Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

  • 13/08/18 | L’Afrique de retour en Sud-Gironde

    Lire

    Grâce à l’engagement de la mairie de Noaillan la 4ème édition du festival Africa Ciron aura lieu le 25 août à la maison Dubernet. Différentes activités comme de la danse, des contes, un concert, des expositions ou une projection nous permettront d’enrichir notre culture africaine. Safiatou Faure, qui a créé le festival du Sahel de Saint-Médard-en-Jalles sera mise à l’honneur. Entrée gratuite. Programme : https://dubernet.noaillan.fr 

  • 11/08/18 | 10ème Confituriades à Beaupuy (47)

    Lire

    Pour la 10ème édition des Confituriades, la fraise est à l’honneur du championnat du monde de la confiture. Seul salon en France entièrement dédié à la thématique des confitures, il se déroule les 18 et 19 août à Beaupuy, en Grand Marmandais. Une soixantaine d’exposants, plus de 500 confitures à la dégustation et à la vente, des ustensiles de cuisine pour réaliser ses confitures à la maison mais aussi des démonstrations, ateliers culinaires et animations ponctueront ce week-end festif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Rochefort : le dernier pont transbordeur de France fait sa mue

17/07/2018 | En travaux depuis 2016, le pont transbordeur va bientôt retrouver son aspect de 1900

Le pont transbordeur en juillet 2017 lors de la dernière étape de dépose de l'ancien tablier, évacué par la Charente.

C’est une vieille dame de fer qui contemple la Charente du haut de ses 50 mètres. Ses 175 mètres de large embrassent deux rives, une côté Echillais, l’autre côté Rochefort. Erigé en 1900 par l’architecte Ferdinand Arnodin après 27 mois de travaux, le pont transbordeur du Martrou est le dernier exemplaire du genre en France, et une des dernières constructions d’Arnodin encore debout. Classé aux Monuments Historiques en 1975, il fait depuis 2016 l’objet d’un vaste programme de réhabilitation qui devrait s’achever en janvier prochain, pour une remise en service l’été 2019.

Erigé pour 585 500 anciens francs, le pont avait été conçu pour permettre aux Charentais-Maritime de traverser la Charente sans passer par le système de bac initial, devenu insuffisant. A l’époque, l’ouvrage est prévu pour supporter 14 tonnes, soit « 9 voitures à cheval à 2 attelages et 50 piétons ou bien 200 piétons seul ». Une capacité qui deviendra rapidement insuffisante avec la démocratisation de l’automobile. Le tablier, c’est-à-dire la poutre permettant le transbordement du chariot entre les deux pilonnes, devient en à peine trois décennies beaucoup trop léger pour supporter le poids et la fréquence du trafic. Elle est donc remplacée dans les années 1930 par une poutre pleine pour atteindre une capacité de transport de 16 tonnes.

Des modifications de ce genre, le pont transbordeur en subira bien d’autres au fil du temps toujours dans un but de consolidation et de renforcement de sa structure. En 1967, le pont routier du Martrou, desservant aujourd’hui Rochefort, est construit à 600 mètres de lui. Une concurrence visiblement fatale pour le pont transbordeur, car son fonctionnement est jugé obsolète et trop onéreux : sa destruction est décidée en 1975 pour la bagatelle de 1,4 millions d’anciens francs. Une forte mobilisation populaire et un classement au Monuments Historiques lui épargneront finalement la casse. Un coup de chance pour le territoire, car le pont transbordeur est aujourd’hui un site patrimoniale emblématique de la ville de Rochefort, au même titre que la copie de la frégate de La Fayette, L’Hermione.

Le pont est finalement réhabilité à deux reprises en 1980 et en 1994 pour 7 millions de francs, en vue d’accueillir un passage essentiellement touristique. Le pont continuera de fonctionner en parallèle du pont routier jusqu’en 2015,  en accueillant piétons et cyclistes, avec une fréquentation d’un peu plus de 59 000 passagers certaines années (55 049 passagers en 2015).

Aller au-delà des simples réparations

Le nouveau tablier d'un peu plus de 170 m de long sera monté ici à 50 m de haut à partir de septembre

Entretenu régulièrement par son exploitant la Communauté d’agglomération Rochefort Océan (CARO) pour le compte de l’Etat (son propriétaire), le pont finit tout de même par montrer des signes de vieillesse. « Au bout d’un moment l’entretien commun et la simple maintenance ne suffisent plus », explique l’architecte en chef des Monuments historiques Philippe Villeneuve, qui veut aller au-delà d’une simple consolidation. « Au fil du temps, l’image du pont a été considérablement modifié dans des petits détails. J’ai pensé qu’il fallait revenir à son aspect d’antan, en revenant notamment au tablier initial avec une partie articulée telle que Arnodin l’avait conçu en 1900 », poursuit l’architecte, qui a travaillé avec la CARO et la société Oppic, maître d’ouvrage du chantier.

Un chantier achevé en 2019

Décapées par la technique du sablage, les poutres en métal sont prêtes à recevoir la nouvelle peinture noire

Le fameux tablier est démantelé module par module en 2017. La descente du dernier module en juillet fait d’ailleurs l’objet d’un évènement public (photo), qui attire plusieurs centaines de curieux. Depuis, un nouveau tablier a été livré. Cette copie de celui de 1900 est actuellement visible le long de la Charente, posé sur la rive d’Echillais à quelques centaines de mètres du transbordeur.

Pour lui redonner son visage d’autrefois, le pont va également être repeint dans sa couleur initiale. Il avait été autrefois enduit d’une peinture noire au goudron, traditionnellement utilisée pour les bateaux. Les ouvriers vont utiliser une autre peinture synthétique, plus adaptée à notre époque, moins épaisse et plus résistante dans le temps, pour un rendu visuel similaire. Cette opération interviendra après les travaux de désamiantage réalisé cet hiver et en cours de finition, de sablage (pour enlever les résidus de peinture) et de rivetage, en cours. Toutes ces opérations devraient être terminées avant septembre pour pouvoir monter le nouveau tablier. Rendez-vous le 15 septembre à 14h30 sur les rives de la Charente pour assister au début des opérations. Objectif : remettre en fonctionnement le transbordeur pour l'été 2019.

22 000 rivets doivent être posés sur les poutrelles du pont, nécessitant le travail de trois personnes en même temps pour chaque rivet

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
2594
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !