Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Suite à la démission d'Edouard Philippe, c'est Jean Castex, haut-fonctionnaire coordonnateur de la stratégie nationale de déconfinement, qui a été nommé Premier Ministre. Charge à lui de former un nouveau Gouvernement.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

03/07/20 : Édouard Philippe a remis la démission de son gouvernement ce vendredi 3 juillet. Démission acceptée par l'Elysée.

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

29/06/20 : A Royan (17), le maire sortant (LR) Patrick Marengo conserve son fauteuil de maire avec 52,21% des voix face au marcheur Thomas Lafarie avec 21,63 %.Le taux de participation, 35,74 %, est sensiblement le même que celui du premier tour (35,25%).

29/06/20 : A Rochefort (17), le maire sortant Hervé Blanché a retrouvé son fauteuil avec 3494 voix (58,86%) contre 2442 pour Rémi Letrou (41,14%). Le taux de participation est de 35,08%.

29/06/20 : Le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray (Bayonne toujours un temps d'avance) proche de la majorité présidentielle, a été réélu avec 51,23% face à la liste de gauche commune Bayonne-Ville ouverte et Demain Bayonne Bihar Baiona, avec 46,19%

28/06/20 : À Pessac, le maire sortant Franck Raynal est réélu de justesse avec 50,57% face au candidat tose et vert Sébastien Saint-Pasteur et son alliance avec Laure Curvale (49,63%).

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 06/07/20 | La Rochelle : Les Francos, ça continue quand même

    Lire

    Les Francofolies étant annulées pour cette année, ses organisateurs proposent un concert exceptionnel le 14 juillet au jardin Bobinec, avenue Général de Gaulle, à partir de 18h. Au programme : les artistes du Chantier des Francos 2020. Ce concert est gratuit sur réservation dans la limite des places disponibles. Billets à retirer au bureau des Francofolies, 2 rue de la Désirée à La Rochelle, du 6 juillet jusqu'au 9 juillet (de 9h30 à 18h00). Nombre de places limité à 2 entrées par personne.

  • 06/07/20 | Deux-Sèvres : une enquête publique sur le foncier de l'accès au CH Nord

    Lire

    Le projet d'aménagement foncier concernant l'accès au centre hospitalier Nord Deux-Sèvres sur les communes de Bressuire (Noirterre), Geay et Faye-L'Abbesse fait l'objet d'une enquête publique jusqu'au 24 juillet, 17h, portant sur le périmètre et les prescriptions particulières du nouveau plan parcellaire et travaux connexes. Les agriculteurs et propriétaires concernés peuvent se rendre sur le site du Département 79 pour examiner le dossier de l'enquête. Contact: Magali Prévost 05 49 77 15 15.

  • 06/07/20 | Charente-Maritime : pas de parapente sur la Côte Sauvage

    Lire

    En août dernier, la maire de La Tremblade avait émis un arrêté interdisant la pratique du parapente sur toutes les plages de la Côte Sauvage. Pour Laurence Osta-Amigo, il s'agit aussi bien de préserver le cordon dunaire, déjà fragilisé par l'érosion et les submersions, que d'éviter un éventuel accident avec des promeneurs ou des baigneurs. Le parapentiste Claude de Monti avait saisi le tribunal administratif de Poitiers pour invalider l'arrêté. La justice vient de donner raison à l'élue.

  • 04/07/20 | Charente-Maritime :une enquête sur les circuits courts

    Lire

    Soutenant la démarche de développement des circuits courts engagée par le Département 17 en 2016, la Chambre d’agriculture 17 réalise une enquête afin de mieux connaitre les besoins et les attentes des producteurs locaux en circuits courts et l’intérêt de chacun concernant les outils développés par la collectivité. Dans le but de mieux valoriser l’offre, elle recense également les activités (produits, lieux de vente, agrotourisme…) des entreprises en circuits courts. Contact: 05 46 50 45 00.

  • 04/07/20 | Dax : à la découverte du patrimoine Belle époque de la cité thermale

    Lire

    Avec Dax Architecture (Ed. Kilika), l'historien landais Kévin Laussu offre une riche étude de fond sur ce patrimoine méconnu de la cité thermale. Une première publication qui salue près de 15 ans d'inventaire, et un outil pour mieux connaître l'identité et l'histoire récente de cette ville labellisée Art et Histoire par le ministère de la Culture cet hiver. De quoi prendre conscience aussi des richesses locales à protéger, des belles demeures jusqu'aux portes en bois sculpté et ferronneries.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Revenu Universel d’Activité : lancement de la concertation nationale à Bordeaux

14/10/2019 | A l’occasion de la concertation nationale sur le Revenu Universel d’Activité (RUA), six sessions d’ateliers sont prévues, dont la première s'est déroulée à Bordeaux ce lundi.

Les ateliers citoyens sur le Revenu Universel d'Activité à Bordeaux

A l’heure où la démocratie participative en est à ses débuts, la tenue récente du Grand Débat National en tête, l’État décide de lancer une autre série de rencontres avec les citoyens. Le thème de ces dernières est la réflexion autour du Revenu Universel d’Activité (RUA), qui donnera lieu à un projet de loi en 2020. Six sessions d’ateliers citoyens sont prévues dans le cadre de cette concertation nationale, dont l’objectif est de mobiliser l’esprit des citoyens dans la lutte contre la pauvreté. La consultation publique est ouverte depuis le 9 octobre, pour s’achever le 20 novembre.

En cinq jours, 5000 contributions ont été déposées, pour un peu plus de 36 000 votes. La plateforme en ligne pour la concertation publique autour du Revenu Universel d’Activité est ouverte pendant encore un gros mois. En 2018, le président de la République a présenté la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, le RUA est un des dispositifs qui en découlera. Le Revenu Universel d’Activité, dans les grandes lignes, est une fusion des prestations sociales (RSA, prime d’activité et allocations logement [au moins]), dont l’objectif est double : avant tout avoir un système de solidarité lisible et efficace, mais aussi et surtout lutter contre la pauvreté. A cette occasion, six ateliers citoyens sont organisés dans toute la France pour débattre sur le RUA, en présence de représentants de l’État et du Gouvernement.

D’après Céline Pelletier, représentante de la Direction Interministérielle de la Transformation Publique (DITP), l’organisme en charge de la réforme de l’État, « le principe de cette journée est de réfléchir à partir du travail effectué par Fabrice Lenglart, le rapporteur général de la réforme. Nous voulons interroger les citoyens sur les principes du Revenu Universel d’Activité, quels publics il va concerner, faut-il le rendre automatique ou pas, l’accompagner de droits et devoirs… Ces ateliers permettent aux citoyens d’échanger entre eux et avec des professionnels sociaux, pour vraiment imaginer un système lisible, et équitable ».

Inscrire les citoyens au cœur de la transformation de l’État

En plus de Fabrice Lenglart, deux autres personnes portent la réforme du Revenu Universel d’Activité au niveau national : Christelle Dubos, Secrétaire d’État auprès de la ministre de la Santé et des Solidarités, et Olivier Noblecourt, délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté. Pour Christelle Dubos, « mener la réforme sur le RUA, c’est simplifier les démarches pour les prestations sociales mais aussi développer la lutte contre la pauvreté et permettre à quiconque d’en sortir, peu importe l’âge ». La Secrétaire d’État reconnaît l’importance de la consultation citoyenne, « parce que les élus ne savent pas tout », mais aussi pour permettre, à travers l’échange, de faire tomber des idées préconçues sur la pauvreté. « Parfois, les personnes bénéficiant des prestations sociales sont perçues comme des assistés, c’est aussi là-dessus que nous devons travailler », reprend Christelle Dubos.

Olivier Noblecourt
Olivier Noblecourt ©YD


La méconnaissance de la réalité des publics fragiles est également un axe de travail pour Olivier Noblecourt. « Nous sommes à un moment particulier de notre histoire politique. Nous devons être capables de faire reculer la pauvreté, tout en mettant en lumière la réalité dans laquelle sont les plus fragiles. Et tout ceci ne peut se faire qu’en changeant les politiques publiques ». Le délégué interministériel indique se concentrer sur trois grands axes : la prévention, l’accompagnement humain et l’accès aux droits. Pour Olivier Noblecourt, le Revenu Universel d’Activité est fondé sur deux aspects : la fusion des prestations sociales et la simplification d’accès à ces aides. « Tout ceci doit se faire en lien avec les services publics d’insertions », avertit Olivier Noblecourt. De manière générale, le délégué interministériel est partisan de la transformation par les citoyens, qui sont tout de même les premiers concernés par cette réforme des prestations sociales.

Le premier atelier à Bordeaux

Qui dit consultation publique dit rencontre, par le biais d’ateliers. Olivier Noblecourt et Christelle Dubos ont fait le tour des tables pour écouter et échanger avec les citoyens. Les sessions d’ateliers sont prévues au nombre de six au niveau national, le premier s’est déroulé à Bordeaux ce lundi 14 octobre. Du côté des participants, les profils sont divers : associatifs, professionnels de l’insertion, salariés, sans emploi, ou encore travailleurs handicapés prennent la parole, qu’ils soient éligibles aux prestations sociales ou pas. Les citoyens sont répartis par table, avec pour chacune d’entre elles un animateur issu d’organismes sociaux, comme la CAF ou Pôle Emploi, dont la mission est de relancer un débat qui piétine et consigner les contributions des citoyens.

Christelle Dubos
Christelle Dubos lors des ateliers citoyens ©YD

Pour le premier atelier de la journée, les participants sont invités à réfléchir sur la notion « vivre dignement », ce que c’est, donner des exemples de situations indignes, et énoncer des dispositifs qui fonctionnent ou pas sur le sujet. Sur les deux derniers aspects, les exemples ont fusé. Au détour d’une table, cinq personnes ont utilisé leurs expériences personnelles pour illustrer les situations indignes. « Je gagnais bien ma vie, raconte l’un d’entre eux. Du jour au lendemain, je me suis retrouvé sans rien. Au moment de demander des aides, notamment pour me loger, tout ce à quoi j’ai eu droit, c’est 17€ d’APL. Alors que je n’ai pas de revenu. Quand j’ai demandé pourquoi c’était si peu, on m’a répondu que c’est parce que j’ai trop gagné l’année précédente ». Le jeune homme et ses compagnons de table proposent donc le calcul des aides au logement sur l’année N (sur les revenus actuels et pas ceux des deux dernières années).

Gironde : « priorité à la jeunesse »

Le Revenu Universel, qu’il soit d’Activité ou pas, les Girondins en ont déjà entendu parler. En effet, dès 2017, le Département avait lancé une enquête citoyenne sur un dispositif nommé le ‘revenu de base’ qu’il souhaitait expérimenter avec 17 autres Conseils départementaux. « Les solidarités humaines sont au cœur de la politique du Département, précise Jean-Luc Gleyze. Le système de protection sociale a atteint ses limites, et certains travailleurs ne s’en sortent pas ». Le Président du Conseil départemental de Gironde regrette par ailleurs que le sujet du Revenu Universel d’Activité ne soit pas débattu à l’Assemblée Nationale. Jean-Luc Gleyze réitère, auprès de la Secrétaire d’État Christelle Dubos, sa volonté d’expérimenter le RUA au niveau territorial.

Bien que le Revenu Universel d’Activité soit ouvert à tous, le Président du Conseil départemental souhaite toutefois que les jeunes (18-24 ans) soient la priorité du dispositif. Dans un communiqué du 14 octobre, le Département annonce que « la majorité des 18-24 sont exclus des minimas sociaux, alors qu’un quart d’entre eux vit sous le seuil de pauvreté ». Ainsi, 17 Départements ont lancé l'enquête « Mon avis sur le revenu de base », sur l’opportunité de l’ouverture du RUA aux jeunes. Les restitutions des ateliers seront synthétisées et ajoutées à la plateforme en ligne. La concertation nationale est ouverte jusqu’au 20 novembre prochain, avant un projet de loi sur le Revenu Universel d’Activité qui doit être présenté au Parlement courant 2020.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : YD

Partager sur Facebook
Vu par vous
4364
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 8 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !