Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/09/20 | L’hôpital de La Rochelle active son plan blanc

    Lire

    Le Groupe hospitalier Littoral Atlantique, qui regroupe les établissements de La Rochelle/Ré/Aunis, Rochefort et Marennes/Oléron, a activé mardi le niveau 1 de son plan blanc. Le nombre de patient Covid-19 est passé de 4 à 8 cette semaine, dont un en réanimation. Si le nombre de cas à l'échelle du Département reste faible (taux d'incidence <50 pour 100 000 habitants), le service réanimation est déjà sous tension, avec 2 places disponibles. Une unité spéciale Covid sera mise en place début octobre.

  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

  • 25/09/20 | Angoulême : vers un festival de la BD en deux temps

    Lire

    Au vu du contexte sanitaire, les organisateurs du FIBD s'orientent vers un festival en deux temps. Un premier temps, une version modifiée avec des événements à Angoulême et hors les murs sur les dates initiales du 28 au 3& janvier), "répondant aux contingences en vigueur imposées par la pandémie". Un deuxième temps en présentiel à Angoulême, à la période printemps-été, pour rassembler plus de monde. Le contenu du projet sera présenté dans les prochaines semaines.

  • 25/09/20 | Nouvelle-Aquitaine : le don entre particuliers boosté par la crise sanitaire

    Lire

    L'application de dons bordelaise Geev a réalisé un classement des régions les plus actives en matières de dons entre particuliers. « Si le don a le vent en poupe ces dernières années, il a connu un essor particulier pendant la crise sanitaire », affirme la société. Ainsi, la société a dénombré les dons par régions entre février et juillet. La Nouvelle-Aquitaine est quatrième du classement "dons d'objets" avec 126 000 dons, derrière l'Île de France (458 000), les Hauts de France (171 000) et l'Auvergne-Rhône Alpes (143 000).

  • 24/09/20 | Covid-19: après les premiers tests, l'UPPA reste vigilante

    Lire

    Dans la matinée du mardi 22 septembre 2020, le Laboratoire Bio-Pyrénées a réalisé sur le campus de Pau une campagne de 200 tests de dépistage à la Covid-19 auprès des étudiants. Celle-ci a révélé 6 cas positifs à la Covid-19 sur les 107 prélévements nasopharyngés analysés par PCR, soit 5,6 % des étudiants testés. Un résultat qui incite l'Université "à rester vigilante" au regard de la moyenne au niveau nationale du taux de positivité (6.2 % au 23/09/20 à 14h) et des moyennes départementales publiées le 17/09/20 : Pyrénées-Atlantiques (4.2%), Landes (4.8 %) et Hautes-Pyrénées (3.1%).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | RoboCup 2020 : les équipes Junior au-delà de la compétition

21/02/2020 | Bordeaux accueille deux événements majeurs pour les jeunes équipes férues de robotique : une finale nationale mi-mai et le concours mondial RoboCup Junior fin juin.

L'équipe MariTeam collabore avec des équipes Russe et Brésilienne

Depuis 1996, la RoboCup est une réunion annuelle des plus grands adeptes et chercheurs internationaux en robotique. Pour la première fois la compétition et ses événements satellites auront lieu à Bordeaux et figurent parmi les rendez-vous d'envergure du territoire néo-aquitain en 2020. Dans l'antichambre des adultes émérites, les équipes juniors s'affairent pour présenter leurs projets robotiques dès le mois de mai. Une occasion pour eux de montrer que le loisir pourrait aussi avoir un lien avec leur future profession.

En 2017, une dizaine d'équipes françaises peut prétendre participer à la RoboCup Junior. Aujourd'hui elles sont quasiment cinq-cents. Parler d'un phénomène c'est donc rester mesuré. La RoboCup qui prendra place pour la première fois à Bordeaux du 25 au 28 juin a certainement poussé le zèle de certaines jeunes équipes françaises, et c'est tant mieux. La compétition se déroulera en même temps que la RoboCup Major, où chercheurs et spécialistes en robotiques s'affronteront dans différentes disciplines.

Du côté des jeunes, trois catégories de compétition : football, secours et « sur scène ». Dans la seconde, le robot doit retrouver son chemin dans un milieu hostile et labyrinthique. Dans la troisième, l'équipe doit présenter un show robotique créatif et artistique. « Un spectacle de deux minutes où robots et humains doivent interagir » présente Louise, membre de l'équipe MariTeam. La jeune élève de première du lycée Saint-Cricq de Pau est incollable sur le sujet. Rien d'étonnant quand on sait qu'elle a déjà participé à la RoboCup Junior niveau mondial l'an dernier à Sydney.

Robot tortue

« Je suis venue à la robotique parce que j'aimais le côté artistique » témoigne-t-elle. Depuis, Louise a dompté les subtilités technologiques qu'implique la conception d'un robot. Avec ces cinq coéquipiers Anna, Manon, Maxime, Arthur et Tom – équité respectée au passage – elle forme l'équipe MariTeam qui va tenter de se qualifier pour la compétition internationale à Bordeaux sur trois jours, du 25 au 28 juin. Pour y parvenir, il faudra passer par un fastidieux et sélectif dossier de qualification avant le 31 mars. La France pourra envoyer dix équipes junior sur les 190 qui participeront à la compétition internationale. « Un quota exceptionnel » selon Jean-François Laplume, un des artisans de la venue de la RoboCup à Bordeaux.

En attendant l'événement mondial fin juin, les équipes Junior pourront se jauger lors des épreuves académiques début avril. 180 équipes devraient déjà être représentées rien qu'en Aquitaine. Puis, Bordeaux accueillera comme l'an passé les finales nationales Junior les 16 et 17 mai au Parc des Expositions. Dans la catégorie « sur scène », le tenant du titre est une certaine équipe MariTeam. « L'an dernier notre thème était l'environnement. Cette année c'est la pollution des océans avec une tortue comme robot principal » présente fièrement Louise. L'animal marin est encore en préparation.

10 000 euros de budget

Et si Louise a convaincu ses amis, pour certains néophytes, de retenter l'aventure c'est parce que la RoboCup leur a beaucoup apporté. « A Sydney l'an passé, nous avons dû imaginer un spectacle commun avec des Brésiliens et des Russes » témoigne-t-elle. Passées les légères barrières de la langue, les échanges ont révélé une coopération remarquable et enrichissante pour les jeunes participants. « La compétition a représenté un projet concrétisé mais également un rêve réalisé » évoque Erwann, chef de l'équipe TryOn de Gujan-Mestras, aussi présente à Sydney en 2019.

Avant cela, le lycéen et ses coéquipiers ont dû réunir des sponsors et partenaires pour construire un budget global d'environ 10 000 euros. Pour y parvenir, l'équipe a par exemple organisé une tombola et des ateliers robotiques avec des enfants. Le projet est mené sur au moins une année scolaire et se révèle très formateur pour les jeunes qui y participent. Chez TryOn, chacun avait un rôle défini : « Alicia à la communication, Nathan à la traduction, Alexandre à l'architecture du robot et moi-même à la programmation » explique Erwann. Organisation millimétrée.

L'équipe TryOn à Sydney en 2019. De gauche à droite : Alicia, Alexandre, Nathan et Erwann.

Sensibles aux enjeux 

TryOn remporte fièrement le concours régional dans la catégorie secours. « Notre robot devait parcourir une zone endommagée pour secourir des victimes » rapporte le chef d'équipe. Si les victimes n'étaient ici représentées que par des balles, les robots sont bel et bien l'avenir de l'assistance aux personnes en danger. La RoboCup est l'occasion de mettre en avant ce domaine de recherche et bien d'autres. « Des robots qui jouent au foot ça paraît ennuyeux mais la robotique est au confluent des enjeux majeurs de l'économie de demain » démontre Jean-François Laplume. A en voir la hausse du nombre d'équipes Junior, les élèves français l'ont bien compris.

Louise, pour sa part, veut étudier la médecine. Et la jeune fille a déjà pris conscience que son expérience sera un atout. « La robotique permettra beaucoup plus de précision dans la pratique médicale » pense-t-elle. Dans son équipe, d'autres s’orienteront vers le spectacle et le cinéma mais demeurent sûrs qu'ils garderont une sensibilité robotique. Pour TryOn, Alexandre et Erwann veulent devenir ingénieurs. « Nous pensons tous que la robotique est un domaine d'avenir, que ce soit en médecine, en communication ou dans l'industrie » conclut le chef d'équipe.

Maxime Giraudeau
Par Maxime Giraudeau

Crédit Photo : MaritTeam

Partager sur Facebook
Vu par vous
4005
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !