Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/18 : La Rochelle : la Ville et la Chambre d'Agriculture organisent un marché fermier d'automne, le 27 octobre de 10h à 19h place de Verdun. Thématique : la citrouille, avec des ateliers confections de citrouilles d'Halloween pour les enfants de 14 à 17h.

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/10/18 | Premières pistes pour la loi mobilité

    Lire

    Le projet de loi d'orientation des mobilités, qui doit être présenté en novembre, a détaillé son contenu ce lundi. On y découvre notamment la fin programmée des péages d'autoroute, remplacés par un système de capteur censé détecter une vignette, un badge ou la plaque d'immatriculation des conducteurs. Concernant le co-voiturage, un système de tarif dégressif est à l'étude. Enfin, l'indemnité transports et le forfait mobilité (pour les personnes se rendant au travail à vélo ou en co-voiturage) pourraient désormais bénéficier de 400 euros par an.

  • 22/10/18 | Vers un TGV Bordeaux-Londres ?

    Lire

    SNCF Réseau, Lisea, Eurotunnel et HS1 (la LGV britannique) viennent de signer un accord pour lancer une étude de faisabilité sur une liaison ferroviaire entre Bordeaux et Londres. Elle passerait par la ligne Bordeaux-Lille et permettrait de relier Londres en cinq heures. Pour l'instant, les discussions tablent sur un aller-retour par semaine. Avant une potentielle mise en service (qui pourrait intervenir en 2021 ou 2022), la Gare St Jean devra s'équiper d'un terminal international permettant de vérifier les passeports. Les résultats de l'étude de faisabilité ne sont pas attendus avant plusieurs mois.

  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Reportage: Une soirée avec les "T.A.F", Tendances Alternatives Festives

21/02/2011 |

Tendances Alternatives Festives

Ethylotests, réglettes d'alcoolémie, bouteilles d'eau, gilets et bonnes chaussures. Voici le matériel indispensable de l'équipe des Tendances Alternatives Festives (T.A.F). Depuis février 2010, tous les jeudis, vendredis et samedis soirs de 21 heures à 3 heures du matin, douze volontaires d'UnisCité accompagnent les salariés de l'Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA), pour aller à la rencontre des jeunes. L'objectif est simple : faire de la prévention sur les risques liés à l'alcool et aider le cas échéant, les personnes en difficulté. Nous avons passé la soirée de samedi avec eux. Reportage.

22 heures, la dernière gorgée de café est avalée, les gilets sont endossés et les sacs remplis d'éthylotests et autres réglettes d'alcoolémie. L'équipe des T.A.F, Tendances Alternatives Festives, est fin prête pour entamer sa tournée de plusieurs heures à travers les rues de Bordeaux. Rébecca, 20 ans, a été désignée chef de soirée. C'est elle qui choisit l'itinéraire et a la responsabilité du téléphone de l'association. Direction place de la Victoire, en passant par la rue Sainte Catherine.

« Vous êtes qui, de l'ANPE ? Vous avez trouvez du « taf » ? » Deux jeunes filles s'approchent des volontaires en riant. Ce n'est pas la première fois qu'elles voient passer ces gilets et veulent en savoir plus. Jules, 21 ans, leur tend une réglette d'alcoolémie tout en leur expliquant la mission du T.A.F. Sur la réglette, en fonction du poids, du sexe et du nombre de verres consommés, chacun peut découvrir son taux d'alcoolémie.
Depuis février 2010, douze volontaires d'UnisCité, le service civique, participent à ce programme mis en place par l'ANPAA, l'Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie, et financé par la Préfecture à hauteur de 100 000 euros par an. Tous les jeudis, vendredis et samedis soirs, une équipe sillonne les rues à la rencontre des fêtards, essentiellement les 18-25 ans, afin de les sensibiliser aux risques liés à la consommation excessive d'alcool.

« J'ai un problème avec ça »
Après avoir discuté un moment avec quatre mineurs attendant des amis avant d'aller quai de paludate, le groupe est accosté par un homme tout en short et en rondeurs. Il lit le logos de l'ANPAA sur le gilet d'un bénévole et sort lentement une canette de bière de la poche intérieure de son manteau. « Vous voyez, j'ai un problème avec ça », explique-t-il en désignant la canette. « Il existe des médicaments pour éviter de boire, mais c'est remplacer une substance par une autre, non ? » L'échange dure plusieurs minutes durant lesquelles l'homme raconte son histoire. Pour Laure Bény, animatrice socioculturelle à l'ANPAA, c'est la limite du programme. « Nous faisons de la prévention, nous ne proposons pas des soins », explique-t-elle. « Les jeunes constituent donc notre public cible, mais les précaires sont souvent ceux qui viennent spontanément nous voir, juste pour discuter un instant. »

Groupe du TAF« Passe ton chemin, nous gonfle pas, on est tous bretons et alcooliques ici ! » Devant un épicerie cours Pasteur, un trentenaire visiblement alcoolisé interpelle un volontaire. « On a passé une dure semaine de travail, on décompresse là ! » David, 25 ans, ne se démonte pas. « On te laisse faire ta soirée, mais écoute une minute. » Laure Bény, en observation un peu plus loin s'approche pour s'assurer que la rencontre ne dérape pas. Face à la réglette d'alcoolémie, le breton se calme, la discussion peut s'engager. Il repart quelques instants plus tard, un éthylotest en poche.

Une soirée très calme
Vers une heure du matin, après la pause café, le groupe reprend la route, mais avec une toute autre mission. « En première partie de soirée nous faisons de la prévention, ensuite, il s'agit pour nous d'identifier les situations et d'intervenir si quelqu'un se sent mal » souligne Laure Bény. La marche se poursuit jusqu'à trois heures du matin dans les rues désertes de Bordeaux pour un samedi soir. Les volontaires travaillent 35 heures par semaine pour plusieurs associations et sont rémunérés 440 euros par mois. Pour cette mission un peu particulière ils sont formés aux premiers secours. Pour ce qui est de gérer le public, c'est souvent sur le terrain que ces jeunes engagés apprennent le plus. « Lors de la première sortie, je me cachais derrière mes camarades, raconte Rébecca, je ne savais pas vraiment comment aborder les gens, maintenant je suis beaucoup plus à l'aise. »

Les petites rues à proximité des lieux névralgiques de la fête sont, dans cette seconde partie de soirée, les cibles privilégiées des volontaires. « C'est dans les recoins que les gens vont s'ils sont malades » explique Jules. Toujours à deux, les T.A.F scrutent la moindre impasse.
« Eh, le T.A.F ! » deux jeunes hommes, à la terrasse d'un bar s'avancent, bière à la main. « C'est vraiment bien ce que vous faîtes, il en faudrait même plus des groupes comme vous ». Trois heures du matin, l'équipe termine sa mission en faisant un dernier tour place de la Victoire. Aucun incident à noter, en ce weekend de vacances scolaires et universitaires, la soirée a été très calme.

 Crédit photos : Aqui.fr et D. Bun

Audrey Chabal

Partager sur Facebook
Vu par vous
1677
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !