Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Reportage: le pouvoir ukrainien piégé par l’affaire Tymochenko

30/06/2012 | Si les pro-Tymochenko sont si actifs c’est aussi parce que les élections législatives approchent.

Loulia Tymochenko

La médiatisation du pays à l’occasion de l’Euro s’est avérée à double tranchant pour le pouvoir en place. Les partisans de Ioulia Tymochenko, condamnée à 7 ans de prison ferme pour abus de pouvoir, se sont vite saisis de l’évènement pour réclamer sa mise en liberté. Malgré la pression, le gouvernement n’est pas près de relâcher l’opposante, surtout à l’approche des élections législatives où Yanukovych et son Parti des Régions jouent gros.

« Free Yulia », « Yulia innocente », en marge des animations officielles prévues dans le cadre des Championnats d’Europe de foot, les partisans de l’ex-premier ministre (2005 et 2007-10) sont bien là et arborent des t-shirts avec la photo de l’icône de la révolution Orange. A Kiev, en plein centre-ville, des dizaines de tentes blanches occupent depuis novembre la rue Khreschatyk juste à l’entrée de la Zone de supporters. Il s’agit d’un camp de soutien à Ioulia Tymochenko, condamnée en octobre dernier par le tribunal de Kiev pour abus de pouvoir. Une affaire qui remonte à 2009 où Tymochenko, alors premier ministre, avait signé avec la Russie un contrat sur les livraisons de gaz, jugé désavantageux pour son pays. Détenue à Kharkiv, éloignée de près de 500 km de la capitale, elle est aujourd’hui hospitalisée sur place pour hernies discales. Elle n’y manque pas non plus de soutien.

« Depuis son emprisonnement on mène des actions tous les jours. On réussit à rassembler pas mal de monde. On a tout un groupe qui organise un sitting devant l’hôpital de Kharkiv où se trouve Timochenko actuellement, raconte Valery Dudko, vice-président de l’antenne régionale de l’Union panukrainienne « Patrie », le parti de Tymochenko. Les autorités nous accusent de payer les manifestants mais c’est un mensonge. Ils viennent tous de leur propre gré, non seulement pour soutenir Ioulia mais surtout pour dénoncer les actes du gouvernement », renchérit le vice-président.

Une campagne depuis la prison ?
Si les pro-Tymochenko sont si actifs c’est aussi parce que les élections législatives approchent. Privé de son leader, le principal parti d’opposition aurait sûrement du mal à mener une campagne efficace en octobre. Mais pour Valery Dudko c’est encore un moindre mal. Le possible trucage des élections représente sa principale préoccupation.

DUDKO « Les irrégularités observées lors de la dernière élection présidentielle ne laissent présager rien de bon pour les législatives. Les autorités nous dressent déjà pas mal d’obstacles tous les jours, mais on n’hésitera pas à dénoncer toute manipulation des résultats. On espère surtout qu’à l’issue de cette élection puissent triompher la vérité et la transparence. »

M. Dudko n’est pas non plus dupe sur le sort de Tymochenko. « Difficile de s’attendre à la voir sortir de prison. Les juges ne sont pas indépendants. Ils cultivent des liens étroits avec le pouvoir en place. »

Une décision politique
Denis Bohush, expert en communication politique, partage ce point de vue. Pour lui, l’emprisonnement de Tymochenko reflète bien une décision politique du président Yanukovytch et de son parti (Parti des Régions), au pouvoir depuis 2010. Une décision stratégique que même le souci pour l’image internationale de l’Ukraine ne pouvait changer.

 

BOHUSH « Yanoukovytch ne relâchera pas Tymochenko parce qu’il a peur. Peur de perdre les élections s’il la laisse mener une campagne activement. Peur aussi qu’elle saisisse l’occasion pour s’exiler à l’étranger et diriger son parti d’un endroit où elle serait insaisissable. Il a peur enfin pour sa peau, parce qu’il est conscient que Tymochenko, une fois au pouvoir, n’hésiterait pas à se venger et le mettre derrière les barreaux à son tour. » 

Les autorités, quant à elles, évitent le sujet en profitant de l’Euro pour noyer le poisson. Interrogé sur l’impact de la détention de Tymochenko sur l’image de Kharkiv, ville hôte de la compétition, Aleksandr Popov, responsable des questions de l’Euro au conseil municipal, esquive.

POPOV « Le tournoi est avant tout un grand moment de bonheur pour le peuple de Kharkiv, d’Ukraine et les fans de tout le continent. Pour ce qui est du cas Timochenko, nous ici on n’a rien à voir avec son emprisonnement à Kharkiv. Cette affaire est du ressort de la justice et du gouvernement ukrainiens. Il faut distinguer ces deux choses et séparer le sport de la politique. C’est du moins mon avis. »

Dimanche prochain, Kiev accueillera la finale de l’Euro 2012. C’en sera fini de la « trêve footballistique ». Les règlements de compte politiques reprendront de plus belle avec ou sans Tymochenko.

Piotr CZARZASTY
Par Piotr CZARZASTY

Crédit Photo : Piotr CZARZASTY

Partager sur Facebook
Vu par vous
442
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !