un rassemblement jugé d’ « historique » par les forces en présence dans la capitale lot-et-garonnaise. Selon les syndicats, ils étaient très précisément 4 500 et selon la police, 3 200.

Déblocage en Charente-Maritime

La manifestation a bien rallié également en Charente-Maritime, où la préfecture a dénombré 10600 personnes : 6900 à La Rochelle, 1500 à Rochefort, 2500 à Saintes et 400 à Jonzac. A La Rochelle, le mouvement est parti de la gare vers 14h, puis est remonté vers le boulevard Sautel. Ils ont rapidemment dévié du tracé déposé en préfecture pour se rendre sur la rocade, qu'ils ont bloquée dans les deux sens, jusqu'à ce que les forces de l'ordre interviennent. D'autres manifestants restant sur le boulevard Sautel ont bloqué de leur côté cette artère principale de la ville. D'autres ont également tenté de bloquer l'accès à la gare. Les déblocages ne se sont pas faits sans heurt. Les blocages ont provoqué de monstrueux bouchons en périphérie et dans le centre-ville qui ont duré jusqu'en début de soirée.  A Rochefort, Saintes et Jonzac, les manifestations, bien que rassembleuses, ont été plus sages, avec un tour du coeur de ville effectué par les manifestants et quelques discours. Les syndicats saintais appellent à une grève reconductible. 

En Charente et Deux-Sèvres

Dans les Deux-Sèvres, la manifestation fut historique avec 9500 participants (selon les syndicats), dont quelque 7000 à Niort, où le cortège s'est limité à l'avenue de Limoges et à la place de la Brèche. Même mobilisation massive en Charente, avec 6500 (police) à 10 000 manifestants (syndicats) étaient dans la rue.

Romain Béteille, Claude-Hélène Yvard, Julien Privat, Solène Méric, Anne-Lise Durif
Par Romain Béteille, Claude-Hélène Yvard, Julien Privat, Solène Méric, Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7110
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Plaquette Nord Bassin Solidarite Société | 24/11/2020

Bassin d’Arcachon : commerces et clubs sportifs main dans la main !

Opération « Urgence Froid Bordeaux » dans la Maison éco-citoyenne de Bordeaux Société | 23/11/2020

Opération « Urgence Froid Bordeaux » : carton plein pour « Les Gratuits »

Entrée de l’hôpital de La Rochelle Société | 20/11/2020

L'hôpital de La Rochelle développe un outil précurseur pour anticiper les cas graves de Covid-19

La Maison Régionale des Sports de Talence Société | 18/11/2020

Coronavirus : le mouvement sportif néo-aquitain perd 165 000 licenciés

Travailleur en situation de handicap Société | 17/11/2020

Handicap et insertion professionnelle : naissance du passeport compétences "gestes barrières"

Illustration représentant Mathilde Puges et Maud Begon Société | 13/11/2020

Mathilde Puges, l'infectiologue bordelaise contaminée par la BD

statistiques pauvreté 2018 Société | 13/11/2020

« La crise est un révélateur de pauvreté » Christophe Vénien (Secours Catholique)

Les salariés de l'Atelier Remuménage pendant une livraison Société | 13/11/2020

Reconfinement : A Bordeaux l’Atelier Remuménage va plus loin dans la solidarité

Enquête Cyberlife Société | 11/11/2020

Cyber-harcèlement au collège : L'Université de Bordeaux mène l'enquête

Hopital mobile Bayonne Société | 10/11/2020

Bayonne accueille l'hôpital mobile déployé par le CHU de Toulouse

L'arrivée du train TER en gare de Bedous Société | 09/11/2020

La régularité des TER au coeur du comité de lignes Sud Aquitaine (Béarn)

Les ateliers du Mois de l'Innovation Publique en Nouvelle Aquitaine se dérouleront à La Base à Bordeaux Société | 08/11/2020

Mois de l’Innovation Publique : imaginer le service public du futur dans nos territoires

Shop in Limoges Société | 06/11/2020

Les commerçants de Limoges ont pignon sur rue avec « Shop in Limoges »

Le TER Nouvelle Aquitaine entre La Rochelle et Bordeaux Société | 06/11/2020

Perturbations à venir sur la ligne Bordeaux-La Rochelle

Le parcours Sud Ouest du tour de France 2021 Société | 05/11/2020

Le Tour de France de retour à Libourne après 28 ans !