14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Reportage: Une soirée avec les "T.A.F", Tendances Alternatives Festives

21/02/2011 |

Tendances Alternatives Festives

Ethylotests, réglettes d'alcoolémie, bouteilles d'eau, gilets et bonnes chaussures. Voici le matériel indispensable de l'équipe des Tendances Alternatives Festives (T.A.F). Depuis février 2010, tous les jeudis, vendredis et samedis soirs de 21 heures à 3 heures du matin, douze volontaires d'UnisCité accompagnent les salariés de l'Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA), pour aller à la rencontre des jeunes. L'objectif est simple : faire de la prévention sur les risques liés à l'alcool et aider le cas échéant, les personnes en difficulté. Nous avons passé la soirée de samedi avec eux. Reportage.

22 heures, la dernière gorgée de café est avalée, les gilets sont endossés et les sacs remplis d'éthylotests et autres réglettes d'alcoolémie. L'équipe des T.A.F, Tendances Alternatives Festives, est fin prête pour entamer sa tournée de plusieurs heures à travers les rues de Bordeaux. Rébecca, 20 ans, a été désignée chef de soirée. C'est elle qui choisit l'itinéraire et a la responsabilité du téléphone de l'association. Direction place de la Victoire, en passant par la rue Sainte Catherine.

« Vous êtes qui, de l'ANPE ? Vous avez trouvez du « taf » ? » Deux jeunes filles s'approchent des volontaires en riant. Ce n'est pas la première fois qu'elles voient passer ces gilets et veulent en savoir plus. Jules, 21 ans, leur tend une réglette d'alcoolémie tout en leur expliquant la mission du T.A.F. Sur la réglette, en fonction du poids, du sexe et du nombre de verres consommés, chacun peut découvrir son taux d'alcoolémie.
Depuis février 2010, douze volontaires d'UnisCité, le service civique, participent à ce programme mis en place par l'ANPAA, l'Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie, et financé par la Préfecture à hauteur de 100 000 euros par an. Tous les jeudis, vendredis et samedis soirs, une équipe sillonne les rues à la rencontre des fêtards, essentiellement les 18-25 ans, afin de les sensibiliser aux risques liés à la consommation excessive d'alcool.

« J'ai un problème avec ça »
Après avoir discuté un moment avec quatre mineurs attendant des amis avant d'aller quai de paludate, le groupe est accosté par un homme tout en short et en rondeurs. Il lit le logos de l'ANPAA sur le gilet d'un bénévole et sort lentement une canette de bière de la poche intérieure de son manteau. « Vous voyez, j'ai un problème avec ça », explique-t-il en désignant la canette. « Il existe des médicaments pour éviter de boire, mais c'est remplacer une substance par une autre, non ? » L'échange dure plusieurs minutes durant lesquelles l'homme raconte son histoire. Pour Laure Bény, animatrice socioculturelle à l'ANPAA, c'est la limite du programme. « Nous faisons de la prévention, nous ne proposons pas des soins », explique-t-elle. « Les jeunes constituent donc notre public cible, mais les précaires sont souvent ceux qui viennent spontanément nous voir, juste pour discuter un instant. »

Groupe du TAF« Passe ton chemin, nous gonfle pas, on est tous bretons et alcooliques ici ! » Devant un épicerie cours Pasteur, un trentenaire visiblement alcoolisé interpelle un volontaire. « On a passé une dure semaine de travail, on décompresse là ! » David, 25 ans, ne se démonte pas. « On te laisse faire ta soirée, mais écoute une minute. » Laure Bény, en observation un peu plus loin s'approche pour s'assurer que la rencontre ne dérape pas. Face à la réglette d'alcoolémie, le breton se calme, la discussion peut s'engager. Il repart quelques instants plus tard, un éthylotest en poche.

Une soirée très calme
Vers une heure du matin, après la pause café, le groupe reprend la route, mais avec une toute autre mission. « En première partie de soirée nous faisons de la prévention, ensuite, il s'agit pour nous d'identifier les situations et d'intervenir si quelqu'un se sent mal » souligne Laure Bény. La marche se poursuit jusqu'à trois heures du matin dans les rues désertes de Bordeaux pour un samedi soir. Les volontaires travaillent 35 heures par semaine pour plusieurs associations et sont rémunérés 440 euros par mois. Pour cette mission un peu particulière ils sont formés aux premiers secours. Pour ce qui est de gérer le public, c'est souvent sur le terrain que ces jeunes engagés apprennent le plus. « Lors de la première sortie, je me cachais derrière mes camarades, raconte Rébecca, je ne savais pas vraiment comment aborder les gens, maintenant je suis beaucoup plus à l'aise. »

Les petites rues à proximité des lieux névralgiques de la fête sont, dans cette seconde partie de soirée, les cibles privilégiées des volontaires. « C'est dans les recoins que les gens vont s'ils sont malades » explique Jules. Toujours à deux, les T.A.F scrutent la moindre impasse.
« Eh, le T.A.F ! » deux jeunes hommes, à la terrasse d'un bar s'avancent, bière à la main. « C'est vraiment bien ce que vous faîtes, il en faudrait même plus des groupes comme vous ». Trois heures du matin, l'équipe termine sa mission en faisant un dernier tour place de la Victoire. Aucun incident à noter, en ce weekend de vacances scolaires et universitaires, la soirée a été très calme.

 Crédit photos : Aqui.fr et D. Bun

Audrey Chabal

Partager sur Facebook
Vu par vous
1326
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !